Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi





télécharger 278.06 Kb.
titrePériodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi
page1/17
date de publication09.02.2017
taille278.06 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17



    EDITO

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi auxquels sont associés les problèmes de création d’entreprises gérées par les femmes.

Malgré les discours voire les décisions prises, il semble que cette question de la place des femmes dans la société est à remettre sans cesse en discussion !!

Depuis sa création en 1989 RACINES (Réseau d’Accompagnement des Créations et Initiatives avec une Nouvelle Epargne de Solidarité) association loi 1901 explore les difficultés, les spécificités et les atouts de la création d’entreprises par les femmes.

En 1989 au démarrage de l’activité de Racines, l’ensemble de cette question n’était pas ou peu abordé, tant par les pouvoirs publics que par les institutions, et le mouvement associatif. Les femmes dans la création d’entreprise n’existaient tout simplement pas, bien que quelques associations aient abordé ce sujet notamment en matière d’accompagnement.

Beaucoup de secteurs concernant la vie et les Droits des femmes avaient été explorés par des unités de recherche, par le monde associatif, comme les problèmes de maternité, de contraception, d’avortement, d’égalité professionnelle, d’égalité des rémunérations etc… mais jamais la place des femmes dans le milieu économique et financier n’avait été abordée par les instances de ce secteur.

C’est la raison pour laquelle Racines a décidé de mener son action dans cette direction.

Des idées préconçues, des ignorances faisaient que le discours des acteurs de l’économie quand ils abordaient ces questions était morose, peu dynamique et peu optimiste.

Racines s’est d’abord attachée à faire la démonstration que les femmes étaient parfaitement capables de créer des entreprises à l’image de celles des hommes et qu’avec un accueil personnalisé, un accompagnement, une formation, une aide pour l’obtention des financements, elles en étaient parfaitement capables.

Puis nous nous sommes attachées à connaitre :

  • Les spécificités des femmes créatrices

Elles n’ont pas fondamentalement changé depuis cette époque. Les femmes sont diplômées, plus que les hommes, elles ont entre 30 et 50 ans, elles sont souvent dans une situation économique difficile, et ne peuvent de ce fait répondre aux critères de garantie réclamés par les banques.

  • Les spécificités des entreprises créées par les femmes

Là encore peu d’évolution. Les entreprises créées sont pour l’essentiel des TPE avec des petits financements. Leur activité se situe pour l’essentiel dans les services, aux personnes notamment.

La principale difficulté à l’époque était -et reste malheureusement encore aujourd’hui- l’accès aux sources de financements, et elles démarrent souvent leurs entreprises en situation de sous-capitalisation.

D’après une enquête que nous avions effectuée, les femmes avaient fortement souligné l’environnement économique et financier défavorable à leur entrée dans ce monde. Elles réclamaient aussi plus de formation en création d’entreprise.

  • Les difficultés liées au développement de l’entreprise

A l’époque les femmes avaient du mal à se projeter dans l’avenir, n’avaient pas une vue très objective de l’endettement, et ne savaient pas toujours se positionner par rapport aux banques.

La sous-capitalisation pour la plupart d’entre elles – qui perdure aujourd’hui - fragilise ces entreprises dans leur développement.

Pour les aider et aider le secteur bancaire à ainsi mieux les connaître, nous avons adapté une méthodologie d’analyse financière pour mieux leur faire percevoir les points forts et faibles de leur activité. Nous avons fait preuve d’innovation car l’analyse financière est généralement réservée aux grandes entreprises

Aujourd’hui sur tous ces sujets et aspects, tant du point de vue de la création que du développement, les choses ont évolué.

Les femmes maîtrisent mieux le phénomène de circulation de l’argent, maîtrisent mieux la notion d’endettement et les relations avec les banquiers et les divers financeurs.
Le nombre de création d’entreprises a augmenté même s’il reste insuffisant. Elles sont dans ce monde économique et financier connues et reconnues.

Puis nous avons pensé qu’il était nécessaire de travailler sur l’épargne solidaire.

Il nous fallait être cohérentes avec nous-mêmes : Si les femmes avaient des difficultés à obtenir des financements, alors nous devions les aider, et développer des produits qui fassent effet de levier auprès des institutions bancaires.

Nos CLEFE (Club Local d’Epargne pour les Femmes qui Entreprennent) ont prouvé leur efficacité, même avec leur limite (notamment leur durée de vie).

Réunir dans un même mouvement - l’indivision volontaire - un groupe de personnes qui constitue une épargne pour ensuite l’investir dans une entreprise gérée par une ou plusieurs femmes en fait un outil original.

Son investissement dans tous types d’entreprises à la seule condition que les femmes détiennent la majorité des pouvoirs de direction est innovant.

Enfin que chaque prêt fasse l’objet d’une convention entre le CLEFE et la créatrice, ou l’entreprise, adaptée aux conditions et spécificités de l’entreprise avec un temps de carence pour le démarrage du remboursement du prêt, montre qu’il est adapté à tous types d’activité.

Le prêt reposant sur la convention et la proximité en fait un outil axé sur la solidarité et le développement local.

Convaincre tous les acteurs œuvrant dans le cadre de la création d’entreprises, les acteurs du monde économique et financier n’est pas chose facile.

Nous avons beaucoup écrit, publié des rapports, participé à des conférences, des colloques, assemblées etc… pour développer nos idées, faire connaître nos activités et notre outil financier.

Aujourd’hui, plus de 20 ans après, nous sommes fières de notre activité.

Le problème de la création d’entreprise par les femmes est non seulement posé mais admis par toutes les instances, qu’elles soient publiques, institutionnelles ou financières.

Les femmes sont reconnues dans ce secteur même si des difficultés subsistent – notamment dans cette période difficile de crise.

Des statistiques sont produites (INSEE, APCE etc…). D’autres structures se sont créées pour travailler sur ce secteur.

L’épargne de solidarité, de proximité, l‘économie sociale et solidaire animées par des structures dynamiques poursuivent leur chemin et leur progression dans le grand public. Là encore elles sont reconnues, même si nous trouvons que tout ne va pas assez vite.

Les entreprises gérées par des femmes sont aussi pérennes à trois ans que les autres entreprises, 5 ans reste une période plus difficile à passer.

Néanmoins ces entreprises génèrent des richesses qui non seulement profitent aux créatrices mais aussi à la société toute entière.

Le travail accompli, l’évolution en 20 ans, sont immenses, et nous y avons pris toute notre part.

Aujourd’hui un secrétariat d’Etat a à nouveau vu le jour.

La crise aidant, les PME et leur développement sont au centre des préoccupations de nos dirigeants.

Les femmes ne doivent pas être oubliées. Nous y veillerons.

Nous avons franchi une étape, il nous faut poursuivre et faire tomber les barrières restantes pour dépasser ce seuil de 30% d’entreprises créées par les femmes.

Développer les notions de solidarité et de réciprocité va occuper notre activité pendant quelques temps. D’autant que nous sommes loin d’être sortis de la crise, et que les TPE, et PME sont les premières à être fragilisées.

C’est possible !

Il faut s’attaquer maintenant aux problèmes de développement et du franchissement de ce seuil d’activité à 5 ans.

Nous devons réfléchir et inventer d’autres outils financiers répondant aux besoins des femmes créatrices d’entreprises, et à la crise qui a des incidences directes sur le développement de ces structures économiques.

Il faut débloquer - à bon escient - des financements, des mesures pour que chaque femme qui le désire et qui en a les moyens soit en capacité de créer son entreprise.

Il nous faut faire preuve de créativité comme nous avons su le faire à la naissance de Racines. Certes le contexte est différent, mais des solutions existent toujours.

Les femmes ont de l’inventivité, elles l’ont prouvé en Europe et dans le monde tout au long de leur histoire.

Lançons de nouveaux défis et mettons-nous en capacité de les résoudre.

Là encore c’est une égalité avec les hommes que nous devons achever.

L’économie, la société, les femmes, auront tout à y gagner.

Yvonne Jourd’hui
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconFemmes françaises, … Femmes japonaises. Les femmes qui créent l’avenir de la France
«Rêve européen» et les idéologies de l’Union européenne sur le maintien de la paix, la protection des droits de l’Homme ainsi que...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconForum asiatique des parlementaires sur la population et le développement (afppd)
«une société où brillent les femmes», dans le but d’intensifier les efforts de tous les pays pour pendre des mesures visant à éliminer...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconArrêté du 12 septembre 2006xxx relatif à la mise sur le marché et...
«groupes vulnérables», comprenant les femmes enceintes et les femmes allaitantes, les enfants à naître, les nourrissons et les enfants,...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconSuivi de grossesse et violences faites aux femmes

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconLa Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes
«l’avancée des femmes dans la société gabonaise» : la présidente de la Cour constitutionnelle

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconDiscours de Ségolène neuville, Secrétaire d’État chargée des Personnes...
«silence» du domicile que ces violences sont subies. Et nous savons bien que la dénonciation de ces violences peut entraîner la perte...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconPremiers thèmes abordés – hébergement des femmes victimes de violences,...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconDroits familiaux…qu’en est IL exactement ?
«l’évolution des droits familiaux afin de mieux compenser les effets de l’arrivée d’enfants au foyer sur la carrière et les pensions...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconInitiative ucr journee de lutte des femmes mardi 03 mars 2015
«la femme naît libre et demeure égale en droits à l’homme». Ainsi se voyait dénoncé le fait que la Révolution oubliait les femmes...

Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt sur les violences faites aux femmes, tantôt sur l’égalité, tantôt sur les problèmes de l’emploi iconA noter que sur les deux derniers points, aucun financement n’est annoncé !!!
«naturelle». Dès que les mobilisations et le rapport de force faiblissent les conquêtes peuvent être remises en cause, les attaques...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com