Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005





télécharger 80.78 Kb.
titreBulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005
date de publication20.12.2019
taille80.78 Kb.
typeBulletin




Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005

SOMMAIRE



L'evenement - 1
Une "Journée de solidarité" bien mal partie

par Serge Plenier
L'evenement - 2
Le Proche-Orient bouge

par Jean-Gabriel Delacour
Economie
La Chine va-t-elle réveiller l’Occident ?

par Augustin Frontenac
Magazine
Réunion en France des Œuvres pontificales missionnaires

par Jean Etevenaux
Humeur
Terrorisme intellectuel

par Erwan Violin
Ruralia
La valse de la mémoire

par Christiane Papineau
Livres,

par Catherine Pauchet
D’un jour a l’autre

Evenement - 1

Serge Plenier

Une "Journée de solidarité ” bien mal partie



Le lundi de la Pentecôte se passera-t-il sous le signe de la pagaille ? C’est infiniment probable. Les trains rouleront, les administrations d’Etat seront ouvertes, mais dans nombre de communes, les services seront fermés et, de leur côté, les médecins et les taxis pourront appliquer le tarif "jour férié". Quant aux établissements scolaires, s’ils sont ouverts, rien ne dit que les enseignants assureront les cours. Les parents d’élèves risquent fort d’de n’envoyer leurs enfants qu’à des garderies.

Du côté des entreprises, la situation est tout aussi confuse. Certaines grosses sociétés comme TF1, Axa Assistance ou Shell offrent carrément la journée à leurs salariés, tandis que Renault, la Société générale ou le Crédit mutuel seront fermés mais décompteront une RTT. Enfin, il faudra compter avec les multiples appels à la grève dans la plupart des secteurs.

Il faut dire aussi que le gouvernement n’aura pas eu de chance : cette année, deux jours fériés traditionnels, le 1er et le 8 mai sont tombés un dimanche. Et le sentiment d’avoir perdu en réalité trois jours de repos supplémentaires n’a pas arrangé les choses. Il était pourtant facile de consulter un calendrier de l’année 2005.

Ce n’est d’ailleurs pas la seule erreur gouvernementale dans ce dossier. Le choix du lundi de Pentecôte était malheureux à tous égards. Le week-end de Pentecôte est en effet l’un des plus chargés de l’agenda des Français. Sans parler de la Féria de Nîmes, nombreuses sont les manifestations qui trouvent tout naturellement leur place dans ce week-end de printemps. C’est tout un faisceau d’habitudes, de sociabilités, mais aussi d’intérêts légitimes qu’a soulevé contre lui Jean-Pierre Raffarin.

Plus grave encore, l’argument de la solidarité n’a guère convaincu. Certaines générations se souviennent encore de la vignette automobile destinée à apporter aux retraités un argent dont ils n’ont pratiquement pas vu la couleur. De plus, la présentation chiffrée des recettes espérées paraît singulièrement maladroite. Les deux milliards d’euros annoncés par le Premier ministre sont à mettre au regard des 3,5 milliards que devra sans doute débourser l’Etat au titre de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Enfin, la présentation de cette journée de solidarité dans la foulée de la canicule de 2003, s’est révélée catastrophique à tous égards. Les Français n’aiment guère qu’on leur donne des leçons de solidarité sur l’air du "vous ne travaillez pas assez" quand on s’est fait accuser d’impéritie.

Décidément, la "Journée de solidarité" paraît bien mal partie.
____________________________________________

Evenement - 2

par Jean-Gabriel Delacour


Le Proche-Orient bouge



Tout en demeurant prudent dans l’analyse, il faut bien convenir que les choses semblent bouger au Proche-Orient, aussi bien en ce qui concerne Israël et la Palestine qu’en ce qui touche le Liban. La chape de plomb qui semblait annihiler tout espoir de changement paraît moins pesante et on assiste d’ailleurs au retour d’un certain nombre d’initiatives, comme celle conduite, ce mois de mai, par la Fédération interreligieuse et internationale pour la paix dans le monde.
De son côté, le Premier ministre israélien s’impose tout à la fois aux colons obligés de quitter Gaza — même avec un délai — et aux islamistes qui n’arrivent plus à commettre beaucoup d’attentats — ceux-ci semblant beaucoup plus faciles à réaliser en Irak. En outre, deux événements majeurs pourraient justement donner à Ariel Sharon les interlocuteurs dont il a besoin : la consolidation de Mahmoud Abbas en Palestine et la réapparition d’un Liban souverain.
Avec un fort taux de participation — 82 % —, les élections municipales palestiniennes ont conforté le Fatah, même si l’intransigeant Hamas a effectué un bond en avant, notamment dans ces zones urbaines propices à une nouvelle intifada contre les militaires et les civils israéliens. Quant au Liban, malgré un découpage électoral qui désavantage toujours les chrétiens, l’acceptation du retour du général Aoun, symbole de la résistance à la Syrie, augure d’une nouvelle donne pour les élections législatives de la fin du mois, surtout si elle s’accompagne de la libération de Samir Geaga.
Certes, les problèmes ne manquent pas. On ne peut ainsi exclure une remontée du Hamas aux législatives palestiniennes du mois de juillet — cela dépendra de la capacité de Mahmoud Abbas à renouveler l’après-Arafat et à entamer sérieusement la lutte contre la corruption. On ne peut non plus passer sous silence des affaires comme les accusations lancées contre le patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, Irénée Ier, lequel, quoique réputé pro-palestinien, aurait vendu deux hôtels à des Israéliens, facilitant ainsi la mainmise juive sur la vieille ville. On ne peut davantage exclure une réapparition des conflits personnels au Liban, le général Aoun faisant automatiquement de l’ombre aux autres dirigeants chrétiens. On ne peut enfin écarter l’hypothèse d’une rentrée de la Syrie dans le jeu régional par le biais des armes qu’elle a transférées dans les camps occupés par les Palestiniens toujours opposés à la paix avec Israël et évidemment acquis aux thèses du Hamas.
L’avenir n’est pas encore complètement éclairci.
____________________________________________

Economie

par Augustin Frontenac


La Chine va-t-elle réveiller l’Occident ?



Faut-il voir dans la Chine d’aujourd’hui l’incarnation du rêve ultralibéral par excellence comme de nombreux commentateurs l’affirment ? Ebahis par la vigueur de la croissance chinoise et surpris par l’implantation internationale des firmes chinoises, de plus en plus d’Occidentaux craignent le péril jaune !

Ces deux dernières années, un producteur de tomates en conserve passait sous pavillon chinois, Thomson vendait sa branche téléviseurs à son fournisseur chinois et Sagem se séparait de ses téléphones portables au profit du leader. Plus récemment, Marionnaud, victime de l’opacité de sa comptabilité, vient d’être acheté par un richissime ressortissant hongkongais, Li Ka-shing…

Pour se rassurer, les reportages sur le thème du géant aux pieds d’argile se multiplient. L’exode rural pousse des dizaines de paysans dans la misère et sur les routes ; le krach guette cette économie en surchauffe ; la sous-évaluation de la monnaie chinoise n’est plus tenable ; les ultras vont déclencher une guerre à Taiwan ; le régime totalitaire n’est plus communiste mais libéral…

En Europe et en France, les industriels du textile, qui avaient déjà délocalisé au Maghreb, crient au massacre car ils ne peuvent faire face à la concurrence, et on parle de grève pour ne pas travailler une journée supplémentaire. La concurrence chinoise fait peur et ceux qui se présentent comme les uniques défenseurs des démunis militent pour un non qui affaiblira le dernier rempart protégeant nos économies.

Habitués à financer leur train de vie grâce au travail du reste du monde, les Occidentaux sont invités à se remettre profondément en cause à l’orée de ce nouveau millénaire. Faute de quoi, leur destin sera moins enviable que celui des Athéniens déchus servant d’alibi culturel à Rome : Confucius n’était pas Européen et nous ne sommes pas un modèle culturel pour l’Asie.

__________________________________

Magazine

par Jean Etevenaux

Réunion en France des Œuvres pontificales missionnaires



C’est un événement : pour la première fois depuis 1922, les Œuvres pontificales missionnaires — dont trois sur quatre ont été fondées au XIXe siècle par des Français — ont tenu leur réunion annuelle en France au lieu de Rome. La raison en était simple : il s’agissait d’inaugurer la maison rénovée de Pauline Jaricot, cette intrépide laïque qui, au XIXe siècle, lança la Propagation de la foi. Aussi les directeurs nationaux des Opm de 130 pays se sont-ils retrouvés à Lyon au cœur d’une multitude de manifestations organisées à cette occasion.
Lyonnaise très représentative de son époque, Pauline Jaricot (1799-1862), tandis qu’elle découvrait la variété des misères humaines de son quartier de Saint-Nizier, arrachant notamment quelques prostituées à leur condition, écrivait d’une traite, à même pas 23 ans, L’amour infini dans la divine eucharistie. Surtout, en 1819, elle reprenait une idée des anabaptistes d’outre-Manche pour mettre en place un système qui faisait que, par ricochet, chacun trouvait “ dix associés donnant un sou par semaine pour la propagation de la foi ”. Le but : aider, par la prière et par des dons, des missionnaires dans le monde entier. Après quelques balbutiements, le succès s’affirmait, notamment dans les milieux populaires, parce qu’ils pouvaient épargner le sou de base. L’organisation décimale permettait, à travers des milliers de donateurs, d’envoyer ces sommes en Asie, par le biais des Missions étrangères de Paris, et en Amérique, plus précisément en Louisiane et au Kentucky d’où parvenaient des demandes de missionnaires lyonnais ; à ses côtés, agissaient un certain nombre de membres lyonnais de la Congrégation. Officiellement fondée en 1822, l’Œuvre de la Propagation de la foi se partageait entre deux centres, Lyon et Paris et, dès 1826, elle travaillait en lien avec la Sacrée Congrégation de la Propagande, réorganisée à Rome en 1817. Une publication naissait dès la fondation, Nouvelles reçues des missions, vite devenue, en 1825, Annales de la Propagation de la foi ; de 10 000 exemplaires en 1822, le tirage passait rapidement à 179 300 en 1846 — dont 100 000 pour la France — et à 200 000 en 1860, pour atteindre le chiffre de 540 000 en 1871 ; le général des jésuites le qualifiera de “ journal le plus lu du monde ”, avec des éditions allemande, flamande, hollandaise, portugaise, espagnole et polonaise. Ses collectes, provenant de 475 diocèses, lui permettront, en 1846, de recueillir 3 575 775 francs.
Il faut ajouter que, à 27 ans, Pauline Jaricot créait le Rosaire vivant, une des grandes associations de masse de l’Église catholique, comparable à la Légion de Marie et à la Croisade du rosaire. Dès 1834, on dénombrait un million d’adhérents en France, chiffre qui sera multiplié par plus de deux à sa mort et qui prospérera — le futur Jean Paul II en fera partie. Elle se rendit ensuite à Rome, où le pape Grégoire XVI, très attaché aux missions, la visita à trois reprises et d’où elle ramena le culte de Notre-Dame de Lorette, dont elle donnera le nom à son habitation de la montée Saint-Barthélemy, ainsi qu’une grande vénération pour sainte Philomène, qu’elle transmit au curé d’Ars. Très touchée par le sort du prolétariat naissant, elle crut, en 1844, pouvoir lancer une opération concrète, destinée à permettre à des ouvriers de gérer leur destin pour se régénérer, grâce à l’usine métallurgique de Rustrel, près d’Apt, dans le Vaucluse ; mais, grugée par des escrocs, elle engloutira sa fortune dans cette Œuvre des ouvriers et elle passera les dix dernières années de sa vie inscrite sur le rôle des indigents du bureau de bienfaisance de Lyon.
Aujourd’hui, la ville se réjouit non seulement pour le regain de notoriété que lui apporte Pauline, mais aussi parce que sa maison conforte son inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco : elle constitue un véritable livre ouvert sur les constructions en un même lieu, avec une vraie continuité et une réutilisation de ce qui existait auparavant, comme l’atteste l’habitation sur le rempart médiéval, lui-même construit sur la voie romaine. En outre, on a découvert des plafonds à couvre-joints, très XVIe siècle, et des marqueteries de bois, retrouvées nulle part ailleurs ; sur les murs, au deuxième étage, on a mis au jour des peintures, avec de grands cartouches plutôt XVIIe, des décors demandant une grande maîtrise, montrant la qualité d’un lieu où logèrent peut-être Henri III, Henri IV et Gabrielle d’Estrées.
Le 5 mai, lors de l’inauguration officielle, on a beaucoup remarqué le discours du maire socialiste de la ville, Gérard Collomb, qui n’a pas craint d’évoquer la spiritualité de Pauline Jaricot sans se contenter de ses réalisations sociales. Les cardinaux, évêques, prêtres, religieux, religieuses et laïcs présents aux côtés des autorités civiles ont pu ensuite se retrouver à la primatiale Saint-Jean lors de la messe pontificale présidée par le cardinal Crescenzio Sepe, préfet de la congrégation pour l’évangélisation des peuples, puis l’après-midi en l’église Saint-Nizier pour la comédie musicale du P. Raoul Mutin montrant Pauline Jaricot hier et aujourd’hui, tant elle demeure encore un exemple.

____________________________________________

Humeur

par Erwan Violin

Terrorisme intellectuel



Le terrorisme intellectuel et médiatique règne sur notre pays. La bien pensance politico-médiatique ringardise, excommunie, bref assassine tout ce qui ne va pas dans son sens. C’est en tout cas ce qu’affirment les partisans du "non" au référendum sur la Constitution européenne.

A vrai dire, ils n’ont pas tout à fait tort. Les principaux médias nationaux, grands quotidiens, chaînes de télévision et radios semblent tous mener une campagne effrénée pour le oui. De plateau télé en plateau télé, ce sont toujours les mêmes experts qui répliquent aux adversaires de la Constitution européenne, les traitant courtoisement (enfin pas toujours) de mauvais Européens, voire de mauvais Français, quand ils ne les accusent pas de reprendre les arguments de Le Pen. Dans certains journaux, les rédactions se sont mêmes émues de l’excessive faveur accordée au "oui".

Certains en viennent d’ailleurs à penser que cette partialité affichée au bénéfice du "oui" pourrait très bien se retourner contre le "oui" en question. Ce qui n’est pas faux.

Cela dit, n’exagérons pas. Les partisans du "non" peuvent s’exprimer librement sur les médias et ne s’en privent d’ailleurs pas. Pendant un temps, on a même eu l’impression qu’ils tenaient le devant de la scène. Les tenants du "oui" ont réagi, et comme ils ont derrière eux, outre l’Etat, les principaux appareils de partis, alors que les partisans du "non" sont bien plus éparpillés, ne disposent pas d’appareils et se retrouvent souvent aux franges (droite ou gauche) de l’échiquier politique. Il n’est pas facile pour un journaliste, théoriquement surinformé, de se retrouver aux côtés de Le Pen ou de Besancenot.

Tout de même, un peu plus d’équilibre ne ferait pas de mal à personne, surtout aux journalistes qui en ont bien besoin… et c’est un journaliste qui vous le dit.

____________________________________________
Ruralia

par Christiane Papineau

La valse de la memoire



On nous demande de souffler tant et tant de bougies d’anniversaire, ces jours-ci que l’on ne sait plus vers quel gâteau se tourner.

On commémore à tour de bras, dans une valse effrénée de la “ mémoire ” qui nous conduit droit à l’étourdissement. Notre cerveau devient une gigantesque centrifugeuse, où s’entrechoc, pêle-mêle, moments historiques fondamentaux, massacres oubliés et dates - somme toute –plus triviales. Les images succèdent aux images, défilant sous les yeux d’un public, souvent jeune, qui cherche déjà ses repères et qui va bientôt penser que Jacques Chirac dont on fête (justement) les 40 ans en politique a signé l’armistice de la seconde guerre mondiale… Ne pas oublier, c’est bien ; en faire trop dans le souvenir tue le souvenir.
____________________________________________
Livres

par Carherine Pauchet

La voie anglaise



David Held est l’un des maîtres à penser de ce qu’en Grande-Bretagne, on nomme la “ Troisième voie ”, à savoir la ligne politique, celle d’une social-démocratie renouvelée, qui sous-tend l’action de Tony Blair, avec un succès indéniable. A ce titre, il est un observateur attentif des évolutions qui modèlent notre planète et de cette “ globalisation ” qui pèse lourd sur notre avenir. La mondialisation, affirme-t-il, prend son essor après la seconde guerre mondiale quand l’Europe a dû se reconstruire sur de nouvelles règles et de nouvelles valeurs. Dans ce cadre, une place croissante a été donnée à la justice et au droit internationaux, à des préoccupations telles que les droits de l’Homme et l’environnement, à la volonté d’encadrer l’activité humaine par des lois, des droits et des responsabilités. Autre bouleversement : celui du capital qui, au fil des ans, est devenu plus mobile que le travail, un avantage qui l’autorise à imposer ses conditions. David Held pose alors deux questions : la “ gouvernance mondiale ” peut-elle favoriser le développement économique ou lui faire obstacle ? Comment la “ troisième voie ” peut-elle limiter les aspects négatifs, notamment pour les salariés ? Alors qu’un ordre multilatéral se met en place, il avance ses propositions dans trois domaines : l’économie, la politique et le droit. Pour comprendre l’actualité.

“ Un nouveau contrat mondial. Pour une gouvernance social-démocrate ”, David Held, Les Presses de Sciences-Po, coll. “ les nouveaux débats ”, 306p., 12 euros.
__________________________________
D’un jour à l’autre

France



Dernière ligne droite

La campagne électorale pour le referendum sur la constitution européenne rentre dans la dernière ligne droite, le scrutin devant avoir lieu le 29 mai. Alors que les partisans du “ Oui ” font feux de tout bois, une polémique monte quant à l’attitude des médias, accusées de faire preuve de partialité et de ne faire qu’une petite part au camp du “ Non ”.
Bulletin de santé

L’état de santé de Jean-Pierre Raffarin est satisfaisant, après son opération en urgence de la vésicule biliaire. Le Premier Ministre reprend ses activités, tout en étant affaibli et physiquement et politiquement, puisque sa cote de popularité est au plus bas.
Une première

Personne ne sait précisément qui travaillera et qui ne travaillera pas lundi prochain, lundi de Pentecôte, ce qui sera ouvert et ce qui sera fermé. La pagaille totale règne en la matière, grande première dans l’histoire des jours chômés et signe de fragilité du gouvernement qui n’a pas su imposer une loi votée.
Fiscalité de la restauration

Voilà que l’on reparle de la baisse de la TVA de 19,6 à 5,5% dans la restauration. Attendue avec impatience par toute une profession, cette vieille promesse électorale de Jacques Chirac, resurgit à quelques semaines du referendum sur l’Europe. La présidence de l’UE aurait accepté les arguments de la France. Reste à avoir l’accord des 25 pays. Encore un peu de patience.
Halte aux textiles chinois

Jacques Chirac part en guerre contre les importations de textiles chinois. Le président de la République est très préoccupé par le déferlement sur le marché européen de vêtements venus de Chine depuis la levée des quotas, au 1er janvier. Il l’a redit, personnellement à son homologue chinois en souhaitant qu’une solution soit trouvée, au plus vite.
Petits pas

Le ministère de l’Agriculture vient de donner onze nouvelles autorisations de test en plein champ pour des maïs génétiquement modifiés, soit environ soixante nouvelles parcelles. Ces autorisations ont été délivrées à des laboratoires qui incorporent des gènes, issues des OGM, soit à la santé (notamment certains traitements du cancer), soit à la production agricole. Une politique prudente de petits pas, cherchant à concilier les avancées de la recherche et les craintes suscitées par les OGM.
Médiateur, on vous aime

Nous faisons de plus en plus appel au service du Médiateur de la République. C’est ce que l’on apprend du rapport annuel remis au Président de la République par Jean-Paul Delevoye. Des réclamations, en hausse de 10 % par rapport à l’an passé, et qui touchent principalement des questions sociales, judiciaires ou ayant trait à la nationalité.
Changement à la tête de l'OMC

Un Français pourrait très bientôt être élu président de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce). Pascal Lamy, ancien commissaire européen, part favori pour prendre la tête, à la fin du mois de mai, de ce très puissant organisme qui regroupe 148 pays du monde et tente de réguler la mondialisation des échanges.
Adieu Paris, bonjour Venise

Le site historique des anciennes usines Renault sur l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt ne sera jamais le grand centre culturel envisagé. L’industriel François Pinault qui souhaitait y mettre le siège de sa prestigieuse fondation a jeté l’éponge en France pour cause de lourdeurs, de pesanteurs et d’incertitudes. La fondation Pinault verra bien le jour, mais à Venise.


Monde



Tony Blair pour la troisième fois

Le New Labour, le parti travailliste de Tony Blair a remporté pour la troisième fois les élections à la chambre des Communes. C’est la première fois en Angleterre que les travaillistes remportent trois fois de suite les élections. Le succès de Tony Blair est cependant mitigé puisque son parti, avec 37 % des voix perd 57 sièges. Ce score est la conséquence directe de l’engagement du Premier ministre britannique aux côtés des USA pour la guerre en Irak.
Anniversaire tendu à Moscou

C’est à Moscou et sur l’invitation de Vladimir Poutine que se sont déroulées les cérémonies du cinquantième anniversaire de la fin de la guerre de 39-45. L’atmosphère cependant était quelque peu tendue dans la mesure où George W. Bush s’était rendu en Lettonie, laquelle, comme les autres pays Baltes attend toujours les excuses de la Russie pour son annexion en 1945.
Retrait israélien retardé

Le retrait des troupes israéliennes de la bande de Gaza a été reporté à la mi-août. Ariel Sharon a prétexté le souci de ne pas interférer avec une période de deuil traditionnel chez les juifs. Par ailleurs, le gouvernement israélien a fait savoir qu’il reconsidèrerait sa décision de retrait au cas où le Hamas (islamiste) remporterait les élections législatives palestiniennes.
Attentats en Birmanie

Quatre attentats ont fait onze morts et 162 blessés à Rangoon, capitale de la Birmanie. Selon certains, ces attentats pourraient bien avoir été organisé par la junte militaire en place qui se bat depuis plusieurs années contre les Karens chrétiens qui réclament leur autonomie.
Le retour du général Aoun

Le général Aoun a été accueilli en héros à son retour à Beyrouth après quinze ans d’exil. Figure emblématique de la lutte contre les Syriens, le général Michel Aoun, qui se présentera aux prochaines législatives, pourrait prétendre à la présidence libanaise.
Nucléaire nord-coréen

La Corée du Nord disposerait d’environ six armes nucléaires. C’est ce qu’a affirmé Mohamed El Baradei, directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Selon des experts américains, le régime de Pyongyang préparerait un essai souterrain pour le mois de juin.
Le gouvernement irakien (presque) au complet

Le parlement irakien a approuvé le gouvernement présenté par le Premier ministre Ibrahim al-Jaafari. Ce gouvernement de 36 membres comprend 18 chiites, 8 Kurdes, 9 sunnites et un chrétien. Il aura fallu plus de trois mois de tractations après les élections pour constituer ce premier cabinet.

Sports



Football (1)

Les Lillois décidément, auront été les animateurs de la saison 2004/2005. Malgré son fléchissement en fin d'hiver, le LOSC, entraîné de main de maître par Claude Puel, se rapproche du championnat d'Europe - C1 - après sa victoire sur le PSG (1-0), en 35ème journée de championnat de L1. L'accession de Pierre Blayau à la présidence du PSG n'aura pas suffi à sortir l'équipe parisienne des turbulences.
Football (2)

Les lyonnais sont champions de France de L1 alors qu'il reste trois matchs à disputer. Ils le doivent à leur victoire sur Ajaccio (2-1) qui les met définitivement à l'abri. C'est le 4ème titre de champion d'affilée pour l'Olympique Lyonnais qui rejoint le voisin stéphanois et Marseille dans ce registre. Nul doute que départ de Paul Le Guen pour le PSG ne soit douloureusement ressenti par les Lyonnais. Mais Paul Le Guen est un ancien du PSG …
Basket

Les équipes du Mans et de l'ASVEL se tiennent décidément par la barbichette et la 33ème journée de PRO A ne permet toujours pas de distinguer qui sera le vainqueur final. Les deux équipes comptent chacune 57 points, même si la différence de paniers donne un petit avantage aux manceaux (25 paniers de mieux pour Le Mans).
Athlétisme

A 22 ans, le Jamaïcain Asafa Powell est devenu le troisième performer mondial sur la distance de 100 m. Il a couru la distance en 9"84. Seuls, ont fait mieux que lui, les Américains Tom Montgomery (9"78 et Maurice Green (9"79). Il est désormais ex-æquo avec deux Canadiens qui ont réussi le même temps que lui : Donovan Bailey et Bruny Surin
Tennis

Au tournoi de Berlin, la Wallonne de Liège, Justine Henin-Ardenne a remporté son 3ème tournoi au détriment de la Russe Nadia Petrova (6-3, 4-6, 6-3). La Belge qui fut un moment 1ère joueuse mondiale se rapproche des dix premières places, repassant devant sa sœur ennemie des Flandres : Kim Clijsters. La Française Amélie Mauresmo s'accroche à la 3ème place.

Cyclisme (1)

C'est parti pour le Giro 2005 et la 1ère étape ne s'est pas trompée en voyant arriver dans l'ordre trois favoris : Paolo Bettini (qui devient leader de l'épreuve), Robbie Mc Ewen et Alessandro Pettachi. Didier Rous (34 ans), ancien champion de France a dû abandonner pour sa 1ère participation au Tour d'Italie à cause de problèmes de santé. Il faudra sans doute encore attendre un successeur au dernier Français vainqueur : c'était Laurent Fignon en 1989.
Cyclisme (2)

Les 4 jours de Dunkerque ont vu s'affronter les absents au Tour d'Italie. C'est le Polonais Adam Wadecki qui a remporté la dernière étape (Bourbourg -Dunkerque) mais c'est le Français Pierrick Fédrigo (Bouygues Telecom) qui remporte l'épreuve devant le Russe Vladimir Efimkin (Barloworld) et l'inusable Christophe Moreau (Crédit Agricole) toujours bien placé. On notera la faiblesse des écarts finaux, 10 coureurs se tenant en moins de 40 secondes.
Automobile (1)

On attendait l'Espagnol Fernando Alonso et sa Renault et ce fut le Finlandais Kimi Raïkkönen qui remporta le Grand Prix d'Espagne de Formule 1, disputé à Barcelone, après avoir mené de bout en bout. Il n'a pas, cette fois, connu d'ennuis mécaniques et Alonso termine 2ème à 27", confortant solidement sa 1ère place au classement des pilotes avec 44 points, loin devant Jarno Trulli, 26 points.
Automobile (2)

L'autre vainqueur du Grand Prix d'Espagne de Formule 1 est la firme Renault qui prend les 2ème et 5e places de la course et occupe sans partage la 1ère place au classement des constructeurs avec 58 points et 18 points d'avance sur Toyota. Mais il y a un autre grand vainqueur et c'est Michelin qui équipait les huit voitures arrivées en tête du Grand Prix et sans compter que Michael Schumacher a dû son abandon à une déficience de ses pneus Bridgestone.
____________________________________________


Fondateur: Jacques Jira+ - Directeur de la publication: Philippe Buron-Pil“tre - Comit” de r”daction: Olivier Cebe, Jean Et”venaux,

Christian Fremaux, Adrien M. Grandmesnil, Vincent Hervou_t, G”rard Leclerc, Catherine Pauchet, Serge Plenier, -

Impression par nos soins – ISSN: 0789-2757

R”daction: T”l: 06 86 44 78 16 - e-mail: acip.presse@club-internet.fr

_______________________

ACIP est une publication de l’ACIP, SARL de presse au capital de 5 000 Euros, RCS Paris B 477 806 830 (2004B13402)

Si_ge: 18, rue Cler, 75007 Paris

similaire:

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconBulletin hebdomadaire n° 1041 du lundi 27 juin 2005

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconBulletin hebdomadaire n° 1070 du lundi 23 Janvier 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconReunion aesh lundi 22 mai 2017 salle 109
...

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconAssemblée nationale
«convention alpine»), votés le 19 mai 2005 et promulgués le 20 mai 2005 (Loi n°2005-492)

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconBulletin épidémiologique hebdomadaire

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconBulletin de l'aislf, n° 14, janvier 1998, compte rendu du Colloque...
D’un principe philosophique à un genre littéraire : les secrets (11-14 septembre 2002), publiés par D. de Courcelles, 2005

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconBulletin de reinformation du lundi 27 mai 2013
«La Manif pour tous avait fait son temps». La porte parole avait laissé Xavier Bongibault, homosexuel opposé au mariage pour tous,...

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconPRÉprogramme lundi 22 mai 2006

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconReunion du conseil municipal du lundi 16 mai 2011

Bulletin hebdomadaire n° 1034 du lundi 9 mai 2005 iconLe calendrier rappel : date limite du dépôt papier lundi 27 mai 2013






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com