Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes





télécharger 23.93 Kb.
titreTravailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes
date de publication18.01.2020
taille23.93 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes

âgées et les personnes handicapées aient… moins de droits  !

Une journée de travail gratuit obligatoire, c'est contraire au droit !
La journée de travail obligatoire gratuit que les autorités gouvernementales veulent imposer à tous les salariés est pour le moins inacceptable dans son principe à différents niveaux et contestable sur le plan juridique.
Par la loi n° 2004-626 du 30 juin 2004 « relative à la solidarité pour l'autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées », les autorités gouvernementales veulent imposer « une journée supplémentaire de travail non rémunérée », c'est à dire contraindre les salariés à travailler un jour de plus (7 h) gratuitement.
C'est contraire au « droit au salaire » prévu par plusieurs textes de droit international (ratifiés par la France, s'imposant à l'ordre juridique interne, au Code du Travail et aux statuts des Fonctions publiques), en particulier :
- la Convention de l'Organisation Internationale du Travail n° 29 (10 juin 1930) sur le travail forcé qui interdit « tout travail exigé d'un individu sous la menace d'une peine quelconque et pour lequel ledit individu ne s'est pas offert de plein gré » (art. 2.1) ;
- la Convention Européenne des Droits de l'Homme de 1950 (Rome 1950 - protocole n° 1 de 1952 - article 1, Jurisprudence CEDH) en ce que cette journée prive le travailleur de son salaire et porte donc atteinte à son patrimoine.
Par la circulaire CAB/GP/LCA n° 002092 du 9 mars 2005, le ministre de la Fonction publique supprime le lundi de Pentecôte dans la liste des jours fériés. Or la loi du 8 mars 1886 qui l’a instauré n’est pas abrogée… et il demeure donc toujours jour férié dans le Code du travail !

Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (ONU 1966, ratifié par la France), quant à lui, prévoit "la rémunération des jours fériés" (article 7 d).
Un retrait de salaire pour "service non fait" le lundi 16 mai serait donc contestable devant un tribunal.

Peut-on retirer à quelqu’un ce qu’on ne lui donne pas ? C’est une forme moderne de servage que l’on veut nous imposer, c’est aussi un engrenage qui risque de nous amener à la suppression d’autres jours fériés.
Les employeurs seuls gagnants… !
Une journée de travail représente en moyenne 0,45 % de la masse salariale et la contribution de « solidarité » demandée aux employeurs seulement 0,30 % … en clair, les patrons, eux, seront les vrais gagnants de cette "journée de solidarité" !
Concernant l'Education Nationale, nous sommes mensualisés et nos salaires sont budgétés quel que soit le nombre de jours travaillés dans le mois. Que l'on travaille ou pas le lundi 16 mai 2005, l'Etat-employeur devra verser 0,30 % de la masse salariale. Où prendra-t-il ces fonds ? C'est la question que la Fédération FO de l'Enseignement a posé à la Direction des Affaires Financières du ministère de l'Education Nationale … qui a refusé de répondre ! L’Etat financera-t-il sa contribution par de nouvelles réductions budgétaires ?
C'est le troisième jour de congé que l'on nous supprime !
Comme nous n'avons pas la mémoire courte, rappelons que nous avons déjà perdu la « journée du maire », jour de congé dont la date était arrêtée par les maires pour une manifestation locale (exemples le 27 novembre pour la foire de Carpentras, les fêtes votives dans d’autres communes…). Ensuite, M. Allègre, ministre de l'Education Nationale de M. Jospin, nous a supprimé, à partir de la rentrée scolaire 1999-2000, le congé du mardi qui suivait le lundi de Pentecôte… maintenant, nous devrions céder le lundi !
Travailler plus, toujours plus, et gagner de moins en moins comme vient de le reconnaître le très officiel Centre d'Etude et de Recherche des Coûts, telle est la situation réelle qui nous est faite.
Sous prétexte de « solidarité »… charité et déréglementation !
Cette mesure est présentée comme « une journée de solidarité » pour financer la « Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie » (CNSA). Qu'en est-il ?
La loi du 30 juin 2004 a créé cette caisse (CNSA), contre l’avis de toutes les Confédérations Syndicales, pour financer la prise en charge des personnes âgées et des personnes handicapées. C’est un « établissement public national à caractère administratif » habilité à piloter la répartition des fonds qui lui sont alloués et qui peuvent provenir d’origines diverses.
Basée sur la charité publique, la CNSA est une caisse concurrente à la Sécurité Sociale fondée, elle, sur la solidarité entre les bien-portants et les malades, les actifs et les autres, les jeunes générations et les anciennes…
La Sécurité Sociale prenait en charge à 100 % les soins des personnes dépendantes (soit environ 7 milliards d’€) auxquelles annuellement, avec l’Etat et les collectivités territoriales, plus de 14 milliards d’€ au total étaient consacrés.

La CNSA fonctionne quant à elle sur le principe de « l’enveloppe globale opposable » (les dépenses ne doivent pas dépasser l’enveloppe préalablement fixée), c’est-à-dire qu’il n’y a plus de prise en charge quand il n’y a plus d’argent dans la caisse.
La CNSA a une gestion décentralisée à partir d’une répartition par Région attribuant des fonds à chaque département en fonction de leurs projets, par exemple pour la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) que la loi Montchamp (11 février 2005) ordonne aux Conseils Généraux de mettre en place sous leur responsabilité.
Autrement dit avec la loi Montchamp et la CNSA, l’Etat se désengage et désengage la Sécurité Sociale du devoir de solidarité nationale. Les personnes âgées et les personnes handicapées deviennent dépendantes… de la charité publique et des élus politiques de la Région et du Département ! La CNSA et la loi Montchamp ouvrent grandes les portes des inégalités, de l’arbitraire et du clientélisme.
Indiquons que les 0,3% de la masse salariale reversés par les patrons et les Administrations à la CNSA ne permettront de compenser qu’en partie la réduction des dépenses publiques et du budget de la Sécurité Sociale imposée par l’Union Européenne !
Ainsi au moment où cette opération est lancée, la Sécurité Sociale étatisée réduit les remboursements des transports des enfants handicapés tandis que l’Etat ferme les structures spécialisées qui les accueillaient pour intégrer ces enfants dans les écoles ordinaires (un élève dans une école ordinaire « coûte » 7000 € par an contre 25 000 € dans une structure spécialisée !).
Les salariés devraient donc travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes âgées et les personnes handicapées aient… moins de droits !
Pour FO, la solidarité c’est
- le retour à la prise en charge à 100% par la Sécu des personnes âgées et des personnes handicapées,
- la création des places et des structures ou établissements adaptés nécessaires pour accueillir les personnes âgées et les personnes handicapées, en particulier les enfants handicapés dont les droits aux soins et à un enseignement spécialisé doivent être garantis par la Sécurité Sociale (soins) et par l’Etat (enseignement spécialisé).

c’est pourquoi FO revendique
- l’arrêt des intégrations d’office dans les écoles ordinaires,

- le rétablissement et le développement des postes et structures spécialisés nécessaires.
Nous n’avons pas de leçons à recevoir en matière de « solidarité » !
Quel salarié a bénéficié de 70 % d'augmentation comme se les sont octroyés les ministres en 2002 ?

Quel salarié a bénéficié de 39 millions d'euros à son départ en retraite ?

Faut-il rappeler qu'en matière de « solidarité », les fonctionnaires paient toujours le 1 % solidarité chômage notamment ?
Non content de refuser le rattrapage (5 %) de notre perte de pouvoir d'achat depuis cinq ans, le gouvernement veut maintenant nous imposer de travailler gratuitement un jour de plus, c’est inacceptable !
Trop, c'est trop ! Alors avec FO,
Oui à l'augmentation générale des salaires ! Non à l'augmentation des horaires !
Depuis 1789, en France, les corvées sont abolies ! Non au travail obligatoire gratuit !
Refusons d'aller travailler le 16 mai 2005, le "lundi de Pentecôte",

jour férié depuis le 8 mars 1886 !
Exigeons l’annulation pure et simple du jour travaillé non payé obligatoire !
Dossier réalisé par la section départementale de Vaucluse du SNUDI-FO

similaire:

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconRésumé : La présente circulaire fixe les modalités de mise en œuvre...
«Vieillissement et solidarités», caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, journée de solidarité

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconManuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
«œuvre partagée» d’utilité publique comme une prédication conçue à l’origine pour être utilisée par les étudiants nigérians et non...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconL’extension de la fiducie aux personnes physiques
«fiducie à la française», en ce que les personnes physiques pourraient avoir besoin, au même titre que les personnes morales, de...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconL’accompagnement des personnes vulnérables le care comme enjeu de justice sociale ?
«Une grande attention aux problèmes sociaux et humains, la capacité à travailler en équipe, la créativité, le sens des responsabilités,...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconNouveau statut de protection pour les personnes incapables
«administration provisoire» des biens constitue la base, mais a été étendu aux personnes. En outre, IL existe désormais une distinction...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconManifeste pour le Droit au Travail des Handicapés et l’Égalité des Droits
«Journée de Solidarité» (travail gratuit imposé aux travailleurs valides et handicapés) et de la Caisse Nationale de Solidarité pour...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconJournée du 23 mai
«en cours». Chaque intervention durera environ 25 minutes et sera suivie d’une discussion d’environ dix minutes. Les horaires pourront...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconOrganisation de Femmes Egalité
«sa loi comme IL le voudra dans son entreprise». Or, les femmes salariées, concentrées dans des secteurs où les abus sont monnaie...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconTemps de travail des fonctionnaires : le rapport Laurent prêt à être publié
«travailler moins mais mieux». «Pour plus d’efficience, IL vaut parfois mieux travailler bien 30 heures que mal 35 heures», assure...

Travailler une journée de plus gratuitement pour que les personnes iconNon à L’austérité
«Mon job n’est pas d’aider les entreprises établies, mais de travailler pour les outsiders, les innovateurs». Pour lui, les suppressions...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com