Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce





télécharger 0.51 Mb.
titrePour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce
page8/28
date de publication17.05.2017
taille0.51 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   28

Les adresses


Il existe plusieurs types et formats d’adresses permettant d’accéder à des machines physiques, des applications ou à des contenus hébergés sur des machines en fonction du type d’application.
      1. L’adresse IP


Une adresse IP est le numéro qui identifie chaque ordinateur connecté à Internet, ou plus généralement et précisément, l'interface avec le réseau de tout matériel informatique (routeur, imprimante) connecté à un réseau informatique utilisant le protocole Internet (IP).
Il existe des adresses IP de version 4 (IPv4) et de version 6 (IPv6). La version 4 est actuellement la plus utilisée : elle est généralement notée avec quatre nombres compris entre 0 et 255, séparés par des points ; exemple : 212.85.150.134.
Dans chaque paquet envoyé à l'aide du protocole IP, l'en-tête spécifie le couple (adresse IP du destinataire, adresse IP de l'émetteur) afin de permettre au protocole de routage de router le paquet correctement et à la machine destinataire de connaître l'origine des informations qu'elle reçoit, donc d'y répondre si besoin est.
      1. Masque de sous-réseau


Un masque de sous-réseau est une chaîne de caractères indiquant le nombre de bits d'une adresse IPv4 utilisés pour identifier le sous-réseau, et le nombre de bits caractérisant les hôtes (ce qui indique aussi le nombre d'hôtes possibles dans ce sous-réseau).
Les masques de sous-réseau utilisent la même représentation que celle des adresses IPv4. En IPv4, une adresse IP est codée sur 4 octets, soit 32 bits (représentés en notation décimale à point). Un masque de sous-réseau possède lui aussi 4 octets. Cependant, seules certaines valeurs sont autorisées : 0, 128, 192, 224, 240, 248, 252, 254, 255. Le masque 255.255.224.0 est donc valide. On utilise en pratique des masques constitués d'une suite de 1 suivie d'une suite de 0.
La notation 212.85.150.134/19 désigne donc l'adresse IP 212.85.150.134 avec le masque 255.255.224.0, et signifie que les 19 premiers bits de l'adresse sont dédiés à l'adresse du réseau et du sous-réseau (voir concept du sous-réseau), et le reste à l'adresse de l'ordinateur hôte à l'intérieur du sous-réseau.
      1. Le nom de domaine


Dans le système de noms de domaine, il s’agit d’un identifiant de domaine, un domaine étant un ensemble d'ordinateurs reliés à Internet et possédant une caractéristique commune.
Le système de noms de domaine est une hiérarchie permettant la définition de sous-domaines.

Le nom de domaine est composé d'au moins un mot, le label. S'il y a plusieurs labels, on doit séparer deux labels par un point. Dans un nom de domaine, le label d'extrême droite doit être choisi dans la liste des noms de domaine de premier niveau, appelé aussi domaine de tête. Il y a peu de restrictions dans la composition des labels précédant le label d'extrême droite.

Il existe deux types de domaine de premier niveau :

  1. les domaines nationaux de premier niveau composés de deux lettres identifiant un pays ou un territoire indépendant (exemple : fr pour France, uk pour le Royaume-Uni) ;

  2. les domaines de premier niveau génériques composés de trois lettres ou plus identifiant généralement le secteur d'activité dans lequel opèrent les individus ou les organisations qui les utilisent (exemple : com pour commercial, org pour organisation à but non commercial) ;

Chaque domaine (ou sous-domaine) est peuplé d'hôtes, c’est-à-dire d'ordinateurs. Le nom de l'ordinateur apparaîtra avant le premier point en partant de la gauche. Par exemple, www.exemple.com désigne l'ordinateur www dans le domaine exemple.com.
      1. L’URL


Une URL (pour Uniform Resource Locator), littéralement « localisateur uniforme de ressource », est une chaîne de caractères utilisée pour adresser les ressources du World Wide Web : document HTML, image, son, forum Usenet, boîte aux lettres électroniques, etc. Elle est informellement appelée adresse web.

Une URL absolue permet d'indiquer comment accéder à une ressource indépendamment de tout contexte où elle peut être précisée ou transmise. Elle commence par l'indication d'un schéma de représentation (spécifique au protocole de communication utilisé pour accéder à cette ressource), suivi de l'ensemble des paramètres permettant de localiser sur le réseau le service hébergeant la ressource, puis permet de préciser à ce service le nom d'une ressource à traiter, transmettre des données de traitement, acheminer et récupérer les résultats, puis de préciser éventuellement quelle partie de ce résultat sera utilisée.
Voici un exemple d’url : http://www.exemple.com/Dictionnaire/Url où www désigne la machine hôte dans le domaine exemple.com, Dictionnaire le chemin absolu sur le service contenant la page web et Url le nom de la page recherchée.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   28

similaire:

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconAvis du Groupe de Réflexion pour le Développement du Secteur des...
«loi relative aux communications électroniques et à la Poste en République du bénin» au lieu de «loi relative aux télécommunications...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce icon1. Particularités des réseaux de communications électroniques au...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconLignes directrices relatives au cadre juridique applicable entre...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconConsultation publique sur l’intervention des collectivités territoriales...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconSociété belge des auteurs, compositeurs et éditeurs scrl (sabam)
«sabam») au sujet du refus de la première société de mettre en place un système de filtrage des communications électroniques au moyen...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconMmes et mm. Guemin. Reverdy. Cacheleux. Joulin. Fruh. Toussaint....
«Gemapi» pour permettre la mise en œuvre du contrat et dans le même temps prend, à la demande de la Fédération, la compétence anc...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconFederation française de cuniculiculture

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconFédération française de Taekwondo & da

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconAdresse électronique Dans le cahier des charges sont introduites...
«ad validitatem» ou encore «ad solemnitatem». Tel est le cas, par exemple, des formalités propres à la rédaction d'un type de testament...

Pour le compte de la Fédération Française des Télécoms et des Communications Electroniques fftce iconLa féderation française de la randonnée pédestre






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com