L 'université de Nîmes accueille cette année 7 d'étudiants en plus par rapport à l'année dernière. La barre des 4000 n'est plus très loin





télécharger 17.61 Kb.
titreL 'université de Nîmes accueille cette année 7 d'étudiants en plus par rapport à l'année dernière. La barre des 4000 n'est plus très loin
date de publication19.12.2019
taille17.61 Kb.
typeRapport





MÉDIA
www.midilibre.fr


DATE
10/09/2014

TITRE EN UNE
Oui

Non

EMPLACEMENT


Recto

Haut

Droite

Verso

Bas

Gauche




TIRAGE
183 000

RUBRIQUE



ORIGINE
Sollicité

Spontané

SURFACE


















Enseignement supérieur : Unîmes en ordre de marche

il y a 8 jours 2 AGATHE BEAUDOUIN

Mardi, lors d'un cours d'arts appliqués à Vauban. Les filières psychologie et droit sont les plus demandées.

A. B.

L 'université de Nîmes accueille cette année 7 % d'étudiants en plus par rapport à l'année dernière. La barre des 4000 n'est plus très loin.

L'amphi A2, pour ce cours d'arts appliqués, affiche complet jusqu'au dernier des strapontins. Étudiants attentifs et professeur concentré, on entendrait une mouche voler. À l'autre bout du site, dans l'amphi 5, les 600 places ne seront pas de trop pour accueillir les nouveaux inscrits en première année de psychologie.

Rythme de croisière

Moins d'une semaine après la rentrée des étudiants, le site Vauban est en mode “on” et semble avoir trouvé son rythme de croisière. Avec 7 % d'inscrits en plus par rapport à l'année dernière, des effectifs se rapprochant de plus en plus de la barre des 4 000 étudiants et un nouvel attrait des jeunes pour les formations scientifiques, Unîmes évolue lentement mais sûrement.

Le resto U du parc a définitivement fermé ses portes

Le restaurant universitaire du parc, situé près du site Vauban, ne reprend pas du service. Face à la désaffection des étudiants (ils étaient une trentaine en fin d’année à venir s’y restaurer), le Crous n’était plus en mesure d’assurer ce service. "C’est un constat fait à l’échelle nationale : les restos U sont moins sollicités. Et ce n’est pas de gaieté de cœur que nous prenons cette décision, assure, au Crous, Myriam Fauré. Mais en concertation avec l’université, nous travaillons sur une autre formule."

L’alternative, donc, consiste à proposer une formule plat du jour + dessert pour 3,20 €, à la cafétéria de Vauban qui, elle, ne désemplit pas. Sur place hier midi, les usagers semblaient satisfaits de cette nouvelle option. De son côté, le syndicat Unef ne cache pas sa "déception". Il estime surtout que le lieu n’est pas adapté : "Ce point de vente, bien que très pratique et économique, n’a pas sa place dans la cour de la faculté. La gestion risque de devenir complexe et le personnel, bien qu’utile, risque de se marcher dessus."

La responsable du Crous répond : « Nous sommes en rodage et demandons un peu d’indulgence aux étudiants. C’est un vrai challenge pour nos équipes d’offrir sur des plages horaires réduites des plats du jour dans plusieurs cafétérias. Nous ferons rapidement un bilan. » Affaire à suivre.

"L'université devient crédible"

Suffisamment, en tout cas, pour satisfaire le président, Emmanuel Roux, qui y voit le fruit des efforts consentis depuis plusieurs années, lorsque Nîmes se battait encore pour devenir autonome. "Il y a désormais un effet réputation. L'université de Nîmes est connue et visible, elle devient crédible et de plus en plus attractive."

Faire de sa petite taille un atout majeur

Aidée sans doute aussi par le fait que la capitale gardoise est une ville étudiante beaucoup moins chère que sa voisine montpelliéraine. Et par un contexte général : les universités de taille moyenne sont de plus en plus recherchées par les jeunes bacheliers. À l'image de Versailles Saint-Quentin, arrivée l'an passé à la surprise générale en tête du classement des universités (1) délivré par le ministère de l'Enseignement supérieur, Unîmes veut faire de sa petite taille un atout majeur.

Elle intègre cette année le top 5 des universités qui possèdent la plus forte valeur ajoutée pour les masters 2. "Nous restons une université de territoire, à taille humaine, qui obtient des résultats", reprend le vice-président Nicolas Leroy, chargé des études et de la vie universitaire.

La création d'une équipe de recherche pour objectif

Reste tout de même à obtenir encore l'essentiel : la création, in fine, d'une équipe de recherche, avec pour spécificité la thématique du risque environnemental, que doit accorder (ou pas) le ministère de l'Enseignement supérieur. Deuxième défi de taille : l'obtention des financements qui permettront de poursuivre la deuxième tranche de travaux sur le site Hoche, pour le moment au point mort.

(1) : classement mesurant la capacité des établissements à tirer le meilleur de leurs étudiants. Nîmes arrive 28e sur 76.

Une communauté d’universités en projet

Encore une nouveauté administrative dans le paysage universitaire : conséquence de la loi Fioraso de 2013, les universités de Montpellier, Nîmes et Perpignan devraient d’ici peu être regroupées en communauté d’universités. Il ne s’agit pas d’une union, ni d’une fusion.

Copiant exactement le modèle d’une communauté d’agglomération qui regroupe plusieurs communes d’un même territoire, cette communauté d’universités doit réunir les quatre établissements de la région en leur permettant "de conserver leur identité et leurs spécificités". Les quatre universités du Languedoc-Roussillon sont parvenues à s’accorder sur ce projet mais il aura fallu dix-sept versions différentes avant que ces nouveaux statuts rédigés par le président nîmois Emmanuel Roux soient validés par tous.

Le 20 octobre, le projet et les statuts seront présentés à Paris, au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. "L’objectif est d’apporter une valeur ajoutée aux universités, de mutualiser certaines compétences tout en évitant des répétitions dans l’offre de formation, déclare Emmanuel Roux. Cela peut ouvrir des perspectives au niveau international par exemple."

Les textes prévoient la création d’un conseil d’administration et d’un conseil académique pour diriger cette nouvelle structure, qui pourrait à terme englober d’autres établissements : l’école d’architecture de Montpellier, Agropolis, l’école des Mines d’Alès, le CNRS ou encore l’ARD. Les statuts de la communauté d’universités pourraient être validés avant la fin de l’année 2014.

similaire:

L \Rapport annuel Grdf année 2013
«indemnisations» proposées par l’exploitant pour l’implantation du parc ne concernent pas les communes comme champvallon pour lesquelles...

L \Règlement intérieur de l'association «Randonnée Promenade»
«Randonnée Promenade». Le montant de la cotisation est fixé chaque année, pour l'année suivante, par le conseil d'administration....

L \Au cours de l’année de L1, les étudiants du département d’arabe doivent

L \3ème année de Licence – Mention Chimie
«d’Ouverture» qui est à choisir dans un large panel proposé par l’Université Paul Sabatier (voir même d’autres Universités Toulousaines...

L \Report des congés annuels non pris du fait d’un arrêt maladie
Le congé dû pour une année de service accompli ne peut se reporter sur l'année suivante, sauf autorisation exceptionnelle donnée...

L \Le monde du livre est surmédiatisé par rapport à son poids marchand...

L \Reunion delegues du personnel production – Usine Moteurs
...

L \Le programme recouvrera une grande partie du droit syndical, le cours...

L \Le thème du concours de cette année est «Rue»

L \Le thème du concours de cette année est «Rue»
«A» sera favorisée par le jury de façon à compenser l’impossibilité de celle-ci d’accéder aux interventions et manipulations sur...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com