Programme de sciences physiques physique appliquéE





télécharger 293.24 Kb.
titreProgramme de sciences physiques physique appliquéE
page1/2
date de publication28.02.2020
taille293.24 Kb.
typeProgramme
d.20-bal.com > loi > Programme
  1   2

BTS CIM PHYSIQUE APPLIQUEE

PROGRAMME DE SCIENCES PHYSIQUES - PHYSIQUE APPLIQUÉE

MODULE 1 : ACQUISITION D'UNE GRANDEUR PHYSIQUE: CAPTEUR

1.1. Transducteur, principe, caractérisation.

Cas des capteurs de température, de déplacement, de vitesse, de force: aspects physiques et technologiques, conditionnement et transmission de l'information représentative. Capteur intelligent.

1.2. Éléments de métrologie.

-Le système international d'unités; définitions des unités de base.

-Approche statistique de la mesure.

MODULE 2 : GRANDEURS ÉLECTRIQUES ET CIRCUITS

2.1. Propriétés temporelles: représentations temporelles d'une grandeur électrique. Valeurs moyenne et efficace. Représentation complexe d'une grandeur électrique sinusoïdale. Régimes transitoire et permanent. Régime permanent sinusoïdal.

2.2. Propriétés fréquentielles : cas des signaux périodiques ; spectre en amplitude.

2.3. Propriétés énergétiques : puissances instantanée et moyenne.

MODULE 3 : TRAITEMENT ANALOGIQUE DES GRANDEURS ÉLECTRIQUES

3.1. Systèmes linéaires :

-fonction amplification de tension, de puissance ;

-fonction filtrage analogique : filtre passe-bas, passe-haut et sélectif ;

-fonctions linéaires de traitement analogique à base d'ADI.

3.2. Systèmes non linéaires :

-fonction "comparaison" à un ou deux seuils.

MODULE 4 : DISCRÉTISATION ET TRAITEMENT NUMÉRIQUE DES GRANDEURS ANALOGIQUES

4.1. Fonction Échantillonnage : représentations temporelles des grandeurs mises en jeu ; aspects

fréquentiels. Blocage.

4.2. Fonction Génération de signaux impulsionnels : réalisation et applications.

4.3. Fonction Conversion Analogique-Numérique : principe(s) ; réalisation; caractéristiques

instrumentales.

4.4. Fonction Conversion Numérique-Analogique : réalisation; caractéristiques instrumentales.

4.5. Chaîne de mesure et de commande : organisation.

MODULE 5 : ÉNERGIE ÉLECTRIQUE: DISTRIBUTION ET CONVERSION

5.1. Distribution électrique et sécurité :

-notions générales sur le transport et la distribution électrique; rôle d'un transformateur ;

-sécurité: danger d'électrocution ; limites des domaines de tension ; régime de liaison à la terre.

5.2. Conversion électromécanique d'énergie :

-moteur à courant continu-réversibilité ;

-moteurs à courants alternatifs ;

-moteur pas à pas.

5.3. Conversion statique d'énergie :

-convertisseur alternatif-continu : redresseur ;

-convertisseur continu-continu : hacheur série ;

-convertisseur continu-alternatif : onduleur
MODULE 6: MODÉLISATION, COMMANDE ET CONTRÔLE DE SYSTÈMES LINÉAIRES

6.1. Identification d'un système analogique : réponse indicielle ; cas des systèmes des premier et second ordre; retard pur ; caractérisation.

6.2. Systèmes asservis analogiques : représentation fonctionnelle ; stabilité ; précision ; correction.

6.3. Asservissements numériques : structure de la chaîne de contrôle commande ; algorithme de contrôle.

MODULE 7 : LE SOLIDE EN MOUVEMENT

7.1. Les systèmes mécaniques en mouvements.

-Système mécanique ; forces, couple, moments ; centre et moment d'inertie d'un système ;

Référentiels ; vitesse et accélération .

-La seconde loi de Newton.

-Rotation d'un solide autour d'un axe fixe: théorème du moment cinétique projeté sur l'axe de rotation

-Étude de quelques mouvements "simples" : application de la seconde loi de Newton et du théorème du moment cinétique ; modélisation. Frottements.

7.2. Systèmes mécaniques oscillants :

Pendule simple ; pendule pesant ; système élastique ; pendule de torsion.

7.3. La résonance en mécanique :

-Oscillations forcées ; résonance ;

-Analogies électromécaniques ;

-Couplage électromécanique.

7.4. Aspects énergétiques.

-Travail d'une force ;

-Énergie cinétique, potentielle (pesanteur, élastique), mécanique.

MODULE 8 : OPTIQUE

8.1. Images données par un système optique :

-Propagation de la lumière: modèle du rayon lumineux; point objet ; lois de la réflexion et de

la réfraction pour un dioptre plan ;

-Image donnée par un miroir plan ;

-Image donnée par une lentille mince convergente: centre optique ; foyers ; point image

conjugué d'un point objet; distance focale ; vergence.

8.2. Sources et récepteurs de lumière :

-Grandeurs et unités photométriques : puissance énergétique; intensité, luminance, éclairement.

-Émetteurs et Récepteurs de lumière: diode électroluminescente; photodiode ; capteur optoélectronique.

-Une source de lumière cohérente: le laser. Monochromaticité, puissance, directivité. Diode laser.

8.3. Modèle ondulatoire de la lumière.

-Présentation expérimentale du phénomène de diffraction et des interférences en lumière monochromatique. Applications industrielles.

-Le spectre des ondes électromagnétiques.

MODULE 9 : CHIMIE DES MATÉRIAUX

Description microscopique et propriétés macroscopiques de la matière.

On étudie plus spécialement :

-les métaux et les alliages métalliques ;

-les polymères et les élastomères ;

-les céramiques et les verres ;

-les matériaux composites.
Consignes générales pour tous les TP


Câbler un circuit électrique en respectant les consignes de sécurité :
mise en service de l'alimentation électrique et de la commande après vérification du montage (par les élèves puis par le professeur)

coupure de l'alimentation et de la commande (ou déconnexion) avant toute intervention manuelle dans le circuit

réalisation du circuit avant de brancher les appareils de mesure en dérivation (voltmètres, oscilloscope)


Maîtriser l'emploi des appareils de mesure : ampèremètre, voltmètre, ohmmètre, multimètre, oscilloscope :
donner le résultat d'une mesure avec le maximum de chiffres significatifs compatible avec les appareils utilisés

prendre conscience :

de l'impédance interne des appareils utilisés

de l'influence de l'emplacement d'un appareil dans un montage


Relever de façon autonome les oscillogrammes en y faisant figurer : les grandeurs représentées, les unités, les échelles et les coordonnées des points remarquables.

Acquisition d’une grandeur physique : capteur

Rappels sur les lois générales, diviseur de tension

Schéma commun pour cette page :
Loi des branches, loi des mailles A B

(relation de Chasles)

I1

R4

R2

R3
R1

E = UAD C I4


D I3

Loi des nœuds

(ƒÃ courants entrant = ƒÃ courants sortant)

Loi d'Ohm : UAB = RAB . I (de A vers B)

Association de résistances ( A.N. : R1 = R2 = R3 = R4 = 100 ƒÇƒw

En série (même courant) :

En parallèle (même tension) :


Puissance absorbée par une résistance (A.N. : E = 10 V ; R1 = R2 = R3 = R4 = 100 ƒÇƒw

Diviseur de tension (R1 = 2,7 kƒÇ ; R2 = 5,6 kƒÇƒzƒn R3 = 3,3 kƒÇƒzƒnƒnƒµƒnƒ­ƒnƒ¦ƒnVƒw
à vide (I3 = 0) A

I1

E

UCB = R2.I1

R1

I3

µ § C

R2

UCB

I2

µ §

B
Effectuer l’application numérique et vérifier la valeur expérimentale de UCB

en charge (I3 „j 0) A

I1

R1

même calcul mais en remplaçant

E

R2 par µ § C

R2

R3
UCB

I3
I2
B
Effectuer l’application numérique et vérifier la valeur expérimentale de UCB

Diviseur de tension variable (R1 = 2,7 kƒÇ ; Rp = 4,7 kƒÇƒzƒnƒnƒµƒnƒ­ƒnƒ¦ƒnVƒw
premier schéma :

A

I1

Rp varie entre 0 et Rp = 4,7 kĂ
E
R1

I3 = 0

µ § C

Rp

UCB
B
Effectuer l’application numérique pour 0 „T RCB „T Rp et vérifier les valeurs expérimentales de UCB

second schéma :
A

I1

RCB varie entre 0 et Rp = 4,7 kĂ
E
Rp

I3 = 0

µ § C

R1

UCB
B
Effectuer l’application numérique pour 0 „T RCB „T Rp et vérifier les valeurs expérimentales de UCB

Pont de Wheatstone (R1 = 2,7 kƒÇ ; R2 = 5,6 kƒÇƒzƒn R3 = 3,3 kƒÇƒzƒnƒn ƒµƒnƒ­ƒnƒnƒ¦ƒnVƒw
C

I1


0 „T Rp „T 4,7 kƒÇR2

R1
I2
E

UAB

A B

Rp

R3

M
Après avoir constaté que UAB = UAM - UBM exprimer UAB et en déduire que l’on peut écrire : µ §
Faire l’application numérique pour 0 „T Rp „T 4,7 kƒÇ et vérifier les valeurs expérimentales de UAB
Calculer la valeur de Rp pour laquelle on a UAB = 0

Potentiomètre borne d’extrémité A curseur C
index

borne d’extrémité B

A

symbole :

RAC

Rp C

RCB

B
Vérifier à l’ohmmètre que RAC + RCB = Rp quelle que soit la position du curseur

Précautions d’emploi : quelle est l’intensité maximale dans le potentiomètre ?
Quelle est la tension maximale aux bornes AB ?

Schéma du montage : (E = 6 V)

A


C

Rp

E

V
B

Relever la valeur de UCB pour différentes positions du curseur : extrémité gauche, milieu, extrémité droite
Diviseur de tension variable avec potentiomètre
(R1 = 2,7 kƒÇ ; R2 = 1 kƒÇƒzƒn ƒn Rp = 2,2 kƒÇ, ƒµƒnƒ­ƒnƒnƒ¦ƒnVƒw

R1

C

Rp

E RCB

R2 UCM
M
Pour RCB variant entre 0 et Rp, déterminer (expérimentalement et par le calcul) l’ensemble des valeurs possibles de UCM
Circuits à deux sources : théorème de superposition
R A R’

E

E’

B

On calcule UAB en annulant successivement chaque source :
UAB = (UAB quand E’ = 0) + (UAB quand E = 0)
R A R’

E

E’ = 0

B

R A R’

E = 0

E’

B

µ §

Application numérique :
R = 2,7 kƒÇ ; R’ = 5,6 kƒÇƒzƒn ƒn ƒµƒnƒ­ƒnƒnƒ¦ƒnV, ƒµ’ƒnƒ­ƒnƒnƒ¦ƒnVƒnƒw
Remarque : caractéristiques des composants électroniques usuels

A IF K A K

Diode

équivalente à :
VA VK

En négligeant la tension de seuil (de l'ordre de 0,7 V) :

La diode D est passante (IF > 0) si VA > VK : D est équivalente à un court-circuit

La diode D est bloquée (IF = 0) si VA < VK : D est équivalente à un circuit ouvert (elle ne conduit pas en inverse)

(voir aussi module 5)
Diode Zener
IR Une diode Zener conduit normalement en sens direct comme une diode de

K redressement (quand VA > VK) mais elle conduit aussi en sens inverse (de K

vers A) quand VKA „d VZ où VZ est la tension de Zener qui dépend du type de

diode utilisée. VZ constitue ainsi un étalon de tension
équivalente à : K

A VZ

A
Diode électroluminescente (DEL ou LED en anglais) (voir aussi module 8)

IF

A Lorsqu'elles sont passantes, ces diodes émettent une lumière

dont la longueur d'onde (visible ou IR) dépend de la structure de la DEL.

Pour cela la tension VAK doit être supérieure à la tension de seuil V0
(V0 de l'ordre de 1 à 2 V suivant la couleur des DEL)
K

Comparateur (voir aussi module 3)

„V

+
- si ƒÕ > 0 USM = U+sat (niveau haut)+

S

_

ƒÕ
- si ƒÕƒn„T 0 USM = U-sat (niveau bas)
N.B. Les courants d'entrée sont nuls. USM


Application : étude d'un détecteur de température
(on donne : U = 10 V, R0 = 1,1 kĂ, R1 = 2,2 kĂ , R2 = 1,0 kĂ , x : CTN, DEL : V0 = 1,6 V)

I

I'

R1

R0

„V
U

R

+

S IS

+

_

ƒÕ
x

R2
DEL

-T

M
Fp1 Fp2 Fp3
Fp1 (conversion température tension) est réalisé par un pont de Wheatstone comprenant une thermistance CTN (à Coefficient de Température Négatif) dont la résistance x varie avec la température.
- Tracer la courbe représentant la résistance x en fonction de la température (en degrés Celsius)
- Exprimer ƒÕ en fonction de U et des résistances du montage
Dans Fp2 (détection du signe de ƒÕ), l'amplificateur intégré linéaire type LM324 est utilisé en comparateur :

- si ƒÕ > 0 USM = U

- si ƒÕƒn„T 0 USM = 0
- Pour quelles valeurs de x la diode électroluminescente D est-elle allumée ?

- Pour quelles valeurs de température (en °C) la diode D est-elle allumée ?
Fp3 : Calculer la valeur de R pour que le courant traversant la DEL ait une intensité IS = 20 mA, compte tenu de la tension de seuil V0 de la DEL
Résumer le fonctionnement du détecteur
Table des valeurs de la résistance en fonction de la température absolue (en Kelvin) de l'élément thermorésistant CTN utilisé :
T (K)x (Ă)T (K)x (Ă)27324703309228015353405829081034350298500350373004453602531025437017320150

Rappel : température absolue en fonction de la température en °C : T (K) = T(°C) + 273
Transducteurs


1. Définitions
Un transducteur convertit une forme d’énergie en une autre, ou bien convertit une grandeur physique en une autre. (exemples : un microphone « traduit » un son en signal électrique ; inversement un haut parleur traduit un signal électrique en son).

Un capteur est un transducteur qui, le plus souvent, convertit une grandeur physique en grandeur électrique, analogique1, logique2 ou numérique3.

capteur

Schéma fonctionnel :

grandeur physique d’entrée grandeur électrique de sortie
mesurande m ou excitation réponse s
s = f(m)
Si le capteur est linéaire, la relation s = f(m) l’est aussi et la réponse s est proportionnelle au
mesurande m.
Exemple du problème précédent : m est la température, s est la résistance de la CTN mais la réponse
s = f(m) n’est pas linéaire.

2. Capteurs passifs
La réponse est en général un paramètre électrique (la résistance ou l’impédance le plus souvent) variable avec la température, l’éclairement, la déformation, un niveau¡K
Grandeur mesuréeCaractéristique électrique sensibleType de matériaux utiliséTempératureRésistivitéMétaux : platine, nickel, cuivre (CTP)

Semi-conducteur (CTN)Flux lumineuxRésistivitéSemi-conducteur (LDR)DéformationRésistivitéAlliage de Nickel, silicium dopéPerméabilité magnétique µAlliage ferromagnétiquePosition (aimant)RésistivitéMatériaux magnéto résistants : bismuth, antimoniure d'indiumHumiditéRésistivité

Constante diélectrique ƒÕChlorure de lithium

Alumine, polymères
3. Capteurs actifs
Les capteurs actifs sont soit des générateurs de tension ou de courant en réponse à une grandeur physique (température, éclairement,¡K), soit des dispositifs qui réagissent par une force contre-électromotrice lorsque la tension dépasse un certain seuil (type diodes).
Grandeur physique à mesurerEffet utiliséGrandeur de sortieTempératureThermoélectricitéTensionPyroélectricitéChargeFlux de rayonnement optiquePhoto-émissionCourantEffet photovoltaïqueTensionEffet photo-électriqueTensionForce

Pression

AccélérationPiézo-électricitéChargeVitesseInduction électromagnétiqueTensionPosition (Aimant)

Courant, champ magnétiqueEffet HallTension
Application : chercher dans un dictionnaire, une encyclopédie ou sur internet la définition des termes :
Effet thermoélectrique :
Effet piézo-électrique :
Effet d'induction électromagnétique :
Effet photo-électrique :
Effet Hall :
Effet photovoltaïque :
Exemple des capteurs optoélectroniques

A. La lumière (voir module 8).
Elle est composée d'ondes électromagnétiques (comme les ondes hertziennes ou les rayons X), de vitesse c = 3.108 ms-1, dont la longueur d'onde est la distance parcourue dans le vide pendant une période ou bien ƒÜ = c/f)

- pour le visible : ƒÜ entre 0,4 (violet) et 0,75 µm (rouge)

pour l'infrarouge : ƒÜ entre 0,75 et 500 µm (limite des "micro-ondes")

pour l'ultraviolet : ƒÜ entre 0,01 et 0,4 µm
B. Récepteurs de lumière
Grandeur photométrique :
éclairement ou puissance reçue par unité de surface, en lux : µ §

Récepteurs passifs :

Photorésistances (LDR : light dependant résistor) : la conductivité d'un semi conducteur augmente quand on lui apporte de l'énergie, en particulier de l'énergie lumineuse. Sa constitution détermine la couleur pour laquelle il est le plus sensible (CdS : jaune, CdSe : rouge, PbS : infrarouge).

Photodiode : une jonction PN polarisée en inverse aura une conduction par porteurs minoritaires qui augmente quand elle reçoit de l'énergie, en particulier lumineuse : l'intensité du courant inverse est proportionnel à l'éclairement.

Phototransistor : la jonction base-collecteur polarisée en inverse est sensible à l'éclairement et le transistor conduit d'autant plus que la lumière absorbée est intense (dans une gamme de couleurs prédéfinie).

Photocoupleur (ou optocoupleur) : il est constitués d'une DEL et d'un phototransistor dans le même boîtier, de sorte qu'il permette une isolation galvanique entre le circuit d'entrée qui alimente la DEL, et le circuit de sortie qui alimente le phototransistor.
Récepteurs actifs :

Photopile : générateur constitué d'une jonction PN éclairée.


[ voir les BTSµ 1999, 1997 (photocoupleur), 1994 ]

Caractéristiques métrologiques
Les erreurs

Le capteur et toute la chaîne de traitement de la mesure introduisent des erreurs : bruit, décalage,

référence, linéarité...

L’erreur globale de mesure ne peut être qu’estimée. Une conception rigoureuse de la chaîne de

mesure permet de réduire les erreurs et donc l’incertitude sur le résultat.

On parle de : fidélité, justesse, précision, incertitude, linéarité.
Etalonnage

L’étalonnage permet d’ajuster et de déterminer, sous forme graphique ou algébrique, la relation

entre le mesurande et la grandeur électrique de sortie. Très souvent l’étalonnage n’est valable

que pour une seule situation d’utilisation du capteur.
Limites d’utilisation

Les contraintes mécaniques, thermiques ou électriques auxquelles un capteur est soumis

entraînent, lorsque leurs niveaux dépassent des seuils définis, une modification des

caractéristiques du capteur. Au dessus d’un certain seuil l’étalonnage n’est plus valable, au

dessus d’un autre plus grand le capteur risque d’être détruit.
Sensibilité

Plus un capteur est sensible plus la mesure pourra être précise. C’est une caractéristique

importante pour l’exploitation et l’interprétation des mesures.
Rapidité - Temps de réponse

La rapidité est la spécification d’un capteur qui permet d’apprécier de quelle façon la grandeur

de sortie suit dans le temps les variations du mesurande.
Finesse

C’est une spécification qui permet d’estimer l’influence de la présence du capteur et de ses

liaisons sur la valeur du mesurande. La finesse doit être la plus grande possible.

Conditionnement du signal
Le signal de sortie du capteur doit être adapté à l’utilisation : alarme, régulation, mesure, traitement informatique¡K ce qui nécessite souvent un certain nombre d’opérations qui seront étudiées ultérieurement : amplification, comparaison, linéarisation, conversion analogique-numérique (CAN), conversion numérique-analogique (CNA)¡K

La transmission du signal de sortie, lorsqu’il est analogique, peut être calibré en tension (0-5V par exemple) ou calibré en courant (4-20mA) pour s’adapter à des modules récepteurs standards.

Etude expérimentale d’un dispositif lampe-photodiode


Etude de la l’ampoule  Valeurs nominales : Unom = V  ; Pnom = W
Tracer le schéma du montage permettant de mesurer la tension U aux bornes et l’intensité I du courant traversant l ‘ampoule.

Effectuer le montage.

Etablir le tableau des valeurs de U, I, R = U/I , P = U.I pour des valeurs de U entre 0 et 12 V


IR

Etude de la photodiode BPW21 A

(utilisée comme une photopile)

UAK V R0


a) Eclairer la photodiode avec l’ampoule alimentée sous 12 V.

Faire varier R0 de la boite à décades de 1 MƒÇ à 50 kƒÇ et mesurer IR et UAK correspondants.

Tracer la courbe IR = f(UAK).
b) Recommencer pour différentes intensités d’éclairage de la lampe, par exemple U = 10V ; U = 8 V.
Tracer les courbes dans le même repère que précédemment.
c) Comment peut-on caractériser le fonctionnement de la photodiode lorsque R0 < 100 kƒÇ ?
d) Que se passe-t-il dans l’obscurité ?

Etude expérimentale d'un photocoupleur

(fonction « isolation galvanique »)
Un optocoupleur (ou photocoupleur) est composé de deux éléments :
Une diode électroluminescente (D) qui émet un rayonnement lumineux lorsqu'elle est parcourue par un courant.

Un phototransistor (T) qui devient passant sous l'effet du rayonnement de la diode.
Le circuit utilisé est un CNX 35 (figure 1)

1. TRANSFERT EN COURANT DE L'OPTOCOUPLEUR
On désire tracer la caractéristique de transfert en courant iT = f(iD) . Pour cela on branche :

- à l’entrée une alimentation continue VDD variable entre 0 et 12 V et une résistance RD de protection. Ainsi la tension VRD est proportionnelle à iD (VRD = RD. iD ) et

- à la sortie une alimentation continue fixe de 10 V et une résistance RE On a donc la tension VRE proportionnelle à iT (VRE = RE .iT). conformément à la figure 2. (RE = RD = 1 kƒÇ. Vcc = 12 V).
Relever des couples (VRD , VRE ) et tracer la caractéristique iT = f(iD) (préciser les échelles)

La caractéristique est assimilable à une droite analogue à celle d'un transistor bipolaire (quand T n’est pas saturé)
En déduire la valeur du coefficient de transfert en courant (CTR) k = iT / iD de l'optocoupleur .

2. ETUDE DE L 'OPTOCOUPLEUR EN REGIME DE COMMUTATION
Réaliser le montage de la figure 3 . vDD(t) est une tension en créneaux positifs 0/5 V, de fréquence: 50 Hz .
RD = 330.Ă , Rc = 5,6 kĂ .
2.1 : On veut relever simultanément à l'oscilloscope vDD(t) et vCE(t) .

Indiquer sur la figure 3 les branchements à effectuer

2.2 : Relever en concordance de temps vDD(t) et vCE(t).

2.3 : Mesurer VCEsat en réglant convenablement la sensibilité verticale de l'oscilloscope, et déterminer de même la tension de seuil de D .

2.4 : Déterminer les valeurs de iT et iD lorsque le transistor conduit

2.5 : La fréquence de vDD(t) est maintenant de 5 kHz .Evaluer le temps de fermeture (temps nécessaire pour passer de l'état bloqué à l'état saturé) de l'optocoupleur ainsi que le temps d'ouverture (temps nécessaire pour passer de l'état saturé à l'état bloqué) .
CNX 35 +VCC

iD iT +VCC
1 6 RC

RD

2 5 VDD vDD

VRD RD RE VRE D vCE

3 4
Figure 1

Figure 2

Figure 3

Capteur ou transmetteur « intelligent »
Le transmetteur intelligent est un transmetteur muni d'un module de communication et d'un microcontrôleur :

Le module de communication permet :

De régler le transmetteur à distance ;

De brancher plusieurs transmetteurs sur la même ligne.

Le microcontrôleur permet :

De convertir la mesure en une autre grandeur, appelée grandeur secondaire. Par exemple, il peut convertir une mesure de différence de pression en niveau (voir chapitre sur les mesures de niveau).

De corriger l'influence des grandeurs d'influence sur la mesure.

Avantages métrologique du transmetteur "intelligent" :

Précision. En effet, le transmetteur possède moins de composants analogiques. Les grandeurs d'influences sont compensées. La non linéarité du transducteur peut être corrigée.

Répétitivité

Auto surveillance - Position de repli

Traitement du signal - Filtrage

Avantages liés à la configuration et maintenance

Convivialité - Accès à distance

Standardisation

Diagnostic - Forçage du signal de sortie

Archivage des configuration

Paramétrage : si le transmetteur intelligent apporte plus de fonctions, il est aussi plus difficile à paramétrer.


Problème sur les capteurs : BTS micro 1997 


On désire réaliser un système permettant de contrôler l'humidité ambiante d'une salle. Pour cela on effectue quelques essais sur des éléments du montage.
Le système utilise un capteur d'humidité relative appelé humidistance.

Notes : l'humidité absolue est le nombre de grammes d'eau, sous forme de vapeur, que contient un mètre cube d'air à une température donnée. L'humidité relative est obtenue en divisant l'humidité absolue par la quantité maximale d'eau que pourrait contenir le même volume d'air.
Les questions sont indépendantes.
SCHEMA SYNOPTIQUE DU MONTAGE

ETUDE DU CAPTEUR (voir document N°1)

Le capteur d'humidité présente une capacité variable en fonction de l'humidité relative (voir document n°2). On utilise un convertisseur capacité/tension qui délivre une tension variant linéairement de 0 à 1 volt pour une humidité relative variant de 0 à 100%.
1. Déterminer les valeurs de la capacité C et de la tension v pour une humidité relative de 60%.
2. Déterminer la sensibilité µ § du système en précisant son unité.

Remarque : 1 pF = 10-12 F
ETUDE DU COMPARATEUR (voir document N°3)

1. L'amplificateur supposé parfait est polarisé à l'aide de deux tensions de 0 et 5 volts. Préciser pourquoi la tension de sortie VS ne peut prendre que deux valeurs, 0 et 5V ?
2. On règle le montage afin que l'amplificateur bascule pour v=0,5V. déterminer la valeur de R1 sachant que R2=12kÙ et v1=5V
3. L'amplificateur commande la diode électroluminescente (LED) d'un photocoupleur. Donner l'état du photocoupleur (passant ou bloqué) pour chacune des valeurs (0 et 5V) de la tension de sortie VS.
On remarquera que la tension V1, appliquée entre A et la masse du montage, est également appliquée entre le point B et la masse.
4. Quel est le rôle de la résistance RS ?

Calculer sa valeur pour un courant de 17mA lorsque la LED est passante, sachant que sa tension Vd vaut alors 1.6V.

DOCUMENT N°2

Eléments de métrologie

1. Le système international d’unités ; unités de base :

Source : http://www.bipm.fr/fra/3_SI/base_units.html

GrandeurUnitésymbole DéfinitionLongueur LmètremLe mètre est la longueur du trajet parcouru dans le vide par la lumière pendant une durée de 1/299 792 458 de seconde.Masse MkilogrammekgLe kilogramme est l'unité de masse ; il est égal à la masse du prototype international du kilogramme.Temps TsecondesLa seconde est la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l'état fondamental de l'atome de césium 133.Courant électrique IampèreAL'ampère est l'intensité d'un courant constant qui, maintenu dans deux conducteurs parallèles, rectilignes, de longueur infinie, de section circulaire négligeable et placés à une distance de 1 mètre l'un de l'autre dans le vide, produirait entre ces conducteurs une force égale à 2 × 10ƒ{7 newton par mètre de longueur.Température thermodynamique ƒn ƒákelvinKLe kelvin, unité de température thermodynamique, est la fraction 1/273,16 de la température thermodynamique du point triple de l'eau.Quantité de matière Nmolemol1.

La mole est la quantité de matière d'un système contenant autant d'entités élémentaires qu'il y a d'atomes dans 0,012 kilogramme de carbone 12.
2.

Lorsqu'on emploie la mole, les entités élémentaires doivent être spécifiées et peuvent être des atomes, des molécules, des ions, des électrons, d'autres particules ou des groupements spécifiés de telles particules.
Intensité lumineuse JcandelacdLa candela est l'intensité lumineuse, dans une direction donnée, d'une source qui émet un rayonnement monochromatique de fréquence 540 × 1012 hertz et dont l'intensité énergétique dans cette direction est 1/683 watt par stéradian.

Tableau 1

2.Unités dérivées
GRANDEURFORMULEUNITÉSYMBOLEAngle planƒÑradianradAngle solideƒÇstéradiansrSurfaceS = x2mètre carrém2VolumeV = x3mètre cubem3Masse volumiqueƒâ = m/V kg.m-3Vitessev = x/t m.s-1Accélérationa = v/t m.s-2ForceF = m.anewtonNTravail ÉnergieW = F.xjouleJPuissanceP = W/twattWPressionp = F/SpascalPaFréquencef = 1/ThertzHzMoment d'une forceMt = F.x N.mTensionuvoltVRésistancer = u/iohmƒÇQuantité d'électricitéq = i.tcoulombCCapacité électriqueC = q/ufaradFChamp magnétiqueB = F/(i.x)teslaTFlux magnétiqueƒ¶ = B.SweberWbInductance électriqueL = ƒ¶ /ihenryHFlux lumineuxƒÚ = I.ƒÇlumenlmÉclairementE = ƒÚ /Sluxlx

Tableau 2

MULTIPLES ET SOUS-MULTIPLES :

Tableau 3

MULTIPLESSOUS-MULTIPLESFacteurpréfixeSymbolefacteurpréfixesymbole10 = 101década0,1 = 10-1décid100 = 102hectoh0,01 = 10-2centic1000 = 103kilok0,001 = 10-3millim106mégaM10-6microµ109gigaG10-9nanon1012téraT10-12picop

HOMOGÉNÉITÉ DES RÉSULTATS :

Une force F s'exprime en newtons. Si on revient au trois unités de base du système SI (masse, longueur, temps) la force F, d'après la formule F = m.a est égale à une masse multipliée par une longueur divisée par un temps au carré :

On dit que les dimensions de la force sont 1 par rapport à la masse, 1 par rapport à la longueur et -2 par rapport au temps. On écrit symboliquement F = MLT-2.

Pour une relation il faudra toujours que son premier membre ait les mêmes dimensions que le second : on dira qu'elle est homogène.

Pour les unités, on peut dire que le newton est équivalent au kg.m.s-2 dans le système SI.

Dans un problème, avant de trouver le résultat avec des nombres (application numérique) il faut le trouver avec des lettres représentant les différentes grandeurs (expression littérale). On peut alors vérifier si l'expression trouvée est homogène, c'est-à-dire si les deux membres ont les mêmes dimensions. Ceci permet de savoir si la formule trouvée est possible ou non, ou bien de trouver l'unité d'une grandeur si on connaît celles des autres.

GRANDEURDIMENSIONSLongueurLMasseMTempsTSurfaceL2VolumeTableau 4

L3PressionML-1T-2VitesseLT-1AccélérationLT-2ForceMLT-2Travail, énergieML2T-2PuissanceML2T-3TensionML2T-3I-1FréquenceT-1 
Exercices sur les unités

Le système international d’unités est issu du système M.K.S.A. Pourquoi ?

La longueur l de l’arc de cercle (de rayon R) intercepté par l’angle ƒÑ (en rad) est donné par la relation : l = R.ƒÑƒnƒ| ƒnJustifier que le radian est une unité sans dimension.

Combien y a-t-il de micromètres dans 1000 km ?

A l’aide des tableaux 2 et 4 déterminer la dimension des grandeurs suivantes :
quantité d’électricité, capacité électrique, résistance électrique, moment d’une force.


Vérifier l’homogénéité de la relation : P = C.ƒÇƒnƒnƒn(même dimension à droite et à gauche de l’égalité) avec
P = puissance mécanique de rotation (en W)
C = moment du couple (ou d’une force) (en Nm)
Ă = vitesse angulaire de rotation en rad/s

3. Approche statistique de la mesure (source : http://perso.wanadoo.fr/mathieu2/cours/unite.htm#exo)
L'analyse statistique peut être décrite comme le traitement quantitatif de l'incertitude.
A : LES INCERTITUDES.
Mesurer une grandeur, c'est la comparer à une autre grandeur du même type prise pour unité.

Les mesures directes sont celles obtenues directement en utilisant un appareil. Les mesures obtenues à l'aide d'une formule, donc d'un calcul, sont appelées mesures indirectes.

Soit à mesurer une certaine grandeur A. Le nombre trouvé est x, mais ce n'est en général pas la véritable valeur X . x est une valeur approchée de X.

La valeur maximale de l'erreur que l'on peut faire dans la mesure est ƒ´ x, appelée incertitude absolue. Cette incertitude est due à la qualité des instruments, à leur réglage (zéro), au soin apporté à la lecture par l'opérateur, etc..

On peut donc écrire :

X = x „b ƒ´x    ou bien    x - ƒ´x „T X „T x + ƒ´x
Exemple 1 : on mesure une longueur avec une règle graduée en mm.

On trouve 29,7 cm ou 297 mm. On peut écrire l = 297 „b 1 mm.
On appelle incertitude relative le rapport ƒ´x/x. C'est un nombre sans dimension puisque c'est le rapport entre deux grandeurs identiques.
B : CALCULS D'INCERTITUDES

Les incertitudes sur les mesures se répercutent sur le résultat.
Si le calcul est une somme (ou une différence), on a les formules :
S = a + b ƒn     ƒ´S = ƒ´a + ƒ´b

D = a - b       ƒ´D = ƒ´a + ƒ´b (on ajoute les incertitudes absolues)
Exemple 2 : on a mesuré deux longueurs, 29,7 cm et 13,2 cm à 1 mm près.
Déterminer l’incertitude absolue et l’incertitude relative sur la somme
Si le calcul est un produit (ou un quotient) :
P = x.y.z ƒ´P/P = ƒ´x/x + ƒ´y/y + ƒ´z/z

Q = x/y ƒ´Q/Q = ƒ´x/x + ƒ´y/y (on ajoute les incertitudes relatives)

Quand g est de la forme g = k.xa.yb.zc, on a :


Exemple 3 :
calculer le volume d'un cylindre de hauteur h = 29,7 mm et de diamètre d = 25,2 mm.


C : CHIFFRES SIGNIFICATIFS
Un chiffre significatif est un chiffre nécessaire pour exprimer la valeur d'une grandeur mais aussi sa précision.

Un chiffre est significatif quand :

il est différent de zéro

c'est un zéro compris entre deux chiffres significatifs (2032)

c'est un zéro final non nécessaire (2,310)

Un zéro n'est pas significatif quand il est devant.
Exemples :  
0124 : 3 chiffres significatifs
 0,023 : 2 chiffres significatifs car 2,3 cm ou 0,023 m doivent être deux résultats équivalents 
donc les zéros devant, qu'il y est virgule ou pas, ne comptent pas, ils ne sont pas significatifs.

Quand le zéro est à la fin, cela dépend.
29,0 cm et 29 cm expriment la même valeur mais pas la même précision : dans le premier cas, il y a 3 chiffres significatifs (la précision est le mm), dans le second, il y a 2 chiffres significatifs( la précision est le cm).
290 mm : on ne sait pas si le zéro est significatif ou pas (précision de la mesure). 
Donc un zéro est ambigu quand il se trouve à la fin et est nécessaire (290) pour exprimer la valeur. Pour remédier à cela, on utilise la notation scientifique (2,9.102 pour 2 chiffres significatifs ou 2,90.102 pour 3 chiffres significatifs).

Dans un problème, il faut exprimer les résultats avec le même nombre de chiffres significatifs que la donnée qui en comporte le moins, mais jamais moins de deux. En général c'est deux ou trois.

Si on arrondit par défaut ou par excès : il faut pousser le calcul à un chiffre de plus que celui du résultat.

D : VALEUR PROBABLE D’UNE GRANDEUR D’APRÈS UNE SÉRIE DE MESURE
On appelle moyenne , ou valeur probable, d'une grandeur la moyenne arithmétique de toutes les mesures effectuées, c'est-à-dire la somme de toutes les mesures divisée par le nombre de mesures.

Cette valeur sera d'autant plus proche de la vraie valeur X que n, le nombre de mesures, sera grand. Pour n = „V , on a X = .

Exemple 4 :  
Pour le volume du cylindre, on a trouvé :

15,0 ; 14,7 ; 14,5 ; 14,9 ; 14,8 ; 14,8 ; 14,6 ; 14,8 ; 14,7 ; 14,9 ; 17,1.

17,1 est écartée car manifestement fausse.

V = = 14,78 cm3.

Pour trouver l'incertitude absolue on prendra l'écart entre cette moyenne et les valeurs extrêmes.

C'est-à-dire ici 0,2 cm3 car on a 15 et 14,6 qui encadrent 14,8 cm3.

V = 14,8 „b 0,2 cm3
E : RÉPARTITION DES VALEURS
Pour nous renseigner sur la qualité des mesures, on se sert de ce qu'on appelle la variance que l'on note ƒã2.

La racine carrée de ƒã s'appelle l'écart type ou écart quadratique moyen. Si n est supérieur à 30, on a :

Si n est plus petit que 30, ce qui est souvent le cas en physique, il faut alors estimer l'écart type par une grandeur s ou ƒã n-1 qui vaut :

La qualité d'une méthode de mesurage s'apprécie par son écart type. Cette valeur joue le même rôle que l'incertitude absolue lors d'une seule mesure, la quantité ƒã / jouant le rôle de l'incertitude relative.
F : TOLÉRANCE
Il est intéressant de savoir la probabilité qu'a une mesure de se trouver à un certain écart de la valeur moyenne . Cet écart s'appelle l'intervalle de confiance relatif à un niveau de confiance donné.

L'intervalle de confiance est, si la grandeur obéit à la loi normale :

Les valeurs du coefficient t, coefficient de Student, dépendent du niveau de confiance choisi, ainsi que du nombre n. Elles sont données par des tables.
n468101215203050100„Vt 95%3,182,572,372,262,202,152,092,042,011,981,96t 99%5,844,033,503,253,112,982,862,762,682,632,57L'incertitude absolue ƒ´ x est égale à :

 

Si n est inférieur à 15, on utilise une méthode plus rapide : la méthode de l'étendue.

L'étendue r est la différence entre les valeurs extrêmes xmin et xmax. L'intervalle de confiance est alors égal à :

- q.r „T X „T + q.r

q est un coefficient dépendant de n et du niveau de confiance choisi. On obtient des intervalles de confiance légèrement plus larges que dans la méthode précédente.
n24681012162030q 95%6,350,720,400,290,230,190,150,130,09q 99%31,81,320,630,430,330,280,210,180,12

Exercices
1) Calculer l'aire d'un cercle dont le rayon vaut R = 5,21 ± 0,01 cm

Quelle est la précision du résultat obtenu ?

2) On mesure un temps et on trouve (en secondes) :
Mesure 123456783,563,573,543,583,523,563,573,569101112131415163,533,563,563,573,593,543,563,55
a) Classer les valeurs trouvées par ordre croissant et donner pour chaque résultat le nombre n de fois où il a été trouvé (fréquence).
b) Calculer la valeur moyenne T de la durée et l'étendue r des résultats.
c) Calculer l'intervalle de temps dans lequel la vraie valeur T a 95 % de chance de se trouver en utilisant la méthode de l'étendue.
d) Trouver l'écart type s . Trouver l'intervalle de confiance pour un niveau de confiance de 95 %.
2. Grandeurs électriques et circuits

2.1. Propriétés temporelles
A) Régimes périodiques.
Valeur instantanée : u ou i en fonction de l’instant t
La valeur instantanée correspond aux valeurs d’un tableau. u

Ex. :

t

t(ms)012345u(V)050-505 Grandeur périodique :
Une grandeur u est périodique si u(t +T) = u(t)

1

Fréquence : nombre de périodes par seconde : f (en Hz) = „o

T

Valeur moyenne.

La quantité d’électricité transportée par un courant i entre les instants t et (t + dt) est : dq = i.dt

µ §

Entre les instants t1 et t2 on a :

La valeur moyenne de i est la valeur d’un courant continu I qui, entre les instants t1 et t2 , transporterait la même quantité d’électricité Q = I.(t2 ¨C t1), (représentée par l’aire ƒ±, entre t1 et t2 , de la surface comprise entre la courbe représentative de i(t) et l’axe des t).

En pratique, pour une grandeur périodique, on l’intègre sur une période.

t

i

µ §

Î

Exemple : calculer
  1   2

similaire:

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconProgramme de sciences physiques physique appliquéE

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconProgramme de sciences physiques

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconProgramme de sciences physiques pour la classe de terminale

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconCompétences présentes dans le programme de Sciences Physiques et Chimiques

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconA Notions élémentaires de Physique appliquée à la plongée

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconLa Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique de l’Université...

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconRésumé : Noms communs et noms propres. Les points les plus importants...

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconSciences physiques

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconSciences physiques

Programme de sciences physiques physique appliquéE iconSciences physiques et chimiques






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com