Historique





télécharger 86.09 Kb.
titreHistorique
page1/3
date de publication20.05.2017
taille86.09 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3

Historique :


Par décret du 8 mai 1790, sanctionné le 22 août, l'assemblée constituante, désirant faire jouir à jamais la France entière de l'avantage qui doit résulter de l'uniformité des poids et mesures, chargea l'académie des sciences de déterminer la longueur du pendule et d'en déduire un modèle invariable pour toutes les mesures et pour les poids.

(la longueur du pendule avait d'abord paru devoir servir de base au système des mesures, comme facile à déterminer, et par conséquent à vérifier, si quelques accidents arrivés aux étalons en amenaient la nécessité; mais on a observé que prendre, comme on l'avait proposé, pour unité de mesures, la longueur du pendule simple battant les secondes, c'était employer, pour déterminer une mesure de longueur, non seulement un élément hétérogène, le temps, mais encore une division arbitraire, la 86400ème partie du jour. On a donc préféré choisir une unité de longueur qui ne dépendit d'aucune autre quantité. Une unité de mesure, prise sur la terre même, a l'avantage d'être parfaitement analogue à la plupart des mesures qui se prennent aussi sur la terre, telles que les distances entre des points de sa surface, ou l'étendue de portions de cette même surface. Il est en effet plus naturel de rapporter la distance d'un lieu à un autre, au quart d'un des cercles terrestres, qu'à la longueur du pendule. Au reste, on a observé que la dix-millionième partie du quart du méridien ou le mètre ne différant du pendule battant les secondes à Paris que d'environ six millimètres, l'une et l'autre unité auraient conduit à des résultats presque absolument semblables).
Un second décret du même jour charge l'académie d'indiquer l'échelle de division la plus convenable pour les poids et mesures, ainsi que pour les monnaies.

Le décret du 26 mars 179, sanctionné le 30, pour fixer une unité de mesure, naturelle, invariable et qui, dans sa détermination, ne renferme rien d'arbitraire, ni de particulier à la situation d'aucun peuple sur la terre, adopta, d'après l'avis de l'académie, la grandeur du quart du méridien terrestre, pour base du nouveau système des mesures.
Le nouveau systèmes des poids et mesures, fondé sur la mesure du méridien de la terre et sur la division décimale, a été adopté par la loi du 1er août 1793, sous une nomenclature et sur des bases qui ont depuis éprouvé des changements: la nomenclature par la loi du 18 germinal an 3; les bases par celle du 19 frimaire an 8.

(cette nomenclature, modifiée par la loi du 30 nivôse an 2 n'admettait point les multiples décimaux déca, hecto, kilo et myria, mais seulement les sous-multiples déci et centi. Pour y suppléer on avait adopté plusieurs dénominations dans chaque classe de mesures. Ainsi le millaire exprimait 1000 mètres; le grade, 100 000; le cadil répondait au litre, le cade au kilolitre; le gravet au gramme, le grave au kilogramme, le bar à 1000 kilogrammes et les mots décicadil, centicadil, décicade, centicade, décigravet, centigravet, décibar et centibar exprimaient les dixièmes et centièmes de ces différentes unités. Le nom d'are avait été donné à la mesure actuellement nommée hectare, le franc devait être du poids de 10 gravets, c'est à dire le double de ce qu'il est aujourd'hui. D'après ce simple aperçu, l'on conviendra aisément que la nomenclature adoptée par la loi du 28 germinal an 3 est plus méthodique, plus conforme aux principes de la numération ordinaire et dès lors plus susceptible de toutes les applications du calcul décimal).
Extrait de la loi du 28 germinal an 3 relative aux poids et mesures:
Il n'y aura qu'un seul étalon des poids et mesures;… ce sera une règle de platine, sur la laquelle sera tracé le mètre;… unité fondamentale de tout le système des mesures.

Leur nomenclature est définitivement adoptée comme suit (arrêtés du 13 brumaire an 9 et 28 mars 1812: on appellera,

Mètre, la mesure de longueur égale à la dix-millionième partie du méridien terrestre, compris entre le pôle boréal et l'équateur.

Are, la mesure de superficie pour les terrains, égale à un carré de dix mètres de côté.

Stère, la mesure destinée particulièrement au bois de chauffage et qui sera égale au mètre cube.

Litre, la mesure de capacité, tant pour les liquides, que pour les matières sèches, dont la contenance est celle du cube de la dixième partie du mètre.

Gramme, le poids absolu d'un volume d'eau pure, égale au cube de la centième partie du mètre, à la température de la glace fondue.

Enfin, l'unité des monnaies prendra le nom de franc, pour remplacer celui de livre usité jusqu'aujourd'hui.

La dixième partie du mètre se nommera décimètre et sa centième partie centimètre. On appellera décamètre un mesure égale à 10mètres, ce qui fournit une mesure commode pour l'arpentage. Hectomètre signifiera la longueur de 100 mètres. Enfin kilomètre et myriamètre seront des longueurs de 1000 et 10000 mètres et désigneront principalement les distances itinéraires.
Les dénominations des mesures des autres genres seront déterminées d'après les mêmes principes; ainsi décilitre sera une mesure de capacité dix fois plus petite que le litre, centigramme sera la centième partie du poids d'un gramme.

On dira de même décalitre pour désigner une mesure contenant 10 litres, hectolitre pour une mesure égale à 100 litres; un kilogramme sera un poids de mille grammes. On composera d'une manière analogue les noms de toutes les autres mesures. Cependant lorsque l'on voudra exprimer les dixièmes ou les centièmes du franc, unité des monnaies, on se servira des mots décime et centime.
Loi du 19 frimaire an 8 : la fixation provisoire de la longueur du mètre à 3 pieds 11 lignes 44 centièmes ordonnée par les lois des 1er août 1793 et 18 germinal an 3 demeure révoquée et non avenue. Elle est fixée dans son rapport avec les anciennes mesures à 3 pieds 11 lignes 296 millièmes, ladite longueur formant la dix millionième partie de l'arc du méridien terrestre compris entre le pôle nord et l'équateur.

Le mètre et le kilogramme en platine déposés au corps législatif par l'institut national des sciences et des arts sont les étalons définitifs des mesures de longueur et de poids. Le kilogramme est fixé définitivement à 18827 grains 15 centièmes au lieu de 18841 grains, poids de marc.
Arrêté du 13 brumaire an 9 qui fixe les nouvelles dénominations des poids et mesures (cet arrêté a été abrogé le 28 mars 1812 qui attribue plusieurs de ces nouvelles dénominations à des mesures tout à fait différentes, notamment celles de boisseau, livre, once, gros et grain).

Les dénominations données aux mesures et aux poids pourront, dans les actes publics comme dans les usages habituels, être traduits par les noms français qui suivent :

Noms systématiques traduction valeur

Mesures itinéraires Myriamètre lieue 10000 mètres

Kilomètre mille 1000 mètres
Mesures de longueur Décamètre perche 10 mètres

Mètre Unité fondamentale

Décimètre le palme 10è de mètre

Centimètre doigt 100è de mètre

Millimètre trait 1000è de mètre
Mesures agraires Hectare arpent 10000 mètres carrés

Are perche carrée 100 mètres carrés

Centiare mètre carré
Mesures de capacité Décalitre velte 10 décimètre cube

pour les liquides Litre pinte décimètre cube

Décilitre verre 10è de décimètre cube
Mesures pour matières Kilolitre muid 1 mètre cube

sèches Hectolitre setier 100 décimètres cubes

Décalitre boisseau 10 décimètres cubes

Litre pinte décimètre cube
Mesures de solidité Stère mètre cube

Décistère solive 10è de mètre cube
Poids millier 1000 livres (poids du tonneau de mer)

Quintal 100 livres

Kilogramme livre poids de l'eau sous le volume du

décimètre cube, contient 10 onces

Hectogramme once 10è de la livre; contient 10 gros

Décagramme gros 10è de l'once, contient 10 deniers

Gramme denier 10è du gros, contient 10 grains

Décigramme grain 10è du denier
On pourra divisé le stère en 10 parties qui se nommeront solives.

Arrêté du 28 mars 1812 :

Il est permis d'employer pour les usages du commerce,

1° une mesure de longueur égale à deux mètres, qui prendra le nom de toise et se divisera en six pieds.

2° une mesure égale au tiers du mètre ou sixième de la toiser qui aura le nom de pied, se divisera en douze pouces, et le pouce en douze lignes.

Chacune de ces mesures portera sur l'une de ses faces les divisions correspondantes du mètre, savoir, la toise, deux mètres divisés en décimètres et le premier décimètre en millimètres; et le pied, trois décimètres un tiers, divisés en centimètres et millimètres; en tout 333 millimètres un tiers.

Le mesurage des toiles et étoffes pourra se faire avec une mesure égale à douze décimètres, qui prendra le nom d'aune. Cette mesure se divisera en demis, quarts, huitièmes et seizièmes, ainsi qu'en tiers, sixièmes et douzièmes; elle portera sur l'un de ses faces les divisions correspondantes du mètre en centimètres seulement, savoir cent vingt centimètres numérotés de dix en dix.

Les grains et autres matières sèches pourront être mesurées, dans la vente au détail, avec une mesure égale au huitième de l'hectolitre, laquelle prendra le nom de boisseau, et aura son double, son demi et son quart. Chacune de ces mesures portera son nom et en outre l'indication de son rapport avec l'hectolitre.

Pour la vente en détail des graines, grenailles, farines, légumes secs ou verts, le litre pourra se diviser en demis, quarts et huitièmes.

Pour la vente en détail du vin, de l'eau de vie et autres boissons ou liqueurs, on pourra employer des mesures d'un quart, d'un huitième et d'un seizième de litre.

Pour la vente en détail de toutes substances dont le prix et la quantité se règlent au poids, les marchands pourront employer les poids usuels suivants, savoir :

La livre, égale à cinq cent grammes, laquelle se divisera en seize onces.

L'once, seizième de la livre, qui se divisera en huit gros.

Le gros, huitième de l'once, qui se divisera en soixante-douze grains.

Chacun de ces poids se divisera en outre en demis, quarts et huitièmes. Ils porteront avec le nom qui leur sera propre, l'indication de leur valeur en grammes, savoir :

La livre 500 grammes

La demi livre 250

Le quart de livre ou quarteron 125

Le huitième ou demi-quart 62,5

L'once 31,3

La demi-once 15,6

Le quart d'once ou deux gros 7,8

Le gros 3,9
Le kilogramme a été défini comme un décimètre cube d'eau distillée à 4° du thermomètre centigrade, pesée dans le vide et correspondant à 18827 grains 15 centièmes poids de marc. Le gramme est la millième partie.

Avant cette époque on se servait du poids de Charlemagne, qui était une pile de 50 marcs. Mais ce n'était pas Charlemagne, mais le roi Jean, qui fit faire le poids original conservé à la Monnaie. Charlemagne avait introduit en France la livre romaine, correspondant à 12 onces; par suite on aura pris les deux tiers de cette livre pour former le marc, mesure adoptée pour la pesée de l'or et de l'argent, dont le double est devenu la livre poids de marc.
Les deux unités fondamentales, celle de mesures et de poids, se trouvent ainsi déterminées sur des bases puisées dans la nature et qui n'offrent rien d'arbitraire. Les étalons prototypes en sont déposées aux archives impériales. Ce système permettait en cas de destruction des étalons de retrouver parfaitement leur valeur initiale.
Les noms des nouvelles mesures ont une analogie parfaite avec les objets qu'ils désignent :

Mètre, qui signifie mesure, était déjà connu sous cette acceptation dans la langue française, où il entre dans la composition de plusieurs mots familiers, géomètre, thermomètre, etc.

Are, analogue aux mots aire ou surface, arpent, acre, aratoire.

Litre, on nommait à Paris litron une mesure ayant à peu près la même contenance.

Gramme, nom grec du poids que les romains nommaient scrupule et dont notre gramme ne différe que de très peu.

Stère, signifie solide et entre sous cette acceptation dans la composition des mots stéréométrie, stéréotype, etc.

Mesures de longueur :

Le millimètre.

Le décimètre.

Le mètre, dix millionième partie du quart du méridien, longueur de 3 pieds 11 lignes 296 millième, sert pour l'aunage des étoffes et le toisé; hauteur ordinaire d'une canne que l'on peut avoir à la main, contient 10 décimètres (3 pieds usuels)

Le décamètre, dix fois la longueur du mètres, environ 30 pieds 9 pouces 5 lignes; chaîne d'arpentage (30 pieds usuels).

L'hectomètre, longueur de 100 mètres, répond à peu près à une portée de fusil, il est peu usité.

Le kilomètre, mesure itinéraire équivalant à 1000 mètres ou environ 513 toises d'ordonnance (500 toises ordinaires).

Le myriamètre, égal à 10000 mètres ou environ 5130 toises d'ordonnance (5000 toises usuelles), équivaut à 2 lieues moeyennes.

Mesures agraires :

Le centiare ou mètre carré.

L'are, unité de mesure d'arpentage, 100 mètres carrés qui répond à peu près à 2 perches carrées de 22 pieds, mesure d'ordonnance.

L'hectare, contenant 100 ares ou 10000 mètres carrés, environ le double de l'ancien arpent d'ordonnance.

Mesures de capacité :

Le centilitre, on peut se le représenter comme un petit verre pour l'eau de vie.

Le décilitre, à peu près un gobelet ordinaire.

Le litre,équivaut à peu près à une pinte 1/13ème mesure de Paris et à 5 quarts de litron aussi de Paris.

Le décalitre, il peut remplacer la velte pour les liquides.

L'hectolitre sert à la mesure des matières sèches, telles que les grains, le sel, le plâtre, la chaux, le charbon, etc. Il contient environ 107 pintes un tiers, mesure de Paris.

Le kilolitre, capacité égale au mètre cube ne s'emploiera pas.

Poids :

Le milligramme, un peu moindre que le cinquantième de l'ancien grain, ne sera d'aucun usage dans le commerce.

Le centigramme.

Le décigramme, un peu moins de deux anciens grains.

Le gramme à été donné à un poids qui répond à environ 19 grains.

Le décagramme, environ 2 gros et demi, poids de marc.

L'hectogramme, un peu plus de 3 onces 2 gros, poids de marc.

Le kilogramme, poids d'un litre d'eau, équivaut à un peu plus de 2 livres, poids de marc.

Le myriagramme, on emploiera de préférence 10 kilogrammes.

Le quintal, égal à 100 kilogrammes, un peu plus de 204 livres, poids de marc.

Le millier, contient 10 quintaux, un peu près 2043 livres, poids de marc, remplace le tonneau de mer, comme mesure de pesanteur.

Mesures de solidité :

Le stère correspond à un mètre cube, considéré comme mesure du bois de chauffage et pour remplacer les noms de voie, cordes, anneaux et autres.

Le double stère, environ la voie de Paris dont on lui donne vulgairement le nom.

Le décastère, mesure employée sur les ports, répond à environ 5 voies de Paris.

Le décistère, mesure du bois de charpente, équivaut à peu près à l'ancienne solive ou pièce.

Monnaies :

Le franc est resté l'unité monétaire, qu'on désignait indifféremment par le nom de livre tournois, il pèse en argent 5 grammes, en cuivre 200 grammes, en billon 20 grammes et en or 322,58 milligrammes.

Le décime, 10ème partie du francs, équivaut à deux sous, dans le calcul ordinaire (on ne fait pas usage de cette dénomination).

Le centime, centième partie du franc.
Conversion des aunes de Paris en mètres :

L'aune de Paris est de 3 pieds 7 pouces 10 lignes 5/6ème. Le mètre est de 3 pieds 11 lignes 296/1000
  1   2   3

similaire:

Historique iconContexte historique Historique du Tabac

Historique iconI. Historique A. Définition Médecine légale = médecine au service...

Historique iconHistorique

Historique iconHistorique – creation

Historique iconManifestation historique à l’ap-hp

Historique iconIntroduction I evolution historique

Historique iconHistorique de l’éducation thérapeutique

Historique iconChapitre p 4 radioactivité Historique

Historique iconQuelques mots sur l'historique

Historique iconPrésentation et historique de l’association Agribio06






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com