1/ Rapport d'introduction de f legrand





télécharger 191.99 Kb.
titre1/ Rapport d'introduction de f legrand
page4/6
date de publication10.10.2019
taille191.99 Kb.
typeRapport
1   2   3   4   5   6

La proposition que l’on peut retenir par l’atelier c’est d’aider que cela devienne une pratique courante de vie syndicale par le biais du référent de la CN avec en support le collectif orga/vie syndicale de l’UFR, cela mérite d’être mis à l’ordre du jour de nos réunions régionales après la conférence.

Sur la continuité actifs retraités, nous avons progressé ensemble SD et sections :

  • Sur la prise en compte de l’enjeu de la continuité actifs retraités dans toute la fédération

  • Sur le comment faire, dans les syndicats avec ses collectifs, ses sections d’actifs, sa section UFR, avec des exemples de mise en œuvre concrètes :

Comme les plans de travail à partir des fichiers informatiques de la continuité des 57 ans et plus, à l’exemple de l’Ile de France et du 93

A partir de véritables projets de syndicalisation comme dans l’Hérault et d’autres départements.
Des projets de syndicalisation qui ont été travaillés à partir  d’une partie ou de la totalité des éléments suivants dans les syndicats et sections UFR :

De la composition de la géographie syndicale retraitables dans le SD par section et par bâtiment et services :

-Nom et coordonnées, mail, tél, date de naissance, date d’entrée dispositif aménagé, date d’entrée temps libéré du retraitable syndiqué

-Nom et coordonnées du responsable de section de rattachement du retraitable

  • Avec l’organisation d’action de renforcement :

-Par contact individuel

-Par proposition de stage retraite

-Construction de cahier revendicatif retraitables (gagner l’adhésion des retraitables demande que l’on soit à l’écoute de leurs revendications comme par exemple sur Toulouse Télécom)

-Animation pot de départ CGT

-Invitation en début d’année de la continuité réalisée par la section

  • La définition d’objectif croisée entre SD section d’actifs et retraités :

-Etablissement de fiches navette 

-Répartition des tâches, qui fait quoi 

-Calendrier et étape intermédiaire

-Bilans réguliers

Quel objectif doit se donner la conférence :

- Etre en capacité au dernier départ en retraite des 11 000 camarades de donner le bilan exact de la continuité réalisée, avec autant de bilans intermédiaires que nécessaire.

Quelle méthode de travail pouvons-nous décider :

Notre géographie syndicale retraitables informatisée par département des plus de 57 ans identifie le nom, la date de naissance du camarade, l’adresse du domicile et si le camarade est de la Poste ou d’Orange « Il nous reste » à compléter la date d’entrée envisagée de la retraite, du TPS, du TPAS, du temps libéré, la responsabilité syndicale du camarade, a-t-il suivi le stage retraite, reçoit-il la communication UFR et enfin l’apogée, la mutation réussie dans la section des retraités.

Cette trame commune de travail, de plans de syndicalisation qui demandent à être amendés et validés, pourraient être partagée par l’ensemble de nos structures, cela demande bien sûr à être travaillé ensemble SD, sections actifs et retraités.
Une 1ère proposition que l’on peut retenir, c’est d’être en capacité de tirer un bilan par région et département au 1er semestre 2016 des 5 000 camarades âgés de plus de 60 ans avec l’aide du référent de la CN et du collectif QVS UFR.

Sur le redéploiement, c’est à dire comment gagner de nouveaux adhérents

Chez les milliers de retraités et retraitables de notre géographie salariale, qu'ils aient été syndiqués ou pas.
Il nous faut réfléchir à être beaucoup plus visible, audible dans notre offre d’adhésion. La question du renforcement de nos sections doit être mise en avant dans toutes nos expressions écrites et publiques.
38 Adhésions cette années au 10 Octobre qui sont réalisées par 28 de nos 104 sections dont 6 par la section des Pyrénées atlantiques sur une géographie salariale de milliers de retraités de nos professions. Nous sommes en difficulté !
Le travail de renforcement par l’adhésion a besoin d’être organisé, suivi, pour être efficace. Notre géographie salariale se doit d’être mieux exploitée.
Dans ces 38 adhésions, un certain nombre ont été demandées. Sommes-nous pas en attente de l’adhésion au lieu de la solliciter. Ne passons nous pas à côté des sympathisants qui signent régulièrement nos pétitions et ou acceptent notre communication et ou qui souscrivent à notre souscription fédérale…faute de sollicitations et de plans de travail adaptés. Comme on propose la pétition, comme on propose le tract, naturellement, on doit proposer l’adhésion.
Facilement, nous avons tous en mémoire la dernière pétition proposée, le dernier tract ventilé, ensemble essayons de nous remémorer la dernière fois où on a proposé l’adhésion, la dernière adhésion réalisée, c’est plus difficile.

Notre offre d’adhésion est trop souvent incomplète, on fait adhérer à nos propositions, en omettant souvent, l’essentiel faire adhérer à nos organisations.
C’est pourquoi on propose de valoriser les sections qui se renforcent aussi par l’adhésion, mettre en œuvre une communication spécifique vie syndicale, donner à voir des exemples significatifs de renforcement, en mettant en avant la démarche de nos sections comme le PA. Comme il est tout aussi essentiel de valoriser le camarade qui nous rejoint comme le font certaines sections par un mot de bienvenue envoyé, peut-être ailleurs, notre UFR pourrait s’adresser aussi à chaque nouvel adhérent.

Sur la continuité militante, notre géographie syndicale fédérale comptabilise 11000 camarades âgés de 57 ans et plus dans une fédération qui compte au 30 septembre 2015 42 874 adhérents. On mesure de suite la conséquence, des départs massifs de camarades, aujourd’hui en responsabilité syndicale, la rupture de la continuité militante dans beaucoup de directions de sections d’actifs et retraités :
Que l’on peut subir, faute de l’appréhender suffisamment en amont, avec des répercussions graves sur notre renforcement et la vie syndicale de nos forces organisées
Ou que l’on peut anticiper. Tout comme la continuité syndicale, la politique des cadres syndicaux dans nos syndicats et sections, doit être mise à l’ordre du jour dans toutes nos structures. Nous avons besoin d’une opération vérité, de sensibiliser tout le collectif militant, l’ensemble de nos forces organisées sur l’absolu nécessité de travailler, d’assurer la continuité militante dans nos directions de sections d’actifs et retraités


  • Une opération de sensibilisation de manière à anticiper le départ des camarades et à former les nouveaux responsables

- En travaillant à un état des lieux, recenser le nombre de camarades en responsabilité dans les 11 000 départs

  • En planifiant notre politique de cadres syndicaux, pour ce qui est directement de notre responsabilité l’UFR peut proposer :

- Une démarche de contact individuel. On va se l’avouer, ils sont minoritaires, les camarades retraitables en responsabilité qui ont encore faim et de l’appétit pour une activité militante au moment du passage actifs retraités.

L’intervention d’un camarade et ou du syndicat, de la section est parfois, souvent nécessaire pour convaincre. Avant tout, sur le respect de la liberté de militer autrement à l’UFR, à l’envie, la liberté de militer un peu, beaucoup, passionnément. Après seulement on vient sur le besoin des compétences du militantisme de chacun et chacune pour organiser les retraités dans nos sections UFR. Des sections UFR qui sont bien souvent les plus importantes dans nos syndicats.

- En décidant aussi pour gagner la continuité militante d’une démarche collective avec la proposition de stages de direction de sections UFR.

Nous avons dans toutes nos sections et syndicats des retraités et retraitables en capacité de construire et de porter notre démarche syndicale, avec des syndiqués organisés pour gagner en efficacité. Il nous revient de travailler à former que dans nos sections s’il y a la nécessité de prendre le temps de l’échange, nous devons veiller à la prise de décisions, à leur mise en œuvre et leur suivi. Ces stages de direction pourraient aider nos responsables ou futurs responsables à animer l’action, la qualité et la vie syndicale et la communication de nos sections UFR.
En conclusion, comme le rappelle jean Gasperoni dans son intro, c’est beaucoup de propositions, sans doute beaucoup de boulot, mais connaissant la ténacité et l’efficacité de nos forces militantes, on doit pouvoir y arriver et comme lui j’ai envie de lancer aux adversaires de classe : « le problème ce n’est pas le syndicalisme CGT, c’est la solution »

5/ introduction à la discussion de l'atelier sur l'activité professionnelle et en territoire par Pierre Chevrot
L’activité en territoire est un sujet très important pour la CGT y compris pour l’UCR. En effet l’adaptation du syndicalisme à l’évolution du travail est nécessaire.

L’exploitation des travailleurs est exacerbée par un libéralisme dogmatique et des méthodes de management de plus en plus brutales et organisées.

Une réorganisation des entreprises, un morcèlement des structures, une utilisation très fréquente de la sous-traitance et une mise en concurrence des salariés entre eux aussi bien en France qu’en Europe et dans le monde rendent difficile le contact entre les salariés et donc la syndicalisation. De plus la mainmise de la finance sur l’information ne permet pas une circulation normale de tous les courants de pensées et en particulier de nos valeurs.

La CGT est historiquement organisée sur deux axes, (la double affiliation pour les syndiqués) les territoires avec les UD et les UL d’une part et les métiers avec les fédérations. Une grande partie des forces de la CGT a pour origine de grandes fédérations où l’implantation de la CGT est historique. Du fait de l’évolution de l’exploitation capitaliste (et de façon voulue) ces secteur sont réorganisés et connaissent des baisses d’activité donc d’effectifs (après les mineurs c’est l’industrie et les services publics qui sont attaqués). Cette situation affaiblit la CGT et nécessite une adaptation pour les actifs et aussi pour les retraités.

Les revendications en territoire et hors entreprises sont nombreuses et particulièrement sensibles pour les populations de retraités :

  • L’accès aux soins un besoin essentiel pour toute la population est une revendication primordiale pour les retraités. Surtout qu’il faut que ces soins soient de qualité et à proximité des lieux de vie.

  • La nécessité de services publics de proximité et de qualité n’est plus à démontrer. Que ce soit les services régalien s(justice, police, enseignement) ou industriels et commerciaux (poste, transport, gaz, électricité, maintien de la péréquation tarifaire …etc.).

  • Pour certains la gratuité peut être une revendication raisonnable et réalisable (transport urbain).

  • Il en est de même pour la perte d’autonomie dont la CGT demande la prise en charge par la sécurité sociale.

Pour autant la plus grande source du syndicalisme retraité est la continuité syndicale même si celle-ci n’est pas à la hauteur des besoins. De plus, nombre de revendications restent liées à la profession et la démarche envers les anciens employeurs reste nécessaire. Pour le maintien du bénéfice des services sociaux, pour les maladies professionnelles, la mutuelle. Le salarié n’est pas une matière première jetable lors de son départ à la retraite.

Ces éléments montrent la complémentarité du syndicalisme actif et retraité. La section syndicale des retraités doit travailler avec le syndicat départemental et de même celui-ci doit l’aider en particulier pour la continuité syndicale.

Mais l’activité de la section des retraités ne peut se limiter à la ville principale du département.

  • Comment développer notre activité syndicale ?

  • Comment la porter au niveau exigé par les revendications nombreuses et essentielles à la qualité de vie en territoires tout en s’appuyant sur les points forts de notre organisation ?

  • Et pourquoi pas en profiter pour nous renforcer et obtenir de nouveaux acquis (ou conquis).

La piste d’une activité en territoire est à prendre en compte, (nous avons déjà essayé les réunions décentralisées avec plus ou moins de réussite). Les actions avec les comités de défense de services publics ne doivent pas être négligées. Mais il faut tenir compte de la diversité des régions et départements. Il semble aussi nécessaire de garder le lien avec le syndicat départemental et les sections locales d’actifs (la défense des services publics est de ce point de vue très importante).

Egalité des citoyens devant l’accès au service (transport, santé, communication etc)

L’utilité du syndicalisme retraité et son efficacité ont déjà été démontrées.

Est-il nécessaire de multiplier les structures pour l’améliorer. Nous pouvons certainement améliorer notre façon de militer sans alourdir nos structures et notre organisation. La coopération et le développement de l’action avec l’ensemble des structures doit pouvoir se construire pour améliorer notre efficacité et permettre à nos syndiqués isolés de trouver des collectifs militants proches de leur résidence tout en gardant le lien avec leur section départementale.

Elargir notre activité en utilisant le maillage des UL et les possibilités de l’inter pro est réalisable sans changement d’adhésion, le système cogétise permet le financement de toutes les structures.

6/ synthèse de l'atelier sur l'activité professionnelle et en territoire par Patricia Marion
L’évolution démographique se caractérise par le nombre croissant de retraités dans la société avec plus de 15 millions de plus de 60 ans. Leurs besoins, leurs revendications sont différentes selon que l’espérance de vie en retraite est de 10 ou de 30 ans.

Nous devons pour cela, à la CGT, militer pour construire une société de tous les âges, et insister auprès des actifs sur le renforcement et la nécessité de la continuité syndicale lors du passage à la retraite.

Mener avec force la bataille des idées pour vivre pleinement sa retraite libéré des contraintes du travail salarié :

- D’une part au sein des sections professionnelles pour peser sur nos ex-employeurs

En faisant avancer nos revendications sur le suivi médical post –professionnel par exemple, et la prise en compte des maladies professionnelles, des tms, qui se déclarent bien souvent après le départ à la retraite, sur la prise en charge de notre complémentaire santé,

Les Responsabiliser aussi sur le niveau des pensions conséquence du niveau des salaires, d’où une convergence revendicative avec les salariés en activité

Responsabiliser le patronat en matière de financement de notre sécurité sociale et des activités sociales et culturelles à partir des richesses crées à l’entreprise qui sont aussi celles des retraités

- D’autre part, en menant une activité au sein de l’USR,

Nul n’est besoin d’opposer l’activité au sein de l’UFR et à l’USR bien au contraire, ni de créer de nouvelles structures, il est nécessaire de mettre nos forces en commun, pour une CGT retraités présente et revendicative en territoire pour organiser les retraités isolés en prenant appui sur les structures que nous nous sommes données là où c’est possible, on doit pouvoir utiliser le maillage interpro

Travailler la proximité en développant des collectifs locaux de retraités là où nous disposons de forces

Militer en territoire, c’est intervenir pour un aménagement du territoire pour les besoins de tous avec des services publics de qualité, pour que les nouvelles technologies baptisées « silver économie » répondent aux besoins des usagers en respectant leur autonomie et les règles éthiques sans se substituer aux services de qualité d’aide à la personne

Pour une protection sociale solidaire où chacun cotise en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins

Avec les lois de décentralisation , la formation professionnelle , les transports, l’action sociale , le développement économique, l’aide à l’autonomie , le sport , la culture , etc relèvent désormais des collectivités territoriales dotées de nouvelles compétences

Tout naturellement la CGT a répondu à ces évolutions en optant pour une démarche syndicale en territoire et en décidant d’investir les lieux de dialogue social territorial. Porter des revendications adaptées aux besoins d’une population retraitées très diversifiée suppose de déployer un syndicalisme proche des intéressés et en même temps porteur d’enjeux sociétaux

Les revendications du pouvoir d’achat et du montant des pensions restent essentielles, pour autant notre syndicalisme, en élargissant son champ d’intervention revendicatif doit appréhender tout ce qui fait la vie du retraité dans la société ; Travailler sur les lieux de vie devient incontournable
1   2   3   4   5   6

similaire:

1/ Rapport d\Introduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)

1/ Rapport d\Rapport de fin de mission. Du 11 janvier au 16 juillet 2010 Introduction...
«Bachmann» réservée à la messe, me disait-on, et pour entreposer les corps en cas de coup dur faisant beaucoup de victimes

1/ Rapport d\Rapport d’introduction
«notre», je pense avant tout aux structures de notre fédération du syndicat à la direction fédérale. Je veux dire que ce Conseil...

1/ Rapport d\1. Le milieu carcéral Introduction
«dedans «comme «dehors». C’est à la suite de la publication d’un rapport de 1993 du haut comité de la santé publique soulignant les...

1/ Rapport d\Introduction historique au Droit
«ubi societas, ibi ius». Aujourd’hui, on a l’impression que la globalisation est également juridique en plus d’être économique. Ces...

1/ Rapport d\1. Présentez, brièvement, les objectifs recherchés par une entreprise...

1/ Rapport d\Rapport d’activités Mednet 2012 Introduction Le Groupe Pompidou a...
«renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» pour la période 2012-2014

1/ Rapport d\Rapport parallèle des ong au rapport périodique

1/ Rapport d\Rapport gros-bourdieu rapport lesourne

1/ Rapport d\I introduction






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com