Réunion du groupe-pays Maroc





télécharger 60.83 Kb.
titreRéunion du groupe-pays Maroc
date de publication24.10.2016
taille60.83 Kb.
typeRéunion
d.20-bal.com > loi > Réunion



Réunion du groupe-pays Maroc
Lundi 21 janvier 2013, de 14h00 à 16h30, à Cités Unies France
Liste des participants

Mme Akif Imane, assistante, CNFPT ;

M. Alcandre Fabrice, consultant, C2G Conseil ;

M. Arnal Guilhem, chargé de projets, Solidarité Laïque ;

Mme Bady Florence, chargée de mission, conseil général de l’Isère ;

M. Basrire Karim, Maroc Entrepreneurs ;

M. Bouchet Louis, chargé de mission, ADEFRAMS ;

M. Bouin Frédérick, chargé de mission à la coopération décentralisée, Ambassade de France au Maroc ;

M. Bouslikhane Souhail, conseiller politique, Ambassade du Maroc en France ;

Mme Brunet Françoise, consultante ;

Mme Chalier Françoise, chargée de mission, Agence Française de Développement ;

Mme Chek Agnès, chargée de mission, conseil général de Loire Atlantique ;

M. Daloul Hassane, vice-consul du Maroc à Colombes ;

M. Desvalois Romain, ADEFRAMS ;

M. Ennagadi Driss, directeur général, CA Europ’Essonne ;

Mme Fiorini Beriot Anna, Chargée de mission, conseil régional de Rhône Alpes ;

M. Gasparetto François, chargé de mission, Ministère de l’Agriculture de l’alimentation et de la pêche ;

Mme Ginouves Dominique, chargée de mission, DRIE, Marseille ;

Mme Lecuirot Marie-Pierre, conseillère municipale, Tours ;

M. Malene Dario, chargé de projets, conseil général de Seine Saint Denis ;

Mme Marre Anissa, chargée de mission, Montpellier ;

M. Marseille Didier , responsable relations internationales, Creil ;

Mme Mercadal Laurence, chargée de mission, conseil régional de Provence Alpes Côte d’Azur ;

Mme Paul Valérie, directrice des relations internationales, La Rochelle ;

M. Petit Médéric, dirigeant, Média Contact Services ;

Mme Racagel Nadège, responsable des relations internationales, Mantes-la-Jolie

M. Reniers Jean-Michel, chargé de mission, AVCB ;

M. Rocca-Serra Jacques, adjoint au maire, Marseille ;

Mme Rouquette Virginie, chargée de mission, Cités Unies France.

Excusés :

Mme Barret Sandra, chargée de mission, conseil général de l’Hérault ;

M. Boussraoui Mohamed, chargé de mission, CGLU

Mme Delhomelle Sidonie - Chargée de coopération - Conseil régional du Centre ;

Mme Garnier Christine, chargée de mission, conseil régional de Franche Comté ;

Mme Maitreau Pascale, chargée de mission, conseil régional d’Aquitaine ;

Mme Mallen Patricia, adjointe au directeur des relations internationales, Marseille ;

M. Malvy Martin, président, APVF ;

M. Rottner Jean, maire, Mulhouse.
Introduction
Monsieur Rocca Serra, président du groupe-pays Maroc et maire adjoint de Marseille, souhaite la bienvenue et adresse ses vœux pour l’année 2013 aux membres du groupe-pays Maroc.
Il fait quelques rappels et déroule l’ordre du jour :


  • la dernière réunion du groupe-pays a eu lieu le 6 septembre 2011 ; un focus avait été fait sur le thème du tourisme responsable au Maroc ;

  • L’année 2012 a été marquée par plusieurs points d’actualité, notamment : le lancement du fonds de soutien à la coopération décentralisée franco-marocaine, le Forum de l’Action internationale des collectivités locales au Palais des Congrès avec une session sur les résultats des élections en Méditerranée, le Forum International du Tourisme Solidaire et du développement Durable (FITS) qui s’est tenu au Maroc en octobre, la Rencontre de Haut Niveau entre représentants des gouvernements marocain et français en décembre 2012…

  • L’agenda 2013 est très chargé (Forum des Autorités locales et régionales de la Méditerranée, Séminaire de la coopération décentralisée franco-marocaine d'échange et de capitalisation, Congrès Mondial de CGLU…)

  • La réunion du groupe-pays Maroc permettra de faire un point sur ces évènements passés et prochaines échéances.



Eléments d’actualité sur la décentralisation au Maroc
Frédérick Bouin, chargé de mission en appui à la coopération décentralisée, Ambassade de France au Maroc

Avec les compléments d’information de M. Souhail Bouslikhane, conseiller, Ambassade de France au Maroc
Sous l’impulsion du Roi, Mohamed VI, le Maroc a initié un projet de régionalisation destiné à redéfinir l’architecture territoriale du Royaume et son administration territoriale. En 2010, une commission consultative nationale a été créée afin de proposer des pistes de réforme. Le rapport Azzyman, remis début mars 2011, témoigne de la volonté de baser, dans la continuité de l'Etat unitaire, l'organisation territoriale sur la décentralisation et non plus sur la centralisation. La Constitution promulguée le 29 juillet 2011 consacre ce nouveau rapport entre l'Etat et les collectivités territoriales.
Plusieurs principes accompagnent cette phase de décentralisation appelée "Régionalisation avancée" :


  • Le principe de libre administration qui consiste à substituer au contrôle d’opportunité a priori le contrôle a posteriori.




  • Le principe de subsidiarité qui consiste à confier à une collectivité territoriale une compétence ou une attribution en prenant en considération sa vocation ou son aptitude à la porter, de l'impact ou de l'optimisation attendue et enfin de la cohérence avec ses autres politiques publiques locales.




  • Le principe de participation qui consiste à instituer le suffrage universel direct mais plus encore de reconnaitre aux administrés un droit de pétition leur autorisant de proposer un point à l'ordre du jour des assemblées délibérantes des conseils régionaux.


Cette décentralisation s'accompagne naturellement d'une large déconcentration redéfinissant les attributions des autorités territoriales de l'Etat à savoir les Walis et les Gouverneurs. Dans leurs rapports avec les collectivités territoriales, ces derniers seraient chargés du contrôle administratif, de la contractualisation de plans et de la gestion des dotations générales de l'Etat.
Le rapport met l’accent sur le rôle des régions. Aujourd’hui, ces dernières ne sont pas élues au suffrage universel, mais par un collège électoral composé de grands électeurs (élus locaux des collectivités et des chambres consulaires).

Le renforcement attendu de l'échelon régional devrait conférer aux régions une certaine prééminence sur les autres collectivités, notamment pour l’élaboration de deux outils de développement stratégiques :

  • le Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (SRAT)

  • le Schéma de Développement Economique et Social (SDES)


Ces deux outils de planification permettraient une articulation avec les Plans de Développement Communaux (PDC) sous la forme de contractualisation entre conseils régionaux et autorités infrarégionales.
La mise en place de 2 fonds sous gestion des régions, constitue un élément important de la réforme attendue


  • Le fonds de mise à niveau social (durée de 2 mandatures régionales) qui consiste à rattraper le déficit actuel en termes de services de base (éducation, santé, eau, électricité et routes)

  • Le fonds de solidarité interrégionale qui vise à réduire les disparités entre Régions.


Le projet prévoit une réduction du nombre de régions qui passerait de 16 à 12, mais la carte du découpage territorial n’est pas arrêtée. L’objectif du découpage est de favoriser une homogénéité territoriale en considération des atouts de développement économique et durable du royaume.
Dans ses conclusions, le rapport Azziman prévoit trois types de compétences dévolues aux collectivités territoriales mais toutefois sans les attribuer aux différents échelons. La Loi organique aura pour objectif de définir expressément les domaines et types de compétences pour chaque échelon territorial.


  • Compétences propres pour l'élaboration et la mise en oeuvre de programmes d'équipement, en cohérence avec les orientations de l'Etat, en matière de PDES, SRAT, promotion des investissements et de l'emploi, eau, énergie, environnement, éducation, formation, culture, santé et transport.




  • Compétences partagées (avec les services de l'Etat) en matière de travaux d'infrastructure, d'habitat social, de mise à niveau économique et social du monde rural, de recherche et de développement...




  • Compétences transférées : domaines d’action publique qui seraient susceptibles d’être transférées aux collectivités par l'Etat (si les conditions (subsidiarité effective on opportunité locale) le justifie.


Le rôle et les compétences des communes ainsi que celui des préfectures et provinces n’évolueront que faiblement.
L’ensemble des points de cette réforme sera réglé par l’adoption d’une Loi organique qui pourrait être votée au printemps 2013. Un débat national impliquant les partis politiques mais également les élus locaux et les représentants de l’Etat anime fortement l'actualité politique du Maroc.
S'agissant des élections locales, celles-ci sont annoncées pour juin 2013 en tout état de cause après l'adoption de la Loi organique. Il s'agit directement des élections régionales. La question de la tenue simultanée des élections municipales avec ces élections régionales n'a pas été tranchée.



Dispositif conjoint de soutien à la coopération décentralisée
Frédérick Bouin, chargé de mission en appui à la coopération décentralisée, Ambassade de France au Maroc
Rappel sur le dispositif :
Le fonds de soutien à la coopération décentralisée franco-marocaine qui fait suite au Programme d’Accompagnement au processus de Décentralisation (PAD) entre 2005 et 2009. D’une durée de 3 ans, il a été officiellement lancé le 22 juin 2011 à Rabat.
Ce dispositif est composé de 3 composantes principales de l’accord de coopération :

  • un volet « appel à projets » permettant le cofinancement des projets de coopération décentralisée sélectionnés par un comité paritaire à Rabat ;

  • un volet « bourse de projets » permettant à une collectivité locale ou un groupement de collectivités marocaines de bénéficier de l’expertise de collectivités territoriales françaises sur un projet spécifique dans le cadre d’une coopération ponctuelle ;

  • un volet mutualisation des bonnes pratiques par l’organisation de séminaires régionaux et nationaux de capitalisation.


Le dispositif est piloté conjointement par le SCAC de l’Ambassade de France au Maroc et la DAECT pour la partie française et la Direction générale des collectivités locales pour la partie marocaine ; le projet est d’une durée de 3 ans et dispose d’une dotation de 1,2 millions d’euros pour la partie française et 10 millions de dirhams pour la partie marocaine.
L’objectif du programme est le renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage des collectivités locales marocaines ou de leurs groupements dans le respect des attributions et compétences qui leur sont reconnues par la loi.

Les thématiques retenues sont : la planification et le développement local, les services publics locaux, la valorisation des espaces publics et du patrimoine historique, l’environnement, le tourisme et l’aménagement du territoire, le développement économique et l’insertion socio-économique et le développement des terroirs.
Concernant les règles de cofinancement, la durée du projet s’étend de 12 à 36 mois, et le cofinancement se fait par les deux ministères (MAEE et Ministère de l’Intérieur au Maroc) à hauteur maximum de 60% du montant total du projet. Les projets peuvent être déposés au fil de l’eau jusqu’au 31 décembre 2013, et le dépôt se fait de la manière suivant :
- dépôt des projets auprès du SCAC et de la DGCL pour les collectivités locales marocaines ;

- dépôt auprès de la DAECT et de la Préfecture de Région pour les collectivités territoriales françaises.
Le Règlement de l’appel à projets et les formulaires sont disponibles en ligne sur le site du MAE : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/cooperation-decentralisee/appels-a-projets-et-fonds/fonds-conjoint-franco-marocain/ .
Pour toute question relative à ce fonds, vous pouvez vous adresser à Frédérick Bouin, Chargé de mission en appui à la coopération décentralisée, Service de Coopération et d’Action Culturelle, email : frederick.coopdec@gmail.com, Tél : 00212 (0) 6 55 76 10 18 / Fax : 00212 (0) 5 37 27 67 44

Bilan à mi parcours du fonds :
Aujourd’hui, dans le cadre du volet « appel à projets », 9 projets ont été validés, ce qui correspond à un montant d’environ 820 000 Euros de subventions attribuées.
Les partenariats suivants sont concernés sont les suivants :


  • Conseil général de l’Hérault/ Conseil régional du Souss Massa Drâa :

  1. Echange d'expériences entre les structures "plate-forme d'initiative locale", outil direct de soutien à la création d'emploi ;

  2. Appui méthodologique pour la mise en réseau et la commercialisation des structures d'accueil et d'hébergement sur les territoires actuels du Souss-Massa Drâa, d'Agadir à Ouarzazate.



  • Conseil régional du Centre / Conseil régional de Meknès-Talifalet:

  1. Développement d'un terroir de la Région de Meknès-Talifalet par la valorisation d'un produit Plantes médicinales et aromatiques (PMA).



  • Conseil régional de Franche Comté / Conseil provincial de Ouarzazate :

  1. Développement rural, lutte contre la pauvreté et l'exode rural par la création d'emplois agro-alimentaire et éco-touristique en milieu rural - Renforcement de la filière laitière.




  • Parc Naturel Régional du Lubéron / Conseil régional de Tanger-Tétouan :

  1. Projet d’appui à la création du Parc Naturel de Bouhachem.

  • Conseil régional Champagne-Ardenne / Conseil régional de l’Oriental :

  1. Recensement et valorisation du patrimoine de l’Oriental du Maroc.

  • Conseil régional PACA / Conseil régional de Tanger-Tétouan :

  1. Projet d’appui à la mise en œuvre d’une Politique Régionale d’Economie Sociale et Solidaire dans la région de Tanger Tétouan.

  • Conseil général de Loire-Atlantique / Conseil provincial de Chtouka Aït Baha :

  1. Programme de développement local et de cohésion sociale de territoire pour la Commune d'Aït Amira.

  • Ville de Mantes-la-Jolie / Conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer :

  1. Accompagnement du conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer pour la mise en place d’une structure pérenne transversale de coordination de l’action internationale de la région pour l’appropriation et la valorisation des enjeux économiques, culturels et sociaux.


NB : Un projet déposé dans le cadre de l’appel en 2013, bénéficiera d’un co-financement d’une durée de 2 ans.

Tout projet déposé en 2014 bénéficiera d’un soutien pendant un an.

Concernant le volet « bourses à projets », 14 demandes d’expertise en matière de valorisation du patrimoine ont été déposées par des communes rurales de la province de Guelmin. Elles feront l’objet d’un traitement par le SCAC de l’Ambassade de France et le Ministère marocain de l'Intérieur qui mutualiseront ces demandes autour de rencontres avec des collectivités territoriales sollicitées.
Neuf autres demandes portent sur des attentes plus diversifiées et plus éclatées sur le territoire marocain. Elles sont toutes consultables sur le site du MAE, rubrique coopération décentralisée - bourses à projet.
Il s’agit des demandes suivantes:


  • Commune Urbaine de Tétouan :

- Accompagnement pour la création d'un centre d'hébergement et de réinsertion des femmes victimes de violence ;

- Création des circuits d'accès pour les personnes à mobilité réduite aux différents axes de la ville de Tétouan.


  • Commune urbaine de Tiznit :

- Préparation d'une carte des sites archéologiques ;

- Création d'un service de communication interne ;

- Elaboration d'un plan de déplacement urbain ;

- Etablissement d'une carte de précarité urbaine et péri urbaine.


  • Groupement des collectivités locales "Al Warda" (La rose) :

- Valorisation du patrimoine culturel et développement des produits du terroirs autour de la fête des roses


  • Commune rurale Arbaa Aït Ahmed :

- Actualisation et activation du plan communal de développement.


  • Commune rurale Tafraout El Mouloud :

- Encouragement à la création des coopératives de l'économie sociale et solidaire.

NB : afin de favoriser le fonctionnement de cette bourse à projets, le fonds financera les déplacements et frais de séjour des experts des collectivités qui participeront à cet échange.

Les collectivités françaises intéressées pour apporter une expertise thématique dans ce cadre sont invitées à se manifester auprès de l’Ambassade de France à Rabat.

Concernant les séminaires de capitalisation, le premier d’entre eux se tiendra à Ouarzazate le 12 avril 2013.

Le dispositif conjoint franco-marocain prévoit dans son volet 3, la tenue d'événements d'échanges entre acteurs de la coopération décentralisée des deux pays. Ce premier séminaire mettra l'accent sur la problématique du développement intercommunal au Maroc surtout en zone rurale et les apports de la coopération décentralisée en ce domaine.


Répertoire de la coopération décentralisée franco-tunisienne et site internet de la coopération décentralisée franco-marocaine :
L'Ambassade de France au Maroc développe un nouvel outil de données et de capitalisation de toute l'information relative à l'action des collectivités territoriales françaises au Maroc. Sous la forme d'un site internet dynamique, ce nouvel outil est un atlas de la coopération décentralisée au service de tous les acteurs afin de leur faciliter l'accès à l'actualité et aux informations pratiques.
Cités Unies France actualisera de son côté le répertoire des coopérations décentralisées franco-marocaines.
Une collaboration entre le SCAC et Cités Unies France permettra de mettre à jour simultanément ces deux outils. Les collectivités françaises seront prochainement sollicitées. Nous vous remercions par avance de votre collaboration.


Éléments de débat :


  • Le président du groupe-pays fait remarquer que les délais sont courts et qu’une souplesse serait appréciée pour permettre aux collectivités de déposer leurs projets ; Compte tenu de la clôture du dispositif conjoint franco-marocain prévue en 2014, les collectivités territoriales françaises sollicitent sa prolongation d'un an ;




  • Le président souligne également l’enjeu en matière d’accompagnement à la rédaction des projets, surtout dans les communes rurales marocaines ne bénéficiant que faiblement de la coopération française ;




  • François Gasparetto du Ministère de l’Agriculture rappelle qu’une expertise existe auprès du réseau des établissements scolaires et supérieurs agricoles. Des partenariats existent avec des lycées et écoles au Maroc, avec lesquels une réflexion peut être développée sur les questions de développement rural.




  • Guilhem Arnal de Solidarité Laïque rappelle que le Programme Concerté Maroc, programme de soutien à la société civile marocaine, comprend un objectif de renforcement des capacités des cadres associatifs et territoriaux, auquel les collectivités françaises, dans le cadre de leur partenariat peuvent s’associer.



N.B : Le SCAC invite les collectivités territoriales françaises à l’informer de leur venue au Maroc dans le cadre de leurs missions, qu’elles soient techniques ou politiques, afin de faciliter la connaissance mutuelle des actions et d’offrir à ces coopérations toutes les opportunités possibles.


Présentation des principales conclusions du Programme d’Accompagnement à la Décentralisation (PAD)
Françoise Brunet et Fabrice Alcandre, consultants en charge de l’évaluation du PAD Maroc
Voir en pièces jointes la synthèse globale de l’évaluation ainsi que le document power point des conclusions de l’évaluation plus spécifique de la composante 3 du PAD (la composante 3, dite « laboratoire de maîtrise d’ouvrage » consacrée au renforcement de la coopération décentralisée franco-marocaine).

Informations complémentaires et agenda


  • Le Forum des Autorités Locales et régionales de la Méditerranée, 3 et 4 avril à Marseille 


Le Forum des Autorités Locales et Régionales de la Méditerranée est l’espace de rencontre le plus large des élus de tous les territoires méditerranéens : communes, villes, intercommunalités, départements, provinces, communautés autonomes, régions, districts et leurs réseaux. Suite aux bouleversements intervenus dans la région, cette troisième édition du Forum sera l’occasion d’échanger sur les défis politiques, économiques et sociaux et d’apporter une contribution utile aux perspectives de développement et de paix en Méditerranée.

 

Concrètement, les débats s’organiseront autour du thème général de la « gouvernance démocratique en Méditerranée ». 

Quatre ateliers permettront d’approfondir des questions qui sont au cœur des préoccupations des élus :

  • Décentralisation, démocratie et services publics locaux ;

  • Développement territorial et insertion des jeunes ;

  • Objectifs du Millénaire pour le Développement, Objectifs de Développement Durable et efficacité de l’aide en Méditerranée ;

  • Coopération décentralisée, facteur de solidarité.

 

Des organisations internationales telles que la Banque Mondiale ou la Banque Africaine de Développement seront également interrogées sur leurs contributions aux processus de décentralisation dans la région. Bien évidemment les autorités nationales, européennes et internationales seront conviées au Forum.

 

Par ailleurs, une des revendications de la jeunesse dans les pays méditerranéens est de pouvoir s’exprimer et prendre part aux décisions qui concernent l’avenir de leurs territoires. C’est pourquoi, les organisateurs ont saisi l’opportunité de la tenue du Forum de la Fondation Anna Lindh du 4 au 7 avril 2013 à Marseille, pour inviter la jeunesse, et plus largement la société civile méditerranéennes à croiser leurs regards et leurs propositions sur ces questions, avec ceux des élus locaux et régionaux réunis dans ce cadre.

 

Toutes les informations concernant cet évènement sont disponibles sur le site de la Commission Méditerranée de CGLU : www.commed-cglu.org.


  • Le Conseil Mondial de CGLU, Rabat, 1er au 4 octobre 2013


Des délégations de plus de 100 pays sont attendues au Sommet, qui rassemblera les dirigeants locaux et régionaux, les organisations internationales, le secteur public et privé, les institutions financières et la société civile. Le Sommet sera une occasion de présenter et débattre des solutions locales concrètes aux problèmes mondiaux. Il sera également l’opportunité de définir la politique et l’action internationale des autorités locales et régionales pour contribuer aux objectifs stratégiques de l’agenda international de développement.
Le Sommet Mondial de 2013, décliné autour du thème « imaginer la société, construire la démocratie », est structuré autour de deux concepts principaux :


  • la contribution des gouvernements locaux et régionaux à l’amélioration de la qualité de vie des nos communautés et leur rôle dans l’agenda de développement post-2015

  • l’identification des nouveaux défis et modèles de développement pour répondre à la demande d’une population de plus en plus urbanisée et préparer la Conférence habitat III en 2016


Mais il explorera également d’autres thèmes, notamment les questions suivantes :

  • Améliorer la qualité de vie

  • Gérer la diversité

  • Accompagner la nouvelle gouvernance et les changements en Méditerranée

  • Renforcer la solidarité entre les territoires

  • Maitriser l’avenir urbain


Les élus marocains seront fortement représentés lors de ce Forum.
Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez consulter le site : www.uclg.org/Rabat2013 ou vous adresser à Mohamed Boussraoui (m.boussraoui@uclg.org)


  • Le Programme Concerté Maroc


Le Programme concerté Maroc, programme d’appui à la société civile autour de la question de la jeunesse (« Ensemble pour accompagner la jeunesse marocaine à être actrice d’un développement humain et solidaire ») cette dernière année atteint deux grands objectifs :

  • le Réseau Marocain Jeunesse et Concertation (REMAJEC) a été créé à la fin de l’année 2011. Il comprend les associations marocaines travaillant sur les questions de la afin de participer à la présentation d’alternatives et de solutions aux problèmes de la Jeunesse.




  • 40 conseils locaux de jeunes ont été constitués. Les collectivités françaises engagées au Maroc peuvent se rapprocher de Solidarité Laïque pour connaître les collectivités marocaines dotées de ces conseils de jeunes.


Pour tout complément d’information, vous pouvez consulter le site : http://pcm.ma/ ou vous adresser à Marion Boinot, Coordinatrice générale à Solidarité Laïque
Tél : 00 33 (0)1 45 35 13 13, mboinot@solidarite-laique.asso.fr


  • Informations complémentaires à Cités Unies France 




  • Comme mentionné précédemment, le répertoire des coopérations décentralisées sera prochainement actualisé en lien avec l’Ambassade de France au Maroc. Les collectivités seront sollicitées pour actualiser les fiches d’information relatives aux partenariats de coopération décentralisée franco-marocains. Nous vous remercions d’avance de votre collaboration.




  • Le Forum de l’Action Internationale des Collectivités Territoriales organisé par Cités Unies France se tiendra au Palais des Congrès de Paris les 1er et 2 juillet 2013.






Compte-rendu de la réunion du groupe-pays Maroc du 21/01/13 à Cités Unies France.

Version mise à jour le 05/02/13

similaire:

Réunion du groupe-pays Maroc iconRéunion du Groupe Ethique du 16/05/2009
«Moi Hervé Pierra, ayant mis six jours à mourir», l’expérience des autres pays en matière de gestion de la fin de vie

Réunion du groupe-pays Maroc iconMedecin dim groupe – Côte Atlantique pays de la loire

Réunion du groupe-pays Maroc iconBennani fait des projets de Constituante/ constitution pour un pays...
«règnes» de leur souverain républicain n’a pas cessé de tout faire pour déstabiliser le Maroc

Réunion du groupe-pays Maroc iconRéunion tenue à Paris au cours de cette année. Ce Forum regroupe...

Réunion du groupe-pays Maroc iconLe groupe Harmonie Clinique Pays de la Loire (hcpl) gère, en Loire-Atlantique...

Réunion du groupe-pays Maroc iconEt consolidation de la performance economique
«consolidation de la performance économique et émergence de l’innovation», en partenariat avec les Communautés d’agglomération Porte...

Réunion du groupe-pays Maroc iconRéunion du groupe "Tiques et Maladies à Tiques"

Réunion du groupe-pays Maroc iconRéunion des maires de Seine-et-Marne
«Sentinelle», qui mobilise les forces armées pour concourir à la sécurisation du pays, est renforcée par le déploiement de 3000 soldats...

Réunion du groupe-pays Maroc iconL’analyse de pratiques professionnelles et la régulation la cohésion...
«Dis- moi et j’oublierai Enseigne- moi et je me souviendrai Implique- moi et j’apprendrai»

Réunion du groupe-pays Maroc iconRéunion du 2 mai 2016
«contour et exercices de la gemapi». Le groupe a mis en avant des besoins de clarification concernant la mise en place de la taxe...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com