Jimmy Simonnot «violences urbaines»





télécharger 149.71 Kb.
titreJimmy Simonnot «violences urbaines»
page1/6
date de publication12.12.2019
taille149.71 Kb.
typeDocumentos
  1   2   3   4   5   6


CRIMINOLOGIE
Année universitaire 2007-2008


Nicolas Loué

Hosny Rassoul

Jimmy Simonnot
« VIOLENCES URBAINES »
« La force de ces émeutes (novembre 2005), leur mérite « objectif », par delà toutes les critiques légitimes que l’on peut adresser à leurs auteurs au noms de ceux qui en furent victimes, tient en ceci : elles ont démontré qu’un problème que l’on avait cru sinon résolu, du moins remisé au second plan grâce à un traitement voulu plus vigoureux, n’avait fait que s’accroître. Pour le coup on peut dire que la nature du diagnostic autant que l’efficacité de la politique conduite jusqu'à présent font sérieusement problème. »1

Introduction
Comme toute construction intellectuelle, il est nécessaire avant de commencer toute étude de s'attacher aux définitions des termes, de manière isolée (violence ou urbain), puis combinée (violence et urbain), afin de baliser notre espace de réflexion.

Il est généralement admis l’existence de deux types de violences : la violence objective et la violence subjective. La violence objective est celle qui est reconnaissable de facto, quantifiable, de portée universelle. En l'occurrence, il peut s'agir d'une infraction définie dans le code pénal. Par contre, la violence subjective est la représentation personnelle de celui qui l'a subie ou qui l'a décrit.

L’interaction de la violence objective et subjective permet de distinguer différentes analyses:

  • approches institutionnelle, collective ou individuelle;

  • produit d'un blocage, un dysfonctionnement des institutions;

  • moyen en vue d'une fin (forme d’expression)


Concernant le terme « urbain », il est généralement entendu comme le fait

d'une personne d'appartenir à la ville, id.est une zone concentrant une forte densité de population, mais également les communes centres, de banlieues et les villes isolées. Toutefois, il est nécessaire d'observer que ce terme est rarement utilisé de manière isolé. En l'occurrence, on parle souvent de pôle urbain, ou unité urbaine, ou zone urbaine sensible , ou encore de violences dites « urbaines ».
Originellement, le terme « violences urbaines » a été créée par le langage policier dans les années 80. Ensuite, ce terme a été accaparé par les médias et les politiciens afin de rendre compte de situations de violences exceptionnelles, telles que les émeutes. Les émeutes dans les cités commencèrent en 1981 à Lyon au quartier des Minguettes. Cet événement marquait l’émergence du problème des banlieues. La prise de conscience du problème s’est enclenché par la médiatisation de la fameuse marche des Beurs en décembre 1983. La réponse politique fut une valorisation de cette jeunesse, pour qu’elle prenne sa place dans une France dite black-blanc-beur. Dans ces quartiers, a donc commencé à apparaître un sentiment de désespoir et d’autodérision dont témoignent les récents événements de novembre 2005, et bien d'autres entre temps. Néanmoins, il est nécessaire de noter que les violences urbaines ne se limitent pas qu'à la seule représentation des émeutes, mais aussi aux dégradations de biens et bâtiments publics, voire certaines incivilités. Autrement dit, la notion a été grandement étendue aux atteintes aux biens. Par conséquent, aux regards de ces éléments, on peut arguer qu'il existe différentes approches de la notion de « violences urbaines », et qu'il n'y a pas a priori de définition objective, claire, nette et précise de ce que l'on entend par une telle terminologie. Malgré tout, il existe différentes approches subjectives de cette notion. Par exemple, selon S. Roché, il s'agit d'une « menace portée par des groupes à risques qu'il faut contenir »; alors que selon F. Bailleau et C. Gorgeon, elles sont la « conséquence des politiques de gestion urbaines (politiques de logement, éducation, emploi, jeunesse) ».
Face à ces éléments, un constat s'impose. Les contours et l'objet de la notion de « violences urbaines » sont extrêmement flous. Pourtant, de manière paradoxale, le terme suscite un engouement particulier et est admis par tous. Dès lors, la problématique qui se pose est de savoir ce que recouvre précisément ce terme et quels sont les usages qui en sont faits. En effet, victime d’un usage banalisé tant du point de vue médiatique que politique (I), on verra qu'il s’agit d'un « artifice »qui semble a posteriori être voué à la stigmatisation des quartiers sensibles (II).


I. Violences urbaines : l’usage banalisé d’une notion floue 3

A. Constat d’une banalisation politique et médiatique des violences urbaines ou le mépris social 3

1. « Violences urbaines » politisées : un mouvement de fond sécuritaire ou « l’habilité de magiciens » 3

2. « Violences urbaines » médiatisées : mise à jour d’un malaise social rendu banal 4

a) Du malaise social à la violence urbaine 4

b) Un traitement banalisé, ciblé et amplifié des violences urbaines 5

B. Esquisses de définition d’une notion flou : Approches explicatives du phénomène de violences urbaines 6

II. Utilisation d’un terme artificiel voué à la stigmatisation des quartiers sensibles 8

A. Le contenu « officiel» des violences urbaines : une sélection arbitraire et évolutive 8

B. Les « violences urbaines »: un particularisme « apocryphe » (authenticité non avérée) 14

C. Les « violences urbaines », un outil amplificateur de stigmatisation des « quartiers sensibles » par le vecteur urbain 17


  1   2   3   4   5   6

similaire:

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconDiscours de Ségolène neuville, Secrétaire d’État chargée des Personnes...
«silence» du domicile que ces violences sont subies. Et nous savons bien que la dénonciation de ces violences peut entraîner la perte...

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconUniversité Paris Diderot Thème général «Violences et société» Axe...
«un ensemble d'instruments garantissant un niveau élevé de respect de la législation, notamment dans les pme et dans les secteurs...

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconL'an deux mille quinze, le mercredi deux décembre à dix-huit heures,...
«sur la base de critères objectifs, notamment statistiques, cartographiques, géographiques et économiques (prise en compte des bassins...

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconSuivi de grossesse et violences faites aux femmes

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconS. à partir du concile de Trente, écoles de charité destinées aux...

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconL e Courrier de la Marche Mondiale des Femmes contre les Violences et la Pauvreté

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconNous vous proposons ci- dessous un extrait de la loi portant redécoupage...

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconSommaire
«Les enfants exposés aux violences conjugales» est animé par M. Aldric zemmouri, consultant psychosociologue

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconEspace d’échanges de pratiques professionnelles
«querelles familiales», et les violences conjugales, dont nous allons parler aujourd’hui

Jimmy Simonnot «violences urbaines» iconLe jour d’après… en Thaïlande
«rouges», essentiellement issus des couches urbaines défavorisées et de la paysannerie, et «jaunes», membres de l’élite dirigeante...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com