A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9)





titreA son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9)
page1/5
date de publication23.05.2017
taille146 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5
I . IDENTIFICATION DE L’OUVRAGE


L’ouvrage a été écrit par Michel FIZE et a pour titre « A mort la famille ! Plaidoyer pour l’enfant ».
Il a été édité chez Erès, dans la collection « Sociologie de la vie quotidienne », à Ramonville Saint-Agne, en octobre 2000.
Cet ouvrage comporte 211 pages, qui se décomposent en 4 chapitres.
II . IDENTIFICATION DE L’AUTEUR


Michel FIZE est sociologue au centre d’ethnologie française, à Paris. Il est spécialiste de tout ce qui concerne l’adolescence, la jeunesse et la famille.
En 1994, il fut l’un des animateurs de la consultation nationale des jeunes lancée par Edouard BALLADUR.
Puis, en 1997/1998, il fut conseiller technique au Cabinet de Marie-George BUFFET, ministre des Jeunesse et des Sports.
Michel FIZE a écrit plusieurs ouvrages :
-La Démocratie familiale : évolution parents-adolescents. (1990)

-Les Bandes, « l’entre soi » adolescent. (1993)

-Le Peuple adolescent. (1994)

-Génération courage, les lettres des jeunes Français au Premier ministre. (1995) 

-Adolescence en crise ? Vers le droit à la reconnaissance sociale. (1998)

-A mort la famille ! Plaidoyer pour l’enfant. (2000)



III . THESE

Dès la première ligne de son ouvrage, Michel FIZE présente clairement sa thèse en affirmant que « la famille doit mourir pour que vive l’homme » (p.7). Au nom de la loi et de l’argent la famille est une dominatrice qui emprisonne l’enfant dans une « bulle domestique » (p.7).

A son avis, personne n’ose critiquer cette « vielle dame » (p.9) or elle est un « désordre en soi » (p.9).




La famille n’est pas une nécessité, elle ne sert qu’à rendre prisonnier l’enfant de ses parents. C’est une « institution sociale autoritaire » (p.9) qui est contraire à la liberté individuelle, elle étouffe l’être et elle est un obstacle à l’épanouissement humain.

Contrairement à ce que l’on peut croire, cette  vieille institution souffre de communication et de dialogue. les sujets comme la politique et le sexe restent tabou au sein des familles. Toutefois les adolescents, dont l’auteur est le défenseur et le porte parole, ne souhaitent pas la disparition de la famille, ce qui permet à Michel FIZE de constater qu’elle demeure bien l’un des piliers de la société » (p.175).



L’auteur prône pour une famille ouverte sur la société, accueillante et au contact d’autrui.
Il critique donc la famille refuge, repliée sur elle même, égoïste et indifférente à la vie sociale.
A son avis, l’enfant est très peu considéré ; ses droits ne sont pas respectés et ses prétendues libertés sont superficielles et ne servent qu’à renforcer l’autorité familiale.

L’auteur souhaiterait que la famille traditionnelle devienne une « famille minimum » (p.200) qui permettrait à l’enfant d’être détaché de l’emprise et de l’embrigadement parental.



IV . CONTENU DE L’OUVRAGE


INTRODUCTION




La famille n'est pas un groupe à l'intérieur duquel il y aurait un solidarité très forte. De plus, l'amour entre parents et enfants n'est pas innée et naturelle. Il parle de préjugé familial que la conscience collective s'est inventée et qui empêche la réelle connaissance de la famille. Il existe un conditionnement effectué par les parents sur leurs enfants afin qu'ils leurs ressemblent. "Un conditionnement commencé tôt, une domination s'exerçant tard".

Cette domination s'est considérablement étendue durant ces vingt dernières années car les adolescents quittent plus tard le foyer familial. En effet, le contexte économique (le chômage par exemple) fait que les jeunes prennent leur envol de plus en plus tard. L'auteur parle de semi-liberté et de semi-dépendance.
Michel FIZE se pose ensuite la question : les enfants et les adolescents ont-ils le choix d'aimer leurs familles ? Tous les acteurs sociaux pensent que oui et défendent cette "vieille dame" qui est "une indispensable compagne".
En fait, "la famille est un désordre en soi" car elle a été créée et n'est pas naturelle. De plus c'est la sphère sociale où s'exerce le plus de domination, de dépendance et de soumission.
La famille d'aujourd'hui ne se conçoit qu'autour de la parentalité. Les couples ne sont pas considérés comme une famille. C'est donc pour cela que l'auteur a choisi de réfléchir sur les interactions entre les différentes personnes composant la famille.


  1   2   3   4   5

similaire:

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconRecherche du bonheur et retour à l’identité [ Th ] Le bonheur est...
«repli sur soi», une fuite du monde; mais elle implique un retour à soi qui permet de parcourir le monde selon un chemin qui soit...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconLa prospection par courrier electronique dans le cadre professionnel...
«utilisant les coordonnées d'une personne physique» si cette personne physique n'a pas exprimé son consentement préalable à recevoir...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconLe Syndicat National Autonome cat des Personnels de la Restauration...
«l’intervention est principale lorsqu’elle élève une prétention au profit de celui qui la forme. Elle n’est recevable que si son...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconAdresse email
Le compte personnel de formation est comptabilisé en heures et mobilisé par la personne, qu’elle soit salariée ou à la recherche...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconAide aux aidants
L’aidant familial est la personne qui vient en aide, à titre non professionnel, en partie ou totalement à une personne âgée dépendante...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconLa notion d’isolement a été mise en lumière lors de la canicule de...
«canicule», et très vite cette notion d’isolement a été intégrée dans la constitution des registres (personnes isolées ou en situation...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) icon«L’éducation est plus qu’un métier, c’est une mission qui consiste...
«L’éducation est plus qu’un métier, c’est une mission qui consiste à aider chaque personne à reconnaître ce qu’elle a d’irremplaçable...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconL’inquiétante étrangeté de l’être
«L’inquiétante étrangeté sera cette sorte de l’effrayant qui se rattache aux choses connues depuis longtemps, et de tout temps familières»,...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconLa biologie nous fait découvrir la diversité qui habite la nature....
Elle est sure cette parole, si nous sommes morts avec Lui, avec Lui nous vivrons, si nous tenons ferme avec Lui, nous vivrons, si...

A son avis, personne n’ose critiquer cette «vielle dame» (p. 9) or elle est un «désordre en soi» (p. 9) iconA l’heure où nous sommes nombreux à recevoir les avis d’échéance...
«Loi tendant à renforcer la confiance du consommateur.», on comprend que cette exclusion concerne le lien qui uni le souscripteur...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com