2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement





télécharger 386.05 Kb.
titre2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement
page7/8
date de publication01.10.2019
taille386.05 Kb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5   6   7   8

III-RELATION AVEC LA POPULATION



La population constitue le centre d’intérêt de l’activité du policier municipal. Il s’agit à son profit et, par voie de conséquence, il exerce ses fonctions au milieu d’elle. Cette position du policier au sein de la population lui impose des obligations d’attitude et de comportement, notamment l’indépendance et la dignité de vie sans lesquelles il ne peut obtenir :

-autorité

-considération

-confiance
Règles générales.
Il n’existe pas de règles proprement dites pour définir les relations Police Municipale/Population. Toutefois, l’expérience prouve que le respect de certains principes facilite toujours les contacts.
-Ayez de la mesure, cantonnez-vous dans un juste milieu. Devant un individu excité restez calme ; mettez en confiance un timide.

-Respectez les croyances, les coutumes.

-Respectez également les opinions exprimées, même si vous ne les partagez pas.

-Ne compromettez pas votre indépendance en prenant position sur des questions politiques ou religieuses.

-N’abusez pas de l’autorité qui s’attache à vos fonctions. Restez humain et accessible.

-Protégez, aidez, secourez qui en a besoin. Ce sont vos missions les plus importantes, celles qui font l’unanimité dans l’intérêt général : celui de la population, le vôtre et celui de la ville que vous représentez.

-Enfin, sachez restez discret. (Vous êtes d’ailleurs tenu au secret professionnel)


A- ACCUEIL D’UNE PERSONNE AU POSTE DE POLICE


Levez-vous pour l’accueillir.

-Si vous ne pouvez vous occuper d’elle sur-le-champ, et si votre intervention immédiate n’est pas nécessaire, demandez-lui alors de patienter un court moment.

-Et, en ce cas, invitez-la à s’asseoir.

« Excusez-moi, Monsieur (Madame) un travail urgent à terminer. Je m’occupe de vous dans quelques minutes ; veuillez vous asseoir en attendant… »

-Mais hâtez-vous réellement, c’est très important. Un visiteur doit être considéré comme prioritaire dans un bureau de police municipale. Lorsque vous pouvez vous occupez de lui, que votre courtoisie et l’affabilité de votre accueil se remarque afin d’établir un climat de confiance.

-Ne l’obligez pas à vous faire une confidence en public si elle manifeste quelque répugnance à parler en présence de tiers. Si vous n’éloignez pas les importuns, vous risquez fort de la voir repartir sans avoir révélé de ce qu’il était dans ses intentions de vous dire.

-Arrêtez de mastiquer votre chewing-gum ; c’est un spectacle affligeant et incorrect qui, par ailleurs, gêne l’élocution.
Faites-lui décliner son identité.

-Il faut que vous sachiez à qui vous avez affaire ;certaines personnes ne songent pas à se présenter.
Renseignez-la complètement.

-Ayez la patience d’attendre qu’elles finissent d’exposer le motif de sa venue.

-Sachez écouter sans manifester de réactions, mais posez les questions nécessaires à votre complète information.

-Et alors n’hésitez pas à compulser – sans bougonner – vos documents, tous vos documents, afin que le renseignement fourni soit exact et complet. Assurez-vous que les explications données ont bien été comprises.

-Une fois l’affaire terminée, reconduisez la personne et le cas échéant, remerciez. Si on est dérangé, si on a pris sur son temps pour venir d’initiative renseigner le poste, il est normal de faire connaître à l’intéressé l’intérêt que l’on a pris à sa communication.
Si l’affaire n’est pas de votre compétence ou si vous n’êtes pas certain de la conduite à tenir :

-Adressez-vous à votre supérieur hiérarchique.

-Exposez-lui rapidement et clairement les faits. Il vous donnera ses directives ou recevra lui-même le visiteur pour régler la question.

-Dans ce cas, amenez-lui le visiteur et présentez-lui.

-Si le visiteur veut parler au chef de police :

-Renseignez-vous d’abord pour savoir si votre chef peut recevoir ce visiteur.

-Dans l’affirmative, amenez-lui et présentez-lui le visiteur.

-Si le chef n’est pas là, prenez note de la visite.

-

La nuit :
Un appel au poste de police – quel qu’en soit le motif – est une marque de confiance qu’il ne faut jamais décevoir.

-Répondez à l’appel le plus rapidement possible et surtout gardez-vous de maugéer contre l’heure indue.

-Si une personne se présente au poste ou au téléphone pour signaler un fait, un accident, demander du secours…(Aviser le cas échéant la police Nationale)
B-LES NOTIFICATIONS ET AUTRES…


Ce contact de service peut toucher toutes les classes sociales de la population. Mais cette diversité des milieux restent sans influence sur l’attitude du policier qui doit, quelque soit sa qualité de son interlocuteur, faire montre de la politesse, de même courtoisie, de la même correction d’attitude et de langage.

-Ne criez pas d’un trottoir à l’autre pour interpeller.

-Que vos premières paroles soient pour vous excuser de l’interpellation et du dérangement causé.

-Dès que vous êtes introduit dans l’habitation, exposez succinctement les motifs de votre visite. Il est nécessaire que l’interlocuteur soit au courant de vos intentions afin qu’il répondre en toute connaissance de cause.

-Si l’on ne vous offre pas un coin de table et un siège pour compulser votre dossier et écrire (ce qui est rare) , ne réclamez pas impérieusement, n’exigez rien, mais pensez plutôt aux nombreux motifs qui peuvent expliquer cette attitude :

La table est peut-être occupée ;la pièce où elle se trouvent est peut-être en désordre et la maîtresse de maison serait gênée de vous y introduire ; etc

-Ne forcez pas les portes, sachez demeure discret.

-Enfin n’oubliez pas que la visite des policiers peut susciter des commentaires de voisinages parfois gênant pour la personne.
C-LES GENS DU VOYAGE


Les populations désignée sous le nom de « gens du voyage » ou « nomade » comptent des représentants de races différentes : bohémiens, gitans, romanichels, … caractérises par un instinct commun de nomadisme.

Les policiers municipaux appelé par ses fonctions à avoir des contacts fréquents avec la population nomade doivent s’inspirer des principes suivants :

-Le nomade n’est pas l’ennemi déclaré du policier et il ne doit pas faire systématiquement l’objet de mesures policières discriminatoires, ou vexatoires.

-Il doit être traité d’une manière équitable, répondant à sa personnalité et à sa mentalité profondément différentes de celle du reste de la population et dont le policier doit tenir compte.


D-INCIDENT


En cette circonstance, restez calme, même si votre interlocuteur se montre mal disposé.

Ce n’est pas par l’arrogance de votre attitude ou le ton brutal de vos propos que vous mettrez fin à un incident, au contraire. Vous détenez une part de l’autorité, c’est plus que jamais le moment de vous montrez digne.
-Ne haussez pas le ton.

-Evitez l’ironie.

-Ne discutez pas ; n’essayez pas de raisonner ou de convaincre, ni même de vous justifier.

-Essayez d’adopter une attitude qui ne puisse être interprétée comme une menace ou une marque de faiblesse.

-Rappelez vous, par ailleurs, que lorsque vous présentez votre carte professionnelle de police, vous devez la montrer fermée et ne vous en dessaisir en aucun cas.

-Vous n’êtes pas tenu de déférer aux injonctions d’une personne qui veut connaître votre nom.

-Ne provoquez pas l’outrage en excitant la colère d’un individu.

-Mais si des outrages caractérisés vous sont adressé, agissez sur-le-champ en relevant le délit. (Si la personne refuse de justifier de son identité – parfois délicat de la demandée – avisez la police nationale qui vous indiquera la conduite à tenir)

Au retour du service, rendez compte à votre chef, si minime soit-il.


E-LES CONTREVENANTS


On classe dans cette catégorie toute personne qui commet une infraction sans gravité en ne respectant une loi ou un arrêté.

Ces personnes ne sont pas des malfaiteurs et en conséquence votre attitude, pendant toute la durée de l’intervention, ne doit en aucun cas se départir de la plus grande correction :

-Conservez une attitude policière et saluez-le cas échéant.

-Dès l’interpellation, éclairez-le sur le motif de votre intervention :
«Bonjour monsieur, Police Municipale de ……, j’ai constaté que vous téléphoniez en circulant. C’est une infraction au code de la route, je vous dresse donc un procès-verbal. »

 

« Monsieur, je constate que vous vous livrez à l’exercice de la pêche sans être titulaire d’une carte de membre adhérent d’une société de pêche agrée. C’est une infraction et je vous dresse procès-verbal. »
-Une fois l’infraction précisée, ne vous lancez pas dans des commentaire superflus. Ne vous posez pas en moralisateur.

-Demandez poliment la production d’une pièce justificative d’identité ; le cas échéant ; de toutes autres pièces exigibles dans le cas considéré.

Exemple :

« Veuillez, je vous prie, me présenter les pièces nécessaire à la conduite et à la mise en circulation de votre véhicule : permis de conduire, carte de grise, et attestation d’assurance… »

-Remerciez en prenant possession des pièces présentées.

-Relevez avec un maximum de célérité les renseignements qui vous sont nécessaires. Ayez le souci de retenir le moins longtemps possible l’intéressé.

-Ne soyez ni suffisant, ni cassant, ni ironique.
L’arrogance de votre attitude ou le ton brutal de vos propos ne vous imposeront pas davantage, mais créeront très rapidement un climat désagréable qu’il importe justement d’éviter.

-Pour écrire, installez-vous dans votre propre véhicule et non dans celui du contrevenant. Ne prenez pas non plus le capot ou le toit comme pupitre.

-Remettez au contrevenant les pièces confiées à votre examen, en le remerciant.

-Prenez congé poliment et saluez le cas échéant.

-Si le contrevenant est un usager de la route, n’oubliez pas de l’aider, sans risque, à reprendre sa place dans le courant de circulation.

Quelques conseils qu’on ne répétera jamais de trop :
Quiconque vient de se faire interpeller par un agent de l’autorité pour une infraction commise éprouve, en règle générale et de façon quasi instantanée, une réaction émotive qui modifie notablement son comportement. Le policier municipal doit connaître ce phénomène afin de rester maître de la situation.

-L’homme poli peut devenir grossier.

-L’affable, bourru, voire agressif.

-Le patient, impatient.

-Le calme, excité.

-Le tolérant, intransigeant.

-Le timide, trop hardi.

En tant qu’agent de l’autorité, votre propre comportement doit donc s’adapter pour rétablir l’équilibre des relations.

Soyez :

-Poli

-Affable

-Patient

-Calme

-Tolérant

-Et en toutes circonstance, même lorsque vous réprimez, montrez-vous compréhensif.


F-LES MALFAITEURS


On désigne notamment sous le nom de malfaiteurs, les individus :

-Surpris en flagrant délit de crime ou de délit grave,

-Répondant au signalement d’individus recherchés parce qu’étant les auteurs de méfaits graves, et signalés dangereux.

Dans le cas de la police municipale, nous agissons dans la plupart des cas en flagrant délit : article 73 du code de procédure pénale.
L’interpellation d’un malfaiteur vise à un triple but :

Le neutraliser ;

S’assurer de sa personne ;

Le conduire devant l’OPJ le plus proche.
Il n’est pas question d’échanger des politesse mais de s’imposer à un individu prêt à tout pour se soustraire à l’action de la justice.
En conséquence, il est ordonné d’agir toujours conformément aux instructions données dans la documentation technique.
-On est seulement prudent en enchaînant réglementairement un délinquant afin qu’il ne puisse se soustraire à votre garde.

-On est toujours ridicule lorsqu’un délinquant prend la fuite parce qu’on n’a pas pris les mesures de sûreté nécessaire.

-Il est opportun de préciser que si l’emploi des armes est une mesure salutaire, il importe que le policier n’en use qu’avec discernement et jamais par manque de sang-froid ou de vigilance. Rappelez-vous de temps en temps les conditions de la légitime défense.

-Enfin un malfaiteur est néanmoins un être humain et un policier ne saurait permettre qu’il soit maltraité.

G-LE SERVICE AU TELEPHONE


Les qualités du policier municipal au téléphone.
Le policier téléphoniste exécute un service, aussi important que tout autre, et qui nécessite, outre des qualité, un état d’esprit particulier.
Le policier doit notamment :
-savoir écouter

-être capable d’enregistrer convenablement les termes d’une communication téléphonique :

Pour ce, ne pas être seulement « réceptif », mais également « actif » en cherchant à comprendre, e posant les questions nécessaires pour faire préciser l’objet de la communication ou obtenir des détails supplémentaires à son exploitation.

-être simple et bref.

Pas de bavardage inutile, pas de digression ; pas d’affaire personnelles et privées.

-faire preuve de savoir-vivre, être courtois.

Etre plutôt réservé qu’exubérant.

Rester prévenant et agréable sans tomber dans l’excès.

Utiliser un langage correct, sans trivialité ni plaisanterie.

Parler distinctement et calmement.

Sur un ton normal(ni hurlement ni chuchotement)

Laisser à un supérieur ou à une personnalité l’initiative de la fin de communication.

Prendre toujours congé sur une formule de politesse.

-Etre discret :

Le téléphone est un moyen de liaison indiscret.

-Etre prêt, matériellement, à noter l’objet de toute communication reçue :

Pour ce, savoir obtenir le silence ambiant pour ne pas être dans l’obligation de faire répéter son interlocuteur ou de hurler dans le micro pour se faire entendre.

Avoir à sa disposition et à portée de la main du papier brouillon, un stylobille, une montre, etc.


1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconPortant statut particulier du cadre d’emplois des cadres de santé...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconLe recrutement académique dans le cadre
«lru» sur le recrutement (et donc la disparition des commissions de spécialistes) entrent en vigueur dès lors que l’Université a...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconFonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (rifseep)...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement icon01/01/2016 pour les agents de catégorie b et les agents relevant des cadres d’emplois de

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconLe formulaire dc2 est un modèle de déclaration qui peut être utilisé...
«marché public» recouvre également les accords-cadres s’exécutant par la conclusion de marchés subséquents ou par l’émission de bons...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconSommaire derrière l’annonce l’embauche de 45 000 «emplois de vie...
«contrats d’accompagnement à l’emploi» ou «contrats d’avenir». Parmi ces 45 000 emplois, 27 000 sont en effet la reconduction de...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconNouvelle publication – Actualité Conseil des ministres du 6/03/13
«auditeurs libres» lors des séquences de négociation au sein de l’entreprise, inclure la prise en compte de critères de performance...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement icon3- réforme du cadre d’emplois : les ingénieurs territoriaux s’impatientent
...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconPromotion interne généralités
«note éliminatoire» existe également dans la plupart des textes réglementant l’accès aux cadres d’emplois territoriaux par promotion...

2- les cadres d’emplois du pm le cadre juridique b- le recrutement iconCertificat essec les fondamentaux de la gestion de patrimoine Séminaire...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com