Résumé La mise en œuvre de la Loi d'Orientation Agricole dans les dom interpelle le modèle productiviste tourné vers l'exportation, que défend encore la majorité des institutions d'appui au développement.





télécharger 113.57 Kb.
titreRésumé La mise en œuvre de la Loi d'Orientation Agricole dans les dom interpelle le modèle productiviste tourné vers l'exportation, que défend encore la majorité des institutions d'appui au développement.
page2/2
date de publication19.05.2017
taille113.57 Kb.
typeRésumé
d.20-bal.com > loi > Résumé
1   2

La multifonctionnalité, un concept à la fois pertinent et ambigu Outre Mer


"le CTE, nouveau fondement ou aimable diversion ?"
La Guadeloupe et la Réunion sont deux départements insulaires ; le caractère multifonctionnel de l’agriculture y est de premier abord reconnu sans réticence par nos interlocuteurs car île est associée à milieu fragile. Mais si l'outil CTE est jugé pertinent, la multifonctionnalité reste encore un concept "exotique", voire "chasse gardée de l’Etat", inadaptée à leurs conditions : elle privilégie les fonctions non directement productives de l’agriculture, alors que les deux îles ne remplissent pas leurs quotas, indicateur dont la pertinence n'est pas remise en cause. La gestion des ressources naturelles appelée par la Loi ne doit pas remettre en cause le modèle de développement productiviste. La multifonctionnalité est alors comprise et déclinée comme un triple défi : produire plus, mieux transformer et mieux mettre sur le marché. L'explicitation contractuelle de pratiques sociotechniques et organisationnelles, c'est-à-dire le passage d'une posture passive ("logique de guichet") à une posture active ("logique de projet") accroissent cette perception exogène.
La mise en œuvre des CTE, projets d'exploitants dans le cadre d'une politique générale, n'a pas souffert que de l'inexpérience d'outils et méthodes nouveaux, mais d'abord de l'absence de projet collectif en Guadeloupe, ou de son renouvellement à la Réunion. Les agriculteurs n'en sont pas les uniques responsables : "ces transformations (…) impliquent la société dans son ensemble et non l'agriculture seule"(Rémy, 1998). Ehrenberg (1995), affirmait que le contrat "donne l'impression que chacun, y compris le plus humble et le plus fragile, doit assumer la tâche de tout choisir et de tout décider". Cette individualisation du montage et de la signature des CTE n'offre pas les garanties d'une coopération active, de la construction de questions partagées, de la "recherche d'un monde commun" (Callon et al., 2001). .
A première vue le bilan apparaît maigre. Les CTE ont été construits comme une juxtaposition d’alternatives partielles : ils ne répondent pas à l’incitation voulue par la loi, d'inscription active de l'agriculture dans le développement territorial (Gafsi, 2003). L'application de la LOA dans les deux îles y a bien provoqué la reconnaissance de la multifonctionnalité, dans les discours mais peu dans les pratiques et encore moins dans les représentations. L'aide est allée majoritairement à la fonction productive, et a continué à se raisonner par filière et non par système (de production, territorial) ; la confrontation avec les autres acteurs territoriaux ne s’est pas réellement ébauchée, et les contrats ont été largement élaborés individuellement. Cette tendance, assez générale en France (Léger, 2004), est très marquée ici. L'opposition entre une vision sectorielle et une vision territoriale, entre la volonté de produire plus et l'appréhension des risques environnementaux liés à l’intensification, gênent l'émergence d'une vision globale, dont Neuschwander (1997) a désigné l'importance afin d’éviter les conflits d’aménagement entre agriculteurs et autres utilisateurs de l’espace. Les deux modèles, campagnes spécialisées et campagnes diversifiées encouragent des trajectoires divergentes mais peinent à dégager des visions en rupture avec le présent. Le seul projet commun aux acteurs s'inscrit dans la reconduction du passé : le maintien de l'intervention (subventions, régulations) de l'Etat et le maintien des cultures d'exportation. Le développement de filières "diversifications" reproduisent mécaniquement celles de l'exportation.

Un détournement nécessaire ?


"C'est sûrement un îlien qui a fait cette loi"
L'opposition entre deux représentations de l’agriculture, des agriculteurs, des mécanismes d’appui et d’accompagnement à mettre en place ainsi que sur la relation que l’agriculture entretient ou devrait entretenir avec la société (Rémy, 2002), n'est-elle pas en partie qu'une apparence ? Lors de la première séance de signatures en Guadeloupe les représentants agricoles de l'Outre Mer français déclaraient "le CTE nous devons nous l'approprier" (Dulcire, 2004). Les CTE ont été dévoyés, utilisés comme les "autres" aides, en étant parfois paradoxalement perçus plus simples et moins contraignants. Ce détournement des dispositions de la LOA au profit d’objectifs contraires à son esprit, peut aussi être lu comme une forme d’appropriation. Cette "routine défensive" constituerait alors un pas vers la construction d'un modèle original, et donc un réflexe afin d'éviter la gestion schizophrénique (Kofman, 2003 ; Baudry, 2004) de deux systèmes contradictoires, d'appui au modèle productiviste et de la reconnaissance de la multifonctionnalité. La réaffirmation du "modèle de la vitrine" (Chia et Dulcire, 2005) masquerait alors, ou mieux dit rassurerait des acteurs dont les pratiques ont de fait commencé à évoluer.
Il ne faut pas sous estimer les "fonctions cognitives de la démarche" (Rémy, 2001), même dévoyée. Les nouvelles incitations ont statistiquement contribué à renforcer l'agriculture productiviste, mais il y a eu apprentissage entre agriculteurs, au sein des institutions et entre ceux là et celles ci, dans les nouvelles "arènes de la co-institution" (id.). Les diagnostics collectifs pour certains, les dynamiques individuelles chez d'autres, mais aussi la co-construction en fin de cycle de mesures propres, constituent autant de processus d'apprentissage vers une prise en main effective par la profession et son encadrement d’une autre vision et façon de "faire de l’agriculture". Le CTE et la CDOA ont ébranlé le contexte d’action des acteurs agricoles et ruraux et le mode de gouvernance du modèle agricole, mis en évidence par les frémissements d'évolution des pratiques en fin de processus, tels que le montage et le contenu des CTE ou encore le fonctionnement des dernières CDOA (Chia et Dulcire, 2005). La CDOA commence à être considérée comme un nouveau dispositif d’action collective et la fonction d'un discours de façade inchangé serait précisément de maintenir un système d'action cohérent. L'activation progressive des structures de dialogue et de concertation, maintenues pour la mise en place des CAD, constitue une des voies de construction des capacités collectives. Ce nouvel "agora" (Nowotny et al., 2003) balbutie encore : mais la "créolisation" (Glissant, 2004) des modèles manichéens semble inexorable. L'évolution des postures augure d'une prise en main plus satisfaisante des prochains Contrats d'Agriculture Durable par la profession agricole et les institutions d'accompagnement. La machine "nouveau contrat social" est en route, l'évolution des jeux et coordinations entre acteurs offre de nouvelles pistes de recherche sur la possible contribution des CAD au développement des deux îles.
Bibliographie
Agreste, 2000. Recensement Général Agricole des DOM. 1 CD-ROM

Argyris C., 1995. Savoir pour agir. Surmonter les obstacles à l'apprentissage organisationnel. InterÉditions, Paris, 330 p.

Baudry P., 2004. A la découverte des différences entre français et américains. In Le journal de l'Ecole de Paris, n° 48, juillet/août 2004, pp. 7-12

Boltanski L., Thévenot L., 1991. De la justification. Les économies de la grandeur. Ed. Gallimard, Paris, 483 p.

Bonnal P., Piraux M., Fusillier J.-L., Guilluy D., 2003. Approche de la multifonctionnalité de l'agriculture à la Réunion : les modèles agricoles, la relation agriculture-emploi et la perception des CTE par les acteurs locaux. MAAPAR et CIRAD, Paris, 68 p.

Callon M., Lascousmes P., Barthe Y., 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Seuil, Paris, 357 p.

Chia E., Dulcire M., 2005. La vitrine ou l'arrière boutique : les impacts des CTE sur les évolutions des exploitations agricoles en Guadeloupe. Gérer et comprendre, à paraître.

Chia E., Dulcire M., 2003. La mise en œuvre de la LOA en Guadeloupe : moyens, conditions, conséquences. Le point de vue des institutions. CIRAD-INRA, Montpellier, 63 p.

CES, Conseil Economique et Social (présenté par Berthelot C.), 2003. Quels enjeux et quels développements pour les agricultures des DOM ? CES, Paris, 188 p.

CNASEA, 2003. Évaluation à mi-parcours portant sur l’application en France du règlement CE n°1257/1999 du Conseil, concernant le soutien au développement rural. Partie relative aux quatre mesures d’accompagnement de la PAC et aux CTE dans les départements d'Outre-Mer. Rapport d'évaluation, Cnasea, Paris, 70 p.

Crozier M., Friedberg E., 1992. L'acteur et le système. Ed. Le Seuil, collection "essais", réédition de 1977, Paris, 500 p.

Delcombel E., 2004. Existence et difficultés chroniques des coopératives agricoles guadeloupéennes : rôle et stratégie de la puissance publique. In "Interactions entre action collective et action publique", Actes, Sabourin E. et Antona M. (Ed.), 1 CD-ROM, CIRAD, Montpellier.

Deverre C., 1997. Les réformes foncières à la Réunion et à la Guadeloupe, éléments pour un bilan. In "Politique des structures et action foncière au service du développement agricole et rural", Actes, Saint Denis, novembre 1997, pp. 27-42.

Dulcire M., 2005. From myth to revival ? The "bonifieur" coffee in Guadeloupe Island. Anthropology of Food, à paraître.

Dulcire M. (Ed.), 2004. La multifonctionnalité de l’agriculture et la mise en place des CTE dans les DOM. Actes du séminaire, coll. "Regards sur les agricultures familiales et la multifonctionnalité : les Départements français d'Outre Mer", Bouillante, Guadeloupe, déc. 2000. Cirad-Tera, Montpellier

Dulcire M., Cattan P., 2002. Monoculture d’exportation et développement agricole durable : cas de la banane en Guadeloupe. Cahiers Agricultures, 11, pp. 313-321

Dulcire M., Chia E., 2005. Représentations de l'agriculture et actions de développement : la mise en œuvre des CTE en Guadeloupe. Ruralia, soumis.

Ehrenberg A., 1995. L'individu incertain. Pluriel, Hachette, 323 p.

Feenberg A., 2004. (Re)penser la technique. Vers une technologie démocratique. La découverte, Paris, 231 p.

Frémeaux P., 2003. Guadeloupe en progrès, mais peut mieux faire. Alternatives économiques, 215, pp. 33-35

Gafsi M., 2003. Multifonctionnalité de l'agriculture et redéfinition du rapport de l'exploitation agricole au territoire". In Barthélemy et al. (éd.), La multifonctionnalité de l'activité agricole et sa reconnaissance par les politiques publiques, actes, CIRAD-SFER, Paris, pp. 745-63

Gimenez G., 2003. Les CTE en Guadeloupe : impact sur les exploitations et conséquences pour le développement de l’agriculture. CIRAD-ENESAD, Dijon, 53 p.

Hervieu B., 2002. La multifonctionnalité de l'agriculture: genèse et fondements d'une nouvelle approche conceptuelle de l'activité agricole. Cahiers Agricultures, volume 11, n° 6, pp. 415-9.

INSEE, 2001. Tableaux Economiques de la Guadeloupe. Pointe à Pitre

INSEE, 2000. Tableaux Economiques de la Réunion. Saint Denis

Kofman F., 2003. Le métamanagement, la gestion basée sur la conscience éthique. Facteur H, 7, pp.4-8.

Kpokpogbé C., 2000. Construction sociale d'innovations techniques et résistance paysanne au changement : le phénomène d'hybridation du palmier à huile dans le sus-est du Bénin. Thèse, Université de Laval, Canada, 300 p.

Lascoumes P., Valluy J., 1996. Les activités publiques conventionnelles (APC) : un nouvel instrument de politique publique ? L’exemple de la protection de l’environnement industriel. Sociologie du travail, n° 4/96, pp. 551-573.

Léger F., 2004. Les CTE : une approche contractuelle fondée sur la reconnaissance de la localité. In "La multifonctionnalité de l’agriculture et la mise en place des CTE dans les DOM", actes, Dulcire M. (Éd.), Cirad-Tera, Montpellier, pp. 55-64.

Neuschwander C., 1997. Les chantiers majeurs du développement des Antilles françaises. Rapport de la mission MCN, MCN, Paris, 47 p.

Pangolin A., 2004. Impacts des contrats territoriaux d'exploitation à la Réunion : conséquences techniques, économiques et organisationnelles au niveau des exploitations. CIRAD-CNEARC, Montpellier, 100 p.

Piraux M., Chia E., Dulcire M., Bonin M., Bonnal P., Guilluy D., Aubert S., 2004. Modèles de développement et identité des territoires dans les DOM insulaires. Les Cahiers de la Multifonctionnalité, n° 6, pp. 77-83.

Piraux M., Chia E., Dulcire M., Aubert S., Bonin M. (éd.), 2003. Les CTE dans les DOM insulaires : points de vue, pratiques et perspectives. Actes, CIRAD-TERA, Montpellier, 60 p.

Rémy J., 2001. La co-institution des contrats territoriaux d'exploitation. Ingénieries. Eau Agriculture Territoires, n° spécial "Multifonctionnalité de l'agriculture et CTE", pp. 45-54.

Rémy J., 2000. Multifonctionnalité agricole et pluralité sociale : les contrats territoriaux d'exploitation. Aménagement et Nature, n° 136, pp. 25-36.

Rouget P., 2001. Les travailleurs de la banane au régime sec. Volcans, n° 44, pp. 27-29.

Soret O, 2001. La politique régionale en matière agricole. Des moyens financiers et des outils d’accompagnement (Guadeloupe). Ecole Nationale d’Application des Cadres Territoriaux, Angers, 22 p.

Supiot A., 2001. La contractualisation de la société. Le courrier de l'environnement, n° 43, INRA, Paris, pp. 51-8.

Verspieren M.-R., 1990. Recherche Action de type stratégique et science(s) de l’éducation. Coéd. Contradictions/L’harmattan, Bruxelles-Paris, 395 p.

Zébus M.-F., 1999. Paysannerie et économie de plantation. Le cas de la Guadeloupe, 1848-1980. Ruralia, 5, pp. 55-83

1 en alternative aux techniques dites "classiques"

2 Définis comme les choix stratégiques élaborés par les acteurs en réponse à de nouveaux instruments, outils ou règles.

3 Façons concrètes dont les CTE ont été mis en place.

4 50% des signataires en Guadeloupe, 35% à la Réunion, représentativité géographique et des mesures sollicitées, 2 séances minimum par exploitation.

5 Il ne s'agit ici que de présenter les paramètres qui les distinguent de ceux de la métropole, et entre eux.

6 Défini comme l'ensemble des variables qui caractérisent l'environnement dans lequel agissent les acteurs.

7 Défini comme un "ensemble humain structuré qui coordonne les actions de ses participants par des mécanismes de jeux" et régule "la stabilité de ses jeux et les rapports entre ceux-ci" (Crozier et Friedberg, 1992)

8 Ces deux derniers types de CTE, ainsi que les CTE filières hors canne et plantes à parfum, ont été construits mais n'ont pas été mis en place suite à l'arrêt des CTE.

9 Il convient de noter que sur l’analyse des changement des pratiques des agriculteurs, nous ne disposons pas assez de recul, ni à la Réunion ni en Guadeloupe.


1   2

similaire:

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Résumé La Loi d’Orientation Agricole (loa) de 1999 reconnaît la multifonctionnalité...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Atelier animé par Olivier Dartigolles
«L’attachement de l’opinion au modèle français, qui n’est pas seulement social mais plus encore culturel, dans sa conception des...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Capeps externe session 2005
«l'influence» renvoie notre analyse vers une étude des moments, des ruptures où le développement de loisirs, et le changement des...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\La Société
Appui a la conception et a la mise en œuvre du dispositif des certificats de qualification professionnelle (cqp) de la branche des...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Royaume du Maroc
«de dresser l’état d’avancement et de définir les prochaines étapes de sa mise en œuvre». Ces étapes ont pour nom l’industrialisation...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Résumé L’application de modèles macro-économiques à l’analyse et...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Toutefois, certains éléments de ta situation peuvent être transmis...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Mise en place d’un dla régional sur la région Ile-de-France pour...
«la création, la consolidation, le développement de l’emploi, l’amélioration de la qualité de l’emploi, par le renforcement du modèle...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\A propos des adolescents difficiles
«tournent» entre les institutions concernées ( ase, pjj, Psychiatrie ). Le phénomène dit de la patate chaude, c’est encore une autre...

Résumé La mise en œuvre de la Loi d\Le cadre juridique1 du fonctionnement des Maisons familiales rurales
«Rocard», loi du 9 juillet 1984 sur l’enseignement agricole public et loi du 31 décembre 1984 portant réforme des relations entre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com