Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la





télécharger 101.78 Kb.
titreMichel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la
page1/7
date de publication20.02.2018
taille101.78 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7



Michel Messu/Grass (UMR 7022)


AISLF-Université Galatasaray

Istanbul 12-14 Mai 2005


Michel Messu



LA DÉFRAGMENTATION IDENTITAIRE
Ou

LE STATUT DE L’ALTÉRITÉ DANS LA


CONSTRUCTION IDENTITAIRE

Dans notre conception moderne de l’individu, l’identité personnelle, le Moi, apparaissent, au côté de la liberté de mouvement ou de la liberté de conscience, comme participant des immunités les plus fondamentales dont nous pouvons jouir. Une sorte de droit à être soi, un droit subjectif s’il en est, nous serait reconnu. C’est ce droit à être soi qui se trouve décliné sous tous ses aspects aujourd’hui et donne le sentiment que l’identité se trouve être, désormais, un assemblage hétéroclite des fragments de ce qui constituait, hier, les solides identités sociales.

C’est cette hypothèse qui a été testée dans une enquête menée en 2002/2003 auprès de 70 personnes rencontrées, pour les unes, dans la région parisienne, pour les autres, dans le département de la Côte d’Or.

Cette enquête avait un double objectif :

1 tester la rentabilité heuristique des réponses aux questions de l’enquête INSEE « histoire de vie » ;

2 étudier les points nodaux autour desquels semblent se jouer les questions identitaires.

Schématiquement, le cadre problématique avait été énoncé par Claude Dubar dans un ouvrage au titre explicite et qui affirmait que nous étions entrés dans une phase de crise des identités1. Des mutations profondes auraient affecté les processus par lesquels nous nous identifiions à des ensembles collectifs, des Nous, et grâce auxquels nous pouvions dire Je. L’identité Nous-Je, selon la formule forgée par Norbert Elias2, n’allait plus de soi, d’autres procédures d’identification, et partant d’autres identités, auraient vu le jour.

Ce qui, par parenthèse, confirme que la question identitaire est bien à inscrire historiquement et qu’un « tournant de l’histoire » pourrait aujourd’hui nous permettre d’en saisir bien des enjeux. C’est ce qu’affirme Jean-Claude Kaufmann, ce que confirme aussi bien François de Singly que Michel Wieviorka par exemple3.

Ce tournant de l’histoire est lié à la perturbation des dynamiques économiques et sociales du travail et de l’emploi. A l’inclusion d’hier dans le monde du travail s’opposerait l’exclusion contemporaine ; à l’affiliation salariale, la désaffiliation et la précarité ; au métier, la valse des compétences éphémères. Tout cela est bien connu.

Participent également du même tournant de l’histoire, les changements géopolitiques planétaires. Ils ont aussi rebattu les cartes de l’identité individuelle. La « fin des idéologies », comme on a pu le dire, a accompagné ce tournant, mais n’a pas condamné pour autant toute idéologie. Les idéologies religieuses, notamment, mais aussi les nouvelles philosophies d’un vivre ensemble plus éléctif, ont ainsi fourni de quoi construire autrement des identités bientôt revendiquées sur la scène publique. Depuis les banlieues de l’islam4, découvertes par les socialistes français après l’élection de François Mitterrand en 1981, jusqu’à la revendication de citoyenneté mondiale, les manières de se sentir appartenir à un ensemble politique national ont reçu de sérieux correctifs au regard de ce qu’elles pouvaient être encore à la fin des années soixante.

Enfin, et parachevant ce tournant de l’histoire, il y a ces nouvelles pratiques du Moi, comme dit Charles Larmore5. Quoique dans la filiation du romantisme ou de l’existentialisme sartrien, le désir d’être soi-même, de n’être que soi-même, ce désir d’authenticité est advenu au rang d’impératif catégorique de l’identité personnelle. Charles Larmore le résume parfaitement lorsqu’il écrit : « Nous sommes nous-mêmes lorsque nous ne nous regardons plus avec les yeux d’un autre »6. Du moins, c’est ce qu’on affirme.

Ainsi, ce n’est pas pour satisfaire à l’atavisme religieux de sa famille d’origine que le jeune « beur » rencontré dans les banlieues précitées se réclame de l’islam, c’est par « choix » personnel, pour s’affirmer dans ce qu’il a envie d’être essentiellement. Autrement dit, même lorsqu’il s’agit de retrouver pour soi ce qui a été un trait d’identité partagé par un grand nombre d’autres, par sa famille, son environnement local ou régional, ses pairs, etc.,  ce que Norbert Élias, justement, appelait l’habitus social d’un individu , ce n’est, prétend-on, non par mimétisme mais par souci d’authenticité.
En somme, si tournant de l’histoire il y a, celui-ci affecte foncièrement la manière dont l’individu conçoit l’identité dont il se dit titulaire. Ce tournant de l’histoire marque le passage  pour faire court , d’une représentation de l’identité dérivant des attributs des groupes hiérarchisés d’appartenance —mais dont la hiérarchie est susceptible de varier d’une configuration à l’autre7— à une représentation de l’identité procédant par choix raisonné de l’individu qui en sera porteur. Ce qui revient à dire que, dans un cas, l’identité est dévolue  en quelque sorte irrécusable et immuable , dans l’autre, elle est auto-produite, bien sûr à partir de données préexistantes —dont le statut existentiel serait à préciser— mais dont l’agencement fournit cette figure singulière, unique, du « Moi ». Ce qui revient à retrouver, sans considérations morales toutefois, la célèbre formule de Stirner : « Pour Moi, il n’est rien au-dessus de Moi »8.
C’est bien cette idée de transition, et partant de transaction, que j’ai pu voir à l’œuvre dans les « histoires de vie » que j’ai été amené à étudier au cours de l’enquête empirique menée en 2002/2003, et dans un certain nombre de cas de manière quasi explicite. Maintenant, et du point de vue des exigences de l’analyse sociologique, j’ai recherché à retrouver les modalités pratiques par lesquelles ce « tournant de l’histoire » a bien pu opérer. C’est ce que je vais tenter de reprendre maintenant, de manière très ramassée, et toujours à partir des résultats de l’enquête empirique que je viens de mentionner.


  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconAltérité est instrumentalisée par les Grecs comme outils de domination
«l'Autre», leurs religions, rites, cultures. L'Altérité est instrumentalisée par les Grecs comme outils de domination pour imposer...

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconAccompagner l’élève handicapé
«je», je ne peux me dire «je» uniquement parce que l’autre est là. L’altérité renforce l’identité

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconL’Autrement dit 15 avril 2010
«identitaire» de Thomas Sankara – tout comme ceux de Patrice Lumumba, Amilcar Cabral ou Kwame Nkrumah – est considérable en Afrique...

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconVictor baldi, Philipe martinez, Marcello toscano, Jean-michel fernandez,...

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconCours de M. Michel erpelding
«Jurisprudence et doctrine dans l'élaboration du droit administratif», edce, 1955, p. 27

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconDes solutions françaises pour l’emploi Paru dans l’Express du 25 juillet 2005. Par Michel Godet1

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconL e statut du travailleur frontalier dans le cadre des relations...

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconMadame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur
«à terme, IL faudra faire cesser l’hypocrisie», Jean-Pierre Michel, dans un entretien à Public Sénat du 31 janvier 2013

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconDéveloppement Pour répondre à ma problématique j’ai utilisé plusieurs...
«L’office du tourisme sous statut associatif, L’office du tourisme sous statut d’epic» écrit par Jean Luc michaud et Guy barrey

Michel Messu la défragmentation identitaire ou le statut de l’altérité dans la iconFrançois-Michel gonnot
«député consultant» était même actionnaire d’une société spécialisée dans l’organisation de colloques parlementaires, dont IL a vendu...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com