Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce





télécharger 0.51 Mb.
titrePour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce
page5/28
date de publication17.05.2017
taille0.51 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

Introduction

  1. Contexte général


Depuis longtemps, les pouvoirs publics français ont fait de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et la communication une priorité. Conformément aux dispositions de la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN), les hébergeurs doivent retirer de leurs serveurs tout contenu à caractère pédopornographique et ce dès lors qu’ils en prennent connaissance, en application du principe de subsidiarité2. Les FAI quant à eux sont tenus de mettre à disposition des internautes un mécanisme de signalement et transmettre ces signalements aux autorités.
Néanmoins, compte tenu du nombre significatif de diffusions de ces contenus depuis des sites hébergés à l’étranger, la suppression du contenu lui-même est rendue plus difficile et longue, dépendante de l’effectivité de la coopération internationale. Dès lors, s’agissant des sites hébergés à l’étranger, les autorités considèrent qu’il est nécessaire d’introduire des dispositifs techniques permettant le blocage des représentations de mineurs à caractère pornographique, afin de diminuer les risques d’une exposition accidentelle à de tels contenus.

Certains pays européens comme la Suède, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas et le Royaume-Uni se sont déjà dotés de dispositifs techniques permettant de bloquer de manière volontaire l’accès à des sites à caractère pédopornographique sur leur territoire.
S’inspirant de ces initiatives, un groupe de travail composé de représentants des pouvoirs publics, des professionnels de l’internet et de représentants de la société civile a été formé au sein du Forum des Droits sur l’Internet (FDI) pour mener des discussions sur la question du blocage de ce type de sites. Dans son rapport intitulé « les enfants du Net III », le forum fournit des recommandations quant aux conditions d’un blocage des sites par les FAI, aux niveaux technique, opérationnel et juridique. Ce document constitue une première base de travail sérieuse et met en avant les pré-requis à une mise en œuvre efficace du blocage, comme le respect de la subsidiarité des hébergeurs, le libre choix par les FAI de leur solution technique de blocage, la nécessité de fournir des garanties de mise en œuvre…
Dans le cadre de la LOPPSI, un projet de modification de la LCEN prévoit de mettre à la charge des FAI l’obligation de bloquer l’accès des utilisateurs aux contenus illicites. Il est précisé que chaque FAI est libre de la technologie à mettre en œuvre. Il est supposé que les actions menées contre un contenu hébergé en France voire européen seraient menées en priorité auprès de l’hébergeur identifié et que des démarches seraient effectuées vis-à-vis des éditeurs ou hébergeurs hors Europe sauf à laisser subsister une certaine impunité.
Les modalités opérationnelles et juridiques ne sont pas encore définies clairement. Il est pour le moment prévu que la liste des contenus à bloquer soit définie par arrêté ministériel (fréquence et volumétrie encore inconnues) et que cette liste soit transmise aux FAI par voie dématérialisée par l’OCLCTIC, ces FAI devant limiter dans un délai qui reste à définir l’accès à ces contenus.

Des investissements importants seront nécessaires pour mettre en œuvre les solutions techniques.
Si les principaux FAI, regroupés au sein de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques (FFTCE) sont engagés aux côtés des pouvoirs publics sur ce sujet, ils veulent agir de façon proactive vis-à-vis des pouvoirs publics, en soulignant les points suivants :


  • Le caractère subsidiaire de la disposition envisagée par rapport à l’article 6.2 de la LCEN doit être établi 

  • le rôle des FAI doit être limité à celui d’exécutants des procédures de blocage sur ordre des autorités. Ils ne doivent pas être amenés à interpréter les données de blocage ni tenus pour responsables d’erreurs liées à la mise en place de tels dispositifs. La dérogation au principe de neutralité doit être strictement et expressément circonscrite.

  • le coût des dispositifs techniques et les autres coûts pouvant être supportés par les FAI, dans le contexte du blocage des contenus (CAPEX, OPEX) devront être pris en charge par l’Etat
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

similaire:

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconAvis du Groupe de Réflexion pour le Développement du Secteur des...
«loi relative aux communications électroniques et à la Poste en République du bénin» au lieu de «loi relative aux télécommunications...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce icon1. Particularités des réseaux de communications électroniques au...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconLignes directrices relatives au cadre juridique applicable entre...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconConsultation publique sur l’intervention des collectivités territoriales...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconSociété belge des auteurs, compositeurs et éditeurs scrl (sabam)
«sabam») au sujet du refus de la première société de mettre en place un système de filtrage des communications électroniques au moyen...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconMmes et mm. Guemin. Reverdy. Cacheleux. Joulin. Fruh. Toussaint....
«Gemapi» pour permettre la mise en œuvre du contrat et dans le même temps prend, à la demande de la Fédération, la compétence anc...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconFederation française de cuniculiculture

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconFédération française de Taekwondo & da

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconAdresse électronique Dans le cahier des charges sont introduites...
«ad validitatem» ou encore «ad solemnitatem». Tel est le cas, par exemple, des formalités propres à la rédaction d'un type de testament...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconLa féderation française de la randonnée pédestre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com