Histoire et épistémologie de la psychologie moderne





télécharger 148.18 Kb.
titreHistoire et épistémologie de la psychologie moderne
date de publication21.12.2016
taille148.18 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
















  Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
Histoire   de   la   psychologie

Psychologie   =>   science   de   la   conscience,   puis   science   des   comportements,   puis   science   des   conduites

I. Les   débuts   de   la   psychologie   expérimentale
Jusqu’au   18ème   siècle,   la   psychologie   est   une   sous   discipline   de   la   philosophie     (étude   de   la   psyché   =
âme).

2 courants   philosophiques   nouveaux   vont   fortement   influencer   l’émergence   d’une   nouvelle psychologie

-­‐   La   Philosophie   empiriste   :   les   «   faits   de   Conscience   »   sont   observables.   Plutôt   que   d'étudier   l'   âme on   étudie   les   faits   de   csce   :   le   versant   observable   de   l'   âme.   Etudier   le   vécu   personnel   de   chaque individu.   Seule   source   de   connaissance   :   l'   expérience   sensitive   -­‐>   à   la   naissance   rien   de   pré   établi   : on   se   construit   au   fur   et   à   mesure   de   ses   expériences.   Importance   de   l'   éducation.   Méthode   :   étude des   faits   de   csce   par   l'   introspection

-­‐   La   Philosophie   positiviste   :   (Auguste   Comte)   se   fonde   sur   l’établissement   de   faits   et   la   recherche   de
lois.   rejet   intuition   et   introspection   pour   expliquer   phénomènes.   Recherche   de   lois,   observations
rigoureuses   pour   démontrer   liens   entre   phénomènes   observables.   Rejet   de   la   métaphysique   (pas
scientifique)

Les   précurseurs   de   la   psychologie   expérimentale   : -­‐   Des   physiologistes   (WUNDT,   WEBER,   BINET,   PAVLOV) -­‐   Des   physiciens   (FECHNER,   HELMHOLTZ)

-­‐ La   psychologie   scientifique   nait   aussi   d’un   glissement   historique   des   sciences   de   la   matière
(physique,   chimie)   aux   sciences   de   la   vie   (biologie),   puis   aux   sciences   humaines.
Certains   pratiquent   psycho   sans   même   s'en   rendre   compte   .

Exp   1   :   Bessel   1816   :   directeur   observatoire   astronomique.   Observe   que   l'   erreur   de   ses collaborateurs   sont   systématiques   et   tjs   de   la   même   grandeur     équation   personnelle   des astronomes.   Bessel   fait   de   la   psycho   différentielle   de   la   perception   sans   le   savoir.
Exp   2:   Weber   (médecin   et   physiologiste)   rmq   qu'   une   pers   qui   peut   distinguer   13   kg   et   16   kg peut   distinguer   22   onces   de   25   onces   alors   que   3kg   ≠   3   onces

   importance   de   la   mesure   en   psycho   :   on   a   tous   une   mesure   de   réf.   Toute   science   commence   par   la
mesure.   Introduction   de   l'   idée   de   mesure   des   faits   psychiques.   Par   la   mesure   on   peut   créer   lois   et
modèles.   Avt,   tabou   de   mesurer   faits   psychiques   (âme)   :   ne   pas   étudier   homme   comme   un   objet   .


II. La   psychologie   mentaliste   (associationnisme)   :   1879-­‐1913

Au   19ème   siècle,   la   1ère   "école"   de   Psychologie   expérimentale   nait   en   Allemagne   avec   FECHNER   qui publie   en   186e   "Elemente   der   pychophysik".   fECHgER   :   hlève   de   WEBER.   irave   dépression   vers   5eans. Rechercher   équation   qui   relie   matière   (corps)   et   esprit.

 Recherches   sur   les   rapports   entre   l'excitation   (objet   physique,   matériel)   et   la   sensation   (objet
psychique).   Découvre   de   la   1ère   loi   scientifique   en   Psychologie   de   la   perception   :
 «   La   sensation   crojt   comme   le   logarithme   de   l'excitation   »

 excitation   =>     sensation

La   démarche   de   fechner   est   scientifique   car   :

 il   s'attaque   explicitement   à   un   problème   psychologique


CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
 il   développe   des   méthodes   empiriques   (observation   rigoureuse,   expérimentation,   mesure)
pour   le   résoudre

 il   fait   une   synthèse   sous   forme   de   loi   (importance   de   la   loi   :   elle   permet   la   prédiction   des   faits
réels)

gaissance   officielle   de   la   Psychologie   Expérimentale   en   1879   :   fondation   du   1er   laboratoire   de Psychologie   Expérimentale   à   Leipkig   par   WUNDT.

1) Objet   d'étude   du   labo   :   «   les   faits   de   conscience"   :   (→   Psychologie   mentaliste).

Psychologie   =   Science   des   faits   mentaux,   psychiques,   qui   dépendent   de   l'expérience   du   sujet. WlgDT   :   analyse   de   la   conscience   en   éléments   (qui   constitue   psyché),   déterminer   liens   entre éléments   et   établir   lois   de   connection
2) Les   méthodes   :   l’introspection

faits   mentaux   inobservables   d'ou   introspection   =   Observation   des   faits   mentaux   de   l'individu   sur   lui-­‐
même.   Méthode   non   vérifiable   et   pas   totalement   objective   mais   qui   devient   technique   de   recueil   de
faits   subjectifs   que   le   chercheur   doit   analyser   de   manière   rigoureuse   et   systématique   et   si   possible
en   laboratoire

Exp   :   EBBINGHAUS   (psychologue   alld)   :   travaille   sur   mémoire   et   apprentissage.   Relève   ses   propres
performances   dans   une   situation   expérimentale -­‐>   travaille   sur   lui   même   pour   établir   lois

scientifiques.

3) Type   de   recherches   :   la   perception,   les   temps   de   réaction,   l'attention,   la   mémoire   ...   :   fonctions considérées   comme   simples.
4) Modèles   théoriques   :   modèles   associationnistes

les   idées   complexes   ne   sont   que   l'association   d'idées   simples.   hléments   de   base   simple   expliquent par   association   des   sensations   complexes.

Cette   notion   "d'association"   se   transmettra   jusqu’a   WlgDT   et   toute   la   1ère   époque   de   Psychologie scientifique.
Exemple   de   la   perception   :   2   temps

1-­‐   les   sensations   élémentaires   (les   informations   renues   par   le   cerveau)o

2-­‐   une   synthèse   de   ces   sensations,   associées   entre   elles   par   la   répétition   des   mêmes   perceptions.

p   cette   synthèse   est   une   reconnaissance:   on   ne   pernoit   que   ce   que   l'on   connait.

p   la   perception   immédiate   dépend   des   perceptions   antérieures.   Elle   s'est   construite,   expérience perceptive   après   expérience   ("l'esprit   est,   à   l'origine,   une   table   rase").   C'est   une   conception   très empiriste   et   constructiviste.


III. Les   Réactions

Au   début   du   2eème   siècle,   différents   courants   vont   émerger   en   réaction   à   l'associationnisme, pratiquement   à   la   même   époque,   mais   dans   des   pays   différents,   et   surtout   pour   des   raisons différentes.
1. En   Allemagne   :   la   iestalt-­‐théorie
La   Gestalt-­‐théorie   :   apparait   en   Allemagne   (école   de   Berlin)   1910-­‐1920
 WERTHEIMER,   qrHLER,   qOffqA,   LEWIg



CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
Divergence   théorique   avec   mentalistes   :   réaction   à   l'élémentarisme   de   l'associationnisme:   les   faits psychiques   complexes   ne   sont   pas   la   somme   d'éléments   simples   associés   o   le   tout   (gestalt   =   forme   = dans   le   sens   de   "tout")   n'est   jamais   la   simple   somme   des   parties   qui   le   composent.

Exp   :   Travaux   sur   la   perception   (illusions   optiques...):   perception   =   un   tout   fusionné,   pas   de sensation     pure.

Théorie   de   la   forme :   Les   faits   psychiques (perception,   mémorisation,   images   mentales,

raisonnement,   etc...)   sont   des   "formes" (des   gestalts)   d'un   niveau   supérieur,   qualitativement

différentes   des   éléments   qui   les   composent.   La   résolution   de   problème   est   le   résultat   de   «   l’insight   » ou   restructuration   du   champs.   Insight   =   découverte   soudaine   de   la   solution   à   un   problème   sans passer   par   une   série   d'essais-­‐erreurs   progressifs   (qrHLER)

Désaccord   théorique   -­‐>   puis   abandon   méthode   introspection   :   ne   sert   à   rien   de   rechercher   éléments de   base   puisqu'il   n'y   en   a   pas.   Pas   de   matière   sans   forme.

 Structuralisme   (structure   globale   de   la   forme).

WERTHEIMER   fondateur   psycho   de   la   forme.   Montre   le   phénomène   "phi"   :   il   est   impossible   à   l'individu d'identifier   les   stimuli   de   base.

2. france   :   Alfred   Binet   (185s-­‐1911)
Alfred   BINET   :   1911t1913

Connu   pour   son   test   d'intelligence   avec   J.   Simon   :   uI   =   échelle   métrique   de   l’intelligence
 uI   =   âge   mental   t   âge   chronologique   x   1ee

BIgET   :

-­‐ fondateur   psychométrie

-­‐ précurseur   psycho   expérimentale   en   france

BIgET   s'oppose   sur   3   points   au   mentalisme   du   19ème   siècle:

 htudie   les   fonctions   supérieures   du   Psychisme   (intelligence,   langage,   pensée)   en   réaction   à
l'élémentarisme   de   l'associationnisme

 Applique   la   méthode   comparative   (pour   remplacer   l'introspection).

 uuitte   le   laboratoire   pour   le   terrain   (l'école).   Les   observations   sont   moins   standardisées,   plus
cliniques   mais   plus   riches.   fondateur   d’une   école   de   Psychologie   clinique   du   normal,
typiquement   francophone   (WALLOg,   REv,   wAwwO,   PIAiET).
En   france,   si   la   Société   (frannaise)   de   Psychologie   est   créée   par   JAgET   en   19e1,   la   Licence   de Psychologie   doit   attendre   19x8.

3. Angleterre   :   Charles   Daryin
DAWIN   fonde   la   Psychologie   animale   (incluant   l’individu   humain)   tandis   que   son   cousin   GALTON   fonde la   Psychologie   humaine   à   proprement   parlé.

iALTOg   reprend   de   DARWIg   l'intérêt   d'étudier   les   variations   inter-­‐individuelles.   Il   fonde   la   psychologie différentielle   dont   on   retiendra   :   (rmq   :   WlgDT   :   fondateur   psycho   générale)
 l'importance   des   méthodes   statistiques

 l'essor   de   la   Psychologie   appliquée   :   création   de   tests   employés   dans   la   sélection   scolaire   ou
professionnelle

On   ne   se   base   plus   seulement   sur   introspection   =>   techniques   nouvelles   z   objectives   et   quantifiables

4. Autriche   :   freud
FREUD   médecin.   {a   marquer   la   psychologie.



CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
192e   :   2nde   topique

Selon   fRElD   :   travail   de   la   csce   sur   elle   même   difficilement   objectif   car   inconscient.   Certains   contenus
de   la   conscience   échappent   à   la   conscience   elle   même,   on   a   pas   forcément   les   moyens   de   s’auto-­‐
analyser

5. l.R.S.S.   :   Pavlov   -­‐   Physiologiste   (18x9-­‐1936)
PAVLOV   :   Met   en   évidence   l’existence   des   réflexes   conditionnés   en   1903.

Réaction   envers   la   subjectivité   de   l'introspection.   {olonté   de   fonder   des   modèles   psychologiques   sur des   principes   physiologiques   solides.   =>   éviter   toute   forme   d’introspection

Ce   qui   est   acquis   par   l’apprentissage   deviennent   des   réflexes   quand   le   cerveau   fait   le   lien   entre   un stimulus   est   l’action   qui   suit.

«   Le   chien   de   PA{LO{   »   -­‐>   réaction   au   conditionnement   :   si   on   habitue   un   chien   à   le   nourrir   suite   à   un
stimulus   sonore   (clochette),   le   chien   aura   faim   dès   qu’il   entend   le   bruit   =>   réactions   inconditionnelles
(RI)   chek   le   chien   :   salivation   -­‐>   déclenchées   automatiquement   par   certains   stimuli   inconditionnels
(SI).   Substitution   d’un   stimulus   inconditionnel (exp   :   la   vision   de   la   nourriture)   à   un   stimulus

conditionné   (exp   :   la   clochette)

expliquer   comportements   par   les   stimuli   qui   les   conditionnent
 psychologie   expérimentale   :   objet   :   les   phénomènes   observables,   leurs   lois,   leurs   causes
immédiates.   On   ne   s’intéresse   plus   à   l’âme.
 Révolution   behavioriste


IV. États   Unis   -   Watson-­‐   La   révolution   Behavioriste   (le   comportementalisme)

Tous   ces   courants   sont   des   réactions   (théoriques   ou   méthodologiques)   à   la   psychologie   mentaliste   de la   fin   du   19ème   siècle.

Mais   la   révolution   épistémologique   qui   modifiera   la   conception   et   surtout   l’objet   de   la   Psychologie, s'effectuera   aux   Etats-­‐lnis.

 Comportementalisme   («   Behaviorisme   »)

1. gaissance   du   Behaviorisme
Ce   nouveau   courant   fut   développé   et (re)connu   grâce   à   WATSON (18s8-­‐1958)   :   philosophe,

physiologiste,   psychologue,   prof   de   psycho   animale.

auteur   du   1er   article   (1913)   :   "Psychology   as   the   behaviorist   vieys   it"   =   la   psychologie   comme   la   voit le   behaviorisme   considéré   comme   la   naissance   du   behaviourisme.

Watson   a   été   très   imprégné   des   théories   philosophiques   (le   positivisme)   et   des   travaux   des associationnistes.

Avant   Watson   auteurs   qui   ont   amenés   à   la   réflexion   de   Watson   :    france   :

Henri   Pieron   (article   de   19e8)   :   idées   proches   de   celles   de   Watson    htats-­‐lnis   :

William   James   (18x2-­‐191e)   :   Rejet   des   conceptions   élémentaristes   mentalistes.   La   pensée   a pour   fonction   l’adaptation   de   l’individu   à   son   environnement   o   toute   connaissance   est   vraie   si   elle   est utile,   efficace.   Conception   pragmatique   de   la   connaissance



CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
   John   Deyey   (1859-­‐1952)   :   fondateur   du   "fonctionnalisme"   (ou   "école   de   Chicago"),   pour qui   toute   conduite   est   adaptative.   Analyser   conduites   complexes   de   l’Homme,   homme   vu   comme   un individu   actif   qui   sélectionne   les   données   de   l’environnement   pour   élaborer   réponses   adaptées.
Psychologie   américaine   :   psychologie   animale   (ou   comparée)   z   essor   psychologie   appliquée
On   peut   étudier   psychologie   humaine   sans   chercher   à   étudier   la   «   boite   noire   »   (la   psychée,   ce   qui   se passe   dans   l’esprit   de   l’individu)
a.   lne   révolution   méthodologique   :   la   remise   en   cause   de   l’introspection
p   les   découvertes   par   introspection   sont   invérifiables   o   pas   objectives

p   l'introspection   vise   l'observation   du   contenu   de   la   pensée.   Ce   contenu,   ce   sont   des   «   images   ».   Or, il   existe   une   pensée   sans   images   o

p   l'introspection   en   Psychologie   animale   ou   en   Psychologie   de   l'enfant   est   impossible.

gécessité   de   renoncer   à   l’introspection   pour   observer   les   comportements,   comme   dans   toutes   les autres   sciences   de   la   nature.

b.   ln   changement   d'objet   d’étude

gouvelle   conception   de   l'objet   étudié   par   la   Psychologie   scientifique.   La   science   des   données   de   la conscience   devient   la   science   des   comportements.

Attention   :   WATSOg   ne   nie   pas   l'existence   de   la   conscience   (ni   même   de   l'inconscient),   mais   il   nie   que ce   soit   un   objet   d'étude   scientifique,   ou   un   principe   explicatifo   c'est   en   cela   que   l'on   peut   parler   de révolution   épistémologique.

«   L'étude   du   comportement   -­‐   de   la   conduite   -­‐   consiste   à   établir   les   relations   qui   existent   entre   les stimulations   venant   du   milieu   et   les   réponses   de   l'organisme,   deux   classes   de   phénomènes observables   »

Tout   comportement   est   une   réponse   à   une   stimulation. Stimulus   ({I)        Réponse   ({D)

But   :   prédire   la   réponse   à   partir   de   d’un   stimulus,   ou   prédire   quel   type   de   stimulus   a   amené   à   telle

réponse.

Etablir   lois   du   comportement.   Mais   comment   établir   ces   lois   sans   faire   allusion   à   la   «   boite   noire   »   à laquelle   nous   n’avons   pas   accès   |
c.   L'explication   du   comportement   :   Les   théories   de   l'apprentissage

Selon   WATSOg,   si   l'hérédité   ne   joue   que   sur   le   physiologique,   alors,   le   comportement   est   le   fruit   de l'apprentissage.

L'apprentissage   sera   le   seul   principe   explicatif   de   ce   courant   de   pensée   synthétisant   des   hypothèses et   travaux   de   chercheurs   déjà   évoqués

   L'apprentissage   se   fait   par   tâtonnement.

THORNDIKE   (19ee)   (initiateur   de   la   psychologie   américaine   de   l’apprentissage)   :   L'animal   procède   par essais   et   erreurso   il   tâtonne.   L'observation   montre   que   le   taux   des   erreurs   baisse   dans   le   temps.
La   loi   de   l’exercice   ou   de   répétition   :

Thorndike   souligne   le   rôle   de   l’exercice   (loi   de   l’exercice)   proche   de   la   loi   de   répétitions   des associationnistes.   Apprentissage   =   processus   associatif   :   connexion   entre   2   éléments.   Besoin   de   faire plusieurs   exercices   pour   que   l’animal   trouve   et   enregistre   ce   lien.

L’association   (associationnisme)   entre   par   exemple   la   situation   et   la   bonne   réponse   (appuyer   sur   la bonne   manette)   se   consolide   par   la   répétition   à   travers   le   temps   de   cette   association.
   La   loi   de   l'effet   :

Les   connexions   établies   sont   renforcées   ou   affaiblies   par   les   conséquences   positives   ou   négatives   (loi de   l’effet)

Il   n’y   a   association   entre   la   situation   et   le   fait   d'appuyer   sur   la   bonne   manette   que   parce   que   ce comportement   est   suivi   de   l'arrivée   de   la   nourriture,   ce   qu'on   appelle   le   «   renforcement   primaire   » (chien   de   PA{LO{).   Watson   intègre   le   modèle   conditionné   de   PA{LO{   à   sa   théorie   pour   expliquer l’apprentissage.


CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
Définition   :   L'apprentissage   est   une   modification   systématique   du   comportement,   résultat   de   la répétition   du   stimulus   (ou   de   la   situation)   et   suivie   d'un   renforcement

WATSOg   veut   contrôler   phénomènes   psychologiques   en   induisant   comportements,   créer   de   nlles
association   S-­‐>R   dans   une   visée   d’intervention.   Il   doit   expliquer   comment   se   construit   le
comportement   :   par   le   conditionnement (-­‐>   PA{LO{).   Réactions   émotionnelles   sont   d’origine

conditionnées.   Place   centrale   des   éducateurs   dans   le   dvpt   de   l’enfant.   Le   réflexe   conditionnée   est l’unité   dont   la   multiplication   constitue   l’ensb   d’une   habitude   (habitude   =   réflexe   conditionné   répété
de   multiples   fois).   Il   est   possible   de   conditionner   un   comportement,   de   le   déconditionner,   de   le
reconditionner

 prémisses   des   TCC   (thérapies   cognitivo-­‐compotementales)

2. Skinner   (19ex-­‐   199e)   :   Le   conditionnement   opérant
Certains   stimuli   connus   ne   provoquent   aucune   réaction   o   des   réponses   peuvent   apparajtre   sans   qu’il y   ait   de   stimulus.   -­‐>   on   ne   peut   pas   toujours   faire   le   lien   stimulust   réponse.

Pour   SKINNER,   il   est   nécessaire   de   prendre   en   compte   les   conséquences   de   l’action   et   de   comprendre comment   la   situation   qui   suit   le   comportement   peut   avoir   un   effet   sur   lui.   Conception   finaliste     le comportement   est   guidé   par   un   but,   une   intention     quelque   chose   qui   se   passe   dans   la   tête   (boite noire)   mais   que   en   tant   que   behavioriste   on   ne   peut   pas   étudier

Dans   le   conditionnement   opérant   de   SqIggER,   le   renforcement   (récompense   :   renforcement   positif
ou   punition   :   renforcement   négatif)   est   dépendant   de   l’action   de   l’organisme   (le   sujet   =   chien   ou   rat
ou   ...   l’homme)   o   c’est   par   sa   réponse   que   l’animal   obtient   la   récompense   ou   provoque   ou   non   la
punition.   Ces   renforcements   motivent,   accélerent   et   confortent   les   apprentissages.
≠   conditionnement   classique   :   comportement   du   sujet   n’a   aucun   effet   sur   la   réponse   conditionnée
dans   le   domaine   de   l’éducation   :   Skinner   propose   enseignements   programmés   découpés   en   petites
étapes   (progression   pédagogiques)   :   on   multiplie   renforcements   positifs     le   mobilise   à   acquérir
compétences   suivantes

3. Apports   et   limites   du   Behaviourisme
Les   avancées   :

p   ln   objet   d’études   accessible   et   specifique   (le   comportement)
p   Des   méthodes   objectives   (observation,   expérimentation)
p   Des   résultats   en   particulier   sur   les   processus   d’apprentissage
Les   critiques

p   Beaucoup   de   phénomènes   restent   inexpliqués.

p   Certaines   conduites   sont   immédiatement   adaptées,   sans   apprentissage   (l'insight).   -­‐>labyrinthe   de Tolman

p   On   ne   fait   que   constater   des   liaisons   SRo   ces   constats   n'expliquent   rien   en   eux-­‐   mêmes.   Pourquoi ce   lien   |
gécessité   d'inférer   des   structures   internes (mentales)   pour   expliquer   d'abord   certains

comportements,   puis   petit   à   petit   tous   les   comportements.

   fin   behaviorisme   dans   fin   6e’s

Peut-­‐on   travailler   sur   phénomènes   mentaux   sans   perdre   en   objectivité   |



CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
V. La   psychologie   cognitiviste   actuelle   (depuis   19f7)
1. ln   non   retour   pur   et   simple   au   mentalisme   du   19e   siècle
Cognitivisme   commence   dans   xe’s   et   explose   à   la   fin   des   6e’s   aux   lS.

france   :   ne   s’institutionnalise   qu’au   début   des   8e’s   et   divulgation   massive   que   depuis   quelques
années

   courant   psycho   récent

≠   du   Behaviorisme   :   la   Psychologie   n'est   plus   la   science   du   comportement,   elle   redevient   la   science de   ce   qui   existe   derrière   les   comportements,   entre   la   Situation   (le   Stimulus)   et   la   Réponse.   Il   s’agit d’entrer   dans   la   boite   noire,   d’étudier   comment   elle   est   faite   et   comment   elle   fonctionne

 étude   de   la   boite   noire.   Science   des   conduites   (=   manière   d'agir,   motrice,   verbale   et
psychique,   d'un   individu   en   réponse   à   des   circonstances   déterminées,   et   qui   se   caractérise
par   son   but,   sa   signification   et   sa   fonction.)

 ln   nouveau   courant   épistémologique   en   opposition   au   behaviorisme

~ ~   ≠   simple   retour   au   mentalisme.

Pour   expliquer   le   comportement   :   étude   de   2   facteurs   en   interaction   :   situation   et   psychisme
Cpdt   :   Boite   noire   toujours   inobservable.   lne   connaissance   scientifique   des   phénomènes inobservables   est   elle   possible   |

   Réponse   :   une   connaissance   scientifique   de   la   boite   noire   est   possible   à   condition   d’adopter   la démarche   suivante   :

1. observation   des   comportements,   et   des   situations   dans   lesquelles   ils   s'inscrivent   (SR)o

2. construction   de   modèles   des   faits   mentaux   inobservables   censés   expliquer   ces
comportementso

3. validation   de   ces   modèles   en   les   confrontant   de   nouveau   aux   observables   à   travers   des
observations   rigoureuses   et   des   expérimentations.

Rappel   :   Science   n’étudie   pas   le   réel,   elle   en   fait   des   modeles   qu’elle   tente   de   valider   empiriquement

2. Idées   et   auteurs   qui   ont   permis   cette   révolution   cognitiviste
Les   prémisses   de   la   révolution   cognitivite   :

Confrontation   théorique   aux   l.S.A.   entre 193e   et   195e   des   Behavioristes   et   des   iestaltistes

allemands   réfugiés   (mentalisme   structuraliste)     désaccord   entre   les   2   écoles     chercher   à   avoir une   vision   plus   complète   et   plus   cohérente   du   psychisme     révolution   cognitiviste
Travaux   de   BARTLETT   (1886   -­‐   1969)

Il   propose   la   notion   de   schéma   =   structure   de   connaissances   assimilatrice   construite   à   travers   les expériences   passées   et   installée   «   clef   en   main   »   pour   traiter   (mémoriser,   comprendre,   ...)   les informations   d’entrée.
Les   travaux   de   TOLMAN   (1886   -­‐   1959)   sur   l’apprentissage   :

TOLMAg   intègre   la   notion   de   variables   intermédiaires   entre   le   stimulus   et   la   réponse   =>   dépasser behaviorisme.

Contemporain   de   SqIggER,   philosophe   et   psychologue   (Berkeley,   lSA).   Le   comportement   est   le résultat   d’une   organisation   interne   orientée   par   l’atteinte   d’un   but   (   Skinner   :   pensée   finaliste).   Le comportement   est   intentionnel   et   cognitif

Pour   TOLMAg,   l’apprentissage   permet   la   construction   d’une   organisation   interne   (sous   forme   de   carte
cognitive)   qui   n’est   pas   préétablie   (≠ gestalt)   mais   construite   à   travers   l’activité   du   sujet   pour

atteindre   des   buts.


CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
Rmq   :   il   faut   qu’il   y   ait   un   but   t   une   motivation   pour   que   l’apprentissage   soit   rapide.

2 types   d’apprentissage   :   apprentissage   de   type   «   carte   cognitive   »   ou   apprentissage   de   type   SR

les   progrès   des   "Langages   formels"   dans   les   années   xe-­‐5e   :   modèles   pour   l’analyse   des   processus mentaux

-­‐   La   cybernétique   :   WIENER,   19x8.   gotion   importante   :   feed-­‐bacg   =   La   modification   de   l’objectif   de   la cible   ou   le   résultat   de   l’action   modifient   en   retour   l’activité   cognitive   par   un   processus   de   contrôle   et de   réajustement   (pas   totalement   anti-­‐behaviouriste   :   c’est   par   son   geste   que   l’individu   qui   veut atteindre   un   but   va   réorienter   son   comportment   pour   atteindre   ce   but).

-­‐   Les   théories   de   l'information:   SHAggOg,   WEA{ER

-­‐   Les   avancées   de   la   linguistique   :   CHOMSqI
-­‐   L’intelligence   artificielle   (informatique)
 La   Psychologie   cognitiviste   considère   le   cerveau   comme   un   systeme   de   traitement   de lhinformation.

Comment   l’information   est-­‐elle   traitée   |

3. uue   veut   dire   «   cognitif   »   |
Cognitif «   qualifie   les   processus   par   lesquels   un   organisme   acquiert   des   informations   sur   son
environnement   et   les   élabore   pour   régler   son   comportement   ».

Le   schéma   de   la   psychologie   actuelle   est   bien:

Information

Situation →→→→→         processus   cognitifs   →   →→→→   Réponse   comportementale

Etudier   ces   processus   cognitifs   qu’on   ne   peut   pas   observer   directement.

Processus   cognitifs   ou   "cognition":   grande   fonction   fondamentale   de   l'esprit   humain   qui   sert   à   :

-­‐ appréhender   le   Réel

-­‐ le   représenter

-­‐ le   conserver

-­‐ le   penser

-­‐ le   parler

   pour   que   l’esprit   humain   agisse   sur   le   Réel,   au   mieux   de   ses   intérêts,   c'est-­‐à-­‐dire   pour   s'y   adapter
On   a   longtemps   opposé   en   psychologie   "cognition"   et   "affectivité".

Mais   classiquement,   on   considère   3   grandes   fonctions   ou   systèmes   composant   le   psychisme   (la   boite noire,   la   personnalité)   -­‐>   interaction   des   3

-­‐ ln   systeme   cognitif,   qui   permet   de   traiter   et   de   se   représenter   les   données   de
l’environnement   et   à   leur   donner   une   signification   (la   cognition)

-­‐ ln   systeme   affectivo-­‐émotionnel   qui   permet   d’attribuer   une   valeur   personnelle   à   ces

données   de   l’environnement   (l’affectif)

-­‐ ln   systeme   motivationnel   qui   déclenche   et   oriente   l’activité   d’échanges   avec   le   milieu   (la

conation)

Et   quel   que   soit   le   système,   la   démarche   est   de   s’appuyer   sur   les   comportements   pour   élaborer   des modèles   de   fonctionnement   des   structures   mentales   (processus   psychiques)   qui   seront   validés   ou non   par   la   confrontation   avec   le   réel.

4. Apports   et   limites   du   cognitivisme
a.   ln   consensus

 Légitime   et   possible   d’étudier   les   états   et   les   processus   internes



CM   Histoire   et   épistémologie   de   la   psychologie   moderne
 htude   qui   peut   être   indépendante   des   soubassements   neuro-­‐physiologiques

 htats   et   processus   cognitifs   pouvant   être   analysés   en   eux-­‐mêmes   et   pour   eux-­‐mêmes   hors   autres composantes   de   la   personnalité

 Cognitif   non   constitué   d’une   collection   de   fonctions   isolées   mais   d’un   ensemble   d’activités interdépendantes   qui   forment   un   système

 La   psychologie   cognitive   se   donne   pour   objectif   d’élaborer   des   modèles   de   la   structure   et   du fonctionnement   de   ce   système

 Elle   substitue   à   la   causalité   linéaire   du   behaviourisme   (S-­‐R)   une   causalité   systémique   (pluralités

des   déterminants   et   régulation   des   conduites   par   feed-­‐back).
b.   Limites   et   risques

 Emploi   abusif   de   la   métaphore   informatique   pour   analyser   les   processus   de   pensée

 Importer   des   concepts   d’autres   disciplines   et   ainsi   réduire   l’objet   d’étude

 ge   pas   prendre   suffisamment   en   compte   les   différences   entre   organisme   biologique   (nous)   et   une
machine   artificielle

 gous   empêcherai   de   travailler   sur   les   spécificité   individuelle   au   niveau   affectif   et   émotionnel


Conclusion
3 grandes   étapes

18f0-­‐1912   :   rupture   avec   philo   et   construction   psychologie   moderne.   Méthode   privilégiée   : introspection.   =>   Mentalisme   Courant   associationniste

1913-­‐19f7   :   démarche   z   objective   =>   modèle   SR.   étudier   liaison   stimulus   Ä   réponse. 19f7-­‐   :   cognitivisme     étude   des   conduites   :   objet   plus   large

Soucis   d’obiectivité   constant   en   psychologie.   Expliquer   l’inobservable,   s’approcher   le   z   possible   du
réel.

similaire:

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconHistoire du cirque «moderne» au cirque «contemporain»
...

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconCommunication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique...
«Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude de...

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconDu côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie...

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconEsquisse des mouvements de prix et des revenus en France au xviiième siècle
«surveiller et punir : naissance de la prison» en 1975 : la prison évolue avec l’idéologie…cette théorie a surtout influencé l’histoire...

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconLe Code de commerce au Japon : une brève histoire ou le Code sans esprit
«droit moderne» garantissant aux étrangers, en particulier aux commerçants, une protection analogue à celle qu’ils pouvaient trouver...

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconCours 7 Epistémologie 2008-2009

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconC omposition histoire et mémoires de la Guerre d’Algérie
«Pieds Noirs», les immigrés algériens… facilité l’amnésie de la population française. Petit à petit, l’histoire officielle, cependant,...

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconManuel de psychologie du soin

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconDictionnaire psychologie / psychanalyse

Histoire et épistémologie de la psychologie moderne iconT. D. S2 Psychologie du Développement des Actions






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com