Prise de parole cgt fo fsu solidaires





télécharger 11.26 Kb.
titrePrise de parole cgt fo fsu solidaires
date de publication12.12.2019
taille11.26 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
PRISE DE PAROLE CGT FO FSU SOLIDAIRES

15 SEPTEMBRE 2016
On l’a écrit cet été au Président de la République avec la carte postale intersyndicale : « on se retrouve à la rentrée ». La mobilisation a été utile, elle a fait reculer le gouvernement sur quelques points comme le plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif, l’augmentation du temps de travail pour les apprentis, le rétablissement du périmètre international en cas de licenciement économique… et surtout parce qu’elle nous a permis malgré un acharnement sans précédent sur les libertés syndicales de conserver une opinion publique largement contre cette loi scélérate.

Pour autant, l’essentiel des dangers de la loi demeure en s’attaquant au quotidien des travailleurs puisque c’est l’accord d’entreprise qui prévaudra en matière de temps de travail entre autres. C’est-à-dire : la durée et l’aménagement du temps de travail, les durées maximales de travail, les heures supplémentaires, les forfaits, le travail de nuit, le temps partiel, les repos, jours fériés et congés payés. De plus les deux premiers articles donnent le ton et confirment la volonté gouvernementale d’offrir au MEDEF la remise en cause de plus d’un siècle de luttes sociales :

-Le 1er article confie la poursuite de la casse (appelée « refonte ») du Code du travail à une commission d’experts en prenant le soin d’exclure les OS de la négociation.

-l’article 2 bafoue la liberté d’opinion et de conviction au mépris de notre constitution et de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen puisqu’il donne la possibilité de restreindre la manifestation des convictions des salariés dans le règlement intérieur de l’entreprise.

L’adoption de cette loi est une atteinte inacceptable à la démocratie citoyenne, à la démocratie sociale, à la démocratie parlementaire.

Pour autant rien n’est encore fait, rien n’est encore joué.

Partout et y compris dans les entreprises, refusons sa mise en œuvre concrète. Le patronat, lui, n’attend pas pour remettre en cause les RTT ou les accords temps de travail comme chez Bouygues Telecom.

Lui et le gouvernement voudraient nous faire croire que la crise et le manque d’argent imposent de demander des sacrifices aux salariés, qu’il n’y a pas d’autre solution.

Pourtant, de l’argent, il y en a mais pas dans les bonnes poches. En 2016, les actionnaires devraient se partager quelques 1 028 milliards d’euros, soit la moitié de la richesse produite dans l’Hexagone. Championne d’Europe, la France se distingue à ces olympiades du fric et de la finance.

Pendant ce temps, les salaires, pensions, minima sociaux sont au point mort, a contrario les dépenses de la vie courante ne cessent de grimper : santé, logement, scolarité notamment pour les étudiants dont un sur deux se trouve contraint de travailler pour financer ses études. La baisse du montant des pensions oblige désormais les retraités à cesser de plus en plus tard leur activité professionnelle, voire à en reprendre une pour ne pas sombrer dans la pauvreté.
Un rapport sénatorial est sans équivoque, le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) et le pacte de responsabilité, qui a couté pas moins de 41 milliards, n’ont démontré aucun effet jusqu’ici sur l’investissement et l’emploi.

Les entreprises ne font qu’empocher cette manne financière avec pour seul résultat un niveau record à hauteur de 32,2 % pour le taux de marge des entreprises au profit, pour l’essentiel, des actionnaires. C’est ainsi que les dividendes français « ont augmenté de 11,2 %, pour atteindre 40 milliards de dollars (35 milliards d’euros). Un résultat que seuls les Pays-Bas et la Corée du Sud ont réussi à surpasser !

Contrepartie de ces cadeaux fiscaux et exonérations de cotisations sociales, la baisse des dotations aux collectivités locales a eu raison de l’investissement des administrations publiques qui a chuté de 1,7 % pénalisant le développement et les emplois futurs.

En favorisant la précarisation de l’emploi (facilitation des licenciements économiques, conditions de reprise des entreprises, plans défensifs et offensifs de maintien de l’emploi,…) et en bloquant les salaires (majoration des heures supplémentaires, aménagement du temps de travail, forfaits jours,...), la loi El Khomri est à la fois une régression historique pour les salariés et les jeunes mais aussi un absolu d’inefficacité économique.

Le gouvernement a beau dire, il a beau faire : à juste titre 71 % des Français rejettent la loi Travail et 55 % jugent que les syndicats ont raison de reprendre le combat à la rentrée.

L’adoption de cette loi est une atteinte inacceptable à la démocratie citoyenne, à la démocratie sociale, à la démocratie parlementaire.

Pour autant rien n’est encore fait, rien n’est encore joué. Pas moins de 127 décrets sont à prendre pour inscrire dans le réel, cette loi absurde économiquement et abjecte socialement. Partout, et y compris dans les entreprises, refusons sa mise en œuvre concrète. Le patronat, lui, est déjà à l’offensive pour remettre en cause ici les RTT, là les accords temps de travail, etc.

Cela légitime la mobilisation, l’encourage, doit convaincre d’y prendre part pour empêcher l’application d’une loi qui n’a jamais fait l’objet d’un vote par les députés mais d’un passage en force par coups de 49,3 et d’une promulgation au cœur de l’été… le combat victorieux pour l’abrogation du Contrat premier embauche (CPE) pourtant publié au Journal Officiel montre que gagner cela possible…

Alors face aux 230 milliards d’euros d’aides publiques et d’exonérations pour les entreprises, face aux 80 milliards de fraude fiscale, face aux 53 milliards de profits de 2015 pour les entreprises du CAC 40, nous affirmons que :

- nous valons mieux que l’austérité salariale, nous valons mieux que l’allongement de la durée du travail,

- nous valons mieux que les suppressions d’emplois et les coupes budgétaires qui dégradent les conditions de travail,

-nous valons mieux que la Loi Travail.

Et nous ne sommes pas dupes que c’est la Fonction publique qui sera la prochaine cible de la liste des régressions si nous nous relâchons. Alors partout dans les entreprises et les services revendiquons l’abrogation de la loi travail, la défense du statut des fonctionnaires, mais aussi des augmentations de salaires, des emplois et des investissements, un temps de travail qui réponde au chômage de masse.
Les gardiens du pouvoir laissent à penser qu’une seule voie est possible : celle de l’accompagnement du détricotage des droits des travailleurs construits au fil des luttes sociales. Le capital n’a jamais hésité à nager dans les eaux du pire pour défendre ses intérêts et s’accaparer le fruit du travail. Face à eux montrons notre colère et montrons que nous n’abdiquerons jamais pour défendre les intérêts de ceux qui produisent la richesse par leur travail.

similaire:

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconFonction publique | Communiqué cftc, cgc, cgt, fo, fsu et Solidaires du 1er février 2013

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconP ar 250 voix pour, 26 contre et 278 abstentions et malgré les rassemblements...

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconConfédération Générale
...

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconCommuniqué des organisations syndicales cgt, force ouvriere, fsu,...
«agenda social», elles considèrent qu'elles n'ont pas été entendues sur la nécessaire amélioration des rémunérations des agents de...

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconLes organisations usr-cgt, udr-fo, cftc, sfr fsu, et fgr-fp 17

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconCgt tresor cgt impots cgt douanes cgt concurrence cgt ecole des mines
«Bolkestein» et ses liens avec le traité constitutionnel

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconSgpa-cgt-culture, sntrs-cgt, snac-fsu, sud-culture, cfdt-culture...
«conjuguer» le révèle (février 2005), la situation de l’archéologie préventive et celle de l’inrap sont catastrophiques. Cette situation...

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconCommunique de presse cgt-culture, snac-fsu, sud-culture, cfdt-culture

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconDéclaration commune cgt solidaires du Gers
«indépendant» à la roumaine ou à la polonaise fleurissent? L’accord organise, la mobilité interne forcée, d’un site à l’autre, sans...

Prise de parole cgt fo fsu solidaires iconParole d’un homme ou Parole Divine






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com