Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l'État à délivrer des documents d'état civil aux jumelles nées de mère porteuse aux États-Unis. Le parquet a fait appel





télécharger 456.13 Kb.
titreLe juge des référés du tgi de Nantes a contraint l'État à délivrer des documents d'état civil aux jumelles nées de mère porteuse aux États-Unis. Le parquet a fait appel
page6/15
date de publication28.10.2017
taille456.13 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

Pionnier mondial
Alors que plusieurs dizaines de laboratoires développent des produits de nanomédecine de première génération, c'est-à-dire des produits qui facilitent l'ingestion des médicaments en les rendant moins toxiques, Nanobiotix est focalisé sur la nanomédecine de seconde génération. « C'est le laboratoire le plus avancé dans le recours aux nanoparticules en liaison avec la radiothérapie », affirme son président. Autre atout de cette société issue en 2003 de recherches réalisées à l'Université de Buffalo aux États-Unis : à l'heure où l'on ne parle plus que de médecine personnalisée, son approche est généralisable à tous les patients traités par radiothérapie (60 % des cancéreux). Ce qui n'empêchera pas ses traitements d'atteindre des prix élevés. Les analystes estiment leur coût entre 8 000 et 40 000 dollars par an. « Nous pouvons aider trois millions de patients souffrant d'un cancer à augmenter l'efficacité de la radiothérapie. Dans un second temps, nous pourrions viser les six millions de patients qui pourraient bénéficier d'une baisse des effets secondaires de la radiothérapie », détaille Laurent Levy.
Nanobiotix, qui cible les 60 % de patients atteints de cancers soignés par radiothérapie, vise un marché estimé à 5 ou 6 milliards de dollars. Le cours de l'action a été multiplié par 2,4 depuis sa cotation fin 2012.

Vaccin contre l’hépatite B, un non-lieu requis dans le dossier pénal

La Croix du 5 janvier 2016 par Pierre Bienvault
Le Parquet de Paris a confirmé lundi 4 janvier avoir requis, fin juin, un non-lieu dans l’affaire de la vaccination de l’hépatite B, soupçonnée de provoquer des scléroses en plaques.
L’instruction, longue de 17 ans, n’a pas permis selon le parquet d’établir un lien de causalité entre le vaccin et cette affection neurologique. Est-ce bientôt la fin du long feuilleton pénal de la vaccination contre l’hépatite B ? En tout cas, le Parquet de Paris a discrètement requis, fin juin 2015, un non-lieu dans cet important dossier de santé publique, ayant donné lieu à une instruction de 17 ans. Révélée lundi 4 janvier par Le Parisien, cette information était ensuite confirmée au palais de justice. Le Parquet a choisi de demander un non-lieu, estimant qu’aucun lien n’a pas pu être formellement établi entre cette vaccination et la survenue de certaines affections neurologiques, en particulier des scléroses en plaque (SEP). Il reste maintenant à savoir ce que décideront les magistrats instructeurs : suivre le Parquet et clôturer le dossier, ou demander, malgré tout, le renvoi devant un tribunal.




En 1994, Philippe Douste-Blazy, alors ministre de la santé, avait lancé une campagne de vaccination ciblée sur les élèves de classe de 6ème. « Mais de manière assez scandaleuse, cette campagne a été étendue de manière massive sous l’impulsion des firmes qui, à l’époque, n’hésitaient pas à dire que l’hépatite B tuait plus de personnes en un jour en France que le sida en une année. Résultat, au lieu de vacciner 650 000 gamins de 10-11 ans, on a délivré le vaccin à 20 millions de personnes en quatre ans », explique le professeur Bernard Bégaud, épidémiologiste et responsable d’une unité Inserm à l’université de Bordeaux.

« Et parmi ces vaccinés, il y avait beaucoup de jeunes adultes à un âge où se déclarent en général les scléroses en plaques », ajoute-il.




Les années suivantes, une polémique très vive s’est développée sur les possibles effets secondaires du vaccin. Malgré des études montrant a priori une absence de liens entre le vaccin et les SEP, Bernard Kouchner a suspendu la vaccination en milieu scolaire en 1998. En parallèle, la justice a ouvert une enquête dans ce dossier impliquant une soixantaine de victimes, dont huit décédées. En 1998, une mise en examen pour « tromperie aggravée » a même été prononcée contre trois responsables des laboratoires SmithKline Beecham (aujourd’hui GSK) et Sanofi Pasteur MSD. Des poursuites qui seront donc abandonnées si le non-lieu est confirmé, comme cela paraît probable.


La fièvre de Zika s'empare du Brésil

Le Journal du Dimanche du 3 janvier 2016 par Anne-Laure Barret
Alors que les cas de malformation cérébrale se multiplient chez les bébés, le virus de Zika est montré du doigt. La Martinique et la Guyane sont touchées. Pas de panique, estiment des spécialistes…
L'alerte est venue du Brésil le 12 novembre. À cette date, le gouvernement a annoncé qu'il suspectait l'épidémie de fièvre de Zika, qui frappe une partie de ce pays depuis mai, d'être responsable de microcéphalies chez des bébés dont les mères avaient été affectées en début de grossesse. Les chiffres sont inquiétants : 1 248 cas de cette malformation du cerveau, caractérisée par une taille de la tête anormalement petite, avaient été enregistrés au 30 novembre, contre 147 en 2014.
Déjà présent dans neuf pays d'Amérique latine, le virus Zika, de la famille des flavivirus (comme la dengue et la fièvre jaune), vient de faire son apparition à la Martinique et en Guyane. Ce dernier département a été placé en phase de "pré-épidémie" car, outre des cas importés du Suriname voisin, deux contaminations autochtones ont été confirmées. Faut-il redouter une épidémie? « La Guyane entre en saison des pluies, ce qui favorise la prolifération des vecteurs de ce virus », explique Christian Meurin, le directeur de l'agence régionale de santé. Comme la dengue et le chikungunya, la fièvre de Zika, le plus souvent bénigne et qui passe inaperçue dans 60 à 80 % des cas, est transmise par les piqûres de moustique du genre Aedes : Aedes aegypti mais aussi Aedes albopictus, le redoutable moustique-tigre originaire d'Asie qui colonise le monde.




Le professeur Xavier de Lamballerie, virologue au CHU de Marseille, est un des meilleurs spécialistes français du Zika, isolé pour la première fois sur un singe en Ouganda en 1947. « Au départ, ce virus essentiellement responsable d'une éruption cutanée et de fièvre me semblait plutôt anodin », raconte-t-il. Son intérêt s'est accru il y a deux ans au moment où le virus a frappé la Polynésie, entre octobre 2013 et avril 2014, touchant environ 32 000 des 270 000 habitants de l'archipel. Cette épidémie faisait suite à la première jamais enregistrée dans le monde, dans l'archipel de Yap, en Micronésie, en 2007. « L'épisode polynésien a commencé à nous inquiéter, précise le chercheur. Il y a eu plusieurs cas de syndrome de Guillain-Barré, une complication neurologique qui peut être très grave. Des patients ont été placés en réanimation. On a soupçonné des problèmes chez des nouveau-nés. »
Au total, selon la direction de la santé en Polynésie française, 18 anomalies congénitales, sans doute en lien avec l'épidémie, ont été détectées sur des fœtus ou des enfants polynésiens. Sur ces 18 cas, 10 interruptions de grossesse ont été réalisées et 2 enfants sont décédés après leur naissance. Parmi les 6 qui ont survécu, 3 souffrent d'une microcéphalie et sont dans un état végétatif. Les 3 autres souffrent d'anomalies du tronc cérébral qui provoquent des troubles de la déglutition.

« Il n'est pas établi de lien absolument formel entre les malformations des bébés au Brésil et en Polynésie et Zika, mais il est fort probable que cette relation de cause à effet soit mise en évidence ces prochains mois », assène Xavier de Lamballerie.




S'il juge cette complication « inquiétante », le virologue marseillais appelle néanmoins à la prudence : « On est incapables de dire quel est le pourcentage de parturientes touchées. Sans oublier que plus l'épidémie progresse dans une population, plus le nombre de femmes déjà atteintes, et donc immunisées avant d'entamer une grossesse, va augmenter. » Un calme partagé par le virologue Éric Leroy, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement : « Ce virus est loin d'être plus dangereux que ceux qui causent le chikungunya ou la dengue. Chaque fois qu'un nouveau virus arrive, la panique s'installe. Qui dit nouveau dit inconnu… » Un inconnu qui inquiète les autorités.
Importée par des voyageurs venus d'Amérique ou des Antilles, la fièvre gagnera-t-elle la France cet été, saison préférée des moustiques ? Dès juillet, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), qui conseille la ministre de la Santé, a jugé ce risque « réel » : « Les conditions pour une transmission du virus sont réunies dans les départements où le moustique vecteur est présent », une vingtaine situés dans le sud de la France. Le pays est-il prêt à faire face à une éventuelle épidémie ? Le rapport du HCSP pointe certaines difficultés, notamment celle du diagnostic. Le virologue Xavier de Lamballerie, lui, se veut rassurant : « Tout le monde est mobilisé. Si Zika se diffuse en Guyane et aux Antilles, les messages de prévention y seront renforcés. Pour l'instant, en l'absence de traitement ou de vaccin, la seule précaution à prendre est de porter des vêtements longs et de mettre du répulsif. »

Le jour où mon fils autiste est entré dans une mosquée interdite d'accès à Jérusalem

Huffington Post du 4 janvier 2016 par Henri de Foucauld*
Des gardes armés font les cent pas devant la mosquée interdite d'Al Aqsa. Nous sommes à Jérusalem mais Pierre ne le sait pas. Il est autiste et ignore l'existence du conflit israélo-palestinien et les interdits qu'il engendre. Mon regard est rivé sur lui, j'ai allumé tous les warnings car dans ce lieu de tensions, Pierre peut s'enfuir de la zone de sécurité paternelle et commettre le pire, ici comme ailleurs. Et le pire est arrivé. Déjouant la vigilance des gardes, il est entré dans la mosquée. Panique. L'attente est insupportable. Puis Pierre surgit juché sur les épaules d'un garde qui rigole. Nous remercions cet homme. Il sourit, veut savoir. Le ton est bienveillant. Commence un long échange fraternel, on ne veut plus quitter l'esplanade. Pierre vient de réconcilier deux mondes en guerre.
Un miracle que seules les personnes handicapées peuvent accomplir en raison de leur potentiel d'amour supérieur à la moyenne. Et particulièrement chez les autistes dont les qualités d'accueil, d'émerveillement, de simplicité, de vérité sont illimitées. Innocents, fragiles, indemnes de toute malveillance, et de tout calcul, ils éveillent le don de l'autre et l'envie de les protéger. Mais quelle place leur accordons-nous ? En effet la prise en charge des autistes est actuellement réduite à l'accueil de ceux-ci dans des lieux où des éducateurs d'un dévouement et d'une attention remarquables, tentent de les aider par un apprentissage de l'autonomie. Malgré de grands progrès sur le plan de l'équipement, des aides financières, de l'intégration dans le monde scolaire et celui du travail, on constate une grande ambivalence sur le plan humain. Socialement, le handicap reste synonyme d'échec, et non simplement d'une différence.

Il importe de corriger cette approche afin de mesurer la valeur intrinsèque des handicapés au sein de notre société car il se pourrait bien que l'autisme soit une chance pour nous tous.
L'autisme est reconnu comme handicap depuis seulement 1996. Depuis, trois plans se sont succédé, le troisième, lancé en 2013, doit s'achever en 2017. On ne peut que se féliciter de l'ensemble des chantiers même s'ils semblent encore bien insuffisants face à ce trouble qui touche aujourd'hui en France un nouveau-né sur 150. Le 3ème plan est articulé uniquement autour de cinq axes que sont le diagnostic, l'accompagnement, le soutien des familles, la recherche et la formation mais sans s'interroger sur leur capacité à nous élever. Au final, les autistes sont mis à l'écart dans un monde à part. Un monde à eux. A l'instar des personnes âgées considérées comme inutiles, on cherche à leur construire un univers où ils pourront vivre sans déranger ni la société ni leur famille. Ne nous leurrons pas, et je sais de quoi je parle : vivre avec un enfant autiste n'est pas simple. C'est parfois l'équilibre familial qui est en péril et nombreux sont les couples qui se sont déchirés, épuisés, à force de vivre dans un quotidien sans pause et sans répit. C'est l'état d'urgence en permanence entre le white spirit ingurgité, les débordements d'humeur, les angoisses ingérables.
Avec notre fils Pierre, nous avons vite compris que nous ne pourrions pas nous en sortir seuls. Son handicap, le syndrome Phelan Mac Dermid - 22q13, lié à une micro délétion sur un chromosome, se traduit par "un trouble de la sphère autistique sévère", comme disent les spécialistes. Cela signifie qu'il ne dort pas, ou très peu, qu'il ne parle pas, qu'il est imprévisible, qu'il n'a aucune notion du temps et de l'espace, et qu'il peut partir de la maison sans raison pour aller droit devant lui, sans aucune conscience du danger ou de l'angoisse de ses parents qui le cherchent. Il y a quelques années, un enfant comme Pierre aurait été "placé", dans un établissement psychiatrique où un traitement "adapté" aurait annihilé toute volonté pour le rendre inoffensif.
Que de progrès accomplis ! Mais que de chemin encore à parcourir... Désemparés, mais pas pour autant résignés, nous avons alors créé un réseau de bénévoles afin d'aider Pierre à sortir de sa bulle en appliquant une méthode d'éducation développementale, la méthode des 3I, dont le principe repose sur des séances en tête-à-tête durant lesquelles l'enfant et l'adulte jouent ensemble. Outre les résultats sensibles permettant à Pierre de mieux appréhender son environnement, la richesse de ces échanges entre Pierre et ses "Pierrots" fut une grande surprise. Les qualités de Pierre, communes aux enfants, et particulièrement aux autistes, ont permis d'établir une communication, essentiellement affective, d'une rare intensité. Pierre n'était pas le seul à progresser... Pierre nous ouvrait les yeux, nous ramenait à l'essentiel. Les artifices relationnels n'avaient plus cours, les codes avaient changé. Pierre ne nous critiquait pas, ne portait aucun jugement et se moquait bien de nos promotions professionnelles. En revanche, si nous arrivions en retard, si nous étions tristes, il le remarquait tout de suite, et, à sa façon nous le reprochait ou nous consolait. Il y avait quelque chose du Petit Prince face au renard.
Comprenant la richesse de ces relations, nous avons alors imaginé un lieu de vie dans lequel les résidents, salariés et bénévoles pourraient s'épanouir dans la découverte des uns et des autres. Notre association Le chemin de Pierre, consciente qu'elle n'avait aucune chance de porter seule un tel projet s'est alors rapproché de la "Société Philanthropique", pour se lancer avec "Maisons pour la Vie", une autre association partageant les mêmes valeurs, dans la création d'une structure d'accueil pour sept jeunes adultes autistes à Levallois Perret. Ce projet baptisé "Maison Harmonia" ne peut cependant aboutir qu'avec une farouche volonté d'y arriver, et des fonds conséquents. En effet, cela nécessite un investissement de l'ordre du million d'euros et un coût de fonctionnement annuel de l'ordre de plusieurs centaines de milliers d'euros. Sans financements privés, sans dons, Maison Harmonia ne verra pas le jour. Plusieurs actions ont donc été imaginées par l'équipe du Chemin de Pierre, dont le "Pierrothon", course à pied suivi d'un pique-nique, qui a rassemblé en novembre environ 200 participants dans les jardins du Luxembourg. Le réseau faisant son œuvre, plusieurs manifestations artistiques telles que pièces de théâtres ou encore concerts, assurent à l'association des revenus prometteurs, mais encore insuffisants. Malgré les difficultés, et confiants dans la Providence, les travaux commenceront en janvier prochain, et Maison Harmonia devrait ouvrir ses portes à l'automne 2016.

Si vous aussi, vous souhaitez prendre part à ce projet en rejoignant les bénévoles, en contribuant financièrement, ou simplement en nous faisant part de votre soutien, nous vous invitons à nous contacter sur le site de l'association.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991
«représailles massives» au profit de la «riposte graduée» = c’est la «flexible response» exposée en 1962 par son secrétaire à la...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\Us army, Les Neuf de Little Rock., 1957, Arkansas, États-Unis d’Amérique. Fiche technique
«La 101e us aéroportée escortant les neuf à l’école de Little Rock, Arkansas.», 1957, Little Rock, État de l’Arkansas, États-Unis...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\Le programme de visa «Diversity Immigrant»
«ina» pour permettre la création d’une nouvelle catégorie d’immigrants appelés «Diversity immigrants» (dv immigrants). Cette loi...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\A- «Des dispositions particulières aux zones de montagne et au littoral»...
«territorialisées», des documents d’aménagement qui les précisent sur une région donnée et l’obligation de compatibilité imposée...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\Le référendum aux Etats-Unis
«caractère indestructible de l’union». En même temps, l’autonomie des états était garantie

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\PRÉambule formalités liées aux décès et fonctionnement du service de l’état civil

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\Le complément familial : aide aux familles nombreuses et pauvres
«tout enfant dont le père ou la mère ou les père et mère, se soustraient ou se trouvent hors d’état de faire face à leurs obligations...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\Décret n° 86-83 du 17 janvier 1986 relatif aux dispositions générales...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\Attitude du gouvernement vis-à-vis d’éventuelles «dérives sectaires» La vocation de l’Etat
«La vocation de l’Etat n’est pas de lutter contre les sectes, mais de mettre fin aux atteintes aux libertés individuelles ou à l’ordre...

Le juge des référés du tgi de Nantes a contraint l\I – Le contrôle, attribut de l’autorité de l’Etat est désormais limité
«le roi est mort, vive le roi»). Principe philosophique (cf Hegel Introduction à la philosophie du droit, 1821). Voir Etat de nature,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com