Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde»





télécharger 1.14 Mb.
titreQuelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde»
page1/24
date de publication06.07.2017
taille1.14 Mb.
typeLittérature
d.20-bal.com > littérature > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24
COLLOQUE

« FRANCOPHONIE ET MALENTENDU »

Université Paris-Est Créteil

4-5 novembre 2010

Salle I, 222

Comité scientifique :

. Pr. William Marx, Université Paris X – Nanterre et Institut Universitaire de France

. Pr. Justin Bisanswa, Chaire de Recherche du Canada, Université Laval (Québec)

. Pr. Pierre Chiron, U.P.E.C.-Institut Universitaire de France

. Pr. Marie-Emmanuelle Plagnol, Directrice du L.I.S. (EA 4395)

. Pr. Papa Samba Diop, U.P.E.C.

Aussi bien le thème du colloque, que son organisation et son montage financier sont le fait exclusif des doctorants du GRELIF. Le GRELIF étant le Groupe de Recherches en Littératures Francophones : une association d’étudiants en lettres, qui, par ce colloque-ci, « Francophonie et malentendu », signale sa présence récente à Paris-Est Créteil. Et, en même temps que sa naissance dans notre Université, le GRELIF exprime par la tenue de cette manifestation en deux journées, son désir de collaboration avec d’autres doctorants d’autres disciplines et d’autres universités.

JEAN DERIVE

(LLACAN-Université de Savoie)

QUELQUES RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA POLÉMIQUE « FRANCOPHONIE-LITTÉRATURE MONDE »

Le malaise des écrivains d’expression française catalogués par la réception institutionnelle « hors de France » n’est pas nouveau. Et quand on dit « hors de France » encore faut-il comprendre qu’il ne s’agit pas de la France politique et que ce n’est pas seulement une question de nationalité officielle des auteurs : les Antillais, les Guyanais, les Réunionnais qui, politiquement parlant, sont français de plein droit, mais qui viennent d’Outre-Hexagone, ne sont la plupart du temps pas rangés dans les librairies au rayon de la « littérature française » mais à celui de la « littérature francophone », lorsque cette rubrique existe, avec les Québécois, les écrivains africains des anciennes colonies françaises ou belges et quelques autres qui, eux tous, relèvent effectivement d’une autre nationalité. Les écrivains ne sont donc pas des joueurs de foot et, dans l’ordre de la plume, il ne suffit pas de disposer d’un passeport français pour pouvoir être candidat à une sélection dans l’équipe de France des auteurs.

Cette équipe de France de la littérature ne serait donc ouverte qu’aux écrivains français de l’Hexagone stricto sensu. Encore faut-il que ni leur nom, trahissant une origine d’outre-mer, ni leur couleur de peau ne viennent brouiller les cartes. Azouz Begag, Français d’origine algérienne né en France, qui fut pourtant ministre d’un gouvernement Villepin (délégué à la promotion de l’égalité des chances) voit, dans les librairies, ses romans (Le Gone du Chaâba, Le Marteau pique cœur…) plus souvent classés dans le rayon « littérature francophone » que dans celui consacré à la littérature française. On se souvient de même du combat de Marie Ndiaye, cette romancière française de père sénégalais, pour ne pas se faire cataloguer « africaine francophone ». Il ne s’agit certainement pas, dans son cas, d’un quelconque rejet de l’Afrique ni de son ascendance noire (ses œuvres le prouvent) mais plutôt d’une question d’honnêteté : ayant toujours vécu en France et connaissant à peine l’Afrique, elle verrait comme une usurpation la revendication d’une identité africaine, même s’il existe de ce côté-là une quête fortement nourrie par son imaginaire.

Vue sans perspective historique, cette catégorie de « littérature francophone », qui trouve son assise institutionnelle dans le domaine de la critique (revues spécialisées : « Notre Librairie » devenue « Littératures Sud », « Ponts »…), dans celui de l’édition (éditeurs spécialisés ou collections particulières comme « Monde Noir Poche » chez Gallimard), dans les librairies également (rayonnages spécifiques), dans l’enseignement universitaire (chaires de francophonie), dans les prix littéraires (Grand prix de la francophonie…), peut certes apparaître comme un ghetto, d’autant plus absurde que ces dernières années, les œuvres ressortissant à cette catégorie sont en grande partie publiées en France chez des éditeurs qui les font paraître dans des collections générales qui ne les distinguent pas par rapport à leurs homologues d’autres littératures. Et on peut comprendre l’agacement, voire la révolte de nombre d’écrivains contemporains classés sous cette rubrique « francophone » qui se sentent enfermés dans une sorte d’appendice hétéroclite de la littérature française, considéré avec un peu de condescendance par rapport à cette dernière. Cette production littéraire de langue française à double détente peut apparaître d’autant plus scandaleuse que c’est celle qui est dite « francophone » qui semble manifester aujourd’hui la plus grande vitalité, comme en témoigne l’attribution des prix littéraires de ces dernières années.

Origine du concept de « littérature francophone »

Pourtant, une telle pratique, à son origine, a eu une bonne raison. La création de cette catégorie « littérature francophone » ne relevait pas au départ d’une volonté d’ostraciser ces auteurs d’Outre-Hexagone, mais au contraire de respecter leur spécificité identitaire. En effet, fussent-ils de nationalité française, comme ceux des DOM, ils venaient d’horizons linguistiques et culturels particuliers qui leur avaient façonné une identité distincte de celle d’un Français de la métropole. C’était cette identité propre qui était censée s’exprimer dans leur œuvre et qui justifiait qu’on les différenciât ainsi des auteurs français de l’Hexagone.

C’est qu’à une certaine époque, celle de la lutte anticoloniale, ce domaine de la production littéraire d’expression française venue d’ailleurs ou des confins avait une forte charge identitaire. Lui-même s’est revendiqué distinct de la littérature française à laquelle il ne voulait surtout pas être assimilé. On a un peu perdu de vue, en ces temps « d’études postcoloniales », pour reprendre une expression à la mode, qu’une partie très importante de cette littérature dite « francophone » a vu le jour dans un contexte colonial (Maghreb, Afrique subsaharienne) ou néocolonial (Antilles, Océan indien…) et que, souvent engagée dans la dénonciation d’une telle situation, elle a fortement revendiqué sa spécificité identitaire par rapport à la littérature française.

Si on relit la réception critique des années soixante (un demi-siècle), on voit que l’utilisation du français par ces écrivains ayant souvent d’autres langues maternelles (arabe, berbère, langues africaines, créoles) est envisagée comme une contrainte infligée par une situation de type impérialiste, contrainte présentée parfois comme une violence, voire une torture. Pour ne pas perdre leur « âme », ces auteurs, nous expliquait-on, devaient trouver un compromis entre ces langues ayant construit leur identité culturelle et le français, langue imposée et réputée peu apte à exprimer leur personnalité. Et tous se sont attachés précisément, qu’il s’agisse de poésie, de roman ou de théâtre, à démarquer cette identité de l’identité française assimilatrice et aliénante. Plusieurs théories disent d’ailleurs alors que la spécificité de la littérature francophone tient justement à cette tension et à ce déchirement.

Une telle situation explique donc en grande partie la création du concept de « littérature francophone » comme instrument de périodisation de la production littéraire d’expression française. Avant les années soixante-dix, beaucoup d’auteurs de langue française venus d’ailleurs auraient sans doute hurlé à l’impérialisme si on les avait classés alors dans une catégorie « littérature française » alors qu’ils entendaient justement s’affranchir d’un tel modèle et créer quelque chose de radicalement autre. Le problème est qu’avec le temps les choses ont évolué : cette production d’auteurs de langue française faisant entendre leur voix depuis des lieux situés hors de la métropole littéraire1 s’est considérablement développée et diversifiée et est passée de l’état de littérature émergente (des années 50 à 70) à celui de littérature à part entière n’ayant rien à envier ni à la littérature française ni à aucune des littératures du monde.

Evolution des pratiques de périodisation littéraire

En outre, à l’ère de la mondialisation, qui n’épargne pas le fait littéraire, tout un courant cherche à s’affranchir des prétendues marques ethnoculturelles des périodisations littéraires : y a-t-il vraiment une essence, hors du temps, de la littérature française, de la littérature anglaise, de la littérature allemande, de la littérature russe etc. ? N’y a-t-il pas des connivences d’époque (Renaissance, Classicisme, Lumières, Postmodernisme…) qui sont plus fortes que ces marques ethnoculturelles ? Bon nombre d’écrivains dits « francophones » sont les premiers, aujourd’hui, à revendiquer le droit de produire une littérature qui ne soit pas lue comme un produit de terroir ni assignée à un estampillage identitaire de type ethnique. Beaucoup font valoir qu’ils sont des écrivains tout court avant d’être des écrivains africains ou antillais ou québécois etc.

Dans ce nouveau contexte, le concept de « littérature francophone » pensée comme sous-catégorie de la littérature française ne peut plus apparaître que comme un carcan étroit à beaucoup de créateurs. C’est cette situation qui explique le manifeste « Pour une ‘‘littérature-monde’’ en français » parue dans le journal Le Monde du 16 mars 2007, lié au festival des « Etonnants voyageurs »  organisé par Michel Le Bris et signé par quarante-quatre écrivains. Celui-ci fut suivi, quelques mois plus tard, d’un volume collectif dont Michel Le Bris et Jean Rouaud furent les éditeurs (Pour une littérature-monde, Gallimard 2007) dans lequel interviennent, mais pas seulement, un bon nombre de signataires du manifeste.

Les prises de positions de ces deux publications, dont l’une prolonge l’autre, ont donné lieu à polémique, avec des articles en série dans la presse, chaque camp répondant à l’autre. Ces prises de position ont été suffisamment commentées pour que je m’y attarde longuement. Je dirai seulement pour reprendre une formule de Michel Le Bris (2007) qu’elles revendiquent un retour de la littérature « vers le monde, le sujet, le sens, l’histoire » et correspondent au mot d’ordre qu’il a toujours mis en avant depuis la création de son « Festival des Etonnants Voyageurs » : « ouvrir la littérature française à tous les vents du monde ». Elles sont aussi la dénégation que la France hexagonale puisse être le centre de référence de la francophonie pensée comme catégorie institutionnelle de la littérature d’expression française d’Outre-Hexagone.

Ces manifestes, pour signer l’acte de décès de la « francophonie » comme critère de périodisation, prétendent remplacer ce concept par celui de « littérature-monde en français ». Il est bien vrai, lorsqu’on a un regard sur l’histoire des idées dans le monde, que les concepts qui permettent de penser ce monde ne sont ni stables ni éternels ; et cela est vrai aussi dans le domaine de la création littéraire. Ces concepts naissent à certaines époques, vivent et meurent enfin, lorsque l’évolution du contexte fait qu’ils ne sont plus opérationnels. Ils sont « dépassés » comme on dit et un autre concept vient alors prendre leur place, mieux adapté à la réalité contemporaine. Cela ne veut pas dire pour autant que ceux qui sont mis au rancart n’ont pas été pertinents et n’ont pas joué un rôle culturel positif à un certain moment de l’histoire. Si on les abandonne, ce n’est pas tant pour leur fausseté intrinsèque essentielle, les hommes d’une époque s’étant trompés en s’y référant, que parce qu’ils ne sont plus adaptés à une situation nouvelle.

Payons-nous le luxe d’une petite digression. Le concept si décrié de « négritude » par exemple, qui a joué un rôle important dans la création littéraire noire d’expression française, est certes un mythe créé par ses concepteurs car il n’y a bien évidemment pas d’essence nègre de toute éternité pas plus qu’il n’y a une essence blanche ou jaune… Il n’empêche que ce mythe a eu une fonction culturelle capitale en proposant une conscience identitaire à des peuples disparates qui avaient en commun, à une certaine période de l’histoire, d’être en butte à la colonisation, à l’exploitation, à la ségrégation. Lorsque ces peuples ont conquis une certaine reconnaissance mondiale, le mythe n’a plus eu lieu d’être et il est tombé en désuétude.

Peut-être va-t-il en aller de même de la notion de « francophonie ». Je suis loin d’être persuadé quant à moi qu’il y ait une « essence » propre à la littérature « francophone » prétendument distincte de la littérature française, dont la spécificité consisterait, comme on le croyait dans les années soixante-dix, à revendiquer une identité de terroir dans un français lui-même marqué par ce terroir. Toutefois, cette catégorie « francophone » pour la périodisation de la littérature mondiale a certainement eu son utilité à une époque où bien des auteurs d’Outre-Hexagone s’exprimant en français entendaient néanmoins se démarquer de la culture française et de ses valeurs. Maintenant que, grâce à eux, a été reconnue dans l’opinion mondiale la dignité des cultures des différents territoires où est parlé le français, plus n’est besoin que le sujet des œuvres littéraires venant de ces territoires continue à ressasser la revendication de cette dignité, acquise aujourd’hui comme une évidence. C’est ce qui rend en partie caduc le concept de « francophonie littéraire » comme outil de périodisation et ce qui explique la revendication de son remplacement par celui de « littérature monde en français » signifiant que les écrivains catégorisés jusqu’ici comme « francophones » entendent désormais ne pas se sentir prisonniers d’une quelconque origine ethnique, mais ouverts à tous les courants culturels d’où qu’ils viennent.

Pertinence d’une « littérature monde en français » 

On peut en effet s’interroger pour finir sur la signification de cette notion de « littérature monde » telle qu’elle est utilisée par les signataires du manifeste. Ce n’est certes pas une expression nouvelle. On se souvient par exemple de la « Welt Literatur » à la fin du siècle des Lumières. Mais ce que Goethe appelait « Welt Literatur » était surtout le Panthéon des grands chefs d’œuvre de l’humanité, dans l’héritage direct des idées du classicisme : au-delà des habillages culturels d’époques ou de territoires, en profondeur, le propre de ces grands chefs-d’œuvre classiques était, pensait-on, d’atteindre à l’universel et par conséquent d’exprimer des valeurs susceptibles de toucher des hommes de tous les temps et de tous les pays.

Le sens contemporain dans lequel le monde anglo-saxon use de l’expression « World Literature » est un peu différent. L’universalité n’est plus une qualité du classicisme, dans sa capacité à fouiller l’homme en profondeur, elle est une donnée objective du social et partant du socioculturel. Les nouveaux modes de communication permettent d’appréhender la production littéraire à l’échelle planétaire et si les références ethnolinguistiques ou ethno-nationales des littératures ne sont pas déclarées totalement obsolètes, il est néanmoins possible, à côté d’elles, d’embrasser dans sa globalité une littérature mondiale que la multiplication généralisée des traductions rend disponible à tout un chacun où qu’il se trouve. A preuve, les consécrations internationales que cette production peut recevoir, dont le prix Nobel de littérature reste l’exemple le plus éclatant.

Le sens de la formule « littérature monde en français » telle que l’ont employée les signataires du manifeste de 2007 est sans doute plus proche de cette seconde acception, mais il faut cependant considérer l’expression dans son ensemble. La présence du déterminant « en français » a en effet son importance. Elle concède qu’un champ de production littéraire peut certes être déterminé par une langue qui lui confère une certaine identité. Mais elle affirme dans le même temps que la construction de cette identité n’est pas obligée de se faire exclusivement à l’intérieur de ce champ linguistique et encore moins en prenant comme référence hypotextuelle privilégiée sa prétendue métropole qui d’ailleurs ne l’est peut-être plus tant que cela. Héritière du concept déjà ancien, mais nullement désuet, d’intertextualité, qui veut que toute création littéraire se fasse par rapport à une multitude de références textuelles, conscientes ou inconscientes, cette expression suggère qu’à notre époque de mondialisation, des complicités littéraires peuvent se construire, des affinités s’établir, via les traductions, en s’abreuvant à toutes les sources du monde, au-delà des langues particulières. On peut donc, à mon sens, sans honnir pour autant la « littérature francophone » qui a eu son utilité historique, accueillir la notion de « littérature monde en français » comme un nouvel outil heuristique pour la périodisation littéraire.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

similaire:

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconQuelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde»
«francophone» qui semble manifester aujourd’hui la plus grande vitalité, comme en témoigne l’attribution des prix littéraires de...

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconAutour de l'enfant en fin de vie. Expériences et réflexions dans le Nord-Pas-de-Calais

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconQuelques réflexions sur la démocratie socialiste
«l'Internationale et la Guerre» a le grand mérite de solliciter la «discussion internationale»

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconLe terme d’aménagement du territoire est apparu en France pour la...
«Paris et le désert français». L’auteur y dénonce l’ultra polarisation de la France autour de sa capitale et l’abandon des provinces....

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconProgramme de géographie
«filer» une étude de cas sur le thème suivant dans le cadre d’une progression simplifiée autour de quelques exemples

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» icon«Quelques-uns estiment qu'il y a du retardement.»
«mille ans comme un jour» quand IL s'agit des limites de sa patience envers le monde

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconLe reaap de la Seine Saint Denis s’est constitué en 1999. IL s’intègre...
«culture» de valeurs communes autour de la notion de parentalité permettant ainsi aux professionnels, associations et institutions...

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconFreud, la polémique. Une tribune d’Elisabeth Roudinesco

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconJewish Francophonie: Culture and Literature

Quelques réflexions autour de la polémique «francophonie-littérature monde» iconUn projet de loi sur l'édition fait polémique à Alger






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com