1/ Rapport d'introduction de f legrand





télécharger 191.99 Kb.
titre1/ Rapport d'introduction de f legrand
page5/6
date de publication10.10.2019
taille191.99 Kb.
typeRapport
1   2   3   4   5   6

Certes, on a besoin de maturation sur le sujet, et le retraité comme le salarié doit trouver un intérêt à être syndiqué

Informer les syndiqués ce n’est pas suffisant il faut qu’il devienne acteur de ses revendications au niveau local

Ainsi les retraités doivent être organisés pour agir en proximité, pour cela il nous faut déjà rompre avec l’isolement et le repli de bon nombre de retraités syndiqués ou reconquérir d’anciens syndiqués qui ont rendu leur carte lors de leur départ à la retraite , en les réunissant sur leur lieu de vie pour échanger, débattre , mettre l’accent sur nos revendications et combattre les idées reçues , réactionnaires , racistes diffusées à longueur de journées par tous ces perroquets de l’information

7/ Participation au débat de Cathy Cau membre du bureau de l'UCR
A partir du sentiment de quelques camarades, exprimant qu'ils n'avaient pas ressenti la force de l'appel national sur la carte pétition, je n'ai pas la même analyse, et ce d'autant plus au regard du nombre de remontées des cartes à l'UCR, du nombre de PV de dépôts dans les Préfectures dans les départements, du nombre de signatures en ligne sur le site de l'UCR.
Nous avons à faire connaître les résultats à savoir : pour la CGT plus de 95 000 CP,

21 000 pour toutes les autres organisations confondues, arrondies à 100 000 pour la CGT.

Faire connaître les résultats en terme d'élément de confiance, d'encouragement à la mobilisation. Analyse qui doit nous permettre de mesurer la mobilisation des retraités syndiqués ou non, sympathisants ou non autour de cette préoccupation première qu'est le pouvoir d'achat

  • comment nos organisations prennent appui sur cette mobilisation pour travailler à partir des signatures la question du renforcement

  • comment on essaie de poser la question après discussion de l'intérêt d'être plus nombreux à la CGT

  • comment nos orga inscrivent vraiment l'ensemble de nos initiatives , nos actions en lien avec la campagne nationale de syndicalisation (décision de notre Congrès de l'UCR) et en lien avec les décisions du Comité général à savoir de construire au moins une initiative publique de syndicalisation


Je vous ai donné les chiffres de cartes que nous avons déposées avec les 9 organisations syndicales et associations. J'en profite pour vous faire le compte-rendu de la rencontre que ces 9 organisations ont eu avec le conseiller du Président de la République.
Chacune des orgas a évoqué une des revendications communes et en même temps l'ensemble des orgas ont posé la question de la représentativité des retraités car il n'existe aucun lieu pour que les retraités puissent poser, négocier les revendications des retraités, que ce soit en terme de l'évolution de leur pension, de leur revalorisation, comme sur toutes les questions touchant à la loi sur l'autonomie ou « loi d'adaptation de la société au vieillissement ».

  • Le conseiller du Président de la République a dit être sensible à cette préoccupation, à cette revendication, qu'il la ferait remonter.

  • En même temps nous lui avons fait remarquer que ce Gouvernement n'avait aucun problème pour répondre aux revendications du Patronat en attribuant des sommes colossales en milliards d'euros au MEDEF : CICE, pacte de responsabilité, exonérations de cotisations sociales pour les salariés au SMIC, distribution de l'argent public sans aucune contrepartie en terme d'investissement industriel, en terme de développement de l'emploi, de développement de services publics …

  • Egalement le conseiller a dit être sensible à la question du tourisme social portée par notre Fédération LSR avec l'accès au droit à la culture, au sport, aux loisirs, aux vacances ...activités que les retraités n'avaient pas pu s'offrir pour le plus grand nombre lors de la période de leur activité professionnelle et qu'ils pouvaient espérer au moment de la retraite pouvoir en bénéficier. Or avec la constante diminution du pouvoir d'achat... cette question des loisirs, des vacances étant totalement évacuée, sacrifiée pour les retraités parce que chacun étant contraint de faire des choix au quotidien entre se nourrir, se loger, se soigner, se divertir …

En même temps, la persistance de cette régression constante du pouvoir d'achat, représentant un impact sur la vie économique d'une ville, d'un département, d'une région.

Au terme de cette audience, la CGT a posé l'exigence d'obtenir des réponses à nos revendications et a surtout exigé de savoir :

  • à quelle date allions nous avoir les réponses ?

  • Et qui allait nous les donner ?

La réponse fut l'annonce que c'est Madame Rossignol, déléguée aux personnes âgées qui recevra à nouveau la délégation et apportera les réponses …
Bien évidemment, à l'intersyndicale qui a suivi, la CGT a posé la question des suites. Ce fut un moment difficile, car toutes les organisations pensaient repousser au début de l'année prochaine la construction de mobilisations …

Et FO proposant de travailler à un mémorandum sur le pouvoir d'achat.
La CGT a donc poussé à l'action pour porter ce mémorandum et gagner sur nos revendications.
C'est à partir de là que le 24 novembre a été décidé...

Ce n'est pas une date de plus mais un autre temps fort pour aller arracher les réponses, ganger sur nos revendications.
Je crois d'ailleurs, que nous n'avons pas d'autre alternative face au capital, que de continuer à nous battre.

La question, c'est comment on élargit le cercle de mobilisation et comment on prend appui sur les milliers de signatures pour retourner au contact des retraités.

Aujourd'hui avec 0,1% de revalorisation de nos pensions et retraites, je crois que face au mépris, à cette provocation, nous devons encore plus argumenter et faire partager qu'avec les richesses créées l'argent existe, nous pouvons faire d'autres choix pour avoir une autre répartition des richesses et faire partager nos propositions.
Egalement sur le pouvoir d'achat, comment peut-on remettre le travail sur les budgets de vie, pour lesquels il faut reconnaître que nous avons beaucoup de mal à les faire vivre … il y a des « tabous » encore et pourtant nous avons pu mesurer dans le cadre de l'enquête nationale, que nos retraités aux petites pensions ne se sont pas exprimé, mais en même temps 30% des retraités qui ont répondu, ont exprimé le besoin d'un montant de pension supérieur à 2100€ … revendication à rapprocher des études des besoins, de budget de référence par l'observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion et le CREDOC qui présentent un budget de référence qui oscille entre :

  • 1575€ et 1833€ par mois pour un homme

  • entre 1552€ et 1809€ par mois pour une femme

  • et pour un couple de retraités entre 2187 et 2437€.

Force est de constater que la revendication de la CGT « pas de pension inférieure au SMIC revendiqué à 1700€ » est loin d'être une utopie, elle est bien une exigence !

8/ tableau UFR Commission nationale élue

9/ Séance de clôture : intervention de Christian Mathorel Secrétaire général de la Fédération

Notre conférence de l’UFR se tient dans un contexte pour le moins difficile et à bien des égards dangereux pour l’avenir de la démocratie et de la paix dans le monde. Un contexte pour lequel la CGT, avec son histoire, ses valeurs de classe, son analyse politique à des choses à dire. Elle a une bataille des idées à mener à l’entreprise, sur les lieux de vie, pour la défense des valeurs de fraternité, de solidarité et de rassemblement face à l’entreprise de démolition et de division des peuples donnée par le capitalisme en général, le patronat et les choix libéraux des gouvernements.

C’est ce que vous avez fait au travers de la motion adoptée pour nos camarades d’Air France. Je sais que sur toutes ces questions les camarades retraités forts de leur expérience militante et de la vie doivent et apportent beaucoup dans toute la fédération et il faut vraiment que les choses continuent ainsi.

nous sommes dans un contexte de mobilisation au lendemain du 8 octobre qui dans notre fédération a été une réussite au sens où nous avons été en capacité d’analyser ce qui s’est réellement passé, avec des inégalités, des grèves fortes et une démarche que nous avons mis en place pour ne pas construire l’action artificiellement mais de construire l’action à partir des décisions des salariés d’agir. Je pense que l’on a eu un 8 octobre qui pose les bases de la poursuite et donne des perspectives de lutte tous ensemble que l’on a à mener toutes générations confondues avec des perspectives d’action notamment le 24 novembre à construire au niveau des retraités. Nous sommes bien au cœur d’une crise économique et sociale dans une phase aigue de l’affrontement entre le capital et le travail.

Je sais que Francis est revenu sur la campagne CGT du coût du capital et je voudrais dire qu’au cœur de cet affrontement se pose comme toujours l’exigence pour les travailleurs actifs et retraités d’une autre répartition des richesses crées par le travail. C’est à l’intérieur de cette exigence revendicative fondamentale qui nous rassemble toutes et tous par delà nos diversités de vécus, que se révèlent les perspectives de luttes et de rassemblement.

De la CSG à L’augmentation des pensions et salaires en passant par l’exigence de créations d’emplois stables et qualifiés, la réduction du temps de travail, l’exigence d’une couverture santé répondant aux besoins de toutes et tous selon leur revenu ou situation, c’est la répartition des richesses qui est au cœur des enjeux. C’est au nom d’une répartition favorable à une minorité de dirigeants et de la réponse aux exigences des marchés que se construit l’édifice libéral et que défilent les lois les plus rétrogrades de la période qu’est organisée la remise en cause du droit de revendiquer, de s’exprimer, de contester et de se syndiquer.

Une situation qui aggrave les conditions de vie et de travail et nourrit comme à chaque fois en période de crise sociale, les réflexes de repli sur soi, de peur et rejet de l’autre, ouvre à nouveau les portes du racisme et de l’extension des idées d’extrême droite et ses solutions mortifères. C’est dans ce contexte qui rappelle malheureusement cette idée véhiculée en 36 par le patronat « mieux vaut Hitler que le Front Populaire » que la CGT avec ses orientations, ses valeurs, sa diversité, sa démarche revendicative, sa diversité, travaille à organiser et faire grandir le rapport de force.

C’est pour répondre à cela que notre 35ème congrès a été placé sous le signe du rassemblement et de la recherche de convergences entre les salariés du secteur de activités postales et de télécommunications en France , en Europe et dans le monde et je dois dire en aparté que j’ai participé à la 1ère journée de congrès de la CES, qui réunissait 40 pays. Je dois dire que j’ai été marqué par les témoignages successifs des jeunes lors de plusieurs tables rondes qui leur étaient consacrées. Des témoignages d’inquiétude, presque de détresse face à la précarité généralisée qui touche tout le monde quel que soit le niveau d’étude. Des jeunes en recherche de perspectives. De quoi renforcer largement le besoin de travailler les solidarités dans l’entreprise et à tout les niveaux. Il y a des débats sur la CES, mais il y a surtout des perspectives importantes à construire, ce sont les mêmes valeurs de fraternité que l’on travaille ici comme l’on doit les travailler par delà nos frontières. La recherche de convergences au travers de solidarité internationale, également au travers de la solidarité intergénérationnelle actifs et retraités et l’activité revendicative. Nous devons impulser la poursuite à partir de tout cela.

Je ne veux pas revenir sur l’importance de la place des retraités dans notre fédération (25% de syndiqués) mais juste redire l’importance qu’il y a à ce que les retraités, au travers de l’UFR prennent leur place sur la base d’un syndiqué une voix avec leurs spécificité dans l’activité revendicative de la fédération autour de la question d’une autre répartition des richesses.

Dans ce cadre, si nous voulons ensemble construire le rapport de force nécessaire, il est une question essentielle qui traverse la CGT et la fédération dans son ensemble. Une question qui a traversé notre dernier CN et qui va nous permettre de prendre des mesures d’urgence. C’est celle de notre renforcement. Il y a la question des 13 000 adhérents retraités et la question du renforcement en général, nous perdons entre 1000 et 1500 adhérents par an depuis quelques années pour diverses raisons. La prise de conscience avance sur cette réalité ainsi que la recherche de solutions avec nos syndicats départementaux, la situation devient urgente.

Un enjeu essentiel pour notre syndicalisme. La question de la continuité syndicale est aussi un enjeu pour notre avenir quand on connait le nombre de camarades et les salariés qui vont prendre leur retraite dans les toutes prochaines années.

La continuité syndicale n’est pas que l’affaire des retraités, ni que des actifs. D’ailleurs c’est une question que nous devons traiter ensemble. Au plus près du terrain dans les sections d’actifs et de retraités. Je sais que nous l’avions tous et toutes en tête.il nous faut des actes comme par exemple Au 35ème, nous avons par exemple avancé l’idée d’un kit « continuité syndicale » à disposition des camarades sur le terrain pour pouvoir à la fois anticiper et à la fois aider le passage d’actif à retraité.

Vous le savez, nous sommes à quelques mois du 51ème congrès qui va aborder des questions importantes pour l’avenir de la CGT et des salariés. Comme remettre le salarié au cœur de notre activité, les syndiqués au cœur de la construction du rapport de force.

Nous avons dans notre fédération beaucoup de choses à dire dans le cadre de la préparation de ce congrès sur le sujet. La construction du 8 octobre dans les syndicats et le débat qui s’en est suivi au CN a permis de réaffirmer cette idée qu’on ne fait pas le bonheur des gens à leur place, mais que l’on construise avec eux à partir de leur vécu sur le lieu du travail ou le lieu de vie et en mettant les syndiqués en situation de s’organiser et de mener la bataille des idées au plus près des salariés et des retraités.

Je pense que la fédération, ses retraités ont toute leur place dans la préparation du 51ème congrès au regard des enjeux et des débats qui ont lieu. P. Martinez a souhaité que ce soit les syndiqués qui fassent le contenu du prochain document d’orientation. C’est pour cela qu’il a été décidé d’organiser la réunion de 2000 syndicats c’est un enjeu fort aussi de la FAPT. Nous devons porter les débats fussent ils contradictoires dans notre fédération.

Je ne veux pas terminer mon intervention sans saluer les camarades qui quittent leur responsabilité au sein de l’UFR et leur souhaiter une bonne continuation dans leur vie personnelle et militante. Je veux faire, au nom de la fédération un salut particulier à Gilbert. Notre camarade Gilbert qui arpente les couloirs de la fédération depuis tant années, ce qui lui vaut d’être connu et reconnu de plusieurs générations de militants qui ont toutes et tous été marqué par ses graves problèmes de santé. Un camarade me disait encore cette semaine « Gilbert a dirigé mon 1er stage CGT en 82 ».

C’est donc au nom de tous ces camarades que je veux te saluer Gilbert et te dire la reconnaissance de la CGT, de notre fédération, pour tout ce que tu lui as apporté avec tes convictions, ta fraternité, ta rigueur et ta ténacité et ton sens de la transmission. Et je veux dire que ce sont là des qualités qui ont fait de toi une référence dans la fédération en matière d’organisation et de qualité de vie syndicale qui ont largement contribué au renforcement des retraités et de la fédération. Bonne continuation Gilbert.

Nous aurons au moins une autre occasion de te dire notre reconnaissance à la fédération dans les prochaines semaines, mais 17 ans d’UFR, 53 ans de CGT tu as bien mérité et je suis fier de te remettre au nom de la fédération la médaille de la CGT.
1   2   3   4   5   6

similaire:

1/ Rapport d\Introduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)

1/ Rapport d\Rapport de fin de mission. Du 11 janvier au 16 juillet 2010 Introduction...
«Bachmann» réservée à la messe, me disait-on, et pour entreposer les corps en cas de coup dur faisant beaucoup de victimes

1/ Rapport d\Rapport d’introduction
«notre», je pense avant tout aux structures de notre fédération du syndicat à la direction fédérale. Je veux dire que ce Conseil...

1/ Rapport d\1. Le milieu carcéral Introduction
«dedans «comme «dehors». C’est à la suite de la publication d’un rapport de 1993 du haut comité de la santé publique soulignant les...

1/ Rapport d\Introduction historique au Droit
«ubi societas, ibi ius». Aujourd’hui, on a l’impression que la globalisation est également juridique en plus d’être économique. Ces...

1/ Rapport d\1. Présentez, brièvement, les objectifs recherchés par une entreprise...

1/ Rapport d\Rapport d’activités Mednet 2012 Introduction Le Groupe Pompidou a...
«renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» pour la période 2012-2014

1/ Rapport d\Rapport parallèle des ong au rapport périodique

1/ Rapport d\Rapport gros-bourdieu rapport lesourne

1/ Rapport d\I introduction






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com