La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle)





télécharger 269.84 Kb.
titreLa démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle)
page2/7
date de publication16.10.2019
taille269.84 Kb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5   6   7

Chiffres d’affaires

  • Consommation externes (achats matières premières, fournitures, prestations,…)

  • Valeur Ajoutée

    • Charges de personnel

    • Impôts et taxes

  • Excédent Brut d’Exploitation

    • Dotations nettes aux provisions

    • Dotations nettes aux amortissements

  • Résultat d’exploitation

    • Charges et produits financiers

  • Résultat courant avant impôt

    • Impôts sur les résultats

  • Résultat net


    Lorsqu’un consommateur acquiert un bien, le prix payé comprend la totalité de la valeur ajoutée créée à toutes les étapes du processus de production. Les deux définitions du PIB sont donc cohérentes
    Exemple : Une enseigne de la grande distribution vend des oranges
    Grande distribution 1 kg d’oranges vendues 2€ le kilo

    Achat au grossiste ……………………………………………...1€

    Valeur Ajoutée : ………………………………………………..1€

    Grossiste 1 kg d’oranges vendues …………………………..1€

    Achat au maraîcher …………………………………………….0,5€

    Valeur Ajoutée : ………………………………………………..0,5€ 2€

    Maraîcher 1 kg d’oranges vendues …………………………..0,5€

    Achat d’engrais et de pesticides ………………………………0,3€

    Valeur Ajoutée : ………………………………………………..0,2€

    Entreprise chimique

    Valeur Ajoutée (vente d’engrais et pesticides) …………..0,3€

    On ignore ici les consommations externes de l’entreprise chimique)
    Le prix de vente est égal à la somme des valeurs ajoutées

    3e méthode : Somme des revenus des facteurs tirés des activités économiques d’une zone géographique donnée au cours d’une période de temps.
    C’est la somme de tous les revenus gagnés au sein d’une zone géographique par les agents économiques, résidents ou non.
    Le PIB n’intègre que les transactions qui passent par le marché (il exclut les activités accomplies pour son propre compte: bricolage par ex.)

    Même si le PIB est un indicateur que les sociétés cherchent à maximiser, il ne reflète pas le bonheur (bien-être), des individus : un décès accroît ainsi le PIB (honoraires du service funéraire, dépenses hospitalières, ….)
    Cependant, une partie de la richesse produite n’est pas comptabilisée du fait de l’économie souterraine (parallèle ou informelle) : travail au noir, fraude fiscale, activités illicites (trafic de drogue par ex.)
     Nigeria, Egypte : 68-76% du PIB

     Italie, Espagne, Portugal Grèce : 24-30% du PIB

     Autriche Japon USA Suisse : 8-10% du PIB



    1. PIB nominal et PIB réel : déflateurs et indices de prix


    Dans le cas de deux biens A et B, le PIB nominal ou PIB courant (en monnaie courante) s’écrit :
    PIB2006 = P A2006 . Q A2006 + P B2006 . Q B2006
    La croissance du PIB d’une année sur l’autre provient d’un effet quantité mais aussi d’un effet prix. Pour mesurer la croissance réelle, il faut calculer le PIB à prix constants (richesse réelle exprimée en volume) par rapport à une année de référence.
    PIB réel = P A2005 . QA2006 + PB2005 . QB2006
    Cette manipulation élimine l’effet de l’inflation sur l’augmentation de la valeur du PIB (cas des pays qui connaissent des phénomènes d’hyper-inflation)



    1. La croissance du PIB est partielle dans la mesure du bien-être des populations


    Notion de développement économique: «Le développement est la combinaison des changements mentaux et sociaux d’une population qui la rendent apte à faire naître durablement son produit réel global»

    F. PERROUX
    Rapport de la Banque Mondiale (2000) «the quality of growth»

    La croissance du PNB entraîne :

     Une réduction de la pauvreté, un accroissement de l’espérance de vie, une baisse de la pollution de l’eau.

     Une augmentation des inégalités de revenu, une augmentation des émissions de CO2.

    SECTION 2. Croissance et développement


    • Quel indicateur retenir ?




    • Répartition sectorielle de la main d’oeuvre : pour les PVD 60% de la population active travaille dans le secteur agricole contre seulement 10% dans les pays industrialisés.

    • Mesure du sous-emploi : dans les PVD 40% des personnes en âge de travailler se trouve en situation de sous-emploi.

    • Démographie : notamment l’indice de fécondité qui est dans les PVD>4 contre environ 2 dans les pays dits développés.

    • Etat sanitaire : nombre de lits d’hôpital par habitants

    • Taux d’analphabétisme ou d’illettrisme

    • Éducation, santé, nutrition des populations : etc…


    Nations Unies
    Indicateur de Développement Humain (IDH mis en place en 1990)

    Indicateur de Pauvreté Humaine (IPH depuis 1997)

    Indicateur de la Participation des femmes (IPF)
    Indicateurs publiés annuellement dans le Rapport mondial sur le développement humain des Nations Unies

    Pour l’IDH et l’IPH, les mêmes composantes sont utilisées :

    • La longévité de la vie humaine

    • Les savoirs des populations (niveau d’éducation)

    • Les conditions de vie des populations.


    L’IDH est calculé à partir des composantes suivantes :

      • Longévité : espérance de vie à la naissance

      • Savoir :
        Taux d’alphabétisation des adultes (savoir lire et écrire : c’est l’une des compétences acquises à l’école primaire)
        Taux de scolarisation combiné (rapport entre le nombre total d’élèves inscrits à un niveau d’enseignement donné et la population totale du groupe d’âge correspondant).

      • Conditions de vie : revenu par habitant corrigé des différences de pouvoir d’achat (utilisation d’un taux de change à parité de pouvoir d’achat ou PPA). Le taux de change PPA dépend des prix relatifs entre pays : la valeur d’une monnaie est déterminée par le montant des biens et services qu’elle permet d’acquérir, c’est-à-dire par son pouvoir d’achat interne qui évolue en raison inverse du niveau général des prix domestiques.


    Exemple : Si le prix d’une baguette est de 0,7 euros en France et de 0,8$ aux EU.

    Est-ce que le taux de change de 1€=1,3$ correspond à la PPA ?

    0,7 euros  0,8 dollars (pour acheter une baguette de pain)

    1 euro  X dollars
    X= Taux de change PPA = Prix USA / prix en Europe = 0,8/0,7=1,143 dollars

    1€=1,143$ (il faut 1,143 fois plus de dollars que d’euros pour acheter la même quantité de pain).
    Dans cet exemple fictif, cela signifie que l’euro est surévalué par rapport à sa valeur PPA.

    Ainsi, la richesse française calculée en $ PPA devrait être moins importante que la richesse française calculée en $ taux de change en vigueur :

    1500 Milliards d’euros → 1000x1,142= 1143 Milliards de $ PPA

    1500 Milliards d’euros → 1000x1,3 = 1300 Milliards de $
    L’IPH est calculé à partir des composantes suivantes:

    • Longévité : pourcentage d’individus risquant de décéder avant 40 ans

    • Savoir :
      Taux d’analphabétisation des adultes (méconnaissance totale de la lecture et l’écriture)
      Taux de scolarisation combiné (rapport entre le nombre total d’élèves inscrits à un niveau d’enseignement donné et la population totale du groupe d’âge correspondant).

    • Conditions de vie :
      Pourcentage de la population privée d’accès à l’eau potable
      Pourcentage de la population privée d’accès aux services de santé
      Pourcentage des enfants de moins de 5 ans souffrant d’insuffisance pondérale.


    L’IDH varie entre 0 et 1. En 1999, 174 pays étudiés :

    46 ont un niveau élevé de développement humain, IDH>0,8

    93 ont un niveau moyen : 0,5
    35 ont un niveau faible : IDH<0,5
    Classement

    En tête du classement :Canada (0,935), Norvège, EU ;

    En bas de classement : Sierra Leone (0,252 soit 4 fois moins que le

    Canada), Niger, Burkina Faso

    SECTION 3. Croissance et démocratie
    «Rapport sur le développement humain 2002 : approfondir la démocratie dans un monde fragmenté», publié pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) par de Boeck.

    «Les facteurs de la croissance économique : une analyse transversale par pays », R. Barro, Economica

    Le choix d’un indicateur de démocratie

    L’IDH écarte les libertés politiques ou la participation à la vie sociale des individus  Difficile de donner une expression chiffrée.
    Quel impact aurait la démocratie sur la croissance ? Deux thèses contradictoires sont développées :

    D’un côté, un développement des droits politiques (plus de démocratie) peut favoriser les droits économiques (liberté d’entreprendre) et par là même, stimuler la croissance. Les démocraties garantissent mieux les droits de propriété et les contrats essentiels à l’investissement et à la croissance.

    D’un autre côté, pour certains économistes, la démocratie est susceptible de nuire à la croissance : Les élections des représentants politiques par le vote entraînent nécessairement des pressions de groupes d’intérêt, pressions qui peuvent être contradictoire avec des objectifs de croissance économique.
    De plus dans les démocraties, les objectifs de redistribution des riches vers les pauvres sont plus importants ce qui entraîne moins de croissance économique

    Selon BARRO, pas de lien automatique entre liberté politique et liberté économique : certains gouvernement ont développé les libertés économiques sans étendre les libertés politiques (gouvernement Pinochet au Chili, régime du Shah en Iran).
    INDICATEUR DE DEMOCRATIE R. GASTIL 1991

    «The comparative survey of freedom : experiences and suggestions»
    Les droits politiques et les libertés publiques :

    Les droits politiques sont les droits à participer de manière significative au processus politique. Dans une démocratie, cela signifie le droit pour tout adulte de voter et de se présenter à une charge publique et, pour les représentants élus, d’avoir un vote décisif sur les politiques publiques ».

    (…) « Les libertés publiques sont les droits à la libre expression, à organiser ou à manifester ainsi que les droits à un certain degré d’autonomie comme par exemple la liberté de religion, d’éducation, de déplacement et d’autres droits personnels ».
    Lien entre taux de croissance et indicateur de démocratie

    (BARRO)

     Pour les pays situés à des niveaux faibles de démocratie, toute amélioration du niveau démocratique (plus de droits politiques) entraîne une croissance plus importante.

     Lorsque les pays atteignent des niveaux plus importants de démocratie (niveau de démocratie supérieur à 0,5 environ), toute augmentation des droits politiques et des libertés publiques se traduit par des taux de croissance moins importants.

     Le point de retournement estimé survient pour une valeur approximative de l’indicateur de 0,5 (niveau de démocratie pour la Malaisie ou le Mexique en 1994).

    SECTION 4 : Croissance et préservation des ressources : l’objectif d’un développement durable

    En 1972, Le scientifique D. Meadows s’entoure d’intellectuels, fonde le club de Rome, et vont mettre en place un modèle censé représenter l’organisation du monde, une maquette de l’économie mondiale pour prévoir l’évolution de la planète entre 1970 et 2100 (130 années).

    Dans les années 70, on assiste à une prise de conscience de la disponibilité limitée de certaines ressources, et donc de l’impossibilité d’une croissance infinie.
    Le modèle systémique du club de Rome se découpe en 4 grands secteurs d’activités :

    • La population

    • Le capital

    • L’agriculture

    • Les ressources non renouvelables

    • La pollution





    (Ce modèle est très physiocrate car il laisse toute son importance à l’agriculture)

    Les deux premiers secteurs représentent les sources traditionnelles de la croissance

    • Population : c’est l’ensemble des facteurs affectant les taux de natalité et de mortalité :

    • Prévisions de revenu +

    • Efficacité du contrôle des naissances -

    • Influence des denrées alimentaires (secteur production agricole) +

    • Pollution (secteur pollution) -

    • Généralisation, diffusion des services de santé (secteur production industrielle) +

    • Capital : c’est la traite des moyens de production nécessaires à l’activité industrielle, à la production agricole et à l’exploitation des ressources rares.

    Les trois autres secteurs représentent des freins à la croissance


    • L’agriculture fait l’objet d’un secteur regroupant les terres et les autres facteurs qui commandent les revenus agricoles : les rendements sont décroissants avec une baisse de la fertilité des terres exploitées. C’est l’idée de Ricardo.

    • Le secteur des ressources non renouvelables retient le pétrole et les minerais : épuisement des réserves avec un accroissement des coûts d’exploitation.

    • La pollution est traitée comme un secteur concernant l’accumulation de matériaux dont les effets peuvent être défavorables aux rendements, à l’environnement et à la vie humaine. Il existe une limite à la capacité naturelle d’assimilation des éléments polluants. Le dépassement de cette limite engendre une surmortalité, une destruction du capital humain nécessaire à la croissance.


    L’idée est qu’une augmentation de la population entraîne une augmentation de la pollution qui, elle, va entraîner une surmortalité.

    Ou bien, une augmentation de la population entraîne une augmentation des ressources nécessaires, donc une augmentation des coûts de production ainsi qu’une baisse des rendements agricoles…
    Le calibrage du modèle s’est fait sur les données de 1900 -1970 pour ensuite faire des prévisions sur l’évolution jusqu’en 2100.

    L’évolution supposée sera catastrophique :

    • La croissance se poursuit à un rythme exponentiel jusque vers 2010 - 2015.

    • La première variable à se retourner est la production industrielle par tête. En effet, les investissements dans le secteur des ressources rares augmente très fortement les investissements industriels baissent

    • La production alimentaire est alors affectée par le manque de capital et d’engrais et la baisse de la fertilité.

    • L’impact sur la population est différé. Cette variable culmine vers 2030 puis chute.


    Résultat : la population en 2100 est environ celle de 1970 les productions industrielles et agricoles en 2100 sont inférieures à celles réalisées en 1900.
    Mais les résultats sont contestés, du fait d’hypothèses trop restrictives :

    On suppose une mauvaise évaluation des ressources, le progrès technique n’est pas pris en compte, et il est possible de mettre en place des politiques sociales permettant de nuancer les résultats pessimistes.
    Le club de Rome soumet à nouveau son modèle avec une modification des hypothèses et finalement arrive au même résultat.


    Doublement de la dotation en ressources initiales

    }



    Même résultat

    Baisse du coût d’exploitation des ressources ou techniques de recyclage avec meilleurs rendements

    Politique démographique de restriction des naissances
  • 1   2   3   4   5   6   7

    similaire:

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconQuestion 2 : Comment le budget de l’Etat permet-il d’agir sur l’économie ?

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconCroissance et transformations sectorielles : d’une économie post-industrielle...
    «sociologique», rôle accru de l’Etat, rôle moteur des services collectifs. Ce thème sera repris au tournant du xxème siècle à travers...

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) icon2016 – sujet d’ÉCO/droit métropole septembre – Partie Économie
    «Quelle est l'économie qui a du sens, qui crée des emplois non délocalisables ? C'est l'économie sociale et solidaire», s'est félicitée...

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconRésumé : Les axiomes sont des énoncés admis comme vrais, alors que...

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconRéseau Euro-mediterranéen de l’Économie Sociale (esmed)
    «Dix ans d’histoire de l’Économie Sociale en Méditerranée. Le Réseau Euroméditerranéen de l’Économie Social (esmed)»

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconÉconomie : le modèle de Montpellier

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconEconomie / France The Associated Press 01/02/08 à 15: 40: 22 689 mots Economie/Social

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconEconomie Thème 3 – Economie et développement durable Questionnement...

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconLa science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les...

    La démarche en économie : comment construire et valider des énoncés scientifiques en Economie ? (question de modèle) iconSynthèse de la communication sur le droit du travail en Algérie
    ...






    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    d.20-bal.com