Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000





télécharger 203.43 Kb.
titreHistoire du systeme educatif français 1960 a 2000
page2/4
date de publication08.02.2017
taille203.43 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4

L'enseignement du premier degré : repères chronologiques
Vers l'enseignement primaire public, laïque et obligatoire

Les projets révolutionnaires

A partir de la Révolution, les biens de l'Eglise sont sécularisés et la direction de l'enseignement passe sous la responsabilité de l'Etat. L'instruction devient laïque et l'Etat mène une politique de combat à l'égard des congrégations religieuses. Sans aboutir à des résultats immédiats et définitifs, les révolutionnaires français ouvrent la voie de l'enseignement moderne en formulant un certain nombre de principes.

septembre 1791
Lecture du rapport Talleyrand sur l'instruction publique qui pose les bases d'un système d'enseignement pour tous et gratuit.

1791
La Constitution du 3 septembre prévoit dans son Titre I : "Il sera créé et organisé une Instruction publique commune à tous les citoyens, gratuite à l'égard des parties d'enseignement indispensables pour tous les hommes et dont les établissements seront distribués graduellement, dans un rapport combiné avec la division du royaume. "

20-21 avril 1792
Condorcet présente à l'Assemblée nationale législative son rapport sur l'organisation générale de l'Instruction publique. Il y défend le projet d’une école laïque, gratuite (mais non obligatoire).

29 juillet 1793
Robespierre défend à la Convention un plan d'éducation nationale élaboré par Félix Le Peletier de Saint-Fargeau : l'instruction ne saurait suffire à la "régénération" de l'espèce humaine ; l'État doit se charger d'inculquer une morale, en prenant en charge l'éducation en commun des enfants entre 5 et 12 ans. "A cinq ans, la patrie recevra donc l'enfant des mains de la nature ; à douze ans, elle le rendra à la société".

décembre 1793 (22 frimaire an II)
Loi Bouquier : la Convention déclare que l'instruction est gratuite et obligatoire pour tout enfant de 6 à 8 ans.

1794 (37 brumaire an III)
Décret Lakanal : l'instruction n'est plus obligatoire. Le décret garantit, en outre, la liberté d'enseigner et institue une école pour 1000 habitants.

1795 (3 brumaire an IV)
Loi Daunou : la gratuité est abandonnée.

L'école primaire de l'Empire à la IIIème République

Dans le système napoléonien, l'école primaire revient à une école confessionnelle et payante mais soumise à la tutelle de l'Université. L'enseignement élémentaire retourne progressivement au système de l'Ancien Régime et, sous la Restauration, l'Eglise renforce sa position sur le plan scolaire.

1806
Fondation de l'Université impériale.

17 mars 1808
Publication du décret impérial n° 3179 portant organisation de l'Université. L'enseignement primaire est laissé principalement aux mains du clergé. Le décret prévoit la création d'écoles normales pour la formation des instituteurs (art. 108 :...il sera établi auprès de chaque académie... une ou plusieurs classes normales, destinées à former des maîtres pour les écoles primaires).

1810
Création de la première Ecole normale à Strasbourg.

1826
Ouverture des premières "salles d'asile" (à Paris, rue du Bac et rue des Gobelins) à l'initiative d'un comité de dames patronesses autour de la marquise de Pastoret.

14 février 1830
Publication de l'ordonnance n° 13-437 concernant l'instruction primaire qui tend à pourvoir toutes les communes de "moyens suffisants d'instruction primaire".

28 juin 1833
Publication de la loi sur l'instruction primaire ("loi Guizot"). La loi prévoit : l'ouverture obligatoire d'une école de garçons dans toute commune de plus de 500 habitants, l'ouverture d'une Ecole normale d'instituteurs dans chaque département, la création des Ecoles primaires supérieures et l'obligation pour les instituteurs d'être titulaires du Brevet de capacité. François Guizot, dans une circulaire adressée aux instituteurs http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossier_polpublic/enseignement_primaire/images/logo-pdf.gif(14 Ko), présente la loi comme la "charte de l'instruction primaire". Guizot, par ailleurs, intègre les salles d'asile dans le système général de l'instruction primaire et il définit leurs fonctions ("faire contracter dès l'entrée dans la vie des habitudes d'ordre, de discipline, d'occupation régulière qui sont un commencement de moralité ; et en même temps, [y recevoir] les premières instructions...").

1835
Création du corps des inspecteurs du primaire.

15 mars 1850
Publication de la loi relative à l'enseignement ("loi Falloux") dont les principales dispositions sont les suivantes : les écoles libres peuvent tenir lieu d'écoles publiques, pour les religieux le principe de la lettre d'obédience les dispense du Brevet de capacité, les communes de plus de 800 habitants sont tenues d'ouvrir une école de filles.

10 avril 1867
La loi Duruy impose la création d'une école de filles dans chaque commune de plus de 500 habitants, crée les Caisses des écoles (étape vers la gratuité) et préconise un examen qui deviendra ultérieurement le Certificat d'études.

9 août 1869
Une loi prévoit l'ouverture d'une école d'institutrices par département.

Naissance de l'Ecole républicaine

1879
La loi Paul Bert impose l'ouverture d'une Ecole normale de filles dans chaque département.

4 février 1879
Jules Ferry est nommé pour la première fois ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts ; il le reste jusqu'au 22 septembre 1880. Du 23 septembre 1880 au 13 novembre 1881, il est président du Conseil et ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, puis du 30 janvier 1882 au 6 août 1882, de nouveau en charge du portefeuille de l'Instruction publique, puis du 21 février 1883 au 20 novembre 1883 il cumule encore la présidence du Conseil et le ministère de l'Instruction publique.

juin 1881
Publication, le 16 juin, de la loi établissant la gratuité absolue de l'enseignement primaire dans les écoles et les salles d'asile publiques et dans les écoles normales primaires ("loi Ferry"). Une autre loi abolit les dispositions de la loi Falloux dispensant les ministres du Culte et les institutrices congréganistes des examens de capacité.

juillet 1881
Institution du Certificat d'études primaires à partir de l'âge de 11 ans.

2 août 1881
Organisation des écoles maternelles (le terme de salle d'asile est supprimé). L'école maternelle devient une école non obligatoire mais gratuite et laïque.

28 mars 1882
La loi sur l'enseignement primaire obligatoire ("loi Ferry") instaure l'obligation scolaire pour les enfants des deux sexes de 6 à 13 ans ainsi que la laïcisation des programmes des écoles publiques. L'article 2 de la loi stipule : "Les écoles primaires publiques vaqueront un jour par semaine, outre le dimanche, afin de permettre aux parents de faire donner, s'ils le désirent, à leurs enfants, l'instruction religieuse, en dehors des édifices scolaires". Le jour vaqué est le jeudi.

30 octobre 1886
Loi relative à l'organisation de l'enseignement primaire ("loi Goblet"). La loi laïcise les maîtres des écoles primaires (art. 17 : dans les écoles publiques de tout ordre, l'enseignement est exclusivement confié à un personnel laïque) et crée les "cours complémentaires" annexés aux écoles élémentaires.

7 juillet 1904
Une loi indique "l'enseignement de tout ordre et de toute nature est interdit en France à toutes les congrégations".

9 décembre 1905
Adoption de la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. S'ensuivent des heurts permanents jusqu'en 1914 et récurrents tout au long du siècle entre instituteurs et curés, école publique et école privée.

9 août 1936
La loi Jean Zay porte prolongation de la scolarité obligatoire à quatorze ans.

La parenthèse vichyssoise

Le gouvernement de Vichy est hostile à l'oeuvre scolaire laïque et signe une série de mesures contre les défenseurs de l'école publique.

3 septembre 1940
Abrogation de la loi interdisant aux congréganistes d'enseigner.

18 septembre 1940
Le gouvernement supprime les écoles normales d'instituteurs, trop républicaines, et exige des instituteurs qu'ils obtiennent le baccalauréat.

15 octobre 1940
Suppression des syndicats enseignants.

6 décembre 1940
Les devoirs envers Dieu sont explicitement rétablis dans les programmes primaires.

2 novembre 1941
A la demande de l'épiscopat, une subvention de quatre cent millions de francs au profit des écoles privées est inscrite au budget du ministère de l'Intérieur et mandatée par les préfets aux évêques.

17 avril 1945
Une ordonnance du général De Gaulle abroge la législation scolaire de Vichy et sans contrepartie alors que l'épiscopat souhaite obtenir un statut légal pour l'enseignement privé.

L'école contemporaine

8 novembre 1944
Création, par René Capitant ministre de l'Education nationale, de la commission ministérielle d'étude chargée d'élaborer un projet de réforme de l'enseignement. Elle est présidée par Paul Langevin, professeur au Collège de France, puis après sa mort, par Henri Wallon, professeur au Collège de France. La commission rendra son rapport le 19 juin 1947 (lire le plan Langevin-Wallon). Ses travaux deviendront une référence obligée du débat sur l'éducation pendant des décennies (école unique, unification du secondaire, enseignement obligatoire de six à dix-huit ans...).

3 mars 1945
Publication de l'ordonnance n° 45-318 portant suppression des classes primaires et élémentaires des lycées et collèges. Cette ordonnance parachève l'évolution vers l'assimilation des deux enseignements primaires - l'un préparant à l'entrée directe dans la vie active et l'autre à l'enseignement secondaire.

28 septembre 1951
Publication de la loi n° 51-1140 dite "loi Barangé" instituant un compte spécial du Trésor. La loi prévoit de "mettre à la disposition de tout chef de famille, ayant des enfants recevant l'enseignement du premier degré, une allocation dont le montant est de mille francs par enfant et par trimestre de scolarité. Pour les enfants fréquentant un établissement public [...] cette allocation est mandatée directement à la caisse départementale scolaire gérée par le conseil général. [...] Pour les enfants fréquentant un établissement privé d'enseignement, cette allocation est mandatée directement à l'association des parents d'élèves de l'établissement."

Les années cinquante ne connaîtront pas de réforme d'envergure. L'enseignement primaire est désormais tout à fait autonome : il comprend un cursus complet sur cinq ans et des classes de fin d'études sur deux ans ; il est sanctionné par le certificat d'études primaires. C'est sous la Vème République que cette école primaire, gratuite, obligatoire et laïque va connaître des changements majeurs.

6 janvier 1959
Réforme Berthoin (décret du 6 janvier 1959) : prolonge la scolarité obligatoire jusqu'à seize ans et crée un cycle d'observation de deux ans à la fin du primaire ou au début du secondaire.

31 décembre 1959
Publication de la loi n° 59-1557, dite "loi Debré", relative aux rapports entre l'Etat et les établissements d'enseignement privés. Elaborée à partir des propositions d'une commission présidée par le socialiste Pierre-Olivier Lapie, la loi prévoit la possibilité d'une intégration volontaire des établissements d'enseignement privés à l'enseignement public ou bien leur permet de bénéficier d'un financement de l'Etat (prise en charge de la rémunération des enseignants et aide financière proportionnelle au nombre d'élèves accueillis) en échange de la conclusion, entre l'Etat et les établissements privés, d'un contrat qui prévoit un contrôle de l'Etat sur l'enseignement dispensé et l'ouverture de l'établissement en question à tous les élèves ainsi que le respect de la liberté de conscience des enfants.

3 août 1963
Réforme Fouchet-Capelle : implante le cycle d'observation dans des établissements distincts, les collèges d'enseignement général (CEG) et les collèges d'enseignement secondaire (CES).

1969
La mixité s'impose à l'école primaire.

12 mai 1972
Publication d'un décret qui institue le jour d'interruption des cours au mercredi et non plus au jeudi.

11 juillet 1975
Publication de la loi no 75-620 relative à l'éducation qui institue le collège unique ("réforme Haby"). L'école primaire devient la première étape du système éducatif. Désormais, à l'issue du CM2, tous les enfants ayant atteint les objectifs de l'école élémentaire poursuivent leur scolarité au collège.

2 août 1977
Publication de la circulaire 77-266 relative aux écoles maternelles qui fixe le rôle et les objectifs de l'école maternelle : l'affectivité, le corps - le mouvement - l'action, l'expression vocale - la musique, l'image - les représentations iconiques, l'expression plastique, le langage oral et le langage écrit, le développement cognitif.

1981
Création de zones d'éducation prioritaires (renforcement sélectif de l'action éducative dans les zones et dans les milieux sociaux où le taux d'échec scolaire est le plus élevé).

29 février 1984
Communication en Conseil des ministres sur l'école pré-élementaire et élémentaire ; proposition de plusieurs orientations d'après les conclusions de la "consultation-réflexion" nationale : renforcement de l'action menée pour les écoles maternelles, mesures destinées à assurer la continuité de l'action éducative entre cinq et huit ans, développement sur l'apprentissage de la lecture, effort d'amélioration de la formation des maîtres, révision des méthodes d'enseignement de l'histoire-géographie en 1984 et des autres matières en 1985, développement des liaisons avec les parents, les collectivités locales et les associations, accroissement des responsabilités de l'équipe éducative dans chaque école, effort en faveur de la circulation des informations.

22 avril 1985
Présentation par M. Jean-Pierre Chevènement, ministre de l'Education nationale, des nouveaux programmes de l'école élémentaire applicables à la rentrée : suppression des activités d'éveil remplacées par des disciplines dotées d'horaires propres, notamment éducation civique et informatique ; renforcement de l'enseignement du français, réaffirmation d'une "pédagogie de l'activité" visant à rendre l'élève autonome et responsable.

30 janvier 1986
Publication de la circulaire 86-046 portant orientations pour l'école maternelle qui abroge la circulaire du 2 août 1977 et qui, outre la préparation à la "grande école", assigne à l'école maternelle trois objectifs : scolariser, socialiser, apprendre et exercer.

23 mars 1989
Présentation à Arras par M. Lionel Jospin, ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, de sa politique de lutte contre l'échec scolaire dans le primaire : notamment priorité à la scolarité dès deux ans des enfants issus de milieux défavorisés ; substitution à la notion de classe de celle de cycle continu des premiers apprentissages (en limitant au maximum les redoublements), relance de zones d'éducation prioritaire (ZEP) ; évaluation des acquis en français et en calcul à la fin de chaque année ; mise en place de "missions lecture" dans les académies.

10 juillet 1989
Publication de la loi d'orientation sur l'éducation qui étend, en priorité, la préscolarisation aux enfants de deux ans vivant dans un environnement social défavorisé, organise la scolarité en cycles, réaménage l'année scolaire (trente-six semaines réparties en cinq périodes) et allège la semaine d'une heure (vingt-six heures). La loi crée également les Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM) qui prennent le relais des écoles normales.

1er août 1990
Publication du décret n° 90-680 qui crée le corps des professeurs des écoles.

6 septembre 1990
Publication du décret n° 90-788 qui organise la scolarité de l'école maternelle et primaire en trois cycles pédagogiques qui tiennent compte de la progression psychologique des enfants :
- le cycle des apprentissages premiers se déroule à la maternelle :
- le cycle des apprentissages fondamentaux commence en maternelle et se poursuit dans les deux premières années de l'école primaire ;
- le cycle des approfondissements correspond aux trois dernières années du primaire et débouche sur le collège.

19 février 1992
Communication en Conseil des ministres sur l'apprentissage des langues vivantes dans l'enseignement des premier et second degrés. Le gouvernement prévoit de généraliser l'expérience de l'enseignement précoce d'une langue vivante dès l'école primaire, de moderniser et renforcer l'enseignement des langues au collège, d'étendre aux lycées la possibilité d'étudier deux langues et d'adapter la formation initiale et continue des enseignants à ces réformes.

28 septembre 1992
Présentation par M. Jack Lang, ministre de l'Education nationale et de la Culture, d'un "plan pour la lecture" destiné aux élèves et aux maîtres de la maternelle au collège, comprenant notamment un budget de 10 millions de francs consacré à la création de bibliothèques-centres documentaires dans 20 départements pilotes à la rentrée 1993.

8 décembre 1994
Adoption par le Conseil Supérieur de l'Education (CSE) des programmes scolaires pour les classes maternelles et primaires, qui remplacent les textes en vigueur depuis 1985 et s'inscrivent dans le cadre de l'organisation scolaire en trois cycles instituée par la loi d'orientation de 1989.

21 février 1995
Présentation par M. François Bayrou, ministre de l'Education nationale, des nouveaux programmes de l'enseignement primaire : organisation de l'enseignement en cycles de trois ans, priorité à l'apprentissage de la lecture et à la production d'écrits, allègement de l'enseignement des mathématiques.

13 juillet 1995
Promulgation de la loi no 95-836 de programmation du "nouveau contrat pour l'école" (publiée au JO n° 163).

7 novembre 1996
Publication, par le ministère de l'Education nationale, du rapport d'étape 1996 du nouveau contrat pour l'école, en application de la loi de programmation quinquennale sur l'éducation votée le 13 juillet 1995.

26 août 1997
Mme Ségolène Royal, ministre de l'Enseignement scolaire, annonce la réouverture de 800 classes dans les écoles primaires dès septembre 1997.

17 mars 1998
Claude Allègre, ministre de l'Education nationale, de la Recherche et de la Technologie, annonce une " généralisation " de l'apprentissage d'une langue étrangère à l'école primaire, en CM2 à la rentrée 1998, et en CM1 à la rentrée 1999.

28 août 1998
Claude Allègre, ministre de l'Education nationale, de la Recherche et de la Technologie, présente officiellement la "Charte pour bâtir l'école du XXIème siècle", visant la rénovation du primaire avec de nouveaux programmes, de nouveaux rythmes et une nouvelle conception du métier d'enseignant (application expérimentale dans 2000 écoles dès l'automne 1998).

1er septembre 1998
Conférence de presse, réunissant Claude Allègre, ministre de l'Education nationale, de la Recherche et de la Technologie, et Ségolène Royal, ministre de l'Enseignement scolaire, consacrée à l'annonce de mesures gouvernementales pour l'enseignement : pour l'école primaire, recrutement d'aides-éducateurs et d'intervenants extérieurs, afin de développer l'enseignement des langues, des arts, des sports et des nouvelles technologies, renforcement de l'enseignement d'une langue étrangère, mise en place de "réseaux d'écoles" pour le maintien des écoles en milieu rural.

24 septembre 1998
Rapport de Jean Ferrier, Inspecteur général de l'Education nationale, sur l'école primaire : "situation alarmante" de l'école primaire (17% des élèves en difficulté à l'entrée du CE2) ; proposition notamment de renforcer l'évaluation des connaissances, en particulier par l'instauration d'un "brevet des écoles" avant le passage en 6ème.

23 janvier 1999
A Paris, dans une intervention au colloque consacré à la réforme de l'enseignement primaire, Claude Allègre, ministre de l'Education nationale, de la Recherche et de la Technologie, présente la "Charte pour bâtir l'école du XXIème siècle" : recentrage des programmes sur les acquisitions fondamentales (lecture, écriture, calcul, oral) et développement de l'aide personnalisée aux élèves, aménagement des rythmes scolaires, évolution du métier de professeur des écoles (coordination d'une équipe éducative composée de collègues, intervenants extérieurs et aides-éducateurs) ; expérimentation de la réforme dans 1800 écoles dès février, puis évaluation et bilan en septembre.

23 mars 1999
Le ministère de l'Education nationale, de la Recherche et de la Technologie confirme la décision du gouvernement de maintenir le niveau des postes et des personnels du premier degré, malgré une diminution du nombre d'élèves prévue pour la prochaine rentrée (environ 30000 élèves en moins).

28 septembre 1999
Devant la presse, présentation par Ségolène Royal, ministre de l'Enseignement scolaire, des objectifs assignés à l'école maternelle dans la continuité des programmes de 1995 : préparation à l'entrée dans le primaire, lutte contre les inégalités sociales, l'échec scolaire et l'illettrisme, acquisition des langages (langage oral, initiation à l'écriture et à la lecture, langage de l'image), apprentissage de la vie en société et relations privilégiées avec les familles.

16 février 2000
Décret fixant les conditions d'emploi d'agents contractuels pour l'enseignement des langues à l'école, afin de pallier le manque de personnels pour l'enseignement des langues en CM1 et CM2 (JO n° 41 du 18).

20 juin 2000
Lors d'une conférence de presse, Jack Lang, ministre de l'Education nationale, annonce une série de mesures en faveur de l'enseignement primaire, notamment : renforcement de l'apprentissage des langues vivantes ; instauration d'un brevet informatique et internet ; développement de la formation des enseignants.

15 novembre 2000
Devant la presse, Jack Lang, ministre de l'Education nationale, présente le premier plan pluriannuel pour l'éducation nationale, qui vise à planifier le renouvellement des effectifs, à mettre en application les réformes du gouvernement et à réduire les inégalités géographiques ; il comprend deux volets (plan pluriannuel pour 2001-2003 avec 33 000 créations d'emplois, du primaire au supérieur, et plan de programmation des recrutements sur cinq ans), prévoit le recrutement de 185 000 enseignants de la maternelle au lycée d'ici 2005 et coûtera environ 4 MdsF d'ici 2004.

novembre 2000
Un groupe d'experts, présidé par le recteur Philippe Joutard, est chargé de rédiger un projet de nouveaux programmes pour l'école primaire.

29 janvier 2001
Précisant des mesures qu'il a proposées en juin 2000, Jack Lang, ministre de l'Education nationale, réaffirme sa volonté de généraliser et diversifier l'apprentissage des langues vivantes dans le primaire. Claude Hagège, professeur au collège de France, met en garde contre les risques d'extinction du français et des autres langues européennes si tous les enfants du primaire choisissent d'apprendre l'anglais en première langue vivante.

27 février 2001
Jack Lang, ministre de l'Education nationale, annonce un plan de rénovation des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres (IUFM) qu'il juge "décalés" par rapport aux évolutions de la société : inscription plus facile en IUFM pour les aspirants professeurs et harmonisation nationale des programmes des épreuves ; création d'un "comité de suivi des concours" pour les candidats du second degré ; formation continue des jeunes professeurs au cours des deux premières années d'exercice (coût de 60 millions de francs) ; limitation de l'accès aux postes de formateurs en IUFM aux seuls enseignants ayant eu une expérience récente dans l'enseignement. Réactions : les syndicats enseignants et étudiants réservent un bon accueil à ce plan auquel le SNES reproche toutefois de ne pas aborder la question des moyens mis à la disposition des IUFM.

1er mars 2001
Dans un avis, le Haut Conseil de l'évaluation de l'école estime que la politique de réduction de la taille des classes, telle qu'elle a été menée depuis une trentaine d'années, est peu efficace dans la lutte contre l'échec scolaire ; il propose l'expérimentation d'une forte réduction du nombre d'élèves dans les CP où sont regroupés les élèves les plus défavorisés.

septembre 2001
Lancement de la consultation des enseignants sur les nouveaux programmes.

janvier 2002
Adoption des nouveaux programmes pour l'école primaire par le Conseil supérieur de l'enseignement.

14 février 2002
Parution des nouveaux programmes de l'école primaire dans le Bulletin officiel de l'Education nationale (hors-série n°1).
LesLumieres.






Helvétius 1715 - 1771

Diderot 1713 - 1784




Rousseau 1712 - 1778






Contexte historique


Philosophe français. Fermier général (charger de recueillir les impôts), il collabora à l'Encyclopédie.
Noble, il se distancie de ses privilèges.
Son père est le médecin perso de la femme de Louis XV.



Philosophe rationaliste
Auteur de l’encyclopédie qui est une œuvre profondément pédagogique, à visée éducative
Frères grimm. Lien avec Catherine II de russie.

Rupture ave l’église, vers l’athéisme.



Ecrivain politique

Emile 1762 : une utopie avec pour hypothèse un éducateur parfait.



Fondements philosophiques.


Lecture de Montesquieu. Dénonce ensuite les inégalités de l’impôt. Il ne doit pas avoir d'inégalités innées, car «l'éducation peut tout».
L’homme, et l’esprit, est le produit de l'environnement et de l'éducation. Il apprend toute sa vie.
Différencie âme (somme des organes, des sens, c’est l’outil ; disparaît à la mort) et esprit (c’est l’info, le contenu ; la somme de tout ce qui est acquis)



Nation appartient au peuple.
L’instruction permet d’adoucir le caractère, réduire les défauts, à l’origine du bon goût.
L’éducation doit rendre dépendant les uns des autres (bon sens du terme)
Pour former un génie, il faut que l’éducation publique ne l’étouffe pas.



La nature extérieure, comme la nature humaine, est bonne. Les hommes deviennent méchants au contact de la société qui est pernicieuse.
.

1   2   3   4

similaire:

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconRésumé Dans l’ensemble, le système éducatif français a réalisé des...
«La trahison des clercs». Cette trahison s’effectue par un double romantisme qui est d’une part le «romantisme du pessimisme», auquel...

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconChronologies de l'égalité Bas du formulaire Chronologie générale
«La Maternité heureuse» dont l'objectif est de défendre l'enfant désiré et de lutter contre l'avortement clandestin. Le Mouvement...

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconCef centre éducatif fermé saemo service d'assistante éducative en...

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconPremière partie : Composition d’Histoire
«Toussaint rouge», le paysage médiatique français est pluraliste, mais encore fortement encadré par un État qui depuis la Libération...

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconAbrogé et codifié par l'ordonnance n° 2000-914 du 18 septembre 2000 (jo du 21 septembre 2000)

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconI – Le système français de gestion des risques professionnels

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconIntroduction au système politique français Yves Jégouzo

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconPrésentation de l’Association
«Les Compagnons des Belles Etapes», régie par la Loi 1901, a été déclarée à la Préfecture de Police de Paris, récépissé n° 60/56,...

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconSolutions envisageables ? I. Les differents systemes de retraite...

Histoire du systeme educatif français 1960 a 2000 iconRèglement (CE) n° 1346/2000 du Conseil du 29 mai 2000 relatif aux procédures d'insolvabilité






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com