Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein.





télécharger 191.12 Kb.
titreRésumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein.
page3/4
date de publication17.10.2016
taille191.12 Kb.
typeRésumé
d.20-bal.com > littérature > Résumé
1   2   3   4

Une première analyse de ces indicateurs suggère que le réseau généré par l’intervention de la structure de gouvernance du pôle présente des traits spécifiques, différents de celui issu de l’interaction spontanée des membres du pôle de compétitivité. Plus précisément, nous voyons que la taille, la densité et la cohésion au sein du réseau augmentent dès lors que la structure de gouvernance du pôle s’implique dans la création et la dynamisation du réseau collaboratif d’innovation. En effet, la densité augmente de 33% passant de 0.0107 à 0.0142, alors que la taille de la composante géante augmente elle-aussi de 27%. Il est intéressant également de noter que si la taille de la composante géante augmente, les acteurs ne s’éloignent pas pour autant les uns des autres, puisque la distance géodésique moyenne diminue elle-aussi, témoignant là encore d’une amélioration de la cohésion au sein du réseau suite à l’intervention e la structure de gouvernance du pôle. Nous validons donc l’hypothèse 1 et l’hypothèse 2. Ce résultat semble encourageant pour l’innovation au niveau méso-économique du pôle de compétitivité, puisque depuis les travaux de Coleman (1988) relayés plus spécifiquement sur les thématiques d’innovation par Powell et al. (1996), Gulati et Gargiulo, (1999) ou encore Ahuja (2000), les réseaux dans lesquels les acteurs sont très fortement inter-connectés sont présentés comme étant de véritables accélérateurs de l’innovation.

Mais qu’en est-il de la position des acteurs au sein du réseau ? Les tableaux 3 et 4 nous présentent les acteurs clés des réseaux d’innovation que nous avons construits, en se basant tout d’abord sur la centralité de degré (tableau 3) comme indicateur de pouvoir, puis en analysant la position des membres du réseau en termes de centralité d’intermédiarité (tableau 4).

Tableau 3 : Acteurs clés du réseau - classement par centralité de degré décroissante

SPVF

APVF



Organisations

Degree



Entreprises

Degree




FAURECIA

7




FAURECIA

8




UFC

6




FAM AUTOMOBILES

7




DPS

5




UFC

7




MFQ FRANCHE-COMTE

5




MARK IV SYSTEMES MOTEURS SAS

6




TDC

5




CLEMESSY

5




BMW GROUP FRANCE

4




DPS

5




FAE

4




FAE

5




PROTECHNIC

4




INEVA-CNRT

5




SCHAEFFLER FRANCE

4




MFQ FRANCHE-COMTE

5




SIDEO BEDEVILLE

4




TDC

5




CLEMESSY

3




UTBM

5




INEVA-CNRT

3




BEHR FRANCE

4




INRETS

3




BMW GROUP FRANCE

4




MARK IV SYSTEMES MOTEURS SAS

3




MAIA ENTREPRISES

4




UTBM

3




PROTECHNIC

4

En gras : les acteurs qui ne figurent pas dans le top 15 des acteurs les plus centraux lorsqu’on n’intègre pas l’intervention du pôle ; En italique : acteurs qui disparaissent du top 15 des acteurs les plus centraux lorsqu’on introduit le pôle.

Nous pouvons voir que si l’on se positionne à un niveau plus micro-économique, les résultats de notre analyse de réseau suggèrent que la structure du pouvoir au sein du réseau d’innovation du pôle est modifiée par l’intervention de la structure de gouvernance dans le pilotage de l’innovation au sein du pôle. En effet, on remarque que les participants au réseau ayant le plus grand nombre de liens directs au sein du réseau, et ceux bénéficiant d’une position d’intermédiaire clé au sein du réseau ne sont pas les mêmes selon que l’on considère uniquement les liens créés sans l’intervention du pôle ou que l’on intègre les collaborations fruits de l’activité de courtage (Snow et al., 1992) de la structure de gouvernance. Notre hypothèse 3 semble donc vérifiée.

Plus précisément, sur la base du tableau 3, on peut observer que parmi les 15 acteurs les plus centraux du réseau, 3 changent d’identité selon que l’on considère ou non les liens issus de l’intervention du pôle, les 12 autres voyant leur position dans la hiérarchie bouleversée (à l’exception du leader). Ces indicateurs démontrent donc bien comment la structure de gouvernance du pôle, par son intervention, agit sur la distribution du pouvoir entre les membres du réseau d’innovation du pôle. Néanmoins, il est fort intéressant de noter que le leader, qui conserve sa position, n’est autre qu’un grand équipementier automobile de rang 1, suggérant ainsi que même si la structure de gouvernance du pôle, par ses actions en faveur de la mise en réseau des acteurs, joue un rôle dans le pilotage des réseaux créés, ces derniers continuent de conserver une forme de type focale prévalant avant l’avènement du pôle.

La lecture du Tableau 4 comparant la centralité d’intermédiarité des différents acteurs, confirme que la structure de gouvernance transforme l’organisation des flux de connaissances au sein du réseau d’innovation. Deux universités (UTBM et UFC) semblent particulièrement tirer parti de cette ré-organisation, puisqu’elles se voient être sur le chemin d’un nombre grandissant de flux de connaissances potentiels, comme en témoigne l’augmentation significative de leur centralité d’intermédiarité. C’est donc grâce à leur positionnement clé en tant que gatekeeper entre différentes communautés innovantes que celles-ci permettent au réseau de s’élargir. Au contraire le constructeur automobile local voit sa position stratégique se réduire. Ces deux éléments apportent une première validation de l’hypothèse 4.

Tableau 4 : Acteurs clés du réseau et leur centralité d’intermédiarité








Betweenness



Organisation

SPVF

APVF

109

UTBM

3,586

13,738

107

UFC

3,198

12,746

8

ALSTOM TRANSPORT

3,074

11,427

99

SMARTESTING

1,304

9,688

21

CLEMESSY

0,295

8,337

55

INRETS

0,621

6,738

39

FAM AUTOMOBILES

0,466

6,19

105

TDC

2,81

6,039

40

FAURECIA

3,175

5,644

56

INSA

0,9

3,905

41

FAE

0,419

3,26

54

INEVA-CNRT

0,916

2,562

16

BMW GROUP FRANCE

0,419

2,469

27

DPS

3,152

2,458

15

BEHR FRANCE

0

2,057

66

MARK IV SYSTEMES MOTEURS SAS

0,008

1,685

108

UHA

0,9

1,646

13

AST

0,9

1,255

87

RHENAPHOTONICS ALSACE

0,466

0,838

57

IREPA LASER

0,466

0,396

84

PSA

1,304

0,331

65

MAIA ENTREPRISES

0

0,093

24

COOLTECH

0

0,023

6

ALLRIM

0

0,016

En gras : ceux dont l’intermédiarité a augmenté suite à l’intervention du pôle

En italique : ceux qui ont vu leur intermédiarité diminuer.
Si l’intervention de la structure de gouvernance transforme la structure du réseau d’innovation et la position des membres de ce réseau, il nous reste à analyser si la géographie des liens et la nature des liens sont elles-aussi expliquées par la plus ou moins grande implication du pôle. Le tableau 5 résume les résultats de nos régressions logit à ce sujet.

L’analyse du tableau 5 nous apprend que l’intervention du pôle, si elle tend à concentrer les échanges de connaissances dans les régions d’implantation du pôle (comme en témoigne le signe positif de la variable Pôle) ne joue pas un rôle significatif dans l’explication de la géographie des collaborations développées (coefficient non significatif au seuil de 10%). Nos résultats suggèrent que l’un des principaux déterminants de la géographie des liens réside dans l’activité des acteurs, les membres du réseau les plus impliqués dans le secteur automobile, développant des collaborations avec des partenaires localisé hors de la région (comme le montre le coefficient significatif associé à la variable Auto). De plus, les acteurs tendent à développer des relations de proximité avec les acteurs centraux du réseau (cf le signe de degree 2). En d’autres termes, l’intervention de la structure gouvernance n’a pas d’impact significatif sur l’étendue géographique du réseau (ce qui vient fragiliser notre hypothèse 2).

Tableau 5 : Synthèse des résultats des modèles logit (significativité entre parenthèses)




Geo

Mixte

Pôle

+

+

Taille

-

+

Auto

- (***)

-

Degree 1

-

- (***)

Degree 2

+ (***)

+

Inter 1

-

+ (***)

Inter 2

+

+

Mixte

+

/

Nb obs

95

95

LR Chi 2

32.94

15.76

Pseudo R2

0.25

0.12

De même l’intervention de la structure de gouvernance ne semble ni encourager ni dissuader de manière significative la mixité des partenariats en matière d’innovation. La gouvernance n’a donc pas d’impact clair sur le contenu cognitif des liens collaboratifs. Par contre, il apparaît que les acteurs les plus centraux dans le réseau ont tendance à collaborer avec des partenaires de même nature qu’eux (soit des entreprises avec des entreprises, soit des universités avec des universités). Si les acteurs les mieux connectés (de façon directe) le sont à des acteurs qui leur ressemblent, ceci suggère que ceux-ci s’investissent avant tout des relations de type « strong ties » (par opposition aux weak ties de Granovetter, 1973). A l’inverse, les acteurs intermédiaires du réseau, sont ceux qui expliquent la formation de collaborations mixtes (cf le coefficient de la variable inter 2), de liens faibles. Ces acteurs apparaissent donc comme jouant le rôle de traducteur (Callon, 1980 ; Burt, 2004) entre des communautés fortement intra-homogènes mais soufrant de distance cognitive et organisationnelle fortes (Dasgupta et David, 1994 ; Noteboom, 2000).
1   2   3   4

similaire:

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconRésumé : Dans cet article, nous introduisons la technique des réseaux...

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconL’usage abusif des réseaux sociaux numériques
«amis». Parmi les plus utilisés, IL y a MySpace, Twitter et Facebook qui est le numéro 1 des réseaux sociaux sur Internet. IL permet...

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconCompte-rendu du vendredi 02 juin 2017
«Aep réseaux» Extension, renouvellement et renforcement des réseaux d’alimentation en eau potable dans diverses communes, une subvention...

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconUne approche générale : du réseau aux réseaux
«du réseau aux réseaux» pour bien signifier, d’entrée de jeu, que le réseau n’existe pas mais qu’il y a une grande diversité de réseaux...

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconCharte d'usage de l'Internet, des réseaux et des services multimédias au sein de

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconRésumé : la présente contribution discute les théories de la crise...
«rigidités» de l’Etat social, mais aux effets pervers des politiques néo-libérales dont l’impact sur les formes de contrôle de l’investissement...

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconRésumé Cet article aborde la question de la nouvelle gouvernance...
«un ordre inventé», résultant de la confrontation de l’économique et du politique. (Donzelot, 1984; Castel, 1995)

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconArticle 7 : Equipement des réseaux d’électricité, de gaz et de chaleur en compteurs

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. icon12 Conseil Montpelliérain
«Facebook» et autres réseaux sociaux, dont beaucoup n’ont sans doute pas estimé le pouvoir de mobilisation

Résumé Cet article questionne l’impact du mode de gouvernance des réseaux d’innovation sur la forme de ces réseaux et la répartition du pouvoir en leur sein. iconDroits, devoirs et libertés en informatique et sur les réseaux
«Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com