Curé de Porquerolles (Var)





télécharger 277.99 Kb.
titreCuré de Porquerolles (Var)
page1/9
date de publication11.12.2019
taille277.99 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9
A. BRESSON

 Curé de Porquerolles (Var)

LA COTE D’AZUR
Porquerolles
 ET LES
 Iles d’Or
TOUS DROITS RÉSERVÉS
(Textes et Gravures)


IMPRIMERIE J. COMBlER

 MACON 

 1935

Numérisé par Pierre LAURES Mars 2002

AVANT-PROPOS
_______________

En présentant ce «Guide» au public nous n’avons pas d’autre prétention que de contribuer à faire aimer Porquerolles et les Iles d’Hyères, en aidant à les faire connaître .

Nous ne revendiquons pas pour nous-même la part de science que ces pages renferment. Cette part est due à une foule de travailleurs et de chercheurs patients, qui ont constitué peu à peu l’histoire du littoral hyèrois et de la Provence, et décrit en savants et en artistes les richesses naturelles, les beautés et les attraits de cette région que le Ciel a si libéralement comblée.

Nous avons largement utilisé leurs travaux et tout spécialement Hyères ancien et moderne1 de Denis et Chassinat, le Guide du Touriste à Porquerolles2 de l’abbé Julien Bozon et les Iles d’Hyères3 de M. Emile Jahandiez. 

A la suite d’auteurs si compétents et d’ouvrages si complets, notre rôle pouvait se borner à donner une présentation nouvelle aux divers et nombreux éléments qu’ils nous offraient, et surtout à effectuer les corrections que le temps a rendues nécessaires. 

En effet, la Côte d’Azur, qu’un de ses fervents les plus illustres, le roi Léopold Il de Belgique appelait «la section terrestre du Paradis», a connu ces dernières années une  vogue extraordinaire. A la saison hivernale s’est ajoutée une saison estivale et balnéaire de plus en plus fréquentée. C’est de ce moment que date la prospérité de la «Perle des Iles d’Or». 

Porquerolles n’est donc plus le petit village de pécheurs et la garnison monotone que beaucoup se rappellent encore. L’amélioration des rapports avec le continent, l’aménagement d’hôtels et de nombreux logements, tous progrès principalement dus à M. Fournier, le propriétaire du Domaine récemment décédé, ont contribué à cet heureux résultat. Mais la plus grande part de son succès notre île la doit à elle-même, à son climat, à son charme inexprimable, aux divers enchantements qu’elle offre à ses visiteurs. En quelques années elle est devenue une terre d’élection pour les peintres, épris de couleurs et de lumière, pour les familles désireuses de paix et de tranquillité, pour tous ceux qui dans les saisons brillantes et mondaines de la Côte n’on  pu trouver la réelle détente qu’ils désiraient. 

Porquerolles répond aussi à l’instinct secret, au rêve qu’un jour ou l’autre a nourri chacun d’entre nous, de vivre dans une île sinon déserte et lointaine, du moins capable de donner le sentiment d’être transporté dans un monde nouveau, dans des conditions d’existence nouvelles, à l’écart d’une dure ou décevante humanité, dans un lieu propice au repos et à la réflexion et favorable aux reprises physiques et morales. 

Une romancière, après un séjour à Port-Cros, a donné ce titre à l’un de ses ouvrages : L’âge où l’on croit aux îles. Mais n’y a-t-il qu’un âge pour croire aux îles, et ne se trouve-t-il pas des humains pour y croire toujours ? Tous et toujours n’avons-nous pas besoin de mettre un peu d’idéal, un peu de poésie dans notre vie, de nous abstraire parfois de nos occupations habituelles et de nos soucis quotidiens, pour reprendre ensuite une existence mieux orientée et plus utile ? Il y a de grands idéals auxquels on consacre toute une vie ; il y a aussi de petites poésies auxquelles on peut consacrer quelques jours. Porqucrolles est l’une de ces poésies, et Porquerolles ne déçoit pas, puisque de tous ses visiteurs elle fait des amis. 

Mais tous ses amis ont un intérêt personnel à ce qu’elle demeure l’île tranquille et heureuse, la plage idéale pour enfants, le séjour fréquenté par les familles paisibles, les intellectuels et les artistes. Aussi ne faudrait-il pas que la liberté dont on y jouit, que les facilités que l’on y trouve vinssent à dégénérer en un laisser-aller généralisé, ne respectant rien, ni gens ni choses. 

Il s’agit d’abord du respect des choses. Non pas que des dégâts volontaires et graves aient jamais été commis par les touristes. Mais il y aurait encore quelques progrès à effectuer, au sujet de la propreté, de la netteté à laisser après soi partout où l’on passe, et surtout au sujet des  précautions à prendre pour éviter les incendies de forêts, dont notre région et notre île elle-même ont été parfois si  cruellement atteintes. 

Mention spéciale doit encore être faite de ce dérèglement des mœurs, de ces tenues indécentes même en dehors des plages, de toutes ces habitudes déplorables, s’affichant sans retenue, s’aggravant même chaque année, et que la plupart se gardent bien d’autoriser et de se permettre chez eux. Les habitants de l’île et leurs hôtes sont pourtant aussi respectables que les autres ; et pourquoi notre  population enfantine, si nombreuse, ne mériterait-elle pas les égards qu’on accorde à l’enfance partout ailleurs ? Ceux qui dans nos parages éprouvent le besoin de licences  particulières n’ont pas cependant à naviguer bien loin pour le satisfaire. Les honorables voisins dont nous voulons parler habitent chez eux, et personne n’est exposé à les rencontrer, à moins de se rendre volontairement chez eux. Il y a, que diable ! de la place au soleil pour tout le monde. 

Il serait enfin désirable que la saison d’hiver à  Porquerolles connût la même faveur que celle d’été. A cette époque les agréments de l’île, quoique différents, sont presque aussi nombreux, et la tranquillité n’y est jamais plus parfaite. La douceur et la régularité de son climat, son insolation exceptionnelle, sa basse moyenne hygrométrique sont éminemment favorables aux personnes délicates. Déjà un certain nombre d’hôtes fidèles y passent les mois,  rigoureux ailleurs, de la saison froide ; toute l’année des visiteurs s’y succèdent pour des séjours plus ou moins prolongés. L’amplification de ce mouvement rendrait possible aux logeurs et aux hôteliers, assurés d’une clientèle permanente et suffisante, de consentir de sérieuses diminutions de prix en toute saison. Verrons-nous bientôt la réalisation de ce vœux, Pourquoi pas ? Les autres stations de la Côte-d’Azur ont commencé par la saison d’hiver, et celle d’été a suivi. Ici ferons-nous peut-être le contraire. Ce serait une nouvelle originalité de Porquerolles, qui en est déjà si abondamment pourvue.

A. B.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Curé de Porquerolles (Var) icon= objectif est d’étudier les relati° entre les var explicatives X...

Curé de Porquerolles (Var) iconLe questionnaire sur le var

Curé de Porquerolles (Var) iconConvention collective nationale des établissements privés d'hospitalisation,...

Curé de Porquerolles (Var) iconAdresse du Commandant du cesat p. 5 Le Général de division A. Var...

Curé de Porquerolles (Var) iconLe credit immobilier de france mediterranee
«Le Galaxy», sis à saint laurent du var (06700), 848 Avenue du Général de Gaulle

Curé de Porquerolles (Var) iconCommune de mons (Var)
«T. A. P.» (Temps d’Activités Périscolaires) par le budget communal jusqu’en décembre 2014. Le maintien de la gratuité ou non pour...

Curé de Porquerolles (Var) iconRésumé 1001
«Vive le Roi !». Le meurtre est vengé; le petit village de Tarantaize retrouve peu à peu le calme, mais, sans la droiture du maire...

Curé de Porquerolles (Var) iconConvention cadre de partenariat
«grands projets» identifiés par la cci var mais également à structurer et accompagner la réflexion commune cci/ cdc sur des thématiques...

Curé de Porquerolles (Var) iconRÉsumé Première partie : ‘’
«un curé patriote». En effet, c’est un fervent royaliste qui ne cessa de témoigner au régime impérial une réserve hostile, qui ne...

Curé de Porquerolles (Var) iconMysql query() [function mysql-query]: Can't connect to local Mysql...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com