«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept





télécharger 254.13 Kb.
titre«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept
page1/22
date de publication11.12.2019
taille254.13 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22
MODULE « CHOC DES CIVILISATIONS »
PRE-REQUIS

Table des matières

« Choc des civilisations » : À l’origine d’un concept 3

Manifeste pour un nouveau « Nous »
Appel aux occidentaux musulmans, et à leurs concitoyens 4


Face aux peurs et aux questions légitimes 4

La peur instrumentalisée 5

Un nouveau « Nous » 6

Local, National 6

Israël dans le contexte du « clash des civilisations » 8

Un mouvement colonial pour un Etat ethnique. 8

Un courant marginal 8

La contribution du nazisme 8

Un mur de séparation 9

Un Mur contre les barbares 9

La stratégie des néo-conservateurs 9

Ta’ayush 10

Mauvais air dans le temps présent :
La construction de la guerre de civilisation 11


Première phase : quel Empire après la guerre froide ? 12

Deuxième phase : la guerre contre la terreur et réciproquement 13

Troisième phase : la guerre des civilisations comme modèle. 14

Quatrième phase : la gestion par le chaos ? 15

La contribution française à la guerre des civilisations 16

Est-il encore possible de sortir du piège ? 16

A propos du «terrorisme islamique» et du «camp des démocraties» 19

Le terrorisme… 19

… et «l’intégrisme» 20

… contre «la démocratie» et la «liberté» ? 21

Sur fond de violence au Proche et Moyen-Orient, construction et mise en forme d’une phobie sociale1 23

Un racisme post-colonial
(Extrait du livre collectif Culture post-coloniale) 25


Des discriminations systémiques et institutionnelles 25

Des « attributions causales » culturalistes, capacitaires et dépolitisantes 26

L’intégrationnisme, autre nom du racisme 27

« Intégrer, réprimer, promouvoir, émanciper » 27

L’enjeu de la nomination 28

Les quartiers populaires français ne sont pas un « désert politique » 31

Le soulèvement des banlieues a une histoire 31

Répression 32

Récupération 32

Classe-moyennisation 33

Les voies du politique 34

« Notre modèle universel d’intégration a toujours eu son exception coloniale. » 36

Quelles sont les principales raisons de l’embrasement des banlieues ? 36

Que pensez-vous de la réaction du gouvernement Villepin face à ces événements ? 36

Que vous inspire la fatwa ainsi que les différents appels au calme de certains imams ? 36

Le modèle français « d’intégration » n’est-il pas un mythe ? 37

Peut-on parler de gestion néo-coloniale des banlieues ? 37



« Choc des civilisations » : À l’origine d’un concept


Par Alain Gresh

« La crise au Proche-Orient (…) ne surgit pas d’une querelle entre Etats, mais d’un choc des civilisations (1). » Dès 1964, un universitaire britannique, encore peu connu, lance la formule qui devait connaître une si grande fortune. Incontestablement, Bernard Lewis est un précurseur. Installé aux Etats-Unis en 1974, spécialiste de la Turquie, il est aussi un acteur politique et il ne s’en cache pas. Très proche de M. Paul Wolfowitz et des néoconservateurs de l’administration Bush, il est partisan de la politique israélienne comme de la guerre contre l’Irak. « Révélé » au grand public après le 11-Septembre, il a commis deux essais très orientés, sous des dehors « scientifiques » : Que s’est-il passé ? Et L’Islam en crise (2), très applaudis. On en a même oublié de rappeler que l’auteur continue de nier le génocide arménien…

Passée inaperçue dans les années 1960, la formule est relancée par lui, vingt-cinq ans plus tard, dans un article, « The roots of muslim rage » (Les racines de la colère musulmane (3)). Il y décrit l’état d’esprit du monde musulman et conclut : « Ceci n’est rien de moins qu’un choc de civilisations, la réaction peut-être irrationnelle mais sûrement historique d’un ancien rival contre notre héritage judéo-chrétien, notre présent séculier et l’expansion mondiale des deux. » « Je pense, précise-t-il en 1995, que la plupart d’entre nous seront d’accord pour dire, et certains l’ont dit, que le choc des civilisations est un aspect important des relations internationales modernes, bien que peu d’entre nous iront jusqu’à dire, comme l’ont fait certains, que les civilisations ont des politiques étrangères et forment des alliances (4). »

La vision d’un « choc des civilisations », opposant d’abord deux entités clairement définies, « Islam » et « Occident » (ou « civilisation judéo-chrétienne ») est au cœur de la pensée de Bernard Lewis, une pensée essentialiste qui réduit les musulmans à une culture figée et éternelle. « Cette haine, insiste-t-il, va au-delà de l’hostilité à certains intérêts ou actions spécifiques ou même à des pays donnés, mais devient un rejet de la civilisation occidentale comme telle, non pas seulement pour ce qu’elle fait mais pour ce qu’elle est et les principes et les valeurs qu’elle pratique et qu’elle professe (5). » Les Iraniens ne se sont pas révoltés contre la dictature du chah imposée par un coup d’Etat fomenté par la CIA en 1953 ; les Palestiniens ne se battent pas contre une interminable occupation ; et si les Arabes haïssent les Etats-Unis, ce n’est pas à cause de l’appui de ces derniers à M. Ariel Sharon ou de leur occupation de l’Irak : en réalité, ce que rejettent les musulmans, ce sont la liberté et la démocratie. Comment comprendre le conflit du Kosovo ou de l’Ethiopie-Erythrée ? Par le refus des musulmans d’être gouvernés par des infidèles, explique Bernard Lewis.

C’est en 1993 que l’Américain Samuel Huntington reprend la formule du « choc des civilisations » dans un célèbre article de Foreign Affairs (6).

Rejeté verbalement en France, le concept s’installe pourtant peu à peu dans les consciences. Quand, en décembre 2003, à Tunis, le président Jacques Chirac parle d’« agression », à propos du foulard, la journaliste Elisabeth Schemla s’en réjouit : « Pour la première fois, Jacques Chirac reconnaît que la France n’est pas épargnée par le choc des civilisations (7). »

« Sans en exagérer l’importance, écrit Emmanuel Brenner dans un pamphlet intitulé France, prends garde de perdre ton âme…, il faut tenir compte d’enjeux culturels qui traduisent des affrontements entre des conceptions du monde différentes sinon antagonistes. (…) Cette dimension culturelle fait défaut à de nombreux observateurs qui omettent de prendre en compte cet arrière-fond historique qui nous parle à notre insu. Un arrière-fond dont la nature longtemps conflictuelle affleure dans les retours identitaires d’aujourd’hui. Il n’est que d’évoquer les croisades et l’affrontement entre les deux rives de la Méditerranée, il n’est que d’évoquer l’avancée de l’islam dans le sud-est de l’Europe jusqu’aux portes de Vienne au XVIIe siècle, il n’est que d’évoquer aussi le temps du Turc redouté et abhorré, puis le temps de la colonisation et son cortège de violences, celui de la décolonisation, enfin, qui fut souvent sanglante. Cette confrontation, ancienne et récurrente, a sédimenté dans les consciences des peuples (8). » Et c’est pour cela, conclut-il, que nombre de jeunes Beurs français sont « culturellement » antisémites…De Mahomet au siège de Vienne par les Ottomans, de la décolonisation à l’islamisme, de l’islamisme à Al-Qaida, du foulard à l’antisémitisme des Beurs, la boucle est bouclée, l’histoire se répète. Sus aux Sarrasins !
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   22

similaire:

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconLa notion de choc des civilisations dans la théorie d’Huntington

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconSamedi, 14h. Direction, les Aiguades. Le parking de la placette ombragée...

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconTravaux dirigés de Théorie, Cycle Licence 5 semestre Session 2015/5016
«Concept Office» et la maison Phoénix «Concept House». L’objectif de

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconLecture du manuel «heritage des civilisations» p. 166

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconI l’approche distinctive de la fonction publique 2
«l’extension», qui désigne l’ensemble des cas qui attestent de la réalité à laquelle correspond le concept. En d’autres termes, «extension»...

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconCivilisations du Monde 14 heures Municipalité C. S. C

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconLe gouvernement continue la casse sociale, engageons la riposte
«de choc» au service des patrons, des possédants avec la poursuite des suppressions de postes et du gel des salaires

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconRadionucléides : analyse documentaire (mpsi, pcsi, ptsi, tpc)
«rayons» d'origine inconnue émis par des sels d'uranium faisait suite en 1896 à celles d'autres rayons dont on n'avait pas encore...

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconC5 : Identifier la diversité des civilisations, des sociétés, des religions
«éducation à la discrimination» ? Pensent-ils que la famille, l’école, la société véhiculent la discrimination et le sexisme, ou...

«Choc des civilisations» : À l’origine d’un concept iconRÉsumé. Ce travail traite de la propagation des ondes de choc élastiques...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com