Reconversion des anciennes friches Westinghouse





télécharger 20.54 Kb.
titreReconversion des anciennes friches Westinghouse
date de publication31.10.2017
taille20.54 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos

c:\users\abdelkrim\appdata\local\microsoft\windows\inetcachecontent.word\brownfields quad.jpg Le 13 décembre 2016


Reconversion des anciennes friches Westinghouse

Contexte du projet et historique de l’usine

Le site est situé dans la partie Sud du territoire de la commune de Sevran, dans le département de la Seine Saint Denis, à la limite avec Livry Gargan. Il était occupé par les anciennes usines de la Compagnie des Freins et des Signaux Westinghouse, devenue Wabco Westinghouse en 1973 puis SAB Wabco en 1991. L’activité industrielle, commencée en 1892 a fait travailler jusqu’à 1800 salariés en 1970. Les opérations suivantes étaient pratiquées sur le site: usinage, traitements de surface, dégraissage et peinture. Elles correspondaient à trois types de production:

« industrielle » : vérins, valves, robinet (arrêtée en 1983-1985)

« automobile » : systèmes régleurs de freins pour poids lourds

« ferroviaire » : systèmes de freinage pour trains, TGV, métro

L’activité « automobile » a été transférée à Claye Souilly en 1978. L’activité « ferroviaire » a été transférée progressivement de 1992 à 1996 à Amiens. L’activité a progressivement décliné jusqu’à l’arrêt définitif en 1999. Elle laisse comme empreinte de ce long passé industriel, son nom au quartier – Freinville – et au boulevard Westinghouse ainsi que des terrains en friche.
Brownfields

Terrain Cardo

Ville de Sevran

Terrain Setimo

LIVRY

SEVRAN

Boulevard Westinghouse N370

Les surfaces dédiées à l’activité ont occupé jusqu’à 6 hectares, de part et d’autres du boulevard Westinghouse. Dès 1988, des parcelles de terrains ont été cédées à différents propriétaires : Shurgard, Darel, Setimo ...

En 2002, les terrains non cédés, représentant une surface de 21 500 m2, sont transférés par Sab Wabco à Cardo, sa maison mère. Début 2004, la Ville de Sevran devient propriétaire du terrain Setimo, représentant une surface de 12 300 m2. Ces deux terrains, à l’état de friches urbaines, présentent la particularité d’être fortement pollués. Jusqu’à récemment, ils ont été régulièrement « squattés ».

Les acteurs de la reconversion

Brownfields est un investisseur spécialisé dans l’acquisition d’anciens sites industriels caractérisés par des problématiques de pollution. Une fois les terrains acquis, Brownfields procède aux travaux de remise en état des sites afin de les rendre compatibles avec l’usage futur des programmes immobiliers qui y sont projetés. A cette fin, Brownfields fait réaliser en amont les études nécessaires (diagnostics, plans de gestion …) et prend à sa charge la responsabilité et les coûts financiers de la remise en état (désamiantage, démolition et dépollution). Fin 2009, Brownfields, dans le cadre de ses activités, est devenu propriétaire du terrain Cardo en vue de le reconvertir.
La Ville de Sevran s’est toujours fortement impliqué dans la reconversion des friches Westinghouse avec pour ambition l’émergence d’un nouveau quartier de nature à valoriser l’entrée de ville de Sevran. Une opération de reconversion globale portant sur l’ensemble des deux terrains était évidente. C’est dans ce contexte qu’à été engagée, au regard de l’intérêt général du projet, une procédure de révision simplifiée du PLU, approuvée par le Conseil municipal en juin 2010.
De nombreux opérateurs immobiliers ont successivement marqué leur intérêt pour le projet et rapidement s’est dessiné un projet immobilier mixte, incluant logements, commerces et résidences diverses, mettant en valeur la gare de tram-train de Sevran-Freinville. Mais s’est avec l’arrivée d’Altarea-Cogedim courant 2012, que le projet s’est réellement concrétisé.
Les travaux de désamiantage et de démolition du site

Le site s’est retrouvé au cours du temps régulièrement occupé. Compte tenu des conditions insalubres liées à l’état des bâtiments et aux pollutions existantes, il a été décidé de procéder au désamiantage et à la démolition des bâtiments.

Brownfields a donc lancé les premiers travaux de désamiantage et de démolition dès 2009. Ils se sont poursuivis jusqu’en 2012.


La pollution du site

Pour caractérise l’état de pollution du site, plusieurs campagnes d’investigations ont été menées entre 2005 et 2011. Ces campagnes ont permis d’analyser la qualité des sols, des eaux souterraines et des gaz du sol. Les analyses ont permis de mettre en évidence une pollution importante de ces différents milieux :

  • sols: métaux lourds, hydrocarbures totaux (HCT), des solvants chlorés (COHV)

  • eaux souterraines: solvants chlorés (COHV)

  • gaz du sol : solvants chlorés (COHV)


Une cartographie de l’état de pollution du site a ainsi pu être établie.

A partir de cet état de pollution, un plan de gestion prenant en compte l’usage futur du site, à savoir des logements, des résidences et des commerces en rez de chaussée. L’objectif est de garantir l’absence de risque sanitaire inacceptable pour les futurs habitants du site selon une méthodologie nationale aujourd’hui bien rodée. Ce plan de gestion présente notamment les mesures à mettre en œuvre pour rendre le site compatible sur le plan sanitaire avec son usage futur. Celles-ci sont de plusieurs natures :

  • excavation et élimination des sources concentrées

  • excavation des terres polluées : traitement sur site et/ou élimination en filières spécialisées

  • traitement des eaux souterraines superficielles sur site

  • restriction d’usage pour les eaux souterraines profondes : interdiction des pompages


A la fin des travaux de dépollution, des analyses sont réalisées en fond de fouilles pour apprécier l’état de pollution résiduel. Une analyse de risque résiduel (ARR) est alors menée sur la base de ces données. Elle doit alors conclure à l’absence de risque sanitaire inacceptable.
L’ensemble des mesures de gestion ont été reprises dans un arrêté préfectoral de remise en état (AP n° 2014 – 3122 du 07 Novembre 2014) dans le cadre de la procédure de cessation d’activité du dernier exploitant. Les obligations de remise en état prescrites par cet arrêté préfectoral ont été reprises par Brownfields, qui prend à sa charge l’ensemble des travaux de dépollution du site en substitution du dernier exploitant. L’approche retenue anticipait la procédure administrative dite du « tiers demandeur », introduite dans la loi ALUR et dont le décret d’application n’a été adopté qu’en août 2015.
Les travaux de dépollution

Le programme immobilier comprend la réalisation de parkings souterrains sous l’ensemble des futurs bâtiments. Les travaux de dépollution sont réalisés par phase en même temps que les terrassements des parkings souterrains

  • les terres excavées sont orientées vers des filières de traitement spécialisées selon le type et le degré de pollution. Avant démarrage, des analyses sont réalisés par passe d’un mètre selon un maillage 15 m x 15 m, de manière à définir dans le plan de terrassement l’orientation des terres excavées en fonction de leur pollution vers les filières d’élimination adaptées.

  • localement des surcreusements sont réalisés pour chercher les pollutions plus profondes qui peuvent être situées en dessous de la cote des parkings.





Concernant les eaux souterraines polluées par des solvants chlorés, elles sont traitées par oxydation chimique en fonds de fouille. Une pompe injecte directement les réactifs dans l’eau et assure le mélange. Le traitement est efficace avec des taux d’abattement de la pollution compris entre 90 et 100 %.


La réception des travaux de dépollution se fait zone par zone. Des mesures sont réalisées en fonds de fouilles et reprises dans les calculs servant à l’analyse du risque résiduel (ARR). Celle-ci doit conclure à la compatibilité du site avec son usage futur. Le fond de fouille est alors préparé pour recevoir les ateliers qui exécuteront les fondations (pieux) des futurs bâtiments.

A ce jour, les travaux de dépollution ont été réalisés sur les deux premiers lots du programme, appelés lot I et lot III. Depuis juin 2016, environ 25 000 m3 de terres ont été excavées et évacuées du site, représentant 1200 rotations de camion. Les terres polluées représentant environ 40% du total, ont été éliminées vers des filières spécialisées avec pour certaines un prétraitement préalable sur site.


similaire:

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconSols pollués Les décrets alur permettront-ils de faciliter la gestion...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconLe comte de Fontaine, chef de l’une des plus anciennes familles du...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconMonsieur le comte de Fontaine, chef de l’une des plus anciennes familles...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse icon1. Les anciennes mesures de France

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconN° 2013 30 – Lundi le 26 août 2013
«la création d’un compte personnel pénibilité qui donnera des droits en matière de départ anticipé ou progressif à la retraite, ou...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconRecherche L’alphabet français semble mieux convenir à la fonction...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconRecherche L’alphabet français semble mieux convenir à la fonction...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconRecherche L’alphabet français semble mieux convenir à la fonction...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconArt et Culture du Japon pré-moderne
«monde flottant». Image à la mode d’acteurs, de courtisans, de paysages fameux, scènes anciennes (cf kabuki), vie contemporaine,...

Reconversion des anciennes friches Westinghouse iconC’est une réforme pédagogique globale qui a des répercussions structurelles...
«langues et cultures de l’antiquité», un enseignement de complément pourra être organisé pour la poursuite de l’enseignement des...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com