Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat





télécharger 228.13 Kb.
titreTitre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat
page4/7
date de publication16.10.2019
taille228.13 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Article 31 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 32 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 33 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 34 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 35 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 36 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 37 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 38 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 39 (abrogé)

Modifié par Loi 77-574 1977-06-07 art. 48 JORF 8 juin 1977

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 40 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 41 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 41 bis (abrogé)

Créé par Loi 84-1211 1984-12-29 art. 4 JORF 30 décembre 1984

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Chapitre VI : Dispositions transitoires et diverses.

Article 42

Modifié par Loi n°90-1259 du 31 décembre 1990 - art. 19 JORF 5 janvier 1991 en vigueur le 1er janvier 1992

Modifié par Loi n°90-1259 du 31 décembre 1990 - art. 67 (V) JORF 5 janvier 1991 en vigueur le 1er janvier 1992

Les membres de la nouvelle profession d’avocat, à l’exception des avocats salariés qui, avant la date d’entrée en vigueur du titre Ier de la loi n° 90-1259 du 31 décembre 1990 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques, exerçaient en tant que salariés la profession de conseil juridique, et des mandataires sociaux qui relevaient du régime des salariés, sont affiliés d’office à la Caisse nationale des barreaux français prévue à l’article L. 723-1 du code de la sécurité sociale.

Un décret en Conseil d’Etat prévoit les conditions dans lesquelles, après consultation des caisses de retraite complémentaire, pourront être compensées entre elles les conséquences financières contractuelles des dispositions de l’alinéa précédent.

Article 43

Modifié par LOI n°2011-94 du 25 janvier 2011 - art. 8

Les obligations de la caisse d’allocation vieillesse des officiers ministériels, des officiers publics et des compagnies judiciaires au titre du régime de base et du régime complémentaire sont prises en charge par la caisse nationale des barreaux français, dans des conditions fixées par décret, en ce qui concerne les personnes exerçant à la date d’entrée en vigueur de la présente loi ou ayant exercé avant cette date la profession d’avoué près les tribunaux de grande instance ou la profession d’agréé près les tribunaux de commerce, ainsi que leurs ayants droit.

La Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales et la caisse d’assurance vieillesse des officiers ministériels, des officiers publics et des compagnies judiciaires au titre du régime de base, du régime complémentaire et du régime invalidité-décès restent tenues aux obligations dont elles sont redevables en ce qui concerne les personnes exerçant à la date d’entrée en vigueur du chapitre Ier de la loi n° 2011-94 du 25 janvier 2011 portant réforme de la représentation devant les cours d’appel ou ayant exercé avant cette date la profession d’avoué près les cours d’appel, leurs conjoints collaborateurs ainsi que leurs ayants droit.

Pour l’application de l’article L. 723-11 du code de la sécurité sociale, la durée d’assurance des avoués devenant avocats tient compte du total du temps passé dans l’une et l’autre professions d’avoué et d’avocat.

Les transferts financiers résultant de l’opération sont fixés par convention entre les caisses intéressées et, à défaut, par décret. Ils prennent en compte les perspectives financières de chacun des régimes.

Article 44

La caisse nationale des barreaux français est substituée aux chambres départementales et régionales d’avoués de grande instance et aux chambres régionales d’agréés ayant souscrit auprès des sociétés d’assurances des conventions instituant des régimes supplémentaires de retraite ; elle est habilitée à souscrire toutes conventions ayant pour objet l’organisation de tels régimes pour l’ensemble de la nouvelle profession.

Article 45

A titre subsidiaire, le fonds garantit le paiement des sommes nécessaires au maintien des droits acquis à la date d’entrée en vigueur de la présente loi. Si la mise en application de celle-ci a pour conséquence une réduction du nombre de cotisants au régime visé à l’article précédent entraînant la diminution de ces droits, cette garantie s’exerce soit par la prise en charge d’un complément de cotisation, soit par le rachat d’unités de rentes, soit par la constitution de rentes viagères.

Article 46

Modifié par LOI n°2011-94 du 25 janvier 2011 - art. 9

Les rapports entre les avocats et leur personnel sont régis par la convention collective nationale du personnel des cabinets d’avocats et ses avenants, quel que soit le mode d’exercice de la profession d’avocat.

Toutefois, jusqu’à la conclusion d’une nouvelle convention collective de travail et au plus tard un an après la date fixée à l’article 34 de la loi n° 2011-94 du 25 janvier 2011 portant réforme de la représentation devant les cours d’appel, les rapports entre les anciens avoués près les cours d’appel devenus avocats et leur personnel demeurent réglés par la convention collective et ses avenants qui leur étaient applicables avant la date d’entrée en vigueur du chapitre Ier de la même loi, y compris pour les contrats de travail conclus après cette date.

Pendant cette période, en cas soit de regroupement d’avocats et d’anciens avoués au sein d’une association ou d’une société, soit de fusion de sociétés ou d’associations, le personnel salarié bénéficie de la convention collective qui lui était applicable avant la date d’entrée en vigueur du chapitre précité ou, à défaut, de la convention collective nationale du personnel des cabinets d’avocats et ses avenants.

A défaut de conclusion d’une nouvelle convention collective de travail à l’expiration du délai prévu au deuxième alinéa, les rapports entre les anciens avoués près les cours d’appel devenus avocats et leur personnel sont régis par la convention collective nationale du personnel des cabinets d’avocats et ses avenants. Les salariés conservent, dans leur intégralité, les avantages individuels qu’ils ont acquis en application de leur ancienne convention collective nationale.

Les clauses des contrats de travail des salariés issus des études d’avoués restent applicables dès lors qu’elles ne sont pas en opposition avec la nouvelle convention collective de travail prévue à l’alinéa précédent ou de la convention collective nationale du personnel des cabinets d’avocats.

Lorsqu’un avoué, à compter de l’entrée en vigueur de la loi n° 2011-94 du 25 janvier 2011 précitée, exerce la profession d’avocat, d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation, de notaire, de commissaire-priseur judiciaire, de greffier de tribunal de commerce, d’huissier de justice, d’administrateur judiciaire ou de mandataire judiciaire, les salariés qu’il n’a pas licenciés conservent l’ancienneté et les droits acquis liés à leur contrat de travail en vigueur.

Article 46-1

Modifié par LOI n°2011-94 du 25 janvier 2011 - art. 10

Le personnel salarié non avocat de la nouvelle profession d’avocat relève de la caisse de retraite du personnel des avocats. Les prestations sont calculées en tenant compte, le cas échéant, des périodes d’affiliation en qualité de salariés d’avoués.

Article 47

Dans les instances en cours le 16 septembre 1972, l’avoué antérieurement constitué, s’il est devenu avocat, conservera en tant que tel, dans la suite de la procédure et jusqu’au jugement sur le fond, les attributions qui lui étaient initialement dévolues. De même, l’avocat choisi par la partie aura seul le droit de plaider.

Le tout sous réserve de démission, décès ou radiation de l’un, ou bien d’accord entre eux, ou de décision contraire de la partie intéressée.

Article 48

Modifié par Loi n°90-1259 du 31 décembre 1990 - art. 22 JORF 5 janvier 1991 en vigueur le 1er janvier 1992

Modifié par Loi n°90-1259 du 31 décembre 1990 - art. 67 (V) JORF 5 janvier 1991 en vigueur le 1er janvier 1992

L’interdiction temporaire d’exercice prononcée contre un avoué ou un agréé près un tribunal de commerce ainsi que les peines disciplinaires prononcées au jour de l’entrée en vigueur de la présente loi à l’encontre d’un avocat, d’un avoué ou d’un agréé, continuent à produire leurs effets. Il en est de même des sanctions disciplinaires prononcées à l’encontre d’un avocat ou d’un conseil juridique avant la date d’entrée en vigueur du titre Ier de la loi n° 90-1259 du 31 décembre 1990 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques ou postérieurement à cette date, en application du présent article, quelle que soit la profession réglementée à laquelle il accède en application de la présente loi.

Les pouvoirs des juridictions disciplinaires du premier degré supprimées par la présente loi sont prorogés à l’effet de statuer sur les procédures pendantes devant elles au jour de l’entrée en vigueur de la présente loi, ainsi que sur tous faits professionnels antérieurs à cette dernière date.

Les compétences disciplinaires des juridictions du premier degré sont prorogées à l’effet de statuer sur les procédures concernant un conseil juridique pendantes devant elles avant la date d’entrée en vigueur du titre Ier de la loi n° 90-1259 du 31 décembre 1990 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques, ainsi que sur tous faits professionnels antérieurs à cette date.

Ces juridictions sont également compétentes pour statuer sur les recours contre les décisions des commissions régionales statuant sur les demandes d’honorariat des conseils juridiques ayant renoncé à entrer dans la nouvelle profession.

La cour d’appel et la Cour de cassation demeurent saisies des procédures disciplinaires pendantes devant elles.

Article 49 (abrogé)

Modifié par Loi n°90-1259 du 31 décembre 1990 - art. 23 JORF 5 janvier 1991 en vigueur le 1er janvier 1992

Modifié par Loi n°90-1259 du 31 décembre 1990 - art. 67 (V) JORF 5 janvier 1991 en vigueur le 1er janvier 1992

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 50

Modifié par LOI n°2011-331 du 28 mars 2011 - art. 2

I. Les personnes qui, à la date d’entrée en vigueur du titre Ier de la loi n° 90-1259 du 31 décembre 1990 précitée, auront accompli l’intégralité de la durée du stage nécessaire pour l’inscription sur une liste de conseils juridiques sont dispensées, par dérogation au quatrième alinéa (3°) de l’article 11 et à l’article 12, du certificat d’aptitude à la profession d’avocat et du stage exigé avant l’entrée en vigueur du titre II de la loi n° 2004-130 du 11 février 2004 réformant le statut de certaines professions judiciaires ou juridiques, des experts judiciaires, des conseils en propriété industrielle et des experts en ventes aux enchères publiques.

II. Les avocats titulaires d’une ou plusieurs mentions de spécialisation à la date d’entrée en vigueur de la loi n° 2011-331 du 28 mars 2011 de modernisation des professions judiciaires ou juridiques et de certaines professions réglementées peuvent faire le choix, sur justification d’une pratique professionnelle effective dans le domaine revendiqué, d’un ou de deux certificats de spécialisation dont la liste est fixée par arrêté du garde des sceaux, ministre de la justice.

Le Conseil national des barreaux détermine les modalités selon lesquelles cette faculté s’accomplit.

III. Les anciens conseils juridiques qui exercent la profession d’avocat et qui, avant la date d’entrée en vigueur du titre Ier de la loi n° 90-1259 du 31 décembre 1990 précitée, exerçaient en outre les activités de commissaires aux comptes sont autorisés, à titre dérogatoire, à poursuivre ces dernières activités ; toutefois, ils ne pourront exercer ni cumulativement ni successivement pour une même entreprise ou pour un même groupe d’entreprises les fonctions d’avocat et le mandat de commissaire aux comptes.

IV. Les personnes en cours de formation professionnelle à la date d’entrée en vigueur du titre II de la loi n° 2004-130 du 11 février 2004 précitée poursuivent leur formation selon les modalités en vigueur avant cette date. Toutefois, les titulaires du certificat d’aptitude à la profession d’avocat n’ayant pas commencé ou terminé leur stage dans les deux ans à compter de la date d’entrée en vigueur du titre II de la loi n° 2004-130 du 11 février 2004 précitée en sont dispensés à l’expiration de cette période de deux ans. Les personnes qui demeurent inscrites sur la liste du stage conservent le droit de participer à l’élection du conseil de l’ordre et du bâtonnier.

En cas d’échec à la dernière session de l’examen d’aptitude à la profession d’avocat organisée avant la date d’entrée en vigueur du titre II de la loi n° 2004-130 du 11 février 2004 précitée, les personnes qui souhaitent reprendre leur formation ou, en cas de deuxième échec, qui y sont autorisées par délibération du conseil d’administration du centre régional de formation professionnelle, sont soumises aux dispositions entrées en vigueur à cette date.

V. Le chapitre III dans sa rédaction issue de la loi n° 2004-130 du 11 février 2004 précitée est applicable aux anciens avocats qui étaient inscrits sur la liste du stage à l’époque des faits visés à l’article 22.

VI.-A Mayotte, dans les îles Wallis et Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, les personnes en cours de formation professionnelle à la date d’entrée en vigueur des articles 1er (I), 6 (I), 8 (I), 10 (I) de l’ordonnance n° 2006-639 du 1er juin 2006 poursuivent leur formation selon les modalités en vigueur avant cette date. Toutefois, les titulaires du certificat d’aptitude à la profession d’avocat n’ayant pas commencé ou terminé leur stage dans les deux ans à compter de la même date en sont dispensés à l’expiration de cette période de deux ans. Les personnes qui demeurent inscrites sur la liste du stage conservent le droit de participer à l’élection du conseil de l’ordre et du bâtonnier.

En cas d’échec à la dernière session de l’examen d’aptitude à la profession d’avocat organisée avant la date d’entrée en vigueur fixée au premier alinéa, les personnes qui souhaitent reprendre leur formation ou, en cas de deuxième échec, qui y sont autorisées par délibération du conseil d’administration du centre régional de formation professionnelle, sont soumises aux dispositions entrées en vigueur à cette date.

Article 51 (abrogé)

Abrogé par Loi n°2004-130 du 11 février 2004 - art. 27 JORF 12 février 2004

Article 52

Il sera organisé une coordination entre les régimes de retraite dont relevaient les clercs, secrétaires et employés d’avoué, d’agréé et d’avocat et les régimes dont ils relèvent ou pourront relever du fait de leur nouvelle profession ou de leur nouvel emploi. Le fonds d’organisation de la nouvelle profession d’avocat garantit le paiement des sommes nécessaires au maintien des droits acquis ou en cours d’acquisition à la date d’entrée en vigueur de la présente loi, y compris en ce qui concerne les régimes de retraite complémentaires.
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconTitre ier : favoriser l'accès de tous à un logement digne et abordable
Art. L. 200 Sans préjudice des autres formes juridiques prévues par la loi, les sociétés d'habitat participatif peuvent se constituer...

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconDécret n°91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d’avocat nor: jusx9110304D

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconLe point sur la réforme territoriale et ses conséquences
«Nouvelle Organisation Territoriale de la République» est actuellement devant le Parlement. Elle a pour objet de proposer une nouvelle...

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconTitre Ier. Des associations sans but lucratif

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconTitre ier champ d'application et principes fondamentaux

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconTitre ier : Les orientations de la politique de sécurité et la programmation...

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconFormalites de creation d’entreprises au canada
«lawyer» (avocat). On a choisi ici de s’intéresser uniquement aux procédures concernant la Province de Colombie Britannique

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconDécret n° 2016-877 du 29 juin 2016 relatif à l’exercice de la profession...
«Les», sont insérés les mots : «sociétés constituées, en application du titre IV de la loi du 31 décembre 1990 susvisée, en vue de...

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconSoumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs
«chauff1» / mode : «chauff2» par «chauff3» / mode de répartition si collectif : «repartchauf»

Titre Ier : Création et organisation de la nouvelle profession d’avocat iconPortant nouvelle organisation territoriale de la République






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com