Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse





télécharger 202.66 Kb.
titreAdresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse
page1/5
date de publication05.07.2017
taille202.66 Kb.
typeAdresse
d.20-bal.com > loi > Adresse
  1   2   3   4   5






Dossier de candidature


Appel à projets 2016

Co-Développement International

Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées

Direction de la Communication et des Relations Extérieures

Toulouse

Direction des Politiques Internationales, Européennes et Contractuelles

Montpellier




Association chargée du dépôt de la candidature :

  • Nom de l’association : crear escuela / faire école

  • Président(e) de l’Association : liliane BERNHARDT WITRANT

  • Autre personne à contacter : claude BERNHARDT

  • Adresse postale  où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse

  • Téléphone : 06 87 16 29 55

  • E-mail : crear.escuela-faire.ecole@orange.fr

  • Site Web : http://faireecole-crearescuela.over-blog.com

  • N° déclaration à la Préfecture ou N°SIRET/SIREN : 800 202 756 000014

  • Année de création de l’association : 2013






Descriptif SOMMAIRE du PROjet






Titre du projet


Solidarité avec et pour le développement de la Guajira et le peuple Wayuu

Pays concerné

COLOMBIE




Thématique générale du projet (2 maximum)



- Education- Formation - Social et solidarité intergénérationelle 

- Sécurité alimentaire
X - Egalité des sexes 

- Santé  - developpement de l 'economie locale
(Tourisme solidaire, Commerce équitable) 

- Environnement  - Accès au droit 


- agriculture X - Autre (préciser)….. 


Résumé du projet


Préciser de façon synthétique : dans quel domaine s’inscrit le projet, sa durée et ses objectifs, les territoires concernés, les partenaires impliqués, les principaux bénéficiaires, les actions prévues, et les résultats attendus.

(3000 mots maximum)

I - Les domaines du projet et le territoire concerné

Une action de développement en partenariat avec des habitants et structures sociales et éducatives de la Guajira, et plus particulièrement avec des communautés Wayuu, pour agir sur deux besoins essentiels : l’accessibilité à l’eau et sa gestion durable, l’interculturel lié à l’éducation et l’école.

La Guajira, péninsule du nord du pays sur la mer Caraïbe, en frontière avec le Venezuela, grande comme les 2/3 de la Bretagne, semi désertique dans sa première moitié, désertique dans la seconde, fermée au sud par la Sierra Nevada de Santa Marta.

Population : 900 000, Colombiens, Afro-colombiens et Wayuu (500 000), indigènes autochtones répartis en petites communautés sur l’ensemble du territoire et le proche Venezuela.

Deux villes : Riohacha, capitale du département, à l’ouest ; Maicao, à la frontière à l’est.

Trois rivières, dont deux en voie d’asséchement, et quelques petits cours d’eau à sec presque toute l’année.

Désertification des sols, asséchement des rares cours d’eau, asséchement et pollution des nappes phréatiques, contamination et appauvrissement des fonds marins. Les causes :

- le réchauffement climatique qui a réduit la saison des pluies à une seule saison (avril ou mai), aucune pluie le reste de l’année ;

-la mine de charbon à ciel ouvert la plus grande du monde (El Cerrejon, consortium de multinationales suisse britannique et australienne) et l’agro industrie aux mains d’anciens chefs des cartels de la drogue. Toutes deux sont implantées dans la seule partie humide du département, et traditionnellement agricole et d’élevage, et s’approprient les terres et les ressources en eau. D’autre part, la mine a implanté son port pour l’exportation du charbon à 150 km sur la côte ouest, avec une contamination des fonds marins qui s’étend aujourd’hui sur toute la côte.

Dénutrition et la mortalité infantile.

L’absence d’eau, l’isolement, la désertification des terres d’élevage (caprins, ovins, bovins) et d’agriculture familiale communautaire (maïs, manioc, haricot, courge, melon, tomate), la disparition de la faune et flore marine ainsi qu’un presque abandon des pouvoirs publics, ont pour conséquences la malnutrition des populations indigènes, les maladies associées, la dénutrition et la mortalité infantile. Avec le Cauca (département du sud, côte Pacifique) c’est la région la plus pauvre et la plus isolée du pays.
II - Objectifs, actions et populations concernées

Objectif principal : œuvrer à l’appropriation et au développement, par les populations, de projets et de moyens qui permettent de répondre à la satisfaction de leurs besoins en s’appuyant sur leurs capacités d’organisation collective et savoir-faire.

Nous agissons en Guajira depuis 2013, plus particulièrement avec deux communautés Wayuu, l’une proche de Maicao (la Jaresapain), l’autre de Riohacha (la Cachaca), avec :

  • des apports de matériels scolaires, de livres, la construction d’un vaste préau couvert pour l’école, la réhabilitation d’une salle de classe, l’aménagement des extérieurs, l’animation d’ateliers d’initiation au livre, à leur lecture, à l’expression graphique et picturale ;

  • l’apport d’un moteur pour la barque collective de pêcheurs ;

  • la diffusion d’un spectacle théâtral créé en France, en langues espagnole et en français sur des mythes et contes wayuu, tant en Guajira qu’à Bogota (Lycée français, Casa del Teatro nacional) et des lectures de poètes de langues wayuunaiki et espagnole.

Toutes les actions engagées sont nées de demandes formulées par les communautés concernées, concertées et conduites avec elles et leurs « autorités naturelles » et dans une volonté d’échange inter culturels.

_____________
En 2015 nous avons commencé d’initier le projet d’accès à l’eau. Sa mise en étude qui est étroitement associée à la concertation avec la population concernée permettra la réalisation sur trois ans, jusqu’en 2018, et connaîtra par la suite des prolongements :
L’accès à l’eau, sa gestion et sa maintenance,

pour une communauté Wayuu : la Cachaca.

Population : 186 individus, dont 40 adultes et 146 enfants et jeunes.

Economie : pêche côtière, petit élevage caprin et ovin.

Besoins en eau : consommation humaine, hygiène, alimentation des animaux, agriculture familiale.

Comme la très grande majorité des rancherias (communautés) wayuu, le manque d’eau est absolument dramatique. Seules la livraison mensuelle par camion citerne d’eau dite potable (effectuée par la ville de Riohacha), une mare pour les animaux et les rares pluies en avril ou mai, permettent actuellement de répondre très insuffisamment aux besoins. L’objectif premier est d’y répondre de façon permanente et durable, avec des techniques appropriables et gérables par la communauté.

La description des phases d’études, de réalisation et de maintenance est en annexe.
Objectif secondaire : la réalisation de ce projet servira de modèle pour d’autres communautés, pris en charge par la ville de Riohacha, dont elles dépendent administrativement et socialement, et avec l’Université de Riohacha pour un développement d’études.
Les partenaires du projet :

. en Colombie : la Cachaca, l’Université de la Guajira (département Extension), la ville de Riohacha.

. en France : la Région Occitania, l’Agence de l’eau Adour Garonne, Toulouse Métropole.

. Entreprise prestataire : AIGOS (Bogota), partenaire de l’Agence de l’eau Adour Garonne pour la Colombie.
III – Résultats attendus

  • Accès permanent et durable à l’eau

  • Prise en charge, par la population concernée, de réponses appropriées et diversifiées à leurs besoins

  • Formation à la maintenance de moyens techniques et des installations

  • Développement d’une agriculture familiale et communautaire favorisant une autonomie alimentaire

  • Eradication de la malnutrition, de la dénutrition et des maladies infantiles et de l’adulte qui leur sont associées.



IV – Actions de communication et de plaidoyer en Midi Pyrénées

. Conférences et expositions, tables rondes et échanges avec les publics, diffusion de films documentaires,… Les formes d’actions entreprises depuis 2014 se poursuivent se déclinent et permettent :

  • à l’association de se faire connaître auprès de publics différents ;

  • de faire connaître la Colombie, la Guajira et le peuple Wayuu ;

  • de sensibiliser aux questions environnementales et de protection des ressources naturelles ainsi qu’aux conséquences de l’extractivisme et de l’accaparement des terres et des biens communs.

En annexe, calendrier des actions effectuées et, pour les plus proches, à venir.
Partenaires

Coopdev’ 31 – CROSI - Collectif contre l’accaparement des terres 31 - Espace des solidarités et de la laïcité Toulouse - Mix’Art Myrys - Atelier idéal - Anis Gras résidence d’artistes et de création Arcueil (94) - Colectivo los Guyabos – ARCALT - MJC Cahors.


Coût total du projet : 123 650

Subvention sollicitée de la Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées : 15 000€

(quinze mille euros) sur trois ans = 5 000€/an

Description des partenaires en France (le cas échéant)





Nom du partenaire

Localisation

Partenariat



Antériorité du partenariat

Préciser l’historique de la coopération entre le candidat et ses partenaires

(l’année de début)


Contact
Nom, Prénom, fonction, coordonnées



MIX’ART Myrys



Toulouse

Autre (préciser) Mise à disposition de locaux pour actions de sensibilisation et de plaidoyer



OUI 


2013 – 2014 - 2015

Lecussan Joel, coordonateur,

j.lecussan@free.fr

12 rue ferdinand lassalle 31200


ANIS GRAS lieu de l’autre

Résidence culturelle


Arcueil (94)


Mise à disposition de locaux, moyens techniques pour actions de sensibilisation et plaidoyer


OUI 

2013 – 2014 – 2015 - 2016

Lopez Carmen

Coordinatrice

coordination@lelieudelautre.fr

55 ave Laplace 94110 Arcueil


Collectif Los Guayabos


Toulouse

partenaire d’actions de sensibilisation et plaidoyer




OUI 
2015 - 2016

Corrales Mariana, coordinatrice

marianacorrales1984@gmail.com

Collectif contre l’accaparement des terres

Toulouse

partenaire d’actions de sensibilisation et plaidoyer



OUI

2014 – 2015 - 2016


Cremoux Jean-Pierre, coodinateur

jpcremoux@yahoo.fr


Description des partenaires locaux à l'étranger





Nom du partenaire

Localisation

Partenariat



Antériorité du partenariat

Préciser l’historique de la coopération entre le candidat et ses partenaires


Contact
Nom, Prénom, fonction, coordonnées



Comité civico por la dignidad de la Guajira



Riohacha


Technique X
Et organisation du collectif théâtre



OUI X


2015

Felipe Rodriguez, président

riorancheriaguajira@gmail.com

Département Extension de l’Université de la Guajira


Riohacha



Suivi et aides logistiques des projets


OUI X

2015

Vice Recteur

Université de la Guajira

Km5 via Maicao, Riohacha

Fondation AEXCOA



Bogota


Financier X
et information-communication, mise à disposition de lieux pour actions de plaidoyer et inter culturel


OUI X

2015

Lopez Aura, présidente

Colegio Gimnaso Moderno

Cl74 n°9-90 Bogota

Ambassade de France

Bogota

Aides institutionnelles, liens avec les structures colombiennes

Oui X

2015

Abecassis Victor

Coopération France Colombie

Car11 n° 93-12, Bogota




PRESENTATION du PROjet







Description du projet

Dans quel domaine s’inscrit le projet, sa durée et ses objectifs, les territoires concernés, les partenaires impliqués, les actions concrètes envisagées, les bénéficiaires, les moyens mis en œuvre, les résultats attendus et les perspectives de développement du projet à l’issue de sa mise en œuvre.


a. Présentation du territoire et du contexte du projet


En quoi le projet apporte-t-il une réponse à une problématique et/ou à un besoin spécifique ?


Le département de la Guajira (900 000 hab.), à la pointe nord de la Colombie, est une péninsule sur la côte caraïbe, en frontière avec le Venezuela.

Semi désertique dans sa première partie, désertique dans la seconde, il est soumis à de forts alizés et à une sécheresse endémique. Le manque d’eau y est particulièrement criant. Les causes : absence de précipitations pluie, asséchement des quelques rivières, contaminations et accaparements des ressources naturelles par l’industrie extractive et la culture industrielle de la palme.

C’est le territoire du peuple autochtone indigène, les Wayuu (500 000), possédant une culture et une langue propre le wayuunaiki. Cette population actuellement en très grande pauvreté (l’une des plus fortes de l’Amérique du sud et centrale), est soumise à un fort racisme ainsi qu’à un quasi abandon des pouvoirs publics. L’économie traditionnelle de ce peuple comporte la pêche côtière - l’élevage caprin, ovin, bovin – une petite agriculture dans la région des rivières – artisanat (sacs mochilas et hamacs).
Notre projet répond :

  • aux besoins en eau de la communauté wayuu ‘’Cachaca tres’’

  • aux besoins de renaissance d’une agriculture familiale et communautaire.

  • aux carences nutritionnelles et à la dénutrition infantile en forte progression depuis 2010.

  • Il servira d’exemple modèle de réalisation pour le département Extension de l’Université de la Guajira.



b. Impact du projet sur la population locale

(principaux bénéficiaires…nombre de femmes d’hommes, d’enfants, population totale…..)

Population : 190 personnes dont 40 adultes et 150 enfants, adolescents et jeunes.
c. Objectifs


Objectif principal :

Contribuer à l’appropriation, par des populations locales, d’outils et moyens techniques et culturels au service de leur développement et de leur émancipation.
Objectif(s) spécifique(s) :

.

  • Œuvrer avec la communauté concernée aux réponses pérennes à ses besoins en consommation et gestion de l’eau.

  • Recréer une agriculture familiale aujourd’hui disparue pour cause d’accentuation de sécheresse endémique.

  • Promouvoir les savoir-faire traditionnels et existants.





d. Objectifs pour le Développement Durable

(préciser si l'action s'inscrit dans la réalisation de ces objectifs)


1. Eliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde. OUI  NON 
2. Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, et promouvoir l’agriculture durable. OUI
3. Donner accès à la santé aux individus de tous les âges. OUI  NON 
4. Permettre à tous de suivre une éducation de qualité dans des conditions d’équité. OUI  NON 
5. Réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles. OUI  NON 
6. Garantir l’accès de tous à l’eau salubre et à l’assainissement. OUI

7. développer des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable. OUI
8. Promouvoir une croissance économique partagée et durable et le travail décent pour tous. OUI  NON 
9. Mettre en place des infrastructures résilientes, et encourager l’innovation. OUI
10. Réduire les inégalités entre les pays et en leur sein. OUI  NON 
11. Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous. OUI  NON 
12. Instaurer des modes de consommation et de production soutenables. OUI  NON 
13. Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques. OUI  NON 
14. Protéger la faune et la flore en milieux aquatiques. OUI  NON 

15. Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres. OUI
16. Assurer à tous l’accès à la justice et au droit. OUI  NON 

17. Renforcer le partenariat mondial au service du développement soutenable. OUI  NON 



e. Description des actions et résultats attendus


Actions



Résultats attendus


Accès à l’eau, à sa gestion


- Gestion intégrée et durable de la ressource en eau par la mise en œuvre de techniques de captage, de stockage et de distribution, adaptées au milieu semi-désertique et respectueuses des traditions de la Ranchería Cachaca Tres

- Formation à la gestion et à la maintenance des équipements.

- Développement d’une petite agriculture communautaire qui permette une production pour la vente sur le marché de Riohacha.

- Amélioration des conditions sanitaires et d’hygiène.

- Eradication de la malnutrition.

- Réaliser un exemple reproductible dans d’autres rancherías.















f. Actions de communication





18 mars 2016 – Festival Ciné latino, Panorama des associations, Maison des diversités Toulouse, projection du film « La rivière qu’ils ont volée », de Gustavo Guillen, suivie d’un échange avec le public.

22 avril 2016 – Festival FReDD, Institut Cervantès Toulouse, projection du film « La buena vida », suivie d’un débat avec le public.

28 mai 2016 – Maison des Artisans du monde Toulouse, vente de mochilas tissées par des femmes de la Cachaca, présentation d’un court métrage vidéo sur l’absence d’eau en Guajira.

10 et 11 septembre 2016 - Festival de théâtre de rue de Ramonville, performance théâtre « La soif », accompagnée d’information auprès du public.

22 septembre 2016 – MJC de Cahors, Conférence débat sur le protocole de paix en Colombie, la situation environnementale et sociale en Guajira.

12 novembre 2016 – Semaine de la Solidarité internationale Toulouse, tenue d’un stand Forum des acteurs.

17 novembre 2016 - Semaine de la Solidarité internationale, en partenariat avec le Collectif contre l’accaparement des terres, salle Sénéchal à Toulouse, Table ronde sur les problématiques de l’eau, bien public ou bien privé, droits spécifiques et internationaux.

Les actions 2017 et 2018 seront programmées ultérieurement. Notre projet est d’aller aussi à la rencontre de publics d’autres régions de France.




g. Calendrier de réalisation

Préciser les dates de commencement et de fin d’exécution du projet présenté (avec une décomposition par phase d’avancement), la durée totale de réalisation et les années concernées.

(Un calendrier détaillé des actions pourra être fourni en annexe au présent dossier de candidature)
Calendrier détaillé et CV des intervenants joints en annexe
1er mars 2016 commencement des projets
2018 fin d’exécution
durée totale de réalisation : 3 ans sur les années 2016, 2017, 2018



ANNEE 2016
Phase 1 – Etudes, hiérarchisation des priorités, validation du budget
Août – Définition des objectifs et moyens techniques à entreprendre pour la phase 1 avec l’entreprise AIGOS et concertations-décisions avec la Cachaca
1er novembre au 10 décembre - Préparation de l’installation des techniques préalablement sélectionnées.

Durant cette première phase de préparation seront réalisées les étapes suivantes de manière chronologique:

  • L’étude social et environnementale de demande d’autorisation d’usage de l’eau.

  • Vérification des Technique préalablement définies avec la communauté.

  • Dimensionnement "In situ" des techniques sélectionnées avec la communauté.

  • Définition du budget détaillé nécessaire après récupération des devis.

  • Hiérarchisation des priorités d’installations en concertation avec la communauté.

  • Validation du budget à mettre en œuvre dans le cadre du projet. Permettant la mise en œuvre de la phase 2


Durée totale : 25 jours

ANNEES 2017
Solutions techniques sélectionnées dans la phase 1

- 27 systèmes de collecte et stockage des eaux de pluies à partir des surfaces imperméables, principalement les toitures des constructions existantes ou à construire.

- Adaptation d’un (1) réseau de drainage des eaux superficielles, en période de pluie vers les mares existantes ou à développer dans les zones argileuses.

- 3 forages pour l’exploitation durable des nappes phréatiques d’eau douce ou saumâtre grâce à des systèmes de pompage alimenter para énergie alternative (éolienne, solaires).

- Favoriser la création d’une (1) zone de recharge des aquifères peu profonds,

- Densifier la couverture végétale sur 2 000 m2 pour maintenir une humidité relative importante au niveau du sol et limiter ainsi l’évapotranspiration.

PHASE 2 – Achats, formation et premières mises en œuvre des solutions sélectionnées :

  • Réalisation de pilotes

  • Achat des matériels

  • Formation de la main d’œuvre local pour installation

  • Première étape d’installation des équipements et techniques de captage et/ou stockage


Durée totale : 40 jours
ANNEE 2018
Suite de la Phase 2 – Seconde mise en œuvre des solutions sélectionnées :

  • Seconde étape d’installation des équipements et techniques de captage et/ou stockage

  • Formation pour la maintenance des différents systèmes installés

Durée totale : 20 jours

Durée totale sur trois ans 100 jours


BUDGET PREVISIONNEL goblal






Plan de financement prévisionnel (TTC, en €)
Dépenses
Recettes

Nature des dépenses

Montant

%

Nature des recettes

Montant

%

1°) Dépenses réelles :
- Ressources humaines




- Déplacements




- Communication/diffusion




- Etudes, rapports, prestations de service




- Frais généraux (eau, téléphone, électricité…)





- Equipement accessibilité à l’eau

- Investissement (fournitures, matériel…)




- Autres

13 000

800

10 000


1 600


86 000

10,51

0,65

8,09


1,29


69,55


Etat




Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées




Autres collectivités (préciser)

Toulouse Métropole

Mécénat privé et dons
Autofinancement


Autres (préciser)

Agence de l’eau Adour Garonne

15 000


15 000


4 000

29 400


48 000

12,13


12,13


3,23

23,78


38,82
Total dépenses réelles hors contributions en nature

111 400




Total recettes hors contributions en nature

111 400




2°) Contributions en nature :

-

-

12 250

9,91

2°) Contributions en nature :

-

-

12 250

9,91
Total Contributions en nature

12 250



Total Contributions en nature

12 250




TOTAL GENERAL

123 650

100




123 650

100
  1   2   3   4   5

similaire:

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse 2 Numéro/boîte postale et rue*

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse 2 Numéro/boîte postale et rue*

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse de messagerie (e-mail) Equivalent de l'adresse postale pour...
«boîte aux lettres électronique» d'un correspondant, ce qui permet à d'autres utilisateurs du réseau de lui envoyer des messages....

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse postale : Georges kamarinos, 4, Rue Charles Ferré

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse Adresse à laquelle doit être envoyée la réponse

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse postale : Adresse d’accueil

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse email : Adresse postale

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse de la propriété où doit être installé l’assainissement

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse du courrier

Adresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse iconAdresse : cp ville
«Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com