L’émergence d’une pensée communicationnelle 4





télécharger 86.39 Kb.
titreL’émergence d’une pensée communicationnelle 4
page1/2
date de publication12.12.2019
taille86.39 Kb.
typeDocumentos
  1   2


Table des matières

Introduction 3

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4

] I Les voies de la raison 4

)1 Appréhender le territoire 4

)2 La métaphore organique 4

] II L’économie de la circulation, flux et normes 4

)1 Physiocrates 5

)2 L’adoption d’un système unique de mesure 5

] III Evolutionnisme et diffusionnisme 5

)1 Embryologie 5

)2 Division du travail 5

)3 Positivistes et diffusionnisme 5

] IV Utopies et culte du réseau 6

)1 L’Eglise Saint-simonienne 6

)2 Les expositions universelles 6

)3 Fourrier et Cabet 6

] V La psychologie collective 6

L’étude sur les médias de masse 8

] I L’empirisme américain 8

)1 L’école de Chicago (ou l’écologie humaine) 8

)2 L’école fonctionnaliste 8

] II La critique européenne 9

)1 L’école de Frankfort et les industries culturelles 9

)2 Le structuralisme 10

)3 L’école de Birmingham ou les études culturelles 10

La communication interpersonnelle 12

] I Critique de la linéarité 12

)1 Théorie mathématique de l'information selon Shannon 12

)2 Les implications du modèle linéaire sur la communication 12

] II Les modèles systémiques : naissance de l’usager 12

)1 Le modèle de l’orchestre 12

)2 Le modèle sociométrique 13

)3 Le modèle dialogique 13

Les écoles de pensée : résumé 14

] I L'école de Chicago 14

] II Le structuralisme 14

] III L’école de Frankfort 15

] IV Le fonctionnalisme 16

] V Les études culturelles 17

] VI L’école de Palo-Alto 17




  1. Introduction




  • Au XVIIIème siècle, Diderot et D’Alembert tente de définir, à travers l’Encyclopédie, la fonction communication. Il ne s’agit pas de communiquer mais de transmettre un message. Le terme change peu à peu de signification, il subit une évolution sémantique. En effet, au XIXème et XXème siècle, le concept communicationnel et évoqué. La communication est à la fois une science et un mythe. Les philosophes affirment que la communication permet de progresser dans la démocratie, ce qui permet une avancée technologique et donc de faire perdurer la démocratie grâce à de nouveaux outils de communication ; c’est une vision enchanteresse de la communication qui apporte une lueur d’espoir. La société de consommation permet la promesse d’abondance. Cette abondance est mise en relation avec les échanges culturels. Le mythe communicationnel s’alimente avec les discussions autour des nouvelles technologies dans la démocratie, puisque les technologies de l’information et de la communication sont un vecteur de démocratie. La mondialisation alimente le mythe communicationnel, les technologies permettent de s’affranchir de l’espace et du temps. Cela permet de faire prospérer une démocratie, puisqu’il y a moins de barrières susceptibles d’interdire la communication entre plusieurs interlocuteurs. Le concept de communication est un concept disciplinaire, c'est-à-dire que les domaines sont si vastes que l’on ne peut pas y porter un regard chronologique. La communication exige des compétences différentes de personnes différentes. Les sciences de l’information et de la communication mettent en jeux des hommes, des technologies, des discours politique … ce qui complexifie son approche. Ce grand mythe est aussi véhiculé par les médias (cinéma, télévision, radios …) mais aussi par la presse et les discours politique.

  • La communication est un lien informationnel entre deux personnes (au minimum) dans un lieu précis et pour une situation précise. Le modèle canonique de l'information représente deux personnes. Traditionnellement, on distingue la communication médiatisée, elle se fait à l'aide d'outils technologiques [communication indirecte] et la communication interpersonnelle, qui s'effectue en face à face [communication directe].

  • Dès la fin du XIXème siècle, on commence à s’interroger sur l’influence des médias et de la presse. Les interrogations sur l’influence des médias ne sont pas récentes, mais elle évolue dans le temps. Tarde, Le Bon et Sighele contribuent à l’approche de la "Psychologie des Foules" pour comprendre afin de comprendre cette influence. Les premiers théoriciens, à l’exception de Tarde, considèrent que l’individu dans la foule perd de son autonomie. La propagande est très efficace à cette époque là. Les théories des médias s’inspirent de la "Psychologie des Foules". Elles imaginent un homme faible vis-à-vis des médias. "On ne peut pas contester aux médiateurs une puissance incendiaire à cette page sèche qu’est le public". Il va donc naître des inquiétudes sur l’influence des médias sur la société. De nouveau travaux vont pourtant réfuter la thèse d’un individu faible par rapport aux médias. Ces travaux affirment que l’individu n’est pas soumis, il développe une réflexion. Ainsi, naît des écoles qui critiquent le travail des médias et les industries médiatiques. L’individu peut détourner la publicité. L’usager à la capacité de résister et de se soustraire aux médias.



  1. L’émergence d’une pensée communicationnelle



    1. Les voies de la raison



  1. Le Français communicationnel émerge grâce à plusieurs auteurs, deux français et un belge. En effet Armand et Michelle Mattelart ont, à travers leurs livres, Histoire des théories de l’information et de la communication et Invention de la communication, souligné l’aspect d’un français utilisé pour communiquer. Bernard Miège a aussi travaillé sur ce point.



      1. Appréhender le territoire




  • Vauban est né en 1633, ingénieur militaire du roi, il imagine la population qui y aura au Canada dans trois siècles. Il a l’idée de penser le territoire, pense à des voies de communication à l’intérieur d’un pays, ce qui permet de réduire les coûts de transport. Il fait ainsi preuve de rationalité. L’aménagement du territoire français est ainsi grâce à lui centraliser. La conception s’est fait autour de la place du roi, le roi est à Paris donc l’organisation est un tissu qui prend son origine autour de Paris : on peut dire que Paris est le cœur de la France, c’est une métaphore organique. Tous ses réseaux permettent une transmission des raisonnements rationnels.

  • Il invente l’impôt progressif, impôt qui est basé sur le revenu des personnes. Le corps social peut ainsi se développer. On peut donc dire que Vauban est un des précurseurs de la pensée communicationnelle et des études statistiques.



      1. La métaphore organique


La métaphore organique correspond assimiler le corps social au corps humain, ici il s’agit d’assimiler France au corps humain, mais au service d’une science utile.

La métaphore organique s’est effectuée au travers de deux révolutions :

    • La révolution copernicienne

Avant la révolution copernicienne, la cosmologie reposait sur un univers géocentrique dans lequel la Terre était immobile et fixe au centre de plusieurs sphères en rotation.

Depuis l’Antiquité, un phénomène particulier avait suscité la curiosité des astronomes. La révolution copernicienne amène la notion de système, qui permet de comprendre que les planètes, tourne à la fois autour du soleil mais aussi autour d’elle-même.

    • La révolution biologique

La révolution biologique a été instaurée par Harvey, un auteur du début du XVIIème, qui a inventé le système circulatoire. Il met en place le système des réseaux et des tissus.

Beacon affirme qu’il faut, pour progresser scientifiquement, se débarrasser des dogmes et autres croyances scientifiques ; il faut généraliser les problèmes et leur trouver une solution, ce qui permettra de construire les bases d’une pensée scientifiques et rationnelles. C’est ainsi que sont remises en causes les grandes lois naturelles et sociales.


    1. L’économie de la circulation, flux et normes




      1. Physiocrates


Quesnay est le chef de file du mouvement physiocrate. Le monde est gouverné par des lois physiques et morales qui sont immuables. Il appartient à l'homme, être intelligent et libre de les découvrir, de les observer ou de les violer pour son bien ou pour son mal. Le but assigné à l'exercice de ses forces intellectuelles et physiques, c'est l'appropriation de la matière à ses besoins qui lui permet d'améliorer sa destinée. Mais il doit accomplir cette tâche conformément à l'idée du juste corrélative à l'idée d'utile.

Ils se faisaient donc de la valeur des choses une idée incomplète, qui les a empêchés de voir clair dans le phénomène de la production, d'apprécier sainement le rôle de la terre, du travail et des capitaux, et de se rendre un compte exact de l'utilité relative et absolue de toutes les branches de l'activité humaine : industrie agricole, industrie manufacturière, industrie voiturière, industrie commerciale, et des nombreuses professions où les hommes fournissent et échangent du travail physique et intellectuel, c'est-à-dire des services. C'est ainsi qu'ils furent conduits à n'accorder le caractère de productivité qu'à l'industrie agricole.


      1. L’adoption d’un système unique de mesure


Durant la révolution française, on parle plusieurs langues. L’adoption d’un système unique fait que des l’après révolution, on ne parle plus qu’une seule langue. Cela permet de mieux communiquer en éviter les conversions et les traductions inutiles. Le mythe communicationnel n’en est que plus important. Par la même occasion la démocratie n’en est que plus intense.


    1. Evolutionnisme et diffusionnisme




      1. Embryologie


L’embryologie est à l’origine du positivisme puis du diffusionnisme. Il est répandu par Comte, un philosophe français du XIXème siècle, et Spencer, son homologue anglais. Les positivistes pensent que l’Etat, par la loi, paralyse la concurrence vitale.

Pour Comte l’histoire est une succession immuable de trois états, qui ne sont pas définis, au départ c'est-à-dire qu’il le fera plus tard. Spencer met en place deux sortes de concepts : une organisation sociale et industrielle ainsi qu’un réseau diffusionniste.


      1. Division du travail


Adam Smith que va naître cette idée de division du travail. Toutes les étapes de la fabrication d’un objet nécessitent des compétences différentes appartenant à différentes personnes. On va décomposer la fabrication d’un objet en plusieurs étapes. La division du travail permet d’améliorer la qualité et la quantité. Darwin va reprendre cette idée là, tout en l’améliorant. Il pense que plus les taches industrielles d’un Etat sont simplifiées, plus cet Etat est développé.


      1. Positivistes et diffusionnisme


Les positivistes croient en une vérité unique, il s’agit surtout des fanatiques religieux.

Ce système philosophique se fonde sur l’expérience et la connaissance empirique des phénomènes. Ainsi, le positivisme considère la pensée spéculative comme une méthode de connaissance inappropriée et imparfaite.

Le diffusionnisme c’est considérer qu’ils existent des phases de développement de toutes sociétés et que l’on prenne comme exemple la société la plus industrialisée.

Phases de développement :  Société théologique

 Société métaphysique

 Société positiviste

    1. Utopies et culte du réseau




      1. L’Eglise Saint-simonienne


Les utopies sont liées à la naissance d’une pensée proto-socialiste, du désir d’une cité idéal. Certains vont écrire de simple texte, d'autres vont imaginer des cartes de cette cité qui n’existe nulle part. Saint-Simon est influencé par la médecine, il associe la société au corps humain. Il pense aussi les réseaux fondamentaux, aussi bien les réseaux matériels (route, pont…) qu’immatériel (argent, banque…).

Les Saint-simonien ont tous la même pensée de départ mais leurs opinions vont se scinder en deux, une pensée anarchique et une pensée libérale.

      1. Les expositions universelles


Chevalier définit les expositions universelles comme une enclave où on abandonne les conflits. Il y a un véritable culte de la technologie. Tous les peuples se rencontrent afin de montrent toutes les innovations.


      1. Fourrier et Cabet


Fourrier : (1782 – 1937) il imagine la naissance de phalanstère, mini société où le travail est primordial.

Cabet : A son époque il imaginait qu l’on pouvant revenir à une communauté chrétienne de départ. Cabet évoque le communisme dans ces utopies. Pour lui, Jésus Christ est le premier révolutionnaire. Cabet imagine l’Icarie, une utopie dans laquelle la technologie occupe une place centrale. Les utopies socialistes ont fortement manqué l’évolution sociale


    1. La psychologie collective


L’industrialisation durant les deux dernières décennies va poser une question liée à la communication. La communication est liée à la démocratie, comme l’affirme Le Bon et Sighele, des philosophes de la seconde moitié du XIXème siècle.

Le Bon écrit « psychologie des foules » en 1895, ouvrage, à travers lequel, il expose sa théorie. Son raisonnement se développe en quatre points. La foule est, pour Le Bon un élément fondamental de la personnalité de l’individu, il créé une nouvelle réalité humaine, c’est d’ailleurs elle qui créer l’histoire, elle en est le principal acteur. L’individu peut aussi être altéré par la foule, puisqu’il acquiert un sentiment d’invulnérabilité.

Sighele (1868 – 1913) est un positiviste. Il s’intéresse très top à l’anthropologie criminelle et la prise d’empreintes digitales, c’est ce qui va donner naissance de la police scientifique. Cette dernière mène aussi à l’anthropométrie, marquage des différents signes des différentes races.

Tarde (1843 – 1904) travail dans le domaine de la criminalité, et plus particulièrement à Paris à l’Ecole de France. Il s’oppose aux thèses de Le Bon et Sighele, l’individu n’appartient pas à une seule foule mais plusieurs foules, il est un public multiple. Vivre en société n’est pas seulement imité.

  1. L’étude sur les médias de masse




    1. L’empirisme américain




      1. L’école de Chicago (ou l’écologie humaine)


L’école de Chicago réalise en 1829 des travaux qui s’intéressent aux minorités. Ce mouvement n’est pas particulièrement marqué par des philosophes, c'est plutôt un courant de pensé du début du XXème siècle, cependant on peut citer Darwin, Spencer, Mc Kenzie, Park. Les premiers travaux portent sur l’immigration polonaise. On peut situer des livres comme "American journal of sociologie" qui traite de la sociologie. Le problème des minorités préoccupait l’école de Chicago, et plus particulièrement leur vie urbaine. Il s’est ainsi créer un vaste programme de recherche, dans la ville de Chicago, sur le parcours social des individus. Elle s’interroge sur l’influence des médias, notamment la presse, sur l’individu et plus particulièrement les étranges, du fait de nombreuses publications en langues étrangères. Ainsi, l’école de Chicago étudie plus particulièrement le comportement des différents ethnies, différentes cultures face aux médias. Ils s’intéressent aux différents rapports sociaux, aux interactions entre les personnes qui constituent la trame de la société. Un groupe social se gère de la base, des racines ; c'est un système de chaîne où les individus vivent en symbiose, où ils sont interdépendants les uns des autres. Ces derniers sont cependant engagés dans une lutte pour l’espace "struggle for space". C'est une compétition entre les hommes, compétition que la communication permet de en partageant des expériences afin de se relier à la société. Elle est l’intermédiaire entre le niveau sub-structurel [individu] et super-structurel [institution].


      1. L’école fonctionnaliste


L’école fonctionnaliste pense les médias comme étant émancipateur pour les individus et qu’ils permettent d’atteindre la démocratie. Ainsi, l’école fonctionnaliste s’interroge sur l’impact des messages sur l’audience. Les pensées de l’école fonctionnalistes évoluent dans le temps.

      • On situe les études sur les médias pendant l’entre-deux guerre, avec l’apparition en 1927 de l’article "Propaganda techniques in the whole world"d’Harold Laswell. Il va penser la communication de masse comme un principe comportemental. Il est avec Ian Pavlov le père du Behaviorisme, doctrine qui dit les médias disposant d’un pouvoir absolu. Ainsi, une cause peut être liée aux effets des médias sur l’individu. Cependant ces effets peuvent être anticipés. Laswell dessine une cible l’individu qui obéit aveuglement à un schéma stimuli-réponse, ce problème peut être abordé de manière élémentaire avec la méthode des 5W. L’école fonctionnaliste s’interroge donc sur l’influence des médias sur l’individu mais d’un point de vue du commanditaire. Laswell va exprimer l’idée selon laquelle la propagande permet l’adhésion des masses, et est ainsi nécessaire à la démocratie. La communication remplit trois fonctions, la surveillance de l’environnement, la coordination des
  1   2

similaire:

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconDispositif emergence ess cooperative
«Emergence ess» a pour but de proposer un accompagnement spécifique dans la création, le développement d’entreprises ess. L’enjeu...

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconDocument : mbembe achille, «Pour comprendre la pensée postcoloniale....
«Pour comprendre la pensée postcoloniale. Qu’est-ce que la pensée postcoloniale ? (Entretien)» in Revue Esprit, Décembre 2006

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconLe temps de l’oubli officiel et de l’émergence des mémoires éclatées
«pied noirs», émergence de la mémoire des harkis, des jeunes issus de l’immigration algérienne dans les années 1980

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconPoint de départ de la réflexion: une œuvre et une pensée à la destinée singulière
«formule» de la guerre comme «simple continuation de la politique par d’autres moyens» (I,I,24)

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconRésumé Le vote par Internet est aujourd’hui une réalité en cours...

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconChapitre 4 : Dé-linéariser le son dans son rapport à l’image : émergence...
«Joy Stick» ou par le mouvement de la souris, ou dans une interaction avec (une action sur) l’image

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconCours du second semestre consacré à l’organisation de la répression,...
«il faut privilégier une pensée ou une action non plus en fonction de son caractère juste mais si elle est le plus utile au plus...

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconLa mosaïque de la production d’expertise judiciaire
«comme une catégorie de pensée constitutive de l’imaginaire des sociétés occidentales»

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconLes actes préparatoires demeurent-ils encore hors du champ pénal ?
En général, une infraction ne se réalise pas d’un seul coup. Elle est le résultat de toute une série d’efforts qui s’échelonnent,...

L’émergence d’une pensée communicationnelle 4 iconRésumé : Le travail qui suit est une étude sur l’émergence de l’économie...
«administration honnête et prudente des biens temporels Cependant, IL faut attendre l’édition de 1817 pour que le syntagme economía...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com