Rapport d’activite





télécharger 1.52 Mb.
titreRapport d’activite
page5/19
date de publication06.03.2020
taille1.52 Mb.
typeRapport
d.20-bal.com > loi > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

3 Les dispositifs GR.E.P au Quartier de Semi-Liberté
3.1 - Accompagnement à la Recherche d’Emploi (A.R.E)
L’ouverture du quartier de semi liberté en 2012 a permis au GR.E.P de développer une action d’accompagnement professionnel permettant à des détenus incarcérés n’ayant pas de solution d’emploi de pouvoir bénéficier d’un aménagement de peine.

En 2014, 30 places étaient proposées sur ce dispositif.

3 entrées sont programmées mensuellement (sur 10 mois) permettant un accompagnement individualisé des bénéficiaires dits « proches de l’emploi ». La durée de prise en charge initiale est de 14 semaines et peut être prolongée au-delà si le projet professionnel est en cours de finalisation.

Accueillis quotidiennement au sein de notre structure par Mme CHERRAD, les candidats, outre sur le volet professionnel sont accompagnés dans leurs démarches sociales et administratives (ouverture d’un compte bancaire, accès aux droits sociaux, inscription au permis de conduire etc…), l’objectif étant le retour à l’emploi dans les meilleurs délais.

En 2014, une moyenne de 320 entretiens ont été conduits par Mme CHERRAD dans le cadre de cette action.
Typologie du public accueilli :


  • Effectif

31 candidats ont été pris en charge au 31/12/2014


  • Provenance :

6 candidats Maison d’Arrêt (19%)

6 candidats Centre de Détention (19%)

9 candidats Quartier de Semi-Liberté (30%)

10 candidats 723/15 (32%)

  • Mesure de Justice :

25 Placements Extérieurs (81%)

5 Placements sous Surveillance Electronique (17%)

1 Semi-liberté (2%)


  • Tranche d’âge :

2 candidats 18/25 ans (6%)

21 candidats 26/35 ans (68%)

6 candidats 35/45 ans (20%)

2 candidats 45 ans et + (6%)


  • Situation familiale :

23 candidats célibataires (74%)

3 candidats mariés (10%)

4 candidats en concubinage (13%)

1 candidat divorcé (3%)


  • Domiciliation :

12 candidats Agglo de Bourg dont CUCS (38%)

4 candidats de l’Ain (12%)

15 candidats sans solutions d’hébergement à la sortie (50%)


  • Niveau scolaire :

1 candidat de niveau III (Bac + 2)

3 candidats niveau IV (Bac/ Bac Pro)

9 candidats niveau V (BEP/ CAP)

10 candidats niveau V Bis (Niveau BEP/ CAP)

8 candidats niveau VI (proche illettrisme)


  • Mobilité :

10 candidats (33%) sont titulaires du permis B

21 candidats ne l’ont pas (67%)


  • Problématiques santé :

21 candidats ont une problématique santé (67%)

10 candidats n’ont aucune problématique santé (33%)
Situation des 31candidats accompagnés au 31/12/2014 :


  • CDD : 7 candidats soit 23% de l’effectif

  • CDI : 1 candidat soit 3% de l’effectif

  • CUI : 5 candidats soit 16% de l’effectif

  • Intérim : 4 candidats soit 13% de l’effectif

  • Formation : 6 candidats soit 19% de l’effectif

  • Toujours en parcours : 5 candidats soit 16% de l’effectif

  • Ne se sont pas saisis du dispositif : 2 candidats soit 5% de l’effectif

  • Révocation : 2 candidats soit 5% de l’effectif




  • Nombre de candidats mis en parcours : 31

  • Nombre d’étapes de parcours mobilisées : 42

  • Nombre de jours de permanence quotidienne d’accueil en 2014 : 192

  • Nombre moyen de candidats par mois en 2014 : 8

  • Nombre d’entretiens réalisés : 320

Malgré une crise économique qui perdure dans certains secteurs et touche lourdement les publics les plus éloignés de l’emploi, notons que 23 candidats ayant intégré le dispositif « Accompagnement à la Recherche d’Emploi » (74% de l’effectif) se sont mobilisés et ont pu bénéficier soit d’un contrat de travail soit d’une entrée en formation.

3.2 - Action «  Métiers de la Nature et du Patrimoine Bâti »

Cette action de formation s’adresse plus particulièrement à un public ayant un faible niveau de qualification, en difficulté d’insertion sociale et/ou professionnelle et projetant de se réadapter à une activité professionnelle, développer des compétences, acquérir des savoir-être à travers des chantiers écoles ayant trait à l’entretien des espaces ruraux et du patrimoine local.

Le CFPPA « Les Sardières », porteur du projet, assure la partie chantier (3 jours et 1/2 par semaine), le GR.E.P intervient quant à lui sur le volet « construction du projet professionnel » (1 journée par semaine), ½ journée est consacrée aux RDV avec leur CPIP, démarches administratives, démarches de soin et sociales.

2 sessions ont lieu par an (une au printemps, une à l’automne) pour un groupe de 8 stagiaires maximum et pour une durée de 16 semaines de formation. Au-delà de ces 16 semaines, le GR.E.P poursuit l’accompagnement des candidats jusqu’à la mise en œuvre de leur projet professionnel.

Certains d’entre eux peuvent même intégrer le dispositif « Accompagnement à la Recherche d’Emploi » à l’issue de la formation et bénéficier d’un suivi quotidien pour atteindre leur objectif professionnel.

208 entretiens ont été conduits sur cette action.
Typologie du public accueilli :


  • Effectif :

13 candidats ont été pris en charge sur les 2 sessions


  • Provenance :

8 candidats Maison d’Arrêt (62%)

4 candidats Centre de Détention (30%)

1 candidats723/15 (8%)


  • Mesure de Justice :

13 candidats ont bénéficié d’une mesure de Semi-Liberté


  • Tranche d’âge :

2 candidats 18/25 ans (15%)

7 candidats 26/35 ans (54%)

3 candidats 35/45 ans (23%)

1 candidat 45 ans et + (8%)



  • Situation familiale :

9 candidats célibataires (70%)

1 candidat marié (7%)

3 candidats en concubinage (23%)


  • Domiciliation :

3 candidats Agglo de Bourg dont CUCS (23%)

4 candidats de l’Ain (30%)

5 candidats sans solutions d’hébergement à la sortie (40%)

1 candidat autre département (7%)



  • Niveau scolaire :

3 candidats niveau V (BEP/ CAP)

8 candidats niveau V Bis (Niveau BEP/ CAP)

2 candidats niveau VI (proche illettrisme)


  • Mobilité :

2 candidats (15%) sont titulaires du permis B

11candidats ne l’ont pas (85%)


  • Problématique santé :

10 candidats ont une problématique santé (77%)

3 candidats n’ont aucune problématique santé (23%)

Situation des stagiaires à la sortie :


  • CDD : 1 candidat soit 7% de l’effectif

  • CDI : 1 candidat soit 7% de l’effectif

  • CUI : 3 candidats soit 24% de l’effectif

  • Intérim : 1candidats soit 7% de l’effectif

  • Formation : 3 candidats soit 24% de l’effectif

  • Toujours en accompagnement : 2 candidats soit 14% de l’effectif

  • Révocation : 2 candidats soit 14% de l’effectif



  • Nombre de candidats mis en parcours : 13

  • Nombre d’étapes de parcours mobilisées : 17

  • Nombre de jours de permanence d’accueil : 32


L’accompagnement dispensé par le GR.E.P par le biais d’ateliers techniques de recherche d’emploi a permis à 9 candidats soit 70% de l’effectif d’accéder à un emploi ou d’entrer en parcours de formation.

Mme GONELLA, référente Justice pôle emploi est intervenue sur le dispositif au fin de faciliter l’accès au droit commun des bénéficiaires de l’action.

Ponctuellement, certains stagiaires ont été orientés vers la mission locale jeune afin de bénéficier des outils de droit commun.

Au cours des différentes sessions, un partenariat s’est noué avec l’association ECTI . 2 de leurs adhérents interviennent régulièrement en appui sur les ateliers thématiques.

4 Autres dispositifs d’insertion

4.1 – Module d’Accès à l’Entreprise (M.A.E)
L’action de formation « Module d’Accès à l’Entreprise » est financée par le Conseil Régional.

Complément de la boîte à outils du GR.E.P, elle permet aux stagiaires de s’immerger durant 9 semaines au sein d’une entreprise puis de s’inscrire dans un parcours professionnalisant à l’issue de cette période (emploi ou formation professionnelle).

Ce stage offre la possibilité d’évaluer les savoir-faire et les savoir-être des candidats, de pointer les difficultés liées à une situation de travail et de mesurer le chemin restant à parcourir jusqu’à l’emploi.

Au-delà de l’insertion professionnelle, ce stage est souvent une adaptation progressive au poste de travail et aux exigences de l’entreprise avant l’emploi direct. L’enjeu est d’assurer également la transition entre la rupture due à l’incarcération et la confrontation à la réalité sociale et économique.
En 2014, 10 candidats ont bénéficié d’un M.A.E  répartis selon les secteurs d’activité suivants :


  • Industrie : 2 stagiaires ont accédé à un CUI à l’issue

  • BTP : 3 stagiaires dont 1 a accédé à 1 CDD d’un an

  • Transport : 2 stagiaires

  • Logistique : 1 stagiaire

  • Restauration : 1 stagiaire

  • Accueil / Secrétariat : 1 stagiaire

Cet outil est apprécié des entreprises car outre le fait qu’il ne nécessite aucun engagement financier de leur part, (le stagiaire étant rémunéré par l’ASP), l’employeur peut à tout moment solliciter le GR.E.P qui reste son interlocuteur privilégié pendant la durée du stage et présent lors des bilans. Cette organisation vise à rassurer les entreprises sur les publics placés sous main de Justice et lève bien souvent certains a priori quant à leurs compétences.
4.1 - Convention Partenariale Pôle Emploi-GR.E.P
Une convention partenariale entre Pôle Emploi et le GR.E.P actée en 2011 et reconduite en décembre 2013 permet un maillage partenarial entre nos organismes respectifs.

Cette convention a pour objet la coordination et les mutualisations des actions entre le GR.E.P et Pôle Emploi au bénéfice des personnes placées sous main de Justice en milieu ouvert et en milieu fermé.

Elle offre aux candidats suivis par le GR.E.P une facilité d’accès aux dispositifs Pôle Emploi suivants :


  • Evaluation en Milieu de Travail (EMT)

  • Evaluation des Compétences et Capacités Professionnelles (ECCP)

  • Evaluation Préalable à la Création d’Entreprise (EPCE)

  • Préparation Opérationnelle à l’Emploi (POE)

  • Action de Formation Préalable au Recrutement (AFPR)

  • Prescription vers les Structures d’Insertion par l’Activité Economique


Mme GONELLA, conseillère Justice pôle-emploi a la possibilité de solliciter le GREP en milieu fermé pour l’un de ses suivis dans le cadre de la préparation à la sortie si la prise en charge est opportune.
4.3 - Prospection des Entreprises
Compte tenu du flux d’orientation et de la situation socio économique du territoire nous avons reconsidéré notre méthode de développement partenarial.

Auparavant le GR.E.P était amené à intervenir au sein des chambres consulaires ou groupements d’entreprises, de prospecter des entreprises du secteur marchand de façon plus globale.

Au vue des retombées et du suivi nécessaire à l’issue de ces présentations, nous avons opté pour une méthode plus individualisée.

Aujourd’hui, nous procédons « au profil » des personnes rencontrées, ce qui permet de cibler les entreprises, d’activer le réseau des partenaires emploi locaux, tel les services publics de l’emploi et les points info emploi (service de l’Agglo porteur des clauses d’insertion sur le territoire) et de mettre en adéquation l’offre et la demande.

Par le slogan suivant « la prévention de la délinquance et de la récidive passe par votre entreprise » le GR.E.P sensibilise les employeurs en les rendant acteurs de la réinsertion des personnes placées sous main de Justice.

Toutefois, les procédures de recrutement actuelles pointent que le passage par l’intérim apporte une garantie exigée par l’entreprise avant d’embaucher un candidat.

Aussi, nous nous sommes rapprochées d’agences de travail temporaire généralistes ou spécialisées (elles-mêmes partenaires des points info emploi sur les clauses d’insertion) et avons pu mutualiser nos missions pour permettre l’accès à l’emploi de notre public.
4.4 - Autres partenaires :
SIAE :

Face au public reçu par le GR.E.P et qui reste pour la plupart éloigné des critères d’employabilité définis par l’entreprise du secteur marchand, les structures d’insertion par l’activité économique représentent une étape indispensable pour mener à bien leur insertion. Pour un nombre important des candidats, ces structures sont avant tout le lieu où la personne va découvrir ou redécouvrir les règles, le fonctionnement et les contraintes de l’entreprise en tentant de développer ses capacités d’adaptation et d’intégration dans le monde du travail puis d’acquérir des compétences professionnelles. Cependant, face à la montée du chômage et aux difficultés économiques auxquelles elles sont confrontées, le constat est établi que depuis quelques mois certaines SIAE ont un niveau d’exigence plus élevé dans leurs critères de sélection.
PIE :

Nous avons en revanche poursuivi d’enrichir notre partenariat avec les points info emploi de Bourg en Bresse agglomération puisque nous sommes présentes périodiquement sur les permanences dédiées aux métiers du bâtiment ce qui facilite la mise en adéquation des profils de candidats avec les besoins des entreprises intervenants sur les clauses d’insertion. Une présentation de la structure GR.E.P et de ses missions sera à l’ordre du jour du prochain CTEI ANRU.
4.5 - Projet Fondation de France
Après une étude menée sur les personnes détenues sans solutions d’hébergement à la sortie, le SPIP de l’Ain a souligné les difficultés récurrentes d’accès aux structures d’hébergement et au logement des PPSMJ depuis l’ouverture du nouveau centre pénitentiaire, à Bourg-en-Bresse, en 2010. Le GR.E.P à quant à lui constaté que ces difficultés interféraient sur le maintien à l’emploi des personnes accompagnées.

La parution de l’appel à projet « Prisons » de la Fondation de France en avril 2013 a été une opportunité pour initier une action en ce sens avec le SPIP, Dynacité et l’Association Tremplin dont l’objectif fut de :

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Rapport d’activite iconRapport d’activité

Rapport d’activite iconRapport d’activité

Rapport d’activite iconRapport d’activite

Rapport d’activite iconRapport d’activité 2015

Rapport d’activite iconRapport d’activité 2010

Rapport d’activite iconRapport d'activite 2014

Rapport d’activite iconRapport d’activité 2013

Rapport d’activite iconRapport d’activité 2012

Rapport d’activite iconRapport d’activité 2016

Rapport d’activite iconUn rapport d’activité incluant notamment un






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com