Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce





télécharger 0.51 Mb.
titrePour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce
page6/28
date de publication17.05.2017
taille0.51 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

Objectifs de l’étude


L’objectif de cette étude est de mesurer l’impact de la demande de l’Etat sur les coûts et risques encourus par les FAI.

Cet impact est évalué à travers l’estimation des coûts d’investissement et de fonctionnement qu’implique la mise en place de dispositifs techniques et opérationnels de blocage. Une analyse qualitative est également effectuée pour évaluer les effets indirects : impacts liés aux risques de surblocage, coûts additionnels au niveau du service client…
Il est entendu que l’évaluation ne concerne que le blocage de sites hébergés hors du territoire français. Pour les sites hébergés en France, les dispositions prévues dans le cadre de la LCEN doivent s’appliquer de plein droit.


  • L’étude s’appuie sur une analyse détaillée des solutions disponibles à ce jour dont certaines sont mises en œuvre dans d’autres pays afin de déterminer des scénarii applicables aux FAI français.
    1. Démarche suivie


Pour cette étude, nous avons procédé à :


  1. une présentation pédagogique des concepts de base du réseau Internet ainsi que les équipements nécessaires au fonctionnement de ce réseau

  2. une analyse comparative des principales techniques de blocage : IP, DNS, BGP, DPI, Hybride

  3. une revue du cadre légal et des solutions mises en œuvre dans différents pays occidentaux

  4. une évaluation quantitative des coûts d’investissement et de fonctionnement applicables au réseau typique par scénario technique et opérationnel, accompagnée d’une évaluation qualitative des coûts liés aux effets de bord et des risques encourus

  5. une synthèse des conclusions de l’étude


Les principales sources ont été obtenues :

  • par entretiens avec les membres de la FFT en France, des FAI étrangers, des fournisseurs de solutions

  • par recherche documentaire : littérature académique, sites Internet, etc.


  1. Rappel sur les réseaux Internet


Dans cette première partie, nous définissons les termes et notions techniques se rapportant aux réseaux internet et qui permettront à un lecteur non initié de mieux intégrer les analyses qui suivront.
    1. Le modèle en couche OSI


Le modèle OSI (Open Systems Interconnection), « modèle de référence d'interconnexion de systèmes ouverts » a été créé à la fin des années 1970 par l'ISO (Organisation Internationale de Normalisation) afin de mettre en place un standard de communications entre ordinateurs d'un réseau, c'est-à-dire les règles qui gèrent les communications entre ordinateurs. En effet, aux origines des réseaux chaque constructeur avait un système propre (on parle de système propriétaire). Ainsi de nombreux réseaux incompatibles coexistaient. C'est la raison pour laquelle l'établissement de normes communes a été nécessaire.
Le rôle du modèle OSI consiste à standardiser la communication entre les machines afin que différents constructeurs puissent mettre au point des produits (logiciels ou matériels) compatibles (pour peu qu'ils respectent scrupuleusement le modèle OSI).
Dans ce modèle, l'ensemble des protocoles3 d'un réseau informatique est décomposé en 7 parties appelées couches OSI ou niveaux, numérotées de 1 à 7. Les couches OSI respectent les principes suivants :

  • Chaque couche décrit un protocole indépendamment des autres couches

  • Chaque couche procure des services à la couche immédiatement supérieure

  • Chaque couche requiert les services de la couche immédiatement inférieure

  • La couche 1 ou couche physique fournit le support physique de communication

  • La couche 7 ou couche applicative procure des services à l'utilisateur ou à un programme informatique


Lors d'une transmission, les données traversent chacune des couches au niveau de la machine émettrice. A chaque couche, un entête (ensemble d'informations qui garantit la transmission) est ajouté au paquet de données, ce procédé s’appelle l’encapsulation. Au niveau de la machine réceptrice, lors du passage dans chaque couche, l'entête est lu, puis supprimé selon un procédé de décapsulation. Ainsi, à la réception, le message est dans son état originel...
Figure 1 : Encapsulation des données



Source : Marpij
Les 7 couches du modèle OSI se décomposent en deux groupes :

  • applicatif : les 3 couches supérieures définissent la façon dont les applications vont communiquer entre elles et avec les utilisateurs finaux.

  • transport : les 4 couches inférieures définissent la façon dont les données sont transmises d'un point à un autre.


Figure 2 : Description des couches du modèle OSI

Numéro

Nom

Rôle

Couche 7

Application

C'est à ce niveau que sont les logiciels : navigateur, email, FTP, chat...

Couche 6

Présentation

Elle est en charge de la représentation des données (de telle sorte qu'elle soit indépendante du type de microprocesseur ou du système d'exploitation par exemple) et - éventuellement - du chiffrement.

Couche 5

Session

En charge d'établir et maintenir des sessions (c'est à dire débuter le dialogue entre 2 machines: vérifier que l'autre machine est prête à communiquer, s'identifier, etc.)

Couche 4

Transport

En charge de la liaison d'un bout à l'autre. S'occupe de la fragmentation des données en petits paquets et vérifie éventuellement qu'elles ont été transmises correctement.

Couche 3

Réseau

En charge du transport, de l'adressage et du routage des paquets.

Couche 2

Liaison de données

En charge d'encoder (ou moduler) les données pour qu'elles soient transportables par la couche physique, et fournit également la détection d'erreur de transmission et la synchronisation.

Couche 1

Physique

C'est le support de transmissions lui-même: un fil de cuivre, une fibre optique, les ondes hertziennes...

Source : Marpij

Ce modèle a fait l'objet d'implémentations chez divers constructeurs, mais sans succès commercial, le marché s'étant largement orienté vers le modèle à 4 couches ‘TCP/IP’ de l’Internet, plus facile à comprendre et pour lequel existaient déjà des implémentations et une communauté d’utilisateurs précurseurs : le monde académique.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

similaire:

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconAvis du Groupe de Réflexion pour le Développement du Secteur des...
«loi relative aux communications électroniques et à la Poste en République du bénin» au lieu de «loi relative aux télécommunications...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce icon1. Particularités des réseaux de communications électroniques au...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconLignes directrices relatives au cadre juridique applicable entre...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconConsultation publique sur l’intervention des collectivités territoriales...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconSociété belge des auteurs, compositeurs et éditeurs scrl (sabam)
«sabam») au sujet du refus de la première société de mettre en place un système de filtrage des communications électroniques au moyen...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconMmes et mm. Guemin. Reverdy. Cacheleux. Joulin. Fruh. Toussaint....
«Gemapi» pour permettre la mise en œuvre du contrat et dans le même temps prend, à la demande de la Fédération, la compétence anc...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconFederation française de cuniculiculture

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconFédération française de Taekwondo & da

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconAdresse électronique Dans le cahier des charges sont introduites...
«ad validitatem» ou encore «ad solemnitatem». Tel est le cas, par exemple, des formalités propres à la rédaction d'un type de testament...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconLa féderation française de la randonnée pédestre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com