Loi Perben : danger jeunesse





télécharger 10.4 Kb.
titreLoi Perben : danger jeunesse
date de publication24.12.2016
taille10.4 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
 Loi  Perben : danger jeunesse

« L'énoncé théorique des droits et des libertés ne suffit plus :
c'est la pratique sociale  qu'il faut développer
afin que l'homme sache plus tard se conduire librement
dans les diverses occasions de sa vie  »
Célestin Freinet

Pour flatter les sentiments réactionnaires qui s'inquiètent du rajeunissement des délinquants et de l'accroissement des multirécidivistes, il fallait escamoter l'enfance et juger rapidement pour isoler cette partie de la jeunesse, il fallait faire Loi pour modifier l'ordonnance de 1945.
Le 3 août 2002, la Loi d'orientation et de programmation pour la justice détourne ainsi l'esprit de la justice des mineurs en privilégiant la sanction pénale et la peine sur les mesures éducatives : responsabilité pénale pour les enfants dès l'âge de 10 ans, abaissement de l'âge de la détention provisoire à 13 ans, placement sous contrôle judiciaire, modes de jugement rapproché et création de centres éducatifs fermés.


Cette loi  bafoue la Convention internationale des droits de l'enfant qui préconise d'établir un âge minimum « au-dessous duquel les enfants seront présumés n'avoir pas la capacité d'enfreindre la loi pénale »  et qui demande à ses signataires de promouvoir des lois, des mesures et des institutions conçues pour les enfants en assurant leur protection et leur éducation.
Cette loi réduit à la seule pénalisation les réponses données aux difficultés rencontrées par les enfants, au détriment des mobilisations parentale, éducative, sociale et médicale qui interviendraient en amont des actes délictueux. Mais elle ne fait qu'entériner les pratiques de ces derniers mois (augmentation de 40 % des détentions).

Cette loi, en rejetant la réflexion sur les causes de la délinquance, ne vise que le court terme et la punition  pour répondre à des soucis d'ordre public, stigmatisant ainsi une partie de la jeunesse pour en faire des délinquants confirmés.

Cette loi confond sanction et éducation lorsqu'elle propose comme sanctions éducatives aussi bien des mesures de sécurité, de contrôle et d'interdiction que des mesures éducatives telle que l'obligation d'accomplir un stage de formation civique. L'apprentissage de la loi serait donc une sanction

Cette loi trompe la société lorsqu'elle prétend que des centres fermés pourraient être éducatifs: la privation de liberté, l'assignation pour ces enfants et ces jeunes  à ne plus fréquenter que d'autres adolescents violents ou perturbés  ne peut que renforcer leur hostilité, leur méfiance et les exclure à l'inverse de toute expérience socialisante et de tout projet d'avenir.

La Loi d'orientation et de programmation pour la justice du 3 août 2002 consiste à faire croire que la sanction et la peur pourront tenir lieu de respect et d'autorité alors que l'éducation à l'opposé se construit d'abord à partir de confiance, de relations, de responsabilités et de droits en actes.

Dix-huit ans ! Seize ans ! Treize ans ! Dix ans ! C'est bien avant que doivent se vivre ces relations éducatives afin qu'aucun enfant ne soit exclu de l'avenir de notre société.

Une société  qui forme  certaines classes sociales  avec des méthodes autoritaires, tandis que d'autres voient leurs enfants respectés et encouragés,  et qui continue de justifier les inégalités sociales en se référant à des valeurs méritocrates est une société qui se condamne au désordre, aux désastres et à la violence.

A l'inverse, ces enfants et ces jeunes mériteraient de trouver place dans une école qui les accueille vraiment, qui les accepte, qui ne contribue pas à véhiculer d'eux-mêmes ou de leur famille une image dégradée, une école qui ait de l'autorité car elle reconnaîtrait naturellement celle des parents et des enfants eux-mêmes, une école qui permette l'organisation du travail, l'accès à la Culture et aux savoirs ambitieux tout en développant l'entraide, la solidarité, la participation, la responsabilisation et la gestion des conflits.

Cette école assumerait ses responsabilités éducatives et  permettrait aux enfants de faire l'expérience concrète des valeurs démocratiques de notre société afin d'identifier et de conscientiser les droits et libertés de l'Autre dans une perspective relationnelle.

Une société sans ambition pour l'école ne fait plus société !

Cette école est possible, elle existe ! Elle est expérimentée chaque jour par des centaines d'enseignants Freinet. Et pourtant, leur expérience, leur travail est rendu difficile par une administration infantilisante, un manque d'ambition. Et aujourd'hui, après nous avoir empêché de donner à l'école son vrai potentiel éducatif, on voudrait nous faire croire que l'éducation ne paie pas !

Le mouvement Freinet propose une autre conception de l'éducation, de la citoyenneté et de la société. Il propose à chacun, enfant, jeune, parent, quelles que soient  les difficultés sociales ou personnelles vécues de regagner la fierté de travailler ensemble ! Nous défendons une éducation à la dignité.


                                ICEM-Pédagogie Freinet
Secretariat@icem-freinet.org

 

 

Joël Blanchard
ICEM - Pédagogie Freinet
La Simotière
F - 85190 Aizenay
joel.blanchard@icem-freinet.org
02 51 94 72 62
06 18 01 79 47

Stage ICEM "Un événement arrive dans la classe, qu'est-ce qu'on en fait ?"
La Roche Sur Yon (Vendée) du 24 au 26 octobre 2002
http://stage.evenement.icem.free.fr

   

similaire:

Loi Perben : danger jeunesse iconThèse Premièrement, IL est évident que Socrate, tel que raconté par...
«Socrate est coupable en regard de la loi de corrompre la jeunesse et de reconnaître non pas les dieux que reconnaît la cité, mais...

Loi Perben : danger jeunesse iconP. 7-8 Vacances d’ÉTÉ : activités Enfance Jeunesse
«Hors les murs» [Secteur Éducation Jeunesse] (lire p. 8) Piscine et dans Ramonville

Loi Perben : danger jeunesse iconReglement prix «jeunesse pour l’egalite»
«Jeunesse pour l’égalité» sur le thème «Tous égaux ?». Ce concours est destiné à donner la parole aux jeunes sur les inégalités et...

Loi Perben : danger jeunesse iconCompte rendu cpt du 24 novembre 2011
«plein air» va rejoindre le Service Jeunesse et Coordination des Centres Sociaux au sein de la Direction de la Jeunesse et la Vie...

Loi Perben : danger jeunesse iconSujet
«La loi du 16 juillet 1949 relative à la protection de la jeunesse : l'arbitraire ?» Encyclopaedia Universalis, 1988

Loi Perben : danger jeunesse iconLa Protection de l’Enfance et Information Préoccupante
«tout élément d’information susceptible de laisser craindre qu’un enfant se trouve en situation de danger ou en risque de danger...

Loi Perben : danger jeunesse icon1 Au niveau de la mission de protection de l'enfance
«mineurs maltraités» sont remplacés par «mineurs en danger» et «mauvais traitements» sont remplacés par «situation de danger»

Loi Perben : danger jeunesse icon235 – D62 – 15 : chambre regionale des comptes – rapport d’observations...
...

Loi Perben : danger jeunesse iconDécrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de la jeunesse,...
«l'article 17 de la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives»...

Loi Perben : danger jeunesse iconLe danger securitaire en mediterranee






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com